• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 19 mars 2011

Archive pour le 19 mars, 2011

Le cyberactiviste libyen a été tué alors qu’il filmait les combats dans Benghazi

mohammed.jpgMohammed Nabbous, le bloggeur avec qui StreetPress était en contact à Benghazi a succombé à ses blessures cet après-midi vers 13h, rapportent les modérateurs du blog Libya Alhurra. C’est sa femme qui leur a appris la triste nouvelle. Celui qui se faisait appeler Mo aurait été victime d’un tir de sniper: Sur Libya Alhurra, l’épouse de Mo confirme l’information aux membres du chat:

(Lire la suite)

A l’appel de la CN(R)CD: 1200 personnes à Tizi-Ouzou

sadi.jpgLa marche de la CN(R)CD n’a réussi à dainer, aujourd’hui samedi 19 mars, à Tizi-Ouzou, que quelques centaines de personnes. La manifestation qui a démarré du carrefour du 20 Avril s’est arrêtée devant le siège de l’ancienne mairie. El Mouhtarem

A l’appel de la CN(R)CD: Une soixantaine de personnes à Bouira

sadi.jpgUne soixantaine de personnes ont pris part à une marche pacifique organisée à Bouira, à l’appel de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie. Les manifestants, des élus et militants du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), pour la plupart, se sont rassemblés à la place des martyrs située au centre-ville de Bouira.

Bouteflika promet de nouvelles réformes, y compris politiques

boutef.jpgLe président Abdelaziz Bouteflika s’est engagé samedi à ouvrir une « nouvelle page sur la voie des réformes globales », y compris politiques.

Dans un discours lu par un de ses conseillers à l’occasion de la fête de la Victoire du 19 mars, le président a d’abord évoqué sa promesse, tenue le 25 février, de lever l’état d’urgence en vigueur depuis 19 ans. « Ce n’était qu’un nouveau pas franchi », prélude à des réformes importantes, a-t-il dit.

« Ce sera une nouvelle page ouverte sur la voie des réformes globales (…) qui ne sauront être fructueuses en l’absence de réformes politiques », a indiqué le président, rapporte l’AFP.

Lire un extrait du message de Bouteflika

(Lire la suite)

Bahrein: Notre ami et collègue Ali Abduleman est porté disparu

abdou.jpgNous venons de recevoir de mauvaises nouvelles de la part de l’association bahreïnie de défense des droits de l’homme : notre ami et collègue Ali Abduleman est porté disparu.

Ali Abdulemam, blogueur phare bahreïni et rédacteur pour Global Voices Advocacy, avait été emprisonné le 4 septembre 2010, puis libéré le 23 février 2011, lorsque le roi de Bahreïn avait ordonné la libération d’un groupe de prisonniers, y compris des prisonniers politiques et des activistes, dont Ali:

Ali Abduleman, considéré par certains comme le «père de la blogosphère» bahreïnie après avoir créé le premier forum non censuré et ouvert aux débats politiques et sociaux du pays, est porté disparu. Sa famille est sans nouvelles de sa part.

(Lire la suite)

Pas de mobilisation même si « les partis politiques ne sont pas admis »

marche.jpgUn groupe de facebookers algériens n’a pas réussi à drainer la foule pour organiser une marche à Alger. Prévue à la Grande poste d’Alger ce samedi 19 mars, la marche a été empêchée par la police. Sur les 3000 personnes qui ont confirmé leur participation à la manifestation, avec la mention J’AIME, il n’y avait finalement qu’une cinqaintaine au rendez-vous.

Par ailleurs, dans une affiche conçue à l’occasion de la marche, les organisateurs, des anonymes, ont invité les partis politiques à ne pas se joindre à la manifestation. « Les partis politiques ne sont pas admis », ont mentionné les organisateurs dans leur tract. Tenter de discréditer les partis s’inscrit dans la logique du pouvoir qui a diabolisé toute action polititique en Algérie. Finalement, même en empêchant les partis de s’associer à une action de rue, les Algériens ne veulent toujours pas marcher. « Faire partie du mouvement de l’Histoire ne signifie pas copier mécaniquement ce qui se passe chez les voisins », a affirmé Hocine Aït-Ahmed dans un message au Conseil national du FFS.  El Mouhtarem     

Omar Bouacha se retire de l’ANC !

bouacha.bmpBlague du jour: Pour dénoncer la marginalisation de son « parti » lors du meeting du 18 mars, le président du mouvement Infitah, Omar Bouacha, a annoncé son retrait de l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

Un vendredi après-midi avec les «islamentables» !

changement.bmpEl Mouhtarem  »Algérie Politique »

Vendredi 18 mars 2011. Il est 15h30. La salle «Atlas» de Bab El Oued qui devait abriter un meeting de l’Alliance nationale pour le changement (ANC)- une insulte au héros Nelson Mandela- n’est toujours pas remplie. L’ambiance est très lourde, malgré les quelques cris, très brefs, provenant de «militants» qui veulent un changement «aujourd’hui et non pas demain».

Au premier rang de la salle, il y avait Ahmed Benbitour, ancien chef de gouvernement, http://ffs1963.unblog.fr/2011/01/22/ahmed-benbitour-est-il-un-opposant/, Omar Bouacha ( ?), président du Mouvement Infitah ( ?), Abdelkader Merbah, président du Rassemblement patriotique républicain (RPR), l’enfant terrible de l’APN durant le règne du parti unique, Mohamed Said, candidat malheureux à l’élection présidentielle d’avril 2009, que le ministère de l’intérieur à mis en «attente» depuis plus d’une année, Tahar Benbaibeche, ancien SG d’une organisation d’enfants de chahid et ancien SG du RND, Djamel Benabdeslam, secrétaire général du Mouvement Islah, ancien parti de Abdellah Djaballah, et Abdelmadjid Menasra, dissident du MSP.

Djahid Younsi, candidat malheureux d’El Islah à l’élection présidentielle de 2009, Nassim Lekfel, vendeur de téléphones mobiles à Alger, et Ahmed Dane, ancien dirigeant du MSP, prennent place à la tribune.

Le coup d’envoi du meeting a été donné par la lecture de versets coraniques suivi de l’hymne national. Dans la salle, tout le monde s’est levé sauf Ali Benhadj, ancien numéro 2 du FIS dissout.

Prenant la parole en premier, Ahmed Benbitour, en très mauvais orateur, appelle au changement radical du système. «Nous ne voulons pas de changement de personnes, mais de tout le système», souligne l’ancien négociateur avec le FMI. Et d’ajouter : «Il faut laisser la place aux cadres compétents pour gérer les affaires du pays».

Tahar Benbaibeche, ancien SG du RND, affirme que le changement en Algérie ne viendra que de la jeunesse. «Nous sommes un peuple qui mérite la liberté et la démocratie», indique l’orateur qui appelle les jeunes à s’impliquer pour conduire un mouvement de changement.

Pour sa part, Abdelkader Merbah, ancien député du FLN, appelle au vrai changement en Algérie. Selon lui, le départ de Belkhadem, SG du FLN, ou de Bensalah, président du Sénat, n’est pas synonyme de changement. «Les forces occultes qui dirigent le pays depuis 1962 doivent partir (…) Le pouvoir réel qui a utilisé des gens avant de les jeter doit partir…Ce pouvoir qui a fait de Sid Ahmed Ghozali un harki doit partir…», déclare l’orateur.

De son côté, Abdelmadjid Menasra, ancien dirigeant du MSP, affirme que le temps de la légitimité historique pour accéder au pouvoir est révolu. Haider Bendrihem, ancien député du RND, un parti issu de la fraude électorale, lance un appel pour mettre fin à la fraude électorale et au changement radical du système. Djamel Benabdeslam d’El Islah, en déficit de charisme, dénonce l’exclusion du courant islamiste en Algérie par le pouvoir…   

Photo/ El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER