Archive pour avril, 2011

Tizi-Ouzou: Les manifestants du MAK étaient plus nombreux que ceux de la CNCD

ferhat.jpgEnvirons trois cents personnes ont marché aujourd’hui à Tizi-Ouzou à l’appel de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (proche du RCD). Les manifestants ont marché du carrefour « 20 avril » vers le siège de la wilaya en passant par le siège de la direction de la culture que dirige Ould Ali El Hadi.

Les partisans du MAK ont été plus nombreux à manifester dans les rues de la ville de Tizi-Ouzou. Selon notre source près de 700 personnes ont répondu à l’appel du Mouvement autonomiste. Arrivés devant l’ancien siège de la mairie de Tizi-Ouzou, les manifestants ont improvisé une prise de parole pour appeler à l’autonomie de la Kabylie. El Mouhtarem

La wilaya d’Alger n’a reçu aucune demande de meeting émanant du RCD

sadi2.jpgLa wilaya d’Alger affirme dans un communiqué publié mercredi n’avoir reçu, à ce jour, aucune demande de réunion publique émanant du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). “Certains quotidiens de la presse nationale ont fait état, ce mercredi, que le parti RCD s’est vu refuser l’utilisation de la salle Harcha Hacène et la coupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf pour y tenir une manifestation publique”, note le communiqué.

A cet égard, la wilaya d’Alger informe qu’”elle n’a reçu aucune demande de réunion publique émanant du parti politique RCD”.

“Hormis la salle Harcha, dont les gradins sont en phase de réfection et de confortement, conformément aux recommandations émises par l’organisme CTC, toutes les salles de la wilaya d’Alger sont mises à la disposition des partis politiques et autres associations qui en feront la demande dans les formes et les délais requis”, assure encore la wilaya d’Alger.

Il est rappelé dans le communiqué que, conformément aux instructions du gouvernement, la wilaya d’Alger “avait déjà instruit tous les gestionnaires de ces espaces publics sportifs et culturels, dépendant des communes, de la wilaya et même établissements publics nationaux à caractère industriel et commercial, à l’effet de faciliter aux demandeurs, partis politiques et autres associations, l’utilisation, à titre gracieux, de ces salles et complexes. Ce qui a été toujours le cas”. “Une correspondance du cabinet du wali d’Alger, datée du mardi 19 avril 2011, a été adressée à ce parti pour marquer la disponibilité des services compétents de la wilaya à traiter la demande qui serait faite avec toute la diligence voulue”, ajoute le communiqué de la wilaya d’Alger.

Nacer Mehal: «Le rapporteur de l’ONU est victime de l’intox»

mehal.jpgEl Mouhtarem « Algérie Politique »  

Le ministre de la Communication, Nacer Mehal, a rejeté aujourd’hui mercredi les critiques du rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, Frank La Rue, à l’encontre des institutions de l’Etat qui ne respectent par la liberté d’expression et d’opinion en Algérie. 

«Nous n’avons pas encore reçu les recommandations du Rapporteur de l’ONU; notre réponse sera connue une fois le rapport rendu public», a déclaré Nacer Mehal sur les ondes de la chaine 1 de la radio nationale. «Je ne suis pas d’accord avec le Rapporteur de l’ONU quand il évoque la question des visas et des accréditations pour les journalistes étrangers. Toutes les demandes de visa et d’accréditation ont été satisfaites», a affirmé le ministre. Selon lui, le Rapporteur de l’ONU « est victime de l’intox ». 

L’invité de la radio a indiqué, par ailleurs, qu’aucune censure n’est pratiquée en Algérie, en réponse à un article de TSA sur l’interdiction de la revue «Arabies» en Algérie. «Je demande à TSA de présenter des preuves sur l’interdiction de la revue «Arabies», a ajouté le ministre. 

Des journalistes touchent 6000 DA, d’autres font du commerce avec les chambres sécuritaires ! 

Interrogé sur les conditions sociales des journalistes, le ministre de la Communication s’est dit «choqué» en apprenant que des journalistes perçoivent un salaire ne dépassant pas 6000 DA. «C’est honteux que beaucoup de journalistes de la presse privée ne perçoivent même pas le SNMG. Lorsque j’ai demandé à ces journalistes pourquoi ils ne protestent pas; ils me disent qu’ils ont peur de perdre leur emploi», a déclaré le ministre. A cet effet, il a annoncé avoir demandé une grille de salaires pour la corporation. 

Concernant le problème du logement, Nacer Mehal a indiqué qu’il allait rencontrer bientôt le ministre de l’Habitat afin de trouver des formules pour aider les journalistes à accéder au logement.  Et de préciser: «Je ne fais aucune promesse aux journalistes, même si je ferai de mon mieux pour règler la crise du logement». Le ministre a par ailleurs appelé à régler la crise morale qui touche la corporation.  »Il est immoral que des journalistes font du commerce avec les chambres sécuritaires que l’Etat a mis à leur disposition, alors que d’autres dorment dans des hammams », a dénoncé Nacer Mehal.

Autonomie de la Kabylie: L’offre de services de Ferhat Mehenni aux Etats-Unis !

ferhat.jpgEl Mouhtarem « Algérie Politique« 

Le président du Gouvernement provisoire de Kabylie (GPK), Ferhat Mehenni a appelé l’administration américaine à faire pression sur l’Algérie, son alliée dans la lutte antiterroriste, pour accepter la revendication de l’organisation d’un référendum sur l’autonomie de la Kabylie. «Le référendum pour l’autonomie de la Kabylie que revendique le peuple Kabyle doit se faire en commun accord avec Alger », a souligné Ferhat Mehenni dans une lettre qu’il a adressée au département d’Etat américain et les organismes internationaux. 

L’aventurier Ferhat Mehenni a averti que c’est dans l’intérêt des Etats-Unis et du monde occidental de soutenir l’autonomie de la Kabylie. «Les montagnes de Kabylie sont sous l’emprise d’Al-Qaïda au pays du Maghreb. Et nous savons que notre programme laïque s’inscrira dans la lutte contre l’islamisme, parce que, contrairement au gouvernement algérien, nous cherchons à éliminer l’idéologie des institutions politiques, pas seulement les symptômes de cette idéologie», a indiqué le président du GPK. Selon lui, l‘Algérie encourage le terrorisme qu’elle est censée combattre

Le président du GPK, a ajouté qu’il est scandaleux pour «nous» d’entendre certains responsables américains qualifier le régime algérien de «laïque». «Ces responsables, explique Ferhat, ont besoin de voir ce qui est enseigné dans les écoles, ce qui est prêché dans les mosquées et dans les médias officiels en arabe, et même dans notre langue pour endoctriner notre société»

Dans le cadre de la lutte antiterroriste, Ferhat Mehenni a indiqué que les «Patriotes» kabyles étaient plus efficaces durant la décennie noire que l’Armée algérienne. «Depuis le début du terrorisme islamique dans les années 90, des groupes de villageois kabyles appelés «groupes de légitime défense (GLD)» ont été créés afin de défendre le territoire kabyle des terroristes qui n’appartiennent pas à notre société», a écrit Mehenni. Et d’ajouter : «A ce jour, ces patriotes mal armés et mal formés restent beaucoup plus efficaces pour leur maîtrise naturelle du  terrain kabyle, et ce contrairement à l’armée algérienne»

Mehenni a souligné qu’en cas de victoire, les Kabyles sont toujours prêts pour une coopération militaire plus audacieuse et plus efficace avec les États-Unis dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamique

«Le 11 Septembre 2001, les Kabyles ont brandi des drapeaux américains dans les rues pour appuyer les États-Unis. En dehors d’Israël cela n’a jamais été vu, à notre connaissance, dans le Moyen-Orient ou en Afrique du Nord. Nous avons besoin d’être reconnus, aidés et financés afin de préserver nos valeurs laïques et démocratiques que nous partageons naturellement avec le monde occidental», a conclu Ferhat Mehenni.

Après plusieurs années d’absence, La Nation revient ! (www.lanation.info)

 

nation.jpgTrès bonne nouvelle pour les partisans du changement et  les militants de la démocratie en Algérie : l’hebdomadaire « La Nation » est de retour. Après de longues années d’absence en raison de la pression exercée par le pouvoir sur les journaux libres et réellement indépendants, La Nation revient dans une version électronique. www.lanation.info

(Lire la suite)

Le Sud algérien déconseillé aux Français

sud.jpgParis recommande aux Français « d’éviter » le sud de l’Algérie en raison « des menaces actuelles dans la zone sahélienne », a déclaré mardi le ministère des Affaires étrangères, peu après une alerte mettant en garde contre des enlèvements au Mali et au Niger.

« En raison des menaces actuelles dans la zone sahélienne, il est recommandé aux Français résidents ou de passage d’éviter tout déplacement dans les régions de Djanet et de Tamanrasset, même dans le cadre de circuits organisés par des agences agréées », souligne le ministère sur son site internet à la rubrique « conseils aux voyageurs ».AFP

La machine à faire peur

terro.jpgPar Chafaâ Bouaiche 

Dans un pays normal, une grève ou un rassemblement font partie de la respiration normale d’une société. Dans un pays policier, c’est un acte de subversion, de déstabilisation voire même une entreprise de trahison. 

Dans son discours à la nation, le chef de l’Etat, n’ayant rien à proposer d’autre qu’une occupation nationale à la révision de textes qui ne s’appliquent jamais, a donné un aperçu de ce prisme policier. Dans ce discours, ceux qui font grève, manifestent pacifiquement dans la rue pour leurs droits sont clairement désignés comme des fauteurs de troubles, des «mouchaouichine» qui mériteraient qu’on lâche sur eux toute la Balta-Gia d’Algérie. 

«Nul n’a donc le droit de réinstaller, d’une façon ou d’une autre, la peur dans les familles algériennes, inquiètes pour la sécurité de leurs enfants ou de leurs biens ou plus grave encore, l’inquiétude de toute la nation sur l’avenir de l’Algérie, son unité, son indépendance et sa souveraineté nationale», a déclaré Bouteflika. 

A moins de mettre tous les Algériens dans la case «terroriste», cette mise en garde est totalement déplacée. Mais, c’est le style de la maison poulagua-politique d’Algérie, que de considérer les syndicalistes et les militants des droits de l’homme et de la démocratie comme des «menaces» à écraser et à stigmatiser. 

Aux yeux de Bouteflika, militer pour le changement du système veut dire: réinstaller la peur dans les familles et menacer l’unité nationale et sa souveraineté ! Le message est donc clair: les Algériens sont appelés à soutenir le pouvoir qui garantit leur sécurité, et que tout soutien aux forces du changement risque de replonger le pays dans l’inconnu. Est-il surprenant de constater que le discours aphone et laborieux de Bouteflika a créé un sentiment de peur chez les Algériens. Un pays jeune dirigé par un malade a de quoi être inquiet. 

Ce discours déconnecté du réel a été immédiatement suivi par deux attentats qui ont fait plusieurs morts dans les rangs de l’armée. Sans faire dans la théorie du complot, on peut observer que les actions macabres des terroristes sont sournoisement exploitées pour mettre en garde contre les velléités de vouloir demander le changement. Le terrorisme, on le sait déjà, sert à justifier la dictature. Il permet au système d’essayer de réinstaller la peur dans les familles algériennes afin de les amener à renoncer voire à se soumettre.

The result of the sit-in today in front the Syrian Embassy in Algiers

khaled.jpgA group of journalists, members of MJIC, Hakim Addad, political activist, leaders of the FFS and the first secretary, Karim Tabbou organized a sit-in, in front the Syrian Embassy in Algiers for solidarity with the journalist Khaled Sid Mohand, detained in Syria since April 9.

The journalist Chafaa Bouaiche had met the Public Relations Officer at the Syrian Embassy. He got a cynical answer to a question about the conditions of detention of Khaled Sid Mohand. « We have no information about this journalist. We don’t even know if he is imprisoned or not … We don’t know anything, « he said.
Members attending the sit-in have decided to organize another sit-in to mobilize more people.
We are with our friend Khaled

Compte-rendu du sit-in devant l’ambassade de Syrie à Alger

khaled1.jpgUn groupe de journalistes, des membres du MJIC, Hakim Addad, militant politique, des responsables du FFS dont le premier secrétaire, Karim Tabbou ont tenu un sit-in devant l’ambassade de Syrie à Alger en guise de solidarité avec le journaliste Khaled Sid Mohand, détenu en Syrie depuis le 9 avril.

Le journaliste Chafaa Bouaiche a été reçu par le chargé des relations publiques au niveau de l’ambassade de Syrie. Ce dernier a eu une réponse cynique à une question sur les conditions de détention de Khaled Sid Mohand. « Nous n’avons aucune information concernant ce journaliste. Nous ne savons même pas s’il est détenu ou pas…Nous ne sommes au courant de rien », a-t-il déclaré. Les membres présents au sit-in ont décidé d’organiser un autre rassemblement pour mobiliser plus de monde. 

De tout cœur avec notre ami Khaled ! 

L’Algérie est passée de 57 à 30 partis !

magicboutef.pngLe ministre de l’Intérieur, Dahou Ould Kablia a indiqué, lors d’un point de presse animé à Tlemcen, que si l’Etat n’a pas accordé d’agrément à beaucoup de partis, cela est dû aux nombreux problèmes qui ont existé par le passé. Il devait rappeler dans ce contexte que la loi sur les partis de 1990 comportait beaucoup d’insuffisances, qui ont permis d’agréer 57 partis, et que la moitié s’est autodissoute par manque de représentativité, sans même l’intervention de l’Etat, rapporte La Tribune.

123456...14

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER