Un ministre du GPK à l’enterrement de Mohand Issad

gpk.jpgC’est quand même du délire: Dans un pays où une simple déclaration peut valoir la prison, Arezki Ath Hamuch, prone publiquement la création d’un Etat kabyle, menace le régime de la Cour pénale internationale (CPI)  et malgré cela se balade depuis des semaines en Algérie, donne des conférences dans les universités et assiste même à des obsèques publiques à Alger au coté du général Khaled Nezzar ! Boutef va peut-être le mettre aussi dans sa comission de réformes de la constitution ? Un citoyen

Commentaires

  1. Amesfulman dit :

    « Un citoyen » qui veut envoyer un autre citoyen en prison c’est du délire!Dans un pays démocratique,le MAK aurait accés aux médias publics audio-visuels au mème titre que tout parti politique,l’essentiel est d’opter pour l’action pacifique,ce que prone ce mvt depuis sa naissance.Vous avez une drole de conception de la démocratie,cher « citoyen ».

  2. Amar dit :

    Le discours politique, les communiqués divers, les actions, les mots d’ordre, tout ce qui émane du MAK-GPK indique que ce micro-parti n’est qu’une succursale, une officine du DRS. Le MAK a été instigué suite aux moults entretiens de Ferhat avec le Colonel Rachid AISSAT de Thazmalt, un intime de Zerhouni, le bras droit de Boutef’…

    Le MAK en Algérie sert le Régime militaire, en France travaille pour la droite dure, sarkozienne en l’occurence, marquée par la politique du pilori et de la xénophobie, qui vise à faire des maghrébins et des africains, cl’immigration post-coloniale « un nouvel ennemi intérieur »…

    Sur les sites autnomistes, les relents racistes lepenistes sont légion, avec un discours pourri et infeste, qui puise dans « l’anthropolie colonaile », les stéréotypes, clichés et paradigmes hérités de triste mémoire, celle du colonialisme français, barbare et criminel ! Hautement grave !

    Vite , une pétition « PAS EN NOTRE NOM », bien élaborée, à diffuser le plus largement possible.

    Le MAK travaille et laboure pour le Régime miltaire en général, et pour un Clan en particulier…

    Le discours des MAKistes est marqué par le racisme arabophobe et islamophobe, aucun attaque contre Les Généraux criminels, c’est un discours qui va dans le sens de la division, la dispersion, l’éparpillement, l’effritement, l’atomisation. Un discours en conformité
    totale avec la stratégie des Maitres de la SM-DRS :
    1) isoler davantage la Kabylie;
    2) neutraliser l’opposition en Algérie.

  3. Tag dit :

    Vive le MAK
    Vive le GPK
    Que Dieu ait ton âme PROFESSEUR Dda Mohand ISSAD.

  4. Amokrane dit :

    Lors de la Grève du cartable, Ferhat et d’autres “leaders” avaient emmené leurs enfants en France et les y ont inscrits à l’école. Personne n’a démenti cette information. A elle seule, elle suffit pour dire que ce Ferhat et ses acolytes sont des aventuriers…

    Et puis, le vrai-faux rapt de Matoub
    dans la fameuse villa d’Ath Rveh, les insultes proférées contre Mammeri, les attaques contre l’opposition à partir de 1988, la participation à la création du RCD sur ordre du Clan Belkheir et la SM
    -Sécurité militaire, la création du MCB-2, puis du MCB-3, et d’autres conneries et dégueulasseries de Ferhat le sot et mégalo…

    Ses entretiens avec le Colonel de la SM
    R. Aissat, Yennayer fété à la Mairie du XVI° à l’invitation de l’extrémiste
    C. Goasguen, ses liens avec des Organisations Extrémistes sionistes-ultras(UPJF,etc,etc), le financement du MAK par des ennemis jurés et déclarés de l’Algérie…

    Ses mensonges sur le détournement de l’
    avion d’Air France par les nervis “manipulés du DRS”, il sait bien que 40 Hauts gradés
    qui devaient etre à bord n’étaient pas montés, et que L’Aéroport hautement surveillé par le DRS ne peut laisser s’échapper un moindre mouvement sans sa complicité…Si c’était vraiment des islamistes, Ferhat n’aurait pas survécu! Car connu pour les liens du RCD avec le Régime militaire, le DRS notemment!

    Ferhat doit parler des assassinats de Mammeri, Djaout et Matoub, car il sait bien des choses…ceux-ci étaient liquidés après leurs désapprobations du RCD,ce“valet d’atout”,carte maitresse de la Junte militaire dans la Région, en Kabylie…

    Quand est-ce qu’il publiera le livre promis “CLAIR-OBSCUR EN ALGERIE” où il devait raconter les vérités sur l’Affaire Matoub ? Il connait les Neuf activistes du RCD utilisés par le DRS pour cette manoeuvre provocatrice…

  5. Ali. B dit :

    Le suicide politique de Ferhat Mehenni n’aura pas été un acte manqué. Le patron du MAK a pourtant été informé des conséquences de sa démarche politique de la création d’un gouvernement provisoire de Kabylie. Des membres fondateurs du MAK et toutes les figures politiques de la Kabylie ont tenu, dès le départ, à se démarquer de Ferhat Mehenni, ne manquant pas de le conseiller sur les conséquences de son aventurisme.

    Mais l’autoproclamé «Chef du gouvernement kabyle» n’a rien voulu entendre, s’emmurant dans l’entêtement. M. Mehenni ira même jusqu’à comparer la proclamation de son GPK, à partir de Paris, aux événements du 5 Octobre 1988 et même aux événements fondateurs de la Guerre de libération nationale. Poussant l’audace à son paroxysme, Ferhat Mehenni tentera d’instrumentaliser, de nouveau, les problèmes sociaux et sécuritaires dans lesquels patauge la région de Kabylie, arguant que cette situation lui est propre et qu’elle est, en plus, bien préméditée.

    Ce qui est complètement absurde, cette situation étant le résultat global d’une incompétence généralisée et qui touche à tous les Algériens. Lâché par la classe politique kabyle, par la population kabyle même qui s’est montrée complètement indifférente à son annonce, M. Mehenni n’avait d’autre échappatoire que le soutien international. Il n’en sera rien, Paris, c’est-à-dire l’Europe, a annoncer clairement qu’elle ne peut cautionner ce genre d’acte. Mieux encore, la France a reconnu au Pouvoir algérien ses efforts pour la promotion de la culture kabyle, ce qui ne laisse aucun espace à la victimisation ethnique sur laquelle joue Ferhat Mehenni.

    Que va-t-il faire maintenait ? Probablement rien, sauf constater les dégâts occasionnés par son coup de poker. Des dégâts qui risquent d’être terribles pour lui et son mouvement politique, le MAK, dont il vient de signer l’acte de décès.

  6. Nirvana dit :

    le M.A.K est une création du laboratoire du systéme pour casser l’élan de la démocratie.

  7. Assaru dit :

    Un ministre du GPK en Algérie est une première et c’est encourageant! Est-ce une ouverture ou une confrontation d’idées et d’arguments ? Le gouvernement doit accéder aux revendications de la Kabylie avant qu’un vent ne souffle comme au Sud du Soudan! Merci Ferhat, l’ancien!

  8. Boukerouis Bezza dit :

    Il y’a des cadres supérieurs algériens qui occupent des postes prestigieux en Algérie, des medecins spécialistes bien installés et qui gagnent des forunes en Algérie, il préfèrent quitter l’Algérie pour recommencer à zéro une nouvelle vie en Europe, aux USA ou au Canada, non pas pour chercher l’ragent et le gain matériel mais simplement en quete d’une qualité de vie et une dignité perdues dans leur pays d’origine l’Algérie…. la qualité de vie en Algérie est devenu execrable, faut pas s’etonner que notre pays n’a aucun attrait pour les expatriés et c’est pas demain que ça va changer….

  9. Corbeau dit :

    La domination sur les consciences passe essentiellement par l’utilisation viciée du langage par un système détenteur de l’ensemble des moyens de communication. Le pouvoir Algérien s’appuie sur une politique d’abrutissement des masses. C’est avant tout une politique de la résignation et de l’impuissance, c’est un langage de l’acceptation passive des choses telles qu’elles sont et telles qu’elles doivent demeurer. Mais c’est face à la soumission du plus grand nombre de personne qui se prétendent être citoyens que le système se réjouit aujourd’hui de sa position et de sa domination. Et se sont les mêmes soi-disant citoyens qui à force d’obéir au système ont fini par développé des reflexes de soumission, et continuent de nous imposer un mode de vie misérable et pitoyable que l’on a construit pour eux car ils se sont faits à l’idée d’obéir depuis toujours. L’obéissance est devenue leur seconde nature. Ils obéissent sans savoir pourquoi, simplement parce qu’ils savent qu’ils doivent obéir. Obéir, servir et se nourrir, voilà le triptyque qui domine leur vie. Ils obéissent à leurs patrons, à leurs propriétaires, à leurs marchands. Ils obéissent à l’injustice et au pouvoir qui les opprime car ils ne savent rien faire d’autre. La désobéissance les effraie plus que tout car la désobéissance, c’est le risque, l’aventure, le changement. Mais de même que ces esclaves paniquaient lorsqu’ils avaient perdu de vue Boumedienne, ils sont perdu aujourd’hui sans le pouvoir qui ils ont créé. Alors ils continuent d’obéir. C’est la peur qui a fait d’eux des esclaves et qui les maintient dans cette condition. Ils se courbent devant leurs maîtres, ils acceptent cette vie d’humiliation et de misère par crainte. Ils disposent pourtant de la force du nombre face à ces despotes qui les gouvernent. Leur force à eux, ils ne la retirent pas de leur police mais bien du consentement de ces esclaves. On leur avait fait croire que s’adapter à cette vie revient à s’adapter au monde tel qu’il est et est tel qu’il a toujours été. Le système les a persuadés qu’il n’existe pas d’alternative. Rêver d’un autre mode de vie est un crime condamné à l’unanimité.

    Aujourd’hui faut il condamner ou remercier tous ceux qui n’avaient jamais cessé de nous ramener à notre réalité identitaire et ce depuis l’accession de l’Algérie à son indépendance. Doit on incriminer ou féliciter toutes et tous ceux qui de l’intérieur ou de l’extérieur de l’état algérien, dans la rue ou dans les administrations rabaisser notre Algériennité au rang d’une insulte, d’une souillure, d’une honte nationale ou dans le meilleur des cas d’une menace sur l’unité du pays. En tout état de cause, le chantage exercé sur nous de choisir entre être arabe ou ne pas être algérien est de même ordre que celui auquel nous soumettait le colonialisme « être chrétien ou ne pas être citoyen ». Dans ce pays, le pouvoir qui exige de nous de renoncer à notre identité et à notre langue pour celle qui nous impose est de type colonial. Après la langue, qui l’empêcherait de nous demander de changer de peau, de visage et pourquoi pas de statut d’être des humains libres pour celui des esclaves voir de bêtes de sommes. Non, notre dignité impose que nous nous assumions dans ce que nous sommes et non dans ce que des despotes racistes voudraient que nous devenions. Nous sommes Kabyles et nous formons un peuple fier de l’être. C’est une donnée que le pouvoir algérien et ses serviteurs feraient mieux d’assimiler.
    Je veux juste ne pas être comme eux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Vive la Kabylie libre

  10. yassine tefra-tkuk dit :

    le GPK et le MAK ont au moins eu le culot de déposer plainte contre le régime à la CPI. merci El Mouhtaram de vouloir avertir boutef pour arreter notre ministre !!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER