Tabbou à Lyon: « Le pouvoir algérien continue d’empêcher toute jonction entre les mouvements sociaux et leur expression politique »

taboukarimffsphkadri21.jpgIntervention  du premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, lors du meeting de solidarité avec les peuples du Maghreb qui a eu lieu le vendredi 15 avril dans la ville de Lyon.

Merci de m’inviter à ce meeting de solidarité avec le Maghreb.

Les organisateurs de cette manifestation sont les pionniers de relations nouvelles entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Ils montrent leur foi dans l’universalité des droits humains tant pour les individus que pour les peuples et les sociétés.

Europe-écologie est un partenaire de choix pour les méditerranéens de la rive Sud. L’écologie c’est aussi la démocratie, la liberté et le développement humain 

L’intitulé du meeting est significatif : Solidarité avec le Maghreb, c’est-à-dire, solidarité avec chaque pays qui le compose, mais en même temps, solidarité avec une région, où la communauté de destin est une réalité même si l’histoire contemporaine peut laisser penser le contraire.

Aujourd’hui, dans la région du Maghreb, la nécessité se fait sentir, de plus en plus pressante auprès des populations, de voir s’intensifier les échanges, se multiplier les projets communs et se profiler à l’horizon un avenir moins inquiétant.

Aujourd’hui, les pays, les peuples, les sociétés et les citoyens parlent de sécurité et de démocratie.

Ce sont tous les peuples du Maghreb qui se mettent en mouvement pour la chute des régimes autoritaires et l’instauration de la démocratie.

Les peuples de cette région se prononcent clairement pour un changement radical, démocratique et pacifique.

L’ensemble des peuples du Maghreb se réjouit de la victoire des forces démocratiques en Tunisie, constate avec douleur les épreuves que traverse le peuple libyen et suit avec attention les processus en cours au Maroc et en Algérie.

Je tiens une fois de plus à vous remercier du soutien que vous apportez au peuple Algérien et à tous les peuples du Maghreb.

Pour mon pays, il est difficile de définir les contours et la portée des événements qui s y déroulent depuis le début de ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui « le printemps arabe ».

Certes, les choses bougent autour de nous et, malgré les apparences, les choses bougent même chez nous.  

Pendant les 3 mois précédents, l’Algérie a connu une émeute généralisée, elle est relayée par des mouvements de contestation sociale ininterrompus qui s’installent dans la durée : Des étudiants, des médecins, des infirmiers, des douaniers, des travailleurs de la présidence, des fonctionnaires renouent avec la contestation dans la rue, pour leur salaire ou leur statut

En dépit de la levée formelle de l’Etat d’urgence et des promesses de respect des libertés, ces manifestants font une fois de plus l’expérience d’une répression qui se veut soft et sophistiquée. Une répression avec zéro mort, des policières de charme, des hélicoptères et des caméras et une gestion de communication moderne.  

Mieux, le pouvoir continue de jouer de la matraque, mais aussi et surtout de la carotte. Il fait tout pour segmenter les luttes sociales,  pour tenter de les manipuler, l’aisance financière actuelle lui laissant une marge de manœuvre appréciable.

Nous voyons bien que le pouvoir paraît prêt à faire des concessions salariales, des réparations matérielles et des indemnisations financières, mais il continue d’empêcher toute jonction entre ces mouvements sociaux et leur expression politique. Le summum de cette manipulation est illustré par le fait qu’on attribue le rôle d’arbitre au Chef de l’Etat, en oubliant qu’il est le premier responsable du désastre économique et social de ces dernières années.

Sur le plan politique, l’aspect le plus inquiétant est l’affaiblissement voire le délitement de l’Etat. Aucune institution politique, aucun ministère, aucune administration ne fonctionne. C’est le marasme total, l’autorité de l’Etat se réduit au seul dispositif sécuritaire et policier.

Pourtant les hommes du pouvoir prétendent qu’il n y a pas de crise politique ; pourtant le chef de l’Etat se réfugie dans des silences insondables ; pourtant aucune décision d’ouverture politique véritable n’est prise, malgré les demandes pressantes des personnalités et des partis politiques.

Le pouvoir promet l’ouverture mais il ne fait que fermer ; l’Etat d’urgence est toujours en vigueur !

Finalement,  le pouvoir cherche à installer la confusion dans l’esprit des Algériennes et des Algériens ; il   use de la diversion et de la ruse pour rendre la situation illisible et  incompréhensible à la fois pour les citoyens mais aussi et surtout pour la communauté internationale. Il sait qu’il est sous le regard de la communauté internationale, il veut gagner du temps en espérant qu’à terme les pressions internes et externes diminueront.

Pour notre part, nous savons que le régime cherche à exploiter la lassitude d’une population traumatisée par plus de 2 décennies de violence ; nous savons que le pouvoir exploite le morcellement de la société et la généralisation de la corruption.

Pour nous, il s’agit d’être humble devant l’énormité des problèmes. L’Algérie a besoin d’une armature éthique et politique. 

C’est pourquoi :

Nous travaillons à rendre possible de nouveau, les initiatives citoyennes, et ce, malgré la dislocation sociale, les sectarismes et le désespoir. 

Nous sommes déterminés à exploiter toutes les possibilités offertes par la conquête d’espaces de libertés, que ce soit dans la presse, dans les droits humains…etc, à la faveur de mobilisations citoyennes.

Nous sommes déterminés à accompagner les mouvements sociaux et les revendications pacifiques catégorielles.

Nous voulons rétablir le lien social pour construire le changement et sortir de l’exclusion et de l’émeute.. Nous avons l’espoir  de voir les femmes et les hommes de notre pays accéder à la citoyenneté.

Encore une fois merci de votre invitation

Merci de votre initiative

Merci de m’avoir écouté

J’espère avoir été compris

Commentaires

  1. Me dit :

    Je demande au FFS de prendre ses responsabilités et de sortir dans la rue ses sympathisants jusqu’à la mort de la mafia-assassins-corrompus du FLN-RND-DRS.

    Arrêtez gens du FFS d’être philosophes, l’heure est grave.

  2. da el ho dit :

    mais voila le changement avec le pouvoir cher da el hocine…vous les connaissez pourtant

  3. Riad dit :

    Chers Amis, je crois qu’au vu de l’état cadavérique du président (et c’est bien la seul info et confirmation importante de cette apparition), je crois, et c’est une certitude : les généraux misent sur le capital sympathie et la pitié que pourrai avoir le peuple pour ce président suite à son décès … et c’est bien pour ca qu’ils n’engagent aucune vrai reforme même partiel en attendant que cet événement (le décès de bouteflika) les mettent dans une situation plus confortable pour faire passer leurs plans de maintien au pouvoir et je suis sur que c’est bien pour cette raison qu’ils essaient de gagner du temps avec la soit disant réforme de la constitution … dans un an !!!

    Encore une fois, je réitère mon appel à tout mes frères Algériens en Algérie et partout dans le monde pour se mobiliser et s’organiser autour du FRONT DU CHANGEMENT NATIONAL, du FRONT DES FORCES SOCIALISTE, des syndicats autonomes et de toute les personnes de bonne volonté pour nous guider à assener le coup de grâce a ce régime qui n’ai pas aussi puissant qu’on peut le penser. Courage Algériens !

    @ Mon frère Karim Tabbou :

    Karim, je te prie d’étudier en profondeur au sein du secrétariat et du conseil s’il le faut, et certainement, plus largement, avec tout les acteurs de la vrai opposition, la proposition suivante :

    GRÈVE GÉNÉRAL ILLIMITÉE. Inspirer par notre histoire (Il n’aura fallu aux valeureux Larbi Ben M’hidi, Abane Ramdane et Benyoucef Benkhedda qu’une semaine pour préparer la grève des huit jours) Cette grève avait réussi des le premier jour sur tout le territoire national et ce fut un moment décisif dans la lutte pour l’indépendance de notre pays. Je pense que cette action pourrai convenir à tout point de vue à la situation actuelle ! (Disposition des Algériens y compris !!!) pacifiquement nous abattrons ces monstres.

  4. iris samy dit :

    Petite précision: c’est la soeur de l’ancien joueur de la JSK Driss El-Kolli (une call-girl de luxe) qui était la maitresse du chef du FLN de l’epoque messadia; cette famille est d’origine marocaine et ne parle pas un mot de kabyle.
    Quant a dire que les hammoutene ont défendu Tizi-Ouzou c’est bien mal connaître l’histoire de la ville et faire offense aux villages environnants. Toutes ces familles qui sont souvent ensemble dans la communauté de Tizi Ouzou communément appelée « les ZediMoh » pour aller à la conquête de la mairie de Tizi contre les prétendants venus des villages de la commune (tels ces « Barbares descendus de leur montagne ») sont insignifiantes sur le plan économique, culturel et scientifique. Ces familles pour la plus part d’origine étrangère refusent de parler le kabyle magré leur présence dans la ville depuis plusieurs siecles. Des familles comme les hammoutène, d’origine kabyle, ont été complétement phagocytées et ne se considèrent plus comme kabyles; ils s’adressent aux autres en leur disant « Vous autres Kabyles, … »
    Elles doivent leur émergence à la politique de sape menée par le pouvoir d’Alger et aux querelles intestines entre le FFS et le RDC (qui ont failli offrir la ville au FIS lors des municipales de 1990)

    Ayant vécu toute mon enfance à tizi au milieu de ceux qu’on appel zdimouh, je peux confirmer que la majorité ne parlent pas et ne veulent pas parler le Kabyle, je connais personnellement plusieurs menbres de la famille Kolli, je ne les ai jamais entendu prononcer un mot en Kabyle.

    Ils sont tous symphatisants FLN à l’époque, connaissant leur caractère, je ne pense nullement qu’ils ai participé à la guerre de libération, peut être quelques membres de la famille Hamoutène, quand aux autres, en bon Français on les appelle les profiteurs du systèmes, un peu comme des hyènes, ils attendent que le lion tue la proie et s’en emparent.

    Lors d’un passage à Tizi, j’ai appris qu’un ancien voisin etait devenu un incontournable à la mairie de tizi-ouzou, à part qu’il n’a même pas fini son école primaire, il est reconnu pour être un arnaqueur et voleur hors rang, il est millliadaire.
    naguib kolli est le frére de driss kolli

  5. slam dit :

    Le Front des Forces Socialistes est toujours resté fidèle à ses principes de libertés et de construction d’un état démocratique et social à travers la tenue d’une assemblée constituante pour asseoir un véritable état algérien basé sur la légalité et les principes fondamentaux du droit de vivre librement et de celui de la participation à la gestion des affaires publiques dans la transparence requise.
    Que cela soit à travers les déclarations du Président Ait Ahmed ou celles de son Premier Secrétaire National, le jeune non moins talentueux Karim Tabbou, le parti a su gardé sa ligne politique tracée depuis 1963 et bien avant voire depuis l’adhésion de Hocine Ait Ahmed au PPA, en 1942 alors qu’il n’était qu’un adolescent.
    Le FFS ,est le parti qui a de temps prôné la visibilité parfaite de la politique de justice sociale . La légitimité du pouvoir est le crédo auquel s’attache profondément le FFS et ce n’est pas le discours vide de tout sens du président actuel algérien qui lui fera changer de trajectoire!
    Le retour à la légalité demeurera le processus de libéralisation du peuple algérien avec toutes ses sensibilités et ses compétences!
    La voie pacifique est le choix du ffs dans son combat perpétuel et tenace pour un changement sérieux en profondeur du système qui nous gouverne depuis l’indépendance! Le rejet de la violence pour la prise de pouvoir est le chemin idéal pour la naissance d’un état algérien démocratique et social ainsi que pour la construction d’un maghreb des peuples seules voies salutaires qui répondent aux aspirations des populations maghrébines.
    « Nuit, tu as beau être aussi longue, le jour te rattrapera  » dit un dicton kabyle tant aimé par le Dr Hocine Ait Ahmed.
    Alors, continuons tous à espérer sans toutefois cesser notre combat légitime.

  6. sala dit :

    L’Algérie est encore dans une période de convalescence! Les réformes promises par Bouteflika sont assez suffisantes pour une réforme politique sereine!

  7. Haich-Maich dit :

    Réforme politique « sereine »? Qu’est ce que cela veut dire ? Le problème c’est le  » système » politique. Actuellement nous n’avons pas besoin de réformes. En 1990, nous avons vécu le pluralisme politique, l’ouverture des médias, etc…Le problème réside dans les « hommes ».

  8. El hadi dit :

    En lisant de tells discours je rep rend espoir dans l’avenir du pays, il replete le niveau de conscience politique et la pertinence dans l’analyse de lla situation du pays, Monsieur Tabou est l’un des rares hommes politiques qui parle de citoyennete et qui ne caresse pas le « citoyen » dans le sens des poiles en lui parlant de DRS de manifestations ou je ne sais d’autres slogans demagogiques et opportunists . Le FFS et l’Algerie ont la chance d’avoir une releve de cette qualite, je souhaite de tout coeur que Monsieur Tabou et a travers lui son parti puisse beneficier de l’adhesion d’une majorite d’algeriens a travers tout le territorie national. Pour ceux qui le denigrent je leur dit, amicalement que la politique et le militantisme ne se resument pas a l’insulte, la focalisation sur la DRS, les faits divers ou le RCD.

  9. ADIL dit :

    LA REFORME POLIQUE correspond « au faire semblant de tout bouger pour que tout reste en place ! »

  10. mourad dit :

    le FFS a prouvé à plusieurs reprises qu’il est le seul Parti d’opposition en Algérie.
    il a tout le temps lutté pour l’avènement de la deuxième république.Une république basée sur la démocratie, la justice sociale,le respects des droits de l’homme.
    les détracteurs du ffs connaissent très bien tout le mal que fait le ffs au régime en place.C’est pour ça que le FFS n’osera jamais remettre en cause le combat et les engagements qu’il a adoptés depuis l’indépendance.
    Vive l’Algérie
    Vive le FFS.

  11. mouloud dit :

    Cher Monsieur Tabou,

    Vous avez de la classe et du sens dans vos interventions. Mais le changement ne se suffit plus du verbe.Il faut sans attendre passer à l’action pour réussir une mobilisation populaire massive qui forcera le changement. Tous les moyens passifiques sont permis.

    Pour ce faire, Vous devez utiliser le canal BRTV et autres cannaux qui échappent à la censure du pouvoir pour lancer des appels et convaincre le peuple algérien à adhérer aux thèses du changement pacifique.La crédibilité de notre frère Hocine AIT-AHMED apportera bien ses fruits.

    Les contributions de Messieurs Abdelhamid MEHRI et Mouloud HAMROUCHE seront d’un grand apport.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER