Un discours provocateur

bouteflikadiscours.jpgProfesseur Kamel Daoud, militant des droits de l’homme 

Sans comprendre le discours dans la nuance de la langue arabe «châtiée» telle qu’il la pratique, il apparaît que le Président a fait dans la provocation. Comme si rien ne s’était passé depuis de longs mois, ni en Algérie ni dans le monde arabe. Ignorant avec superbe ce qui se passe autour de lui, sourd aux fureurs de la population qui souffre, le Président est apparu comme un vieil homme malade à la voix éteinte, les yeux rivés sur son texte tournant les pages avec difficulté. Malgré leurs prouesses et leur maîtrise tehniquedu «traficotage» de l’image  permis par le différé, les techniciens n’ont pas pu gommer tous les stigmates d’une maladie qui, finalement, apparaît encore plus invalidante que ce que l’on craignait.

Avec ce discours on se rend compte que le pays est en plein dans la gérontocratie. De ce discours on sort inquiet pour la suite des évènements, comme si le Président avait voulu provoquer les mécontents qui, en colère, protestent sur l’ensemble du territoire depuis de longs mois. Ceci n’est pas sans rappeler un certain discours de Chadli en septembre 1988, ouvrant la voie aux émeutes d’octobre 1988.

 

La tirade concernant les droits de l’homme est une insulte aux militants des droits de l’homme qui, aux cotés des citoyens, observent la dérive d’un pouvoir politique qui, depuis le trucage répété des élections jusqu’aux atteintes les plus grossières en matière de liberté d’expression et aux violations des droits économiques sociaux et culturels en passant par un état d’urgence maintenu, bafoue les libertés individuelles et collectives, persiste à gérer le pays avec autorité, à sa guise, dans un climat banal de corruption et de dilapidation des richesses nationales.

 

Bouteflika porte maintenant une lourde responsabilité sur les conséquences imprévisibles de ce discours. On ne peut pas continuellement à bafouer la dignité d’un peuple.

Commentaires

  1. ouhrich16 dit :

    merci professeur , toujours egal a vous meme

  2. moun dit :

    lheure de verite a sonné mes freres du fond du desert aux montagnes du djurdjura rugissant comme des lions et cessant d’etres des poules, prouvant a ces gueux q’on ai bien de descendants de abane et ben mhidi qu’ils ne cessent de trahir sinon leur sang nous interpelera dans le monde bas et l’au dela , vive le peuple et l’avenir appartient au jeunes , a la democratie, on attend riens de ces assassins.a nous de changer les choses, ulach smah ulach et systheme degage

  3. El hadi dit :

    N’étant pas un professionnel de la politique ni un spécialiste du militantisme à la mode du moment, je ne comprend pas bien votre discours qui est parfois contradictoire par rapport à ce que vous avez ecri dans vos précedents commentaires, le président Bouteflika est malades et tout le monde le sait, dans vos propos je ne reconnais pas le médecin que vous êtes qui par fonction devrait exprimer un peu de compassion quelque soit votrte bord politique. Tous les présidents qu’a connu l’Algérie s’exprimaient en arabe litéraire dans leurs discours et Bouteflika n’innove pas dans ce domaine, et je le déplore moi aussi. Quant aux révolutions arabes sans les juger dans leur forme, dans leur contenu et leurs résultats immédiats ne doivent pas servir de mode à suivre à la lettre, les problèmes algériens ont leurs spécificités historiques culturelles et conjoncturelles et la solution ne peut être qu’algérienne à 100%, je vomis autant que vous le système et ses méfaits mais soyons réaliste, sans juger la forme du discours prononcé par un homme diminué physiquement le fond est annonciateur de véritables réformes pour peu que l’opposition, la vraie anticipe dans son action de mobilisation des citoyens pour qu’ils fassent le bon choix le moment venu et marginaliser les courtisans d’hier et d’aujourd’ui qui ont survécu à tous les soubresauts. Le peuple algérien et surtout la jeunesse ont toujours été des avant-gardistes dans les révoltes et le sacrifice et ils n’ont pas besoin qu’on leur vantent les révolutions des autres pour les diminuer et les pousser à agir dans la précipitation et la violence qui serviront bien les desseins des aventuriers et des corrompus . Le vrai obstacle au changement n’est pas Bouteflika en fin de règne, mais les gens qui agissent dans l’ombre ainsi que les courtisans qu’il faut dénoncer et marginaliser pour espérer une vraie démocratie.

  4. assaru dit :

    Boutef n’est pas le rédacteur de son discours. De nombreuses observations et interrogations peuvent être faites autour de ce discours, lequel discours n’est pas le sien ( il n’a fait que lire) mais la lourde responsabilité lui incombe en sa qualité de ( 3/4) de Président, puisqu’il ne peut plus gérer et guider le pays. Il l’a guidé durant douze ans et vers …la catastrophe. Le discours est plein d’ambigüités qui n’échappent pas au commun des mortels. Il avait parlé comme si de rien n’était. Rien ne s’est passé ces derniers mois, ces dernières heures. Il occulte d’importants éléments de la vie sociale, politique du pays . Cela est fait volontairement. Le discours ne s’adresse pas aux Algériens qui connaissent parfaitement Boutef , un Boutef malade, menteur, méprisant et revancheur mais à la communauté internationale( qui ignore peut-être cet homme!). C’est l’ami de Kaddafou, de Ben Ali, de Moubarek , de Bachar et de bien d’autres dirigeants identiques à travers l’ Afrique, l’ Asie … Cependant, la réponse, la vraie est venue de son ennemi jugé: Mohamed Benchico. Une réponse que le pouvoir doit méditer avant de prendre des décisions. Bravo Mohamed! L’imposteur pourra-t-il revenir?
    Quelqu’un de réformé peut-il faire des réformes dans son pays ? Ou bien donnera-t-il encore confiance aux généraux? ( dans l’année et dans la police!).Un discours insultant et provocateur!

  5. Ran-Gate dit :

    Le peuple algérien est bien et ne demande rien! Celui qui a un problème avec « le système » se manifeste. Le peuple sait où il va.

  6. sartana dit :

    C’est malheureux que avec son age et son experience, Monsieur BOUTEF n’a pas compris ce que c’est la democratie et la liberte de l’etre humain. Les vrais democrates ont trace la vie de leurs pays et sont restes eternels…
    Pour notre pauvre pays on tourne toujours autour du pot, jeunesse abandonnee, corruption, bureaucratie etc etc… sont devenus le menu quotidien.
    HELAS!!! Un dictateur ne peut jamais etre un democrate!!!!
    LA DEMOCRATIE S »A S »ARRACHE !!!!!!!!

  7. Tag dit :

    Bon Dieu comment faire confiance à un homme qui a tripoté la constitution pour s’approprier l’Algérie. Aujourd’hui ce dernier veut nous jeter dans les serres d’une assemblée croupion (fln, rnd, msp et les larbins) pour valider ses projets constitutionnels. C’est un discours insensé. Il est rejeté dans sa globalité par ce peuple qui a été ignoré pendant 2 ans.

  8. Messabih dit :

    Chassez Bouteflika ,et il revient au galop,avec maladie de Parkinson en plus !
    A l’epoque où on innove,les julien et syriens de la revolution agraire,font de la telediffusion pour une faillite politique et civilisationnelle.
    Avec Bouteflika gorbatchevien,disparaitra le cercle le plus malefique de Boumedienne !

  9. NETIZEN dit :

    Le système est entrain de se moquer de BOUTEFLIKA et du peuple entier. N’ont ils pas trouvé les pièces de rechange pour le pauvre Président ?

  10. Jugurtha dit :

    Je crois que le mal est en nous car espérer quelque chose de positif de la part d’un dictateur mégalomane et de ses mentors, c’est faire preuve d’une grande naïveté. La liberté et les droits s’arrachent, ils ne se donnent jamais! Ce qu’il faut c’est un CHANGEMENT RADICAL DU SYSTEME et non pas des réformettes octroyées

  11. said dit :

    Mais diantre comment une marionnette desarticulée, agonisante, peut elle diriger la vie de plus de 35 millions de citoyens ???? N’ y a t il pas des hommes ou des femmes capables de prendre les renes de façon democratiques et de bien gerer ce pays????Mais ma parole, on vit dans un pays de fous! sobhanallah!

  12. kacem dit :

    si je peux employer son expression je dirais qu’il est est tout a fait clair que bouteflika a fait son choix: celui de sortir la tete basse dans un avenir tres proche!!!!!! c’est honteux ! nous sommes au 21eme siecle!!!! 3aib ou 3aar 3lik!!!!

  13. kacem dit :

    je crois (selon son habituelle expression) que bouteflika a fait son choix: celui de quitter le pouvoir la tete baissée!!!!il finira ineluctablement comme ben ali et moubarek!

  14. Ali dit :

    Juste après le discours de Boutef,la Francce à réagi par le biai de son ministre des affaires étrangères pour lui attribuer une bonne note.Au fait notre chère président est la marionnette des marionnettes téléguidées à partir de Matignon.D’ailleurs l’ancienne MAE Française l’avait déclaré avant de laisser son fauteuil « la politique de la France vis à vis des pays du Maghrèb ne relève pas de notre politique étrangère » en d’autres tèrmes nos chères pays pour lesquels se sont sacrifiés nos ainés sont en réalité que des départements interieurs (d’outre mèr)de l’ancienne colonie. Mon dieu et si les Martyrs reviendraient un jour.En tout cas l’Algérie est obligée d’enfanter encore des Abane,Benmehidi,Khemisti,Didouche, Zabana…et tous les autres lions des djibéles qui ont donné leur vie pour que de téls traitres prennent en otage le pays.Que dieu nous donne assez de courage pour affronter la situation qui s’avère très ardue pour nous et meme pour nos enfants.l’Histoire est en marche et personne ne pourra l’arreter,bonne chance à tous et vive l’Algèrie démoctratique.

  15. anemlay dit :

    Mr DAOUD, il y a quelques jours, sur ce même blog, vous vous êtes attaqué à tous ceux qui ont osé se battre, à leur façon, de manière gauche peut-être, pour exercer une pression sur le régime et l’amener à céder quelque chose. Vous vous êtes réjoui qu’ils aient échoué dans leur combat et affiché votre satisfaction de voir que « le FFS a raison ». Aujourd’hui, force est de constater que la Direction du FFS a berné ses militants et les algériens avec son attitude attentiste!

  16. Wassila dit :

    En lisant quelque part que le Secrétaire général de l’APC de Dely Ibrahim est un agent de la DRS sans aucune formation universitaire, j’ai compris que l’avenir de l’Algérie sera plus que sombre.

  17. Kamel Daoud dit :

    @ anemlay. Je ne me réjouis de rien, bien au contraire, je constate seulement l’amateurisme de ceux qui ont voulu « jouer » à la rue face à un régime parmi les plus diaboliques au monde actuellement. Ils n’ont fait que permettre à ce régime de montrer ses flics et ses baltaguias. Rappelez vous la suspension du processus électoral comment le FIS est tombé dans le piège de la violence malgré son succès électoral En dehors d’une transition politique pacifique vous ne me trouverez pas avec ceux qui veulent envoyer nos jeunes à l’abattoir. A nous d’organiser un rapport de forces politiques favorable à la démocratie. Personnellement je suis impliqué dans cette voie, au niveau de la LADDH qui constitue un élément de base dans la construction de ce rapport de forces …quand on ne fait pas n’importe quoi en suivant l’air du temps.

  18. Messabih dit :

    JUPPE,le ministre des affaires etrangeres doit demander à Bouteflika,comment la fratrie de Benbella et de Boumedienne,a t’elle assis tout un peuple ,pour qu’il n’y ait
    jusqu’à nos jours,rien q’une television,une seul radio,et les autres UNIQUES ?

  19. drole dit :

    Boutef a drolement changé, à croire qu’il sort d’un sarcophage… Le front hyper bombé, la voix éteinte, les yeux accrochés à son discours, etc…. Sa place est vraiment ailleurs, .Ce mort vivant ne reposera pas en paix, il a fait trop de mal autour de lui.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER