Lettre à M. le Directeur Général de l’O.P.G.I. de Bouira

copiedearchitecte.jpgMonsieur,

En lisant sur le quotidien Le Soir d’Algérie daté du 16 mai 2011 que vous avez déclaré à mes consœurs et confrères architectes que vous ne faites «qu’appliquer les Lois de la République et de la tutelle», je me suis posé la question: Est-il sérieux ?

J’aurai écrit à M. le Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme pour lui signaler votre égarement si ce n’est la réponse que ce dernier m’avait donnée lors du salon Batimatec son «Niet» aux architectes rapporté sur le «le périscope du soir d’Algérie » du 18 mai 2011. Ainsi en m’adressant publiquement à vous, je le fais aussi à l’ensemble des responsables en charge des programmes de construction et d’aménagement aux frais du contribuable.

Si vous aviez à vendre du yaourt, Monsieur, vous vous serez imposer d’appliquer la législation et la réglementation en la matière mais pour la production architecturale vous niez sciemment la Loi en la matière qu’est le Décret législatif 94.07 du 18 mai 1994 relatif à la production architecturale et l’exercice de la profession d’architecte!

Cette Loi définie le maître d’œuvre, le maître d’ouvrage & le maître d’ouvrage délégué ! Vous passez outre !

Vous transgressez, aussi, la Loi relative à l’urbanisme & à l’aménagement qui vous impose le Permis de construire préalable ! Cette loi donne l’exclusivité de l’établissement du dossier de permis de construire à l’Architecte & à l’ingénieur agréés !

La gestion des deniers publics impose certaines garanties que je sache : que le projet acquière le Permis de construire, puis le certificat de conformité (qui vaut permis d’habiter !). Que le projet ait, après réception, sa garantie décennale telle que prévue par le Code civil.

Combien de logements avez-vous fait habiter sans ce permis d’habiter? En droit, Monsieur, cela est qualifié d’exposition de la vie d’autrui à danger de mort ! Et politiquement cela est de la provocation des citoyens à qui les autorités démolissent les constructions qui sont dans le même cas que 98% de votre parc logement !

Il est temps, Monsieur, que nous nous parlions sincèrement : vous avez beau dire sur la qualité architecturale produite par mes consœurs & confrères, mais savez-vous au moins ce que vous leur commandez ? Des logements types « F3 » mais qu’est pour vous ce « F » ?

Quant à l’adaptation, je vous dirai simplement qu’un costume a beau être très beau, mais porté par tout le monde, il devient uniforme !

Votre responsabilité, Monsieur, ne se limite pas au « chiffrisme », elle va au-delà du Code des marchés de l’opérateur public :

- Relisez l’ensemble des contrats d’études que vous avez signé & trouvez moi un seul acceptable par un tribunal !

- Réécoutez Monsieur le Président de la République, écoutez Messieurs les Ministres, lisez les journaux, ouvrez les oreilles : ça parle d’Habitat, d’urbanisme, de ville, d’établissement humains, cités, de développement durable, de matériaux locaux, de nouveaux matériaux, d’économie d’énergie, d’emploi & d’emploi de jeunes, d’innovation etc. & vous en êtes encore à ces cahiers des charges insultant pour le génie, la civilisation & la culture de vos concitoyens.

- Essayez de saisir les notions & concepts d’architecture maghrébine, arabo-islamique, moderne, de confort, de famille, économie d’un projet … au lieu de nous les rassasier tel un néophyte.

- Vos pratiques & vos affirmations, Monsieur, n’augurent rien de bon pour le pays, cessez cette arrogance & dites-vous :

a- Qui mieux qu’un architecte peut gérer un O.P.G.I., une D.L.E.P. ?

b- Qui en dehors de l’architecte peut vous faire réaliser mieux, moins cher & rapidement ?

c- Qui plus que l’architecte endosse la responsabilité de l’œuvre ?

d- Que vaudrez-vous –selon votre cahier des charges-avec vos diplômes & expérience, si étiez employé chez un architecte ? Une imprimante ? Une voiture ?

Et ouvrez les yeux, ceux à qui vous vous êtes adressé sont JUSTEMENT LES ARHITECTES !

Et si nous élevions le niveau & replaçons chacun & chaque élément à place :

- Le Directeur général de l’O.P.G.I. est le maître d’ouvrage délégué pour la réalisation des logements sociaux.

- L’architecte agréé est le maître d’œuvre qui conçoit le projet & assure le suivi des travaux.

- L’Ordre des architectes est le représentant légal de la profession. Les cahier des charges relatifs aux appels à compétence des architectes sont de contrats avec la profession & de ce fait doivent être négocié avec le dit représentant statutaire.

- Dites aux architectes le montant de l’enveloppe, le programme & les délais minimas & laissez-les vous proposer des projets d’établissements humains avec choix des procédés de réalisation, des matériaux, formes & couleurs répondant aux attentes du citoyen. Enfin, qu’une commission composée de compétences –non d’employés aux ordres- de divers horizons choisisse ce qui enrichira la ville & le pays & confortera le citoyen.

Enfin, pour ce qui est de la saisine de la justice, rien n’est plus facile & le résultat ne peut être qu’en conformité –justement- avec les Lois de la République :

- Vos cahiers des charges seront annulés ;

- Le programme de développement accusera un retard préjudiciable ;

- Et vous aurez à répondre de plusieurs délits.

Réfléchissez-y.

Haute considération.

POUR LE CLOA DE BOUIRA

Commentaires

  1. ait yahiatene dit :

    monsieur le ministre heureux les martyres de la profession qui n’ont rien vus.depuis la communication de Mr NAIT SAADA A BOUIRA sur le decret portant conformité et regularisation des constructions et devant un nombre importants de batisseurs et homme politiques et biensure mes collegues architectes en déclrant sans connaitre la gravité de la déclaration que lui meme a benificie d’un cachet d’un jeune architecte pour faire passer son dossier de permis de construire,j’ai conclué que la maison de notre ministre et le batiment va trés mal……..

  2. architecte trés angoissé dit :

    Bouira : Les architectes protestent devant le siège de la wilaya
    Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

    le 15.05.11 | 15h23 Réagissez
    ImprimerPDF Envoyer à un ami Flux RSS Partager

    Les architectes de la wilaya de Bouira ont observé, ce dimanche 15 mai, un sit-in de protestation devant le siège de la wilaya pour dénoncer la précarité de leurs conditions de travail.

    Ils étaient une vingtaine à venir exiger du respect de l’administration et à remettre en cause le cahier des charges en vigueur qui, affirme-t-on, n’arrange pas la corporation des architectes et surtout les nouveaux d’entre eux. « Le cahier des charges porte atteinte surtout aux nouveaux architectes », souligne Leham Aomar, architecte et président de la délégation de Bouira.

    Ainsi, dans une la plate-forme revendications envoyée aux autorités, les architectes protestataires exigent de celles-ci le droit d’exercice de leur profession dans la wilaya, le droit des honoraires dignes de la profession, le respect et promotion des relations de partenariat maître d’œuvre/maître d’ouvrage. « On a élaboré une plate-forme de revendications qu’on a remise à l’APW depuis près d’un mois, mais on n’a reçu aucune réponse à ce jour. Cela c’est du mépris de la part de l’administration», s’indigne notre interlocuteur.

    Les architectes demandent également l’introduction du droit de recours dans les cahiers de charges, de bannir les concours d’adaptation et de les associer dans les examens de construction. « Il y a des maîtres d’ouvrage qui sont en train de lancer actuellement des concours d’adaptation, une chose qui n’a jamais existé auparavant. En d’autres termes, cela va démunir l’architecte de son essence même qui est la créativité. En plus, cette pratique est antiréglementaire », ajoute M.Leham. Il est à préciser que pour le projet du nouveau pôle universitaire à réaliser à Bouira, les autorités compétentes ont lancé un concours d’adaptation.

    Pour M.Ikhlef Amine, membre du bureau local d’Alger, il faut en finir avec la précarité dans la production architecturale. Pour que l’idée soit une réalité, ce dernier parle d’un nouveau cahier des charges qui sera élaboré incessamment par les délégations du centre. « Les architectes veulent en finir avec les conditions précaires de la production architecturale. À partir de maintenant on va élaborer, nos les architectes du centre, un cahier des charges qui va être un contre-projet de celui établi par l’administration », dit-il. Et Ikhlef Amine d’enchaîner : «La qualité de l’architecture est une revendication de l’architecte lui-même. Mais le cahier des charges qui donne la primauté aux moyens, c’est-à-dire un éminent architecte qui propose un chef-d’œuvre architectural, tout simplement son œuvre sera rejeté parce qu’il n’a pas de voiture ni appareil topographique…et

  3. slam dit :

    Cher camarade Nourredine, ce que tu expliques à travers ta missive n’est que triste réalité des choses! En effet, et ceci tout le monde de la profession de l’habitat et de la construction, le sait parfaitement que les permis de construire sur une assiette de terrain à bâtir doit exclusivement contenir un acte de propriété authentifié de cette dernière.Hors, il se trouve que les terrains dits » communaux  » sur lesquels sont érigées des constructions à caractère public ne possèdent pas cette pièce importante dans le dossier de demande permis de construire!Ce qui implique que toutes les projets de constructions de logements ou autres publics initiés par l’ état sont susceptibles d’être classés sur la liste déjà exhaustive des constructions dites illicites.A partir de là, comment peut-on dans ces cas précis obtenir des certificats de conformité et une garantie décennale délivrée par les assurances au vu des rapports de suivis de chantiers établis par les architectes et les organismes de contrôle de la construction.La dessus il apparait très clair que tout ce que fait l’état dans le domaine de l’habitat est quasi illégal par rapport aux lois que lui-même a promulgué!C’est, sur le plan politique, une irresponsabilité car c’est exposer les populations à la précarité et le danger permanent en ce qui concerne le logement.
    Camarade Nourredine, discuter de cette question de légalité et de légitimité en matière d’habitat susciterait un long débat qui remettrait en cause celles d’un état construit sur du faux!La démocratie dans un pays demande à être
    observée sous tous ses angles car il n’y a pas que la liberté d’expression qui primerait!
    Les questions relatives à l’habitat sont éminemment politiques et relèvent de textes jurisprudentiels très largement débattus par des assemblées populaires légitimement élues.
    D’autre part, et c’est tut à fait personnel, j’aurais tant aimé que le FFS réunisse des cadres pour discuter et débattre de ces questions qui demeurent très importantes afin de sortir avec un document qui contiendraient des propositions concrètes et claires sur ces questions cruciales et de l’heure!
    A ce propos, si tu es d’accord, je souhaiterait dans un premier temps engager avec toi un travail de reconnaissance et un échange trés étendu sur les lois qui régissent le Batiment!
    En tout cas merci pour ta « plaidoirie  » qui est dans son ensemble clairvoyante et qui touche du doigt la légitimité dans sa grande largeur.

  4. slam dit :

    Camarade Nourredine, fais-moi participer à tes réflexion sur les questions de l’habitat dans notre pays!Maintenant en raison du temps libre dont je jouis, J’essayerai d’y apporter ma modeste contribution avec beaucoup de plaisir et d’attention.
    On travaille bénévolement pour le confort de nos populations.
    Bon courage camarade.

  5. CLOA ALGER dit :

    Bravo! des mots rassembleurs, constructifs, gagnants, c’est exactement ce qu’il nous faut (et cela manque beaucoup) pour montrer et démontrer notre union et non pas notre désunion (qui est le propre de ceux qui cherchent le désordre). La vérité est qu’un architecte en Algérie ne pèse rien. Mais, l’autre vérité, est que les architectes algériens unis peuvent transformer le cadre de vie des citoyens. N’est ce pas là, le véritable objectif professionnel qu’il faut viser?. Si nous revendiquons le droit d’exercer notre métier pour l’atteindre, alors nous avons le devoir d’en faire notre plateforme de travail et nous devons l’écrire. Ce qui ne nous empêche pas de continuer à nous rencontrer, à tenir des AG ou à organiser des marches; ces revendications ne seront que mieux comprises par nos partenaires publics et privés, tous les citoyens, les politiques, les responsables administratifs, les magistrats, les journalistes…

  6. délégation architectes chlef dit :

    20 mai 16:12
    ‫هيئة المهندسين المعماريين
    مجموع المهندسين المعماريين لولاية الشلف
    عريضة المطالب للوقفة الاحتجاجية السلمية ليوم 18/05/2011

    نحن المهندسون المعماريون الممارسون عبر تراب ولاية الشلف, و بعد الوقفة الاحتجاجية السلمية التي قمنا بها أما م مقر مديرية السكن و التجهيزات العمومية للولاية, يوم 11/05/2011 و بعد اللقاء الذي جمعنا بالسيد المدير و بحضور السيد المراقب المالي و تحت رئاسة السيد الأمين العام للولاية, يوم 2011/05/16. وبعد نقاش طويل حول مختلف النقاط التي أثيرت في بياننا الموجه إلى السلطات المحلية للولاية, و بعدما تبين لنا أن هذه المطالب على الرغم من مشروعيتها و صحتها كما أقر بذلك كل من السيد الأمين العام للولاية و السيد المراقب المالي للولاية’ لم تحظى بالقبول « الفوري » كما طالبنا به, و نزولا عند رغبة جميع المهندسين المعماريين المسجلين بالولاية و المجتمعين يوم 15/05/2011 ’
    فإننا قد قررنا –عملا بحقنا الدستوري في التظاهر السلمي – تنظيم وقفة احتجاجية سلمية و صامتة يوم 18/05/2011 أمام مقر الولاية لمطالبة السيد الوالي بتحقيق مطالبنا الثابتة التالية :
    1. إلغاء كل المسابقات المنظمة من طرف مديرية السكن و التجهيزات العمومية « DLEP » و مديرية التعمير و البناء « DUC » نظرا لـ:
    مخالفتها للتنظيم و النصوص القانونية المعمول بها
    تهميشها لجل المهندسين المعماريين و بخاصة الشباب منهم
    تفضيلها للإمكانيات المادية و البشرية و الأقدمية على نوعية المشاريع ذاتها
    2. إعداد دفتر شروط جديد بمشاركة المهندسين المعماريين – المعنيين مباشرة – ينص على إعطاء الأهمية للمشروع المعماري على حساب كل الاعتبارات الأخرى و يفتح المجال للمنافسة الشريفة و لا يقصي المعماريين الشباب
    3. توجيه كل أصحاب المشاريع الأخرى على العمل بدفتر الشروط هذا و حثهم على توفير شروط المنافسة الشريفة بما يسمح بظهور نمط معماري متميز بالولاية
    4. إعادة النظر في نمط المشاريع التي تم تسجيلها كتكييف و تحويلها إلى دراسة طبقا لتوجيهات السيد رئيس الجمهورية خلال جلسات الهندسة المعمارية سنة 2007 و تعليمة السيد وزير السكن رقم: 315 الصادرة في: 07- 10 – 2006,
    5. و أخيرا نوجه رسالة بهذه المناسبة إلى السيد وزير السكن و العمرلن من أجل سحب « مشروع الإستشارة الفنية  » المودع لدى الأمانة العامة للحكومة مع ضرورة إشراك المهندسين المعماريين في إعداد كل القوانين التي تهمهم أو تنظم مهنتهم.

    إن ثقتنا كبيرة في سيادة الوالي من أجل تمكيننا من نيل هذه الحقوق’ كما إننا نلح على الطابع السلمي, الصامت و الهادئ لوقفتنا هاته من الساعة العاشرة صباحا إلى غاية الساعة منتصف النهار.

    عن المهندسين المعماريين لولاية الشلف‬

  7. pour azzeddine dit :

    Il y a lieu aujourd’hui de saisir les tribunaux à l’encontre des cahiers des charges, des contrats d’études attribués aux bureaux d’études (y compris publics & étrangers) des entreprises ( en études a réalisation) si on veut réussir!
    Azedine Belahcene 21 mai 13:34
    Il y a lieu aujourd’hui de saisir les tribunaux à l’encontre des cahiers des charges, des contrats d’études attribués aux bureaux d’études (y compris publics & étrangers) des entreprises ( en études a réalisation) si on veut réussir!

  8. une architecte de tizi dit :

    heureux les martyres de la profession d’architecte qui n’ont rien vus.
    NON Al’adjudication de la profession,nous sommes des architectes non des commercants.

  9. CLOA ALGER dit :

    Des architectes font barrage à Noureddine Moussa
    Salon Batimatec
    Elias Melbouci
    Le Temps d’Algérie : 09 – 05 – 2011

    Les architectes algériens ont profité de l’inauguration du Batimatec pour montrer leur mécontentement au ministre de l’habitat, Noureddine Moussa, concernant l’avant-projet de loi sur la maîtrise de l’œuvre.
    Ils ont brandi des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : «Non à l’exclusion des jeunes architectes à cause des nouveaux cahiers des charges, non à l’assassinat de la profession, non à la loi sur la maîtrise d’œuvre, non au non-respect des maîtres d’ouvrage à l’architecte», un cri que les architectes algériens ont voulu faire entendre au ministre devant le pavillon central.
    D’autres architectes installés devant le pavillon C du palais des expositions ont brandi d’autres banderoles portant : «oui à la meilleure œuvre architecturale, oui à l’application des dispositions du décret 96/293, oui à la revalorisation de la rémunération, oui au partage et délimitation des responsabilités».
    Les mécontents, accompagnés de responsables de l’ordre national des architectes ont souligné : «Nous sommes contre la conversion de l’architecte de personne physique à personne morale, nous sommes au même pied d’égalité avec un scanner ou une voiture», a indiqué un architecte de la wilaya de Chlef.
    Son collègue de Blida a dénoncé le nouveau projet de loi qui est sur le bureau du secrétaire général du gouvernement. «Le nouveau projet de loi est basé sur la norme de points, c’est-à-dire pour qu’un architecte bénéficie d’un projet, il doit avoir acquis 3 ans d’expérience au minimum, et le fait d’avoir une voiture donne 2 points, un scanner 2 points et l’architecte lui-même a uniquement 2 points.
    Une autre architecte d’Alger de dire : «Nous n’avons pas été consultés pour l’élaboration de cette nouvelle loi et l’ancien texte de 94/07 était élaboré sur des normes internationales», indiquent-ils. Un sit-in sera organisé le 18 mai devant les 48 sièges de wilaya du pays. Les architectes envisagent un autre sit-in devant le ministère de l’habitat.

  10. rachid mbarek dit :

    Des architectes font barrage à Noureddine Moussa
    Salon Batimatec
    Elias Melbouci
    Le Temps d’Algérie : 09 – 05 – 2011

    Les architectes algériens ont profité de l’inauguration du Batimatec pour montrer leur mécontentement au ministre de l’habitat, Noureddine Moussa, concernant l’avant-projet de loi sur la maîtrise de l’œuvre.
    Ils ont brandi des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : «Non à l’exclusion des jeunes architectes à cause des nouveaux cahiers des charges, non à l’assassinat de la profession, non à la loi sur la maîtrise d’œuvre, non au non-respect des maîtres d’ouvrage à l’architecte», un cri que les architectes algériens ont voulu faire entendre au ministre devant le pavillon central.
    D’autres architectes installés devant le pavillon C du palais des expositions ont brandi d’autres banderoles portant : «oui à la meilleure œuvre architecturale, oui à l’application des dispositions du décret 96/293, oui à la revalorisation de la rémunération, oui au partage et délimitation des responsabilités».
    Les mécontents, accompagnés de responsables de l’ordre national des architectes ont souligné : «Nous sommes contre la conversion de l’architecte de personne physique à personne morale, nous sommes au même pied d’égalité avec un scanner ou une voiture», a indiqué un architecte de la wilaya de Chlef.
    Son collègue de Blida a dénoncé le nouveau projet de loi qui est sur le bureau du secrétaire général du gouvernement. «Le nouveau projet de loi est basé sur la norme de points, c’est-à-dire pour qu’un architecte bénéficie d’un projet, il doit avoir acquis 3 ans d’expérience au minimum, et le fait d’avoir une voiture donne 2 points, un scanner 2 points et l’architecte lui-même a uniquement 2 points.
    Une autre architecte d’Alger de dire : «Nous n’avons pas été consultés pour l’élaboration de cette nouvelle loi et l’ancien texte de 94/07 était élaboré sur des normes internationales», indiquent-ils. Un sit-in sera organisé le 18 mai devant les 48 sièges de wilaya du pays. Les architectes envisagent un autre sit-in devant le ministère de l’habitat.

  11. Rachid Lakhal dit :

    Rachid Lakhal
    Architectes de Chlef Bravo
    Ce qui s’est passé aujourd’hui m’a vraiment laissé perplexe au point où j’était vraiment très emu.
    j’exerce ce metier depuis février 85, je n’ai jamais cru qu’il viendra un jour – et pour diverses raisons- où les architectes pourront organiser un sit in, j’avais finalement tord.
    Pour nos « confrères » et « consoeurs » qui ont voulu à tout prix rendre le concours de la DLEP -quelques uns ont réussi- je leurs dis c’est dommage que vous n’avez rien compris, l’histoire nous vous oubliéra jamais puisque elle n’a pas oublié le traitres de la révolution de l’indépendance.
    Pour les absents, je leurs dit vous avez manqué une unique occasion pour rentrer dans l’histoire.
    Pour ceux qui sont partis très top, je leurs dit vous avez manqué une belle fin d’épisode.
    Et en fin pour tous ceux et celles qui étaient présents je leurs dis tout simplement vous etes l’avenir du métier et grand Bravo

  12. Slim Redouani dit :

    Mhamed Mansour
    l’heure est à l’unité, je ne cesserai jamais de la répéter, aussi le groupe possède une option, les mauvais sont auto ejectable après une période donné, c comme mission impossible, ce message s’autodétruira dans….

  13. Malek Makhlouf dit :

    Malek Makhlouf
    Étant étudiant je pensée que l architecture était la noblesse la créativité ainsi que la nécessité d apporté du nouveau.
    Étant architecte je me suis juré de protéger se métier seul idéal digne a mes yeux. L acte de cet organisme qui est l OPGI et de la pure provocation il est temps de montrer à cet organisme qu’un architecte n’a pas faim mais il a soif de liberté et de justice. C’est d une absurdité capital que de continué a être des esclaves IL EST TEMPS DE SE LIBÉRER DE BRISER LES CHÊNES .
    je prépose l occupation de l OPGI jusqu’à’ a annulation des concours déjà validée pendant la période de gèle (boycott) .

  14. Malek Makhlouf dit :

    Nous devons être capables de donner le meilleur de nous-mêmes, non dans des actes faussement héroïques et spectaculaires, mais dans la discipline que nous saurons nous imposer. Une discipline qui nous forcera à nous dépasser quotidiennement pour construire, construire, construire…  »
    Hocine Ait Ahmed ,Mars 2011

  15. ait yahiatene dit :

    LE DG DE L’opgi de bouira est remplacé par le dg de l’OPGI de MASCARA aujourdhui le 26 mai 2011.premiere victoire de la resistance.ارحل

  16. NAIT HADDAD.M dit :

    ARCHITECTURE, QUALITE ET SOCIETE
    L’architecture est d’abord une activité sociale et qu’elle résulte autant d’un processus de conflits qu’elle est l’expression d’un consensus .la dynamique de l’architecture naît du dialogue contradictoire des intérêts économiques, culturels, sociaux qui s’inscrivent dans le projet, mais la production de l’espace, à travers le consensus qu’elle établit, suppose une volonté qui dépasse l’individu. Elle témoigne à un moment donné d’une réalité culturelle un minimum partagé .nous sommes stimulés par la dimension collective du travail et par le travail sur des lieux de dimension collective.
    On pourrait dire que la modernité, aujourd’hui, c’est être et vouloir « à la fois ». C’est le métissage, la confrontation et le dialogue, le sujet collectif qui dépasse les limitations individuelles.
    Donc la qualité architecturale doit puisée dans la vie sociale et collective , dans l’histoire et les pratique quotidienne de chacun de nous tous, certain vont se dirent que je sui conservateur au moment ou la technologie et présente partout, mais je dirais que C’est la qualité de l’oeuvre qui doit porter et légitimer la technologie et non l’inverse de faite que L’architecture est le grand livre de l’humanité, l’expression principale de l’homme à ses divers états de développement, soit comme force, soit comme intelligence.
    Pour moi la qualité architecturale n’est jamais atteinte car comme le Corbusier l’a dit .
    NAIT HADDAD.M

  17. mani dit :

    Désolé Mr Ait Yahiatène,la proposition de la nomination du Directeur Général de l’OPGI Bouira en tant que Directeur Général de l’OPGI Mascara n’est nullement le résultat de votre action mais a été initié par le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme début avril.

  18. ait yahiatene dit :

    toutes les nominations des postes de DG sont initiés par le ministre lui meme c vraie,ce n’est pas la rue qui nomme les responsables ds notre pays…….
    mais la rue c la revolution contre ceux qui nomme le ministre

  19. dridi dit :

    Mani de quelle nomination tu parle….?

  20. SAOUD dit :

    je ne vois pas comment des architectes comme vous pretendez l’etre et vous vous chamaillez comme des gens qui n’ont rien dans la tete le savoir faire et l’intelligence n’est pas donner a tout le monde avec tout mes respects pour les honnetes architectes qu’on connaient et qui se reconnaissent a travers nos ecrits groupe de jeunes architectes

  21. Appulée dit :

    Le fait est que nous en sommes pas une caste aux mêmes intérêts: certains trouvent leurs comptes en faisant les serpillières pour avoir les commandes qu’ils font exécuter par des « nègres » de l’ANEM! Ces « architectes là n’ont pas intérêts dans la transparence et le concurrences loyale…. Les autres, veulent simplement vivre dignement du métier qu’ils ont choisie!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER