Sifaoui s’attaque à Bouteflika, mais se met à genoux devant le général Toufik !

presse.jpgDans un entretien accordé à El Watan Week-end, Mohamed Sifaoui a fait l’éloge du général major Mohamed Mediene dit Toufik.

 

S’agissant du général de corps d’armée Mohamed Mediène, je l’ai clairement, à tout le moins, désigné comme coresponsable de la situation politique actuelle. Où l’ai-je dédouané ? Dans les affaires de corruption. Et là, je dis les choses clairement en les assumant publiquement, si Mohamed Mediène est aussi propre qu’il a été décrit, y compris par plusieurs de ses détracteurs, il faut lui rendre hommage, car, dans ce climat de corruption quasi généralisé, il ferait partie, toujours selon les témoignages très crédibles que j’ai recueillis, des cadres les plus honnêtes de la nation.

L’année dernière, j’ai rencontré discrètement, dans une capitale européenne, un général à la retraite. C’est l’un des plus grands adversaires de Mohamed Mediène. Nous avons discuté pendant deux heures. Cet homme n’a cessé de critiquer les choix du patron du DRS tant et si bien que je me suis dit, voilà un qui va tout me dévoiler sur ce fameux général Toufik. Je lui ai donc posé la question sans ambages : qu’en est-il des affaires ? L’homme me répondit en me regardant dans les yeux : «Ecoute, je peux tout reprocher à Toufik, mais pas ça ! Il a plusieurs défauts et probablement deux qualités. Il est honnête et patriote.» Je sais que vous m’auriez critiqué – et vous auriez raison de le faire – si, pour jeter un vrai pavé dans la mare, j’aurais inventé des «affaires» pour fustiger le patron du DRS : ça aurait fait «chic» auprès de plusieurs opposants, voire auprès de quelques chapelles françaises. Mais ce n’est ni mon éthique ni ma façon de travailler. 

 

Evidemment, je peux me tromper sur la personnalité de Mohamed Mediène et il est possible, nous ne sommes jamais à l’abri, qu’on m’ait menti à son propos. N’empêche, je lance un appel à travers vos colonnes : si des patriotes intègres disposent d’éléments probants mettant en cause Mohamed Mediène (ou d’autres généraux) dans des affaires de corruption et si aucun média ne peut ou ne veut les publier, je m’engage à le faire, y compris à travers les médias les plus puissants ».

Commentaires

  1. zine dit :

    je sais qu’un certain sifaoui est responsable de la mort du chahid hachemi hamoud

  2. Mohand 1 dit :

    Que celui qui pense le contraire de ce qu’écrit Sifaoui, nous le dise, et le prouve.
    Il y a quelques mois j’avais écris un article, en parlant d’un dialogue que j’ai eu avec une personne qui m’est proche, il me disait : « celui qui, seul, dans son bureau , fait les 5 prières de la journée à l’heure, ne peut oublier Dieu et par conséquent , on a tendance à croire qu’il ne peut être qu’intégre et honnete ».
    Ces propos m’ont été rapportés par une personne digne de confiance, du milieu concerné, justement parceque je lui parlais des errements et des écrits d’un certain Monsieur,sur Médiene, lequel à disparu.
    Je reste évidemment un peu sceptique, car lorsqu’on a le pouvoir de décision, qu’on est honnete foncièrement, de toute notre force nous combattons les corrompus. or helas ! il y en a beaucoup tout autour de lui, dans le premier cercle, le deuxième etc… jusqu’au dernier cercle le plus éloigné de ceux qui leur sert d’informateurs. Puis le choix des hommes, et leurs habilitations, vous savez tous ce qu’il est advenu.
    L’Algérien a besoin de patriote sincère et s’il y en a qu’attendent ils pour commencer dans certains milieux, POURSUIVRE dans d’autres leur noble travail d’assainissement. C’est l’assainissement qui redonnera de l’espoir aux jeunes , aux vieux, aux exilés ce n’est pas la tolerance intégrale contre tous les maux de la société. On lit que des hauts cadres sont absorbés par la quête d’affaires pour engranger des sommes importantes, acheter des biens à l’etranger, loger leurs enfants après les avoirs inscrits dans des universités étrangères aux frais de l’Algérie etc…On parle d’une justice injuste oh la paradoxe , de parasites qui vivent de leurs dépravations et de la prédations.
    Un pays c’est comme un corps humain,
    une infection ne se guerrit pas d’elle même il faut des rémedes, avec le temps on arrive à la soigner. Ne laissons pas la gangrenne nous détruire moralement et ne laissons pas se renforcer cette image de l’Algérie qui se répand encore et encore d’un pays corrompu.

    On aurait pu faire de l’assainissement, une sorte d’opération mains propres, mais au lieu de continuer après les premiers attermoiments et les premiers pas, on arrête tout et on fait de la politique de haute voltige, on s’occupe de la loi fondamentale etc… et qui fait la une quotidennement sur cette question, ce n’est pas des érudits, les intellectuels, les gens compétents, cultivés et connaisseurs , on entend et on lit ceux que nous lassent de leur discours. Il se font recevoir , et croyez moi c’est la préoccupation majeure de ceux qui de tout temps ont fait du paraitre une obsession et un but. Etre reçu et ou invité c’est tout ce qui compte pour ces gens la.
    On reçoit donc ce qu’on a l’habitude de recevoir, car on sait qu’ils ne savent qu’écouter et dire oui sidi, tout ce qu’ils savent , ce qu’ils ont appris de leur vie, c’est dans la rue, dans le milieu celui qui pond des invraisemblances tout le temps.
    Pour construire durablement, il s’assurer que les fondations sont celles appropriées or celles sur lesquelles est érigé le système sont chancelantes. Marcher droit, tête haute, c’est pas courant, et ceux qui y font partie par opportunisme ont choisi d’appliquer la formule ouakalni elioum ouaktelni ghadoua, tous ne pensent pas à demain, ils cherchent ensemble à se consolider pour rester attablés.
    Le train est en marche mais malheureusement il est conduit par des gens qui ne sont pas sans reproche, ils avancement furtivement comme des voleurs en regardant à droite puis à gauche, ils ont dans la tête ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont pris illégalement , il n’y a que ça qui les occupe.
    La vraie révolution ou le vrai changement ne peut être fait que par ceux qui n’ont rien à perdre ni villa, ni milliard, ni habitudes de nabab, ceux qui ont une toute autre idée du service public, de l’Algérie. Enfin pour conclure si Mediene est intègre et patriote et on le croit jusqu’à preuve du contraire, sa décision compte dans tous les domaines , or les résultats qu’on voit en tant que simples citoyens ne sont pas à la dimension de ce que nous attendons de gens honnetes et patriotes, il y a donc quelque chose qui tourne pas rond.
    Dans tous les domaines il y a des lacunes à corriger, on ne le fait pas, mais on s’attaque à quelque chose de particulièrement important mais qui devrait la finalité d’un grand travail de préparation initiale qui n’est pas pris en charge, dans tous les domaines. Si on veut que la jeune et le peuple en général aimerait l’Algérie et son Etat il faut quelques satisfactions qui nous permettent d’espérer un devenir plus juste moins encombré de truands qui sont bien installés sur leur perchoir comme si l’Algérie et ses biens n’existent que pour eux , quid du peuple et de la morale.

    Mohand 1

  3. rachidoo dit :

    Cette espèce est l’allié de tous ceux qui sont des fervents opposants des islamistes, je suis pour, même des musulmans et de l’islam je suis contre. Mediène est celui qui a ordonné l’élimination d’un grand nombre. Des associations avec des industriels dans le textile avec son neveu se sont des choses avérées.

  4. zizou dit :

    ecouter il est vrai que le general TOUFIK est un homme integre il ne faut pas le critiquer juste a cause du poste quiL occupe il faut avouer quon ne peut pas lui reprocher de setre enrichi illicitement ET CECI EST LA CONFIDENCE DUNE PERSONNE TRES PROCHE DE LUI qui ne le tient pas forcement dans son coeur
    mais sachez bien que si tout le monde le critique cest justement parce quil estun rempart face aux gens qui veulent vendre lagerie aux puissances etrangeres

  5. Daoud Kamel dit :

    Qui a décrit Le général Médiéne comme propre en matière de corruption (en de ce voyou de Sifaoui évidemment)?Une offre de service de ce personnage sans plus, ce qui ne fait pas honneur à El Watan qui est lui déjà « missionné » dans cette entreprise appelée DRS

  6. Jugurtha dit :

    Dans une interview accordée à la journaliste italienne Silvia Cattori le 14/11/2010, voici ce qu’a dit de cet intellectuel faussaire et imposteur qu’est Mohamed Sifaoui, le journaliste Lounis Aggoun à qui les médias imposteurs et complaisants n’ont jamais donné la parole.

    Extraits :
    Silvia Cattori : Tout cela est ahurissant ! La « brochette » des personnalités que vous incriminez dans votre livre s’allonge au fil des pages : Jack Lang, Hubert Védrine, Jean-Louis Bianco, Jacques Attali, Jean-Louis Bruguière, Antoine Sfeir, Daniel Leconte, Franz-Olivier Giesbert, Guillaume Durand, Yves Calvi, Mohamed Sifaoui, Yasmina Khadra. Ces gens que vous regroupez, qu’ont-ils en commun ? Ont-ils une égale responsabilité dans la collaboration avec « ce simulacre d’Etat » algérien, au cours de ces « années de sang », de cette « sale guerre » qui a fait plus de 200 000 morts ? Selon vous, quelle place occupent précisément Mohamed Sifaoui et Yasmina Khadra ?

    Lounis Aggoun : Mohamed Sifaoui est un homme prêt à « éradiquer » un peuple si cela peut lui apporter une minute de « gloire » à la télévision. Il est une bénédiction pour ce milieu où il fallait un « bougnoule de service ». Il a un profil idéal pour professer la haine du musulman, la haine du jeune de banlieue qui, dans sa dialectique, rêverait de terroriser l’Europe ; la haine des Algériens qui, de son point de vue, sont indignes de la démocratie et ne sauraient rien en faire sinon élire des terroristes à leur tête ; la haine des immigrés qui, prétend-il, n’auront de cesse que lorsqu’ils auront islamisé la France. S’il se conduit de la sorte, ce n’est nullement par conviction, mais parce que c’est l’islamophobie qui paie en ce moment ; il professerait la même haine contre le Français s’il était à Alger, la haine du Satan judéo-américain s’il était en Iran, qu’il prend soin de déverser devant des co-invités triés sur le volet et aussi acharnés que lui.
    Voici une anecdote. Invité par I-Télé après un terrible attentat à Alger, je croise Mohamed Sifaoui dans les couloirs, lui aussi convié à réagir à l’événement. Après m’avoir serré la main pour jauger mes intentions, et ayant estimé la consistance de ma poignée de main par trop molle, présageant une attitude hostile à son égard, il se laisse maquiller, fait quelques pas dans le couloir, puis se jette sur son manteau et s’éclipse en simulant une crise, accusant la rédaction d’insulter la mémoire des victimes en donnant la parole à des individus comme moi. Simulacre d’indignation pour éviter d’être confronté à un contradicteur en direct, sans échappatoire possible. En différé, il aurait pu exiger que soient coupées les séquences dérangeantes pour lui, comme il le fit un jour dans l’émission télévisée Arrêt sur images où il avait exigé rien de moins que la censure d’Olivier Roy, réduit à faire de la figuration sur le plateau.
    Voilà pour la méthode du « combattant de la démocratie » Sifaoui. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. On croirait que la rédaction d’I-Télé trouverait intolérable qu’un simple invité lui dicte sa conduite et s’interdise de le solliciter à nouveau. Mais une rédaction n’est pas un corps uni et l’inénarrable Robert Ménard — le plus grand pourvoyeur d’agents du Département du renseignement et de la sécurité algérien, dans les médias français du temps où il était directeur de Reporters sans frontières — le reçoit en octobre 2010 dans une parodie de débat musclé qui n’avait d’autre but que la promotion du dernier ouvrage de Sifaoui. Ce dernier préconisa qu’Eric Zemmour soit interdit de parole à la télévision publique dans son propre pays, au prétexte qu’il est raciste — en somme, un ultra-raciste devisant avec un autre sur le sort à donner à quelqu’un qui l’est nettement moins qu’eux deux —, Ménard, devenu de façon instantanée, après une virée décevante dans les pays du Golfe, où comme chacun sait, règne partout la plus grande liberté de la presse, l’intellectuel-scientifique-moralisateur-paternaliste, qui trouve tout ce qui le dérange « ridicule », « stupide même », devenu l’âme en quelque sorte de la chaîne quand son patrimoine intellectuel repose sur deux idées simplistes, en concordance de vues avec Sifaoui, qu’il ressasse à longueur d’interviews : « La France, terre chrétienne » et les « Arabes, réfractaires à la démocratie ».
    Les médias français, et des hommes comme Jean-François Kahn ou Paul Amar, promeuvent un Mohamed Sifaoui qui, s’il parvenait au pouvoir, les enverrait au bûcher sans la moindre hésitation.

    Le cas de Yasmina Khadra – pseudonyme de Mohammed Moulessehoul – se veut plus subtil. Ayant anéanti l’opposition, les généraux algériens avaient besoin de quelqu’un pour l’incarner dans les médias français. D’où la pseudo-retraite de l’armée de cet homme pour personnifier une opposition dans un univers où toute entorse à la version officielle est interdite. Un prétendu opposant qui a justement pour particularité d’être toujours en phase avec les projets du DRS et qui colle parfaitement avec le discours officiel. Son rôle : sous-estimer la menace ou la nier lorsqu’elle existe et l’inventer quand elle n’existe pas. Un agent parachuté derrière les lignes ennemies pour faire son œuvre de sabotage de la démocratie, en quelque sorte. Un « intellectuel » qui se croit digne des meilleurs prix littéraires français et qui serait bien en peine de produire une dissertation digne d’un élève de terminale si elle ne lui était pas soufflée par une brigade de rédacteurs du DRS. Un rôle qu’il peut jouer d’autant plus facilement que, à l’instar de Sifaoui, le terrain est balisé devant lui pour qu’il ait rarement à faire face à un contradicteur qui l’affronte sur le fond.
    Mais l’ambition de M. Moulessehoul (Khadra) bute contre une réalité incontournable : il ne sait pas s’exprimer, ce qui l’oblige à restreindre ses interventions à la télé aux opérations de promotion de « ses » ouvrages où un discours indigent vient systématiquement contredire l’érudition supposée des textes qu’il signe. Un vrai débat résoudrait la question en une seule fois et établirait de façon irrévocable que Sifaoui et Khadra sont les ennemis du peuple algérien, les ennemis de la démocratie, les alliés du terrorisme international, les alliés des stratèges de la tension, bref, tout ce qui constitue un bon agent du DRS.

    Silvia Cattori : Il existe des gens qui ont une exigence de vérité, mais le grand public n’y a quasiment jamais accès. Ce ne sont pas eux qui sont généralement invités à s’exprimer. Vous leur faites honneur dans votre livre du reste. Je pense à ce témoin important de la collusion franco-algérienne : Lucile Schmid. Y a-t-il une autorité qui leur fait barrage ?

    Lounis Aggoun : C’est même une règle que les seuls qui soient admis dans le débat en France se situent aux extrêmes et que ceux qui peuvent contribuer à la concorde entre les peuples algérien et français sont systématiquement bannis des médias. L’ambassadeur des Nations unies à Alger, Paolo Lombo, fut invité à quitter le territoire après les inondations de Bab-el-Oued, en 2001, quand il déclara que les Algériens avaient besoin de liberté et de démocratie et non qu’on leur donne du pain. Un téléthon organisé en grande pompe — couronné par un match de football Algérie-OM — a réuni 2 milliards de dinars dont les habitants de Bab-el-Oued n’ont jamais vu la couleur.
    Tout le monde peut constater au quotidien — au point que ça en devient caricatural — que chaque fois que quelqu’un est disposé à dénigrer le peuple algérien et à vanter les mérites du pouvoir militaire, il est accueilli avec force compliments sur tous les plateaux de télévision. A contrario, quiconque prend la défense du peuple et critique le régime en est aussitôt banni : Bourdieu y était un paria, François Burgat y est inexistant, et Olivier Roy en a complètement disparu. On peut multiplier les exemples à l’infini, de spécialistes de l’Algérie, d’anciens journalistes du Monde et de Libération — qui ont vécu dans le pays et l’ont aimé — qui ne sont jamais invités à s’exprimer. Anne Dissez était présente dans les bureaux du FIS en décembre 1991, et a été témoin direct, lors de l’annonce des résultats de l’élection, du blêmissement du dirigeant du FIS de l’époque, Abdelkader Hachani (un intellectuel, attaché à la démocratie et à l’intérêt de son pays, et non moins islamiste), qui ne souhaitait nullement la victoire. Hachani a été assassiné depuis par le DRS parce que ne cadrant pas bien avec l’image de l’islamiste égorgeur de bébés que les généraux voulaient présenter ; Anne Dissez a été quant à elle invitée à quitter le pays, manu militari. Jean de la Guérivière, Georges Marion, José Garçon, Florence Aubenas, Joëlle Stoltz, je pourrais vous citer une longue liste de journalistes capables de parler intelligemment de l’Algérie et qu’on ne peut accuser d’être des fanatiques de l’islam. Outre d’interdire l’accès à ces « intellectuels positifs », on dissuade les journalistes encore attachés à quelque probité intellectuelle en mettant au placard quiconque s’aventure à inviter ces empêcheurs de désinformer en rond.
    Je ne parle évidemment pas des Algériens, suspects par postulat. Personne ne trouve sidérant que, depuis la décennie 1990, tout ce que l’Algérie a engendré comme grands esprits se soit totalement volatilisé. Ne reste à offrir au public français que le discours indigent de Mohamed Sifaoui et Yasmina Khadra. Au génocide physique succède l’extermination médiatique de tous les intellectuels algériens dans le paysage audiovisuel français.
    Le pouvoir français, les médias français, sont sous influence directe des services algériens ; ce n’est un secret pour personne. En fait, en l’état actuel des choses, il n’y a rien que le pouvoir algérien ne puisse se permettre en France. Il peut faire exploser des bombes, assassiner des hommes, semer la terreur, et ce sont les médias et les hommes politiques français qui viendront à son secours pour proclamer qu’il est insoupçonnable. Le pouvoir qu’exerce Alger sur Paris est exorbitant. Quiconque détient un pouvoir ou une influence a été acheté par les généraux durant l’année 2003, joliment baptisée « année de l’Algérie en France » ; les réfractaires sont quant à eux graduellement écartés. Des milliards ont été déversés pendant toute une année sur tous ceux qui se déclaraient disposés à faire la promotion du régime, à « collaborer » avec l’Algérie comme le répétait alors le VRP de Bouteflika, Cheb Mami. Le scandale Khalifa, et ses 7 milliards d’euros de fonds dilapidés (qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg de la spoliation), n’est pas une affaire algéro-algérienne, c’est presque une affaire franco-française ; l’Algérie n’a fait, comme toujours, que fournir le fric.
    (…) Fin novembre 2010, Nicolas Sarkozy participera à une réunion de l’Union pour la Méditerranée. Lorsque l’on verra à la télévision les chefs d’Etats ainsi réunis, nous pouvons être certains d’avoir face à nous quelques-uns des plus sûrs commanditaires et organisateurs du terrorisme international et leurs complices ainsi que les receleurs de leurs actions. C’est ainsi qu’une poignée de prédateurs exercent leur férule sur la quasi-totalité de l’humanité, en lui attribuant les méfaits dont ils sont les instigateurs, puis en lui imposant d’apporter la preuve de son innocence après lui avoir ôté tous les moyens qui leur permettrait de la réunir.
    Il est temps que cela s’arrête. Cela peut se faire en ne laissant plus passer le mensonge. En mettant les propagandistes, où qu’ils s’expriment, sur un plateau de télé ou dans un bar, face à l’évidence : ils sont les complices indiscutables du terrorisme. Ils seraient bien en peine de vous prouver le contraire ; malgré les pouvoirs et les moyens infinis dont ils disposent. Mettre fin au plus grand fléau de l’humanité, le terrorisme, mérite bien un débat entre gens sérieux, tout de même ! Or, Mohamed Sifaoui, la flétrissure suprême de la pensée, est considéré par les médias français comme le summum de l’intellectuel arabe. C’est criminel.

    (…) En tout état de cause, quand le moindre fait divers aux antipodes donne lieu à des dépêches et à des brèves sur les chaînes d’info en continu, les médias français oscillent entre le silence total sur l’Algérie et le mensonge avéré des « intellectuels négatifs ». Et quand cela s’impose, entre le meilleur, qu’incarnent les historiens qui ont produit une part importante de la connaissance sur l’Algérie, et le pire, incarné par Mohamed Sifaoui et Mohamed Moulessehoul / Yasmina Khadra, il y a un vide inexplicable sinon par la volonté de plaire au régime des généraux. Où est passée la « masse manquante », des centaines de milliers d’intellectuels, de journalistes, de scientifiques, de chercheurs, de cadres de haut vol, que chacun n’aurait aucun problème à trouver dans son environnement immédiat ? Il suffit de ne pas poser la question pour qu’elle n’appelle aucune réponse dérangeante.

  7. Faouzi dit :

    Sifaoui veut des infos sur Mediène? Et il s’engage à les publier ? Très bien! Alors laissons de côté les combines vénales et parlons de choses bien plus importantes. Mediène et les deux Lamari ont mis au point une opération qui porte le nom de terrorisme pédagogique et qui s’est soldée par le carnage d’un nombre incalculable de civils. Voilà donc de la matière pour Sifaoui. Et il n’est pas profane en la matière. Je dirais même qu’il a été un pâle figurant de l’éradication.

  8. Anonyme dit :

    Mediene est le principal beneficiaire des commissions sur les contrats d’armements, et des contrats pétroliers. Et il a une concession de vente de véhicules

  9. Salim dit :

    Dans la meme veine, je recommande vivement l’article « Bouteflika-Toufik ; Je t’aime, moi non plus » de Rabah Toubal, paru en Février 2010 dans son blog :

    http://cesteclandoujdaquimatuer.centerblog.net

  10. Himi dit :

    Même Boukherouba alias Houari Boumediene ne s’est pas enrichi personnellement mais a ruiné le pays.
    La preuve c’est l’exalté d’Oujda qui est commande n’est-ce pas ?
    Ne l’oublions pas que c’est l’armée qui a commencé par installer de force l’âne bâté Benbella. L’armée est responsable de tous les coups d’état. Je ne parle pas des individus puisqu’on y trouve des bons et des mauvais. L’institution ANP qu’on le veuille ou pas a failli à sa mission d’armée populaire.
    C’est elle qui a tué en 1963, c’est aussi elle qui a tiré sur la foule en 1988 et le finish c’est en Kabylie en 2001. Notre armée (DRS) au lieu de faire dans le contre espionnage, elle en fait dans le contrôle de la population. C’est un ancien du DRS qui l’a écrit.

  11. Mohand 1 dit :

    Il y a une guerre de personnes, les journalistes se déchirent entre eux, c’est barbant à la fin. On s’égare, on s’éloigne du sujet… Quand on fait la guerre il peut arriver d’utiliser l’ennemi pour atteindre ses objectifs. Présentement il y a un problème qu’il faut aborder avec sérénité et de lui découleront les vérités sur chacun des acteurs, tous les acteurs. Sifaoui s’est déclaré vouloir entamer une opération de grande envergure de dénonciation, il faut donc ne pas le diaboliser pour qu’il se taise, il faut à mon sens, même si c’est un Agent du diable le laisser s’exprimer peut être que la vérité éclatera .
    De nos jours, les oppositions de salons sont tellement réelles qu’il faut parfois « utiliser » les élements du clan adverses ou supposé l’être pour se pourvoir en arguments.
    Ceci étant dit, les Journalistes algériens (du moins beaucoup), les cadres civiles et militaires, les intellectuels maison, les partisans du fln ceux pourvus d’attestation communale validée par des copains, leurs enfants, les politiques etc…tous sont responsables de la situation; et donc comment on dit : « que celui qui n’a rien à se repprocher jette la première pierre ». Soyons donc constructifs, je crois que nous ne savons pas l’être. Ce que chacun a fait , il est inutile de le ressasser , car pendant ce temps, la plaie ne se guerrit pas, elle s’aggrave.
    Tout comme les carrieristes du FLN et des autres Partis, les dirigeants des grandes institutions de l’Etat, les élus de tous les niveaux, ils ont été de tous les coups bons ou mauvais. Ils sont toujours la , ils utilisent un autre langage c’est tout. De la même manière, des Militaires, des gendarmes , des policiers eux également font parti de ceux qui ont été des collaborateurs et ou des exécutants de toutes les décisions bonnes et mauvaises. De même que ceux qui étaient les « outils » consentant ou inconscient de la politique qui a entrainé des réactions et des actions amorales et condamnables. Tous sont là , beaucoup agissent dans l’ombre, d’autres suivent le train mais rares sont ceux qui se remettent en cause pour influencer le changement de comportement des décideurs. Est ce qu’on va jeter tout ce monde , qui prendra les places , quelles garanties avons nous qu’ils ne vont pas agir de la même manière?
    On dit chez nous d’une personne élue puis réelue et encore réelue , « eh bien lui au moins , il s’est servi pendant les premiers mandats , maintenant il va s’occuper du peuple ».
    Je suis amené à penser que le peuple n »étant pas près à participer à une révolution – car il en a fait une et il a vue les résultats – Est ce que l’étincelle ne viendrait pas plutot de gens actuellement aux commandes, qui prennent conscience de leur rôle et qui pensent, il est temps, à leur devoir? Ils peuvent le faire ceci d’autant plus qu’il n’aspire pas à autre chose, ils sont tout eu le pouvoir, les honneurs, l’argent et j’en passe. On leur demande de penser à l’étincelle qui permettrait d’entamer l’assainissement tant souhaité par tous et qui aboutirait à mettre à la touche les milliers de jouisseurs, d’incapables dont une grande partie est issue de la famille révolutionnaire. Boumédienne disait que ceux qui veulent s’enrichir sortent des organes de l’Etat, depuis le temps on remarque que le slogan inavoué est inversé , celui qui veut devenir riche, adhère aux associations de soutien, aux partis etc… ou devient un dirigeant dans l’administration publique.
    On demande la repentance à la France, pourquoi ne pas la demander aussi à certains Algériens, qu’ils reconnaissent et qu’ils s’engagent à agir droit. Malheureusement les premices des actions qui ont débutées ne permettent pas d’espérer un changement. Les hommes on s’en fout s’ils changent de politique on est obligé compte tenu de la situation du pays, du nombre incroyable de profiteurs de politique actuelle, d’espérer un changement de politique, nous aurons sans doute le temps, les preuves et les moyens de faire endosser les responsabilités à chacun en fonction de ce qu’il a fait ou fait faire et ou simplement laisser faire, alors qu’ils pouvaient dire « ça suffit »…

    Mohand 1 -

  12. DJEHA dit :

    ARRETER DE VOUS DECHIREZ LES UNS CONTRE LES AUTRES NOTRE PROPHETE MOHAMED SALAH LAHOU ALEIHI OUASALAM NOUS A PREVENU DE NE PAS SUIVRE LES PAS DE SATAN ET DES JUIFS QUI VEULENT TOUJOURS DETRUIRE ET CASSER NOTRE PAYS ATTENTION »"TAOUANOU ALA ELBIRI OUA TAKOUA OUALA TAAOUANOU ALA ELITHMI OUA ELOUDOUANE «  »
    allahou ma achhad anani balaght
    rabie yahdikoum oula adikoum .inchaallah

  13. DJEHA dit :

    notre religion exige des preuves tangibles pour incriminer une personne ces gens qui sont entrain d’incriminer Toufik qu’ils le prouvent réellement sinon eux memes sont des menteurs et ils méritent des sanctions severes
    je pense que ces gens sont payes et finances par le lobies juifs pour déstabiliser l’algerie .
    hamdoulilah pendant toute la durée que toufik gére le DRS depuis 1988 nous ne voyons pas des juifs introduit dans notre systeme politique ni dans notre administration publique ou bien meme dans l’administration militaire alors arreter de dire n’importe quoi on voie les resultats sur le terrain et un homme qui fait sa priere cinq fois par jour je crois qui dérrange bcp les opportunistes a bon entendeur salut

  14. samir dit :

    Le vrai nom de Mohamed Sifaoui est Djamel Chiffouna. Renseignez-vous et vous verrez!

  15. amine dit :

    Tout ceux qui incriminent des responsables intègres et honnetes (patriotes aussi)n’ont qu’à nous dévoiler leur attitude pour regler tel ou tel problème.
    quant au sidkoum General Toufik,que serait devenu l’algerie aujourd’hui sans son dirigisme (etre sous la coupe de belhadj-madani et autres sanguinaires)
    franchement on a des choses + importantes a accomplir (nettoyer d’abord devant vos portes et éduquez vous le reste suivra ).
    a bon entendeur.

  16. Abe dit :

    UN HOMME INTÈGRE? Il utilise TOUS les moyens pour arriver à son but. C’est un hors la loi, il fait partie d’un système mafieux, ce qui est incompatible avec l’intégrité.

  17. Rachid Mabed dit :

    A PROPOS DE L’ARTICLE ECRIT PAR LE JOURNALISTE MOHAMED SIFAOUI ET QUI DECLARE LE GENERAL MOHAMED MEDIENE COMME INCORRUPTIBLE APRES 20 ANS DE POUVOIR ABSOLU EN ALGERIE.

    Je ne suis qu’un modeste citoyen doté d’une petite intelligence et qui s’est instruit dans le temps.

    En toute modestie, je suis originaire de Kouba comme Mohamed Sifaoui et j’ai fais des études avec un passage dans le même lycée bien que notre cursus universitaire ne soit pas le même.

    J’ai fait de longues études dans le domaine de l’informatique qui est une science rationnelle et j’ai été chercheur dans cette discipline qui nécessite beaucoup de logique pour réussir.

    C’est cette logique qui me fait dire que le cas de Mohamed MEDIENE DIT TOUFIK, auquel Mohamed SIFAOUI vient d’attribué un bon point anti-corruption, ne doit pas être lancé dans la presse sans investigations sérieuses.

    Ce puissant Général vient de recevoir un quitus de bonne conduite avec une appoint surprenant, qui laisserait pantois même les béotiens.

    Si Mohamed SIFAOUI le déclare propre en matière de corruption sur la base d’une simple déclaration de son ancien collègue, c’est qu’il a ses propres raisons même si cela ne constitue que le point de vue d’un journaliste d’origine algérienne.

    Sans remettre en cause la probité de Mohamed SIFAOUI, ce dernier aurait même pu déclarer que le général Toufik est l’avenir anti-corruption de l’Algérie.

    Pourquoi notre journaliste ne donnerait pas demain une complète absolution politique au général TOUFIK ?

    En ce qui me concerne, je me garderai d’adouber le général Toufik ou de lui faire des éloges journalistiques.

    Pourquoi ?

    C’est simple comme doit être transparente une démonstration mathématique.

    1- Nous partons du fait que les loups ne se mangent pas entre eux et que par conséquent, il en est de même pour les corrompus algériens.

    2- Ensuite, nous avons un proverbe éminent qui nous a appris, à juste titre : « qui s’assemble, se ressemble ».

    3- Il faut savoir de façon indiscutable, que le général Mohamed MEDIENE dit TOUKIK avait été mis à la touche et que c’est le général LARBI BElKHEIR qui l’a placé à la tête des services secrets algériens et qui l’a intégré dans le cabinet noir.

    4- C’est un secret de polichinelle que le Général Larbi BELKHEIR est le plus grand corrompu et le plus grand voleur, de toute l’histoire de la corruption en Algérie.

    Je peux vous décrire des dizaines d’affaires en millions de Dollars détournés en rétro commissions et en commissions, reçues par cet assassin.

    Passons sur l’affaire de son beau frère connue de tous les algériens dite affaire de l’OAIC où 12 milliards de Dollars détournés.

    Je passe outre l’escroquerie de milliards de Dollars détournés par Larbi BELKHEIR via son homme de paille ALBDELMOUMEN KHALIFA, une marionnette qui n’a pas encore parlé de peur de voir son image de golden boy être réduite à celle d’un voleur de poules.

    5- Lorsque le général TOUFIK est nommé puis soutenu par le plus grand voleur Algérien de tous les temps et que ce dernier reste en poste 20 ans alors que le pays est pillé, je pense qu’il ne faut pas être voyant pour comprendre qu’il y a anguille sous roche.

    6- En se posant la question suivante nous progressons dans notre investigation.

    - Qui a tué notre président Mohamed BOUDIAF ?

    Aujourd’hui nous savons que ce sont les services secrets algériens qui ont désignés à la dernière minute Lambarek BOUMARAFI (qui n’était pas prévu dans la liste) pour qu’il exécute notre président de la république.

    Donc le général TOUFIK ne pouvait pas ignorer le complot qui fut monté par le général BELKHEIR à défaut de dire qu’il fut implicitement le complice de ce lâche assassinat.

    - Pourquoi le général Mohamed MEDIENE dit TOUFIK a-t-il donné l’ordre via Smail LAMARI de tuer Mohamed BOUDIAF ?

    En répondant à cette question, nous avons une première conclusion pour notre recherche sur la prétendue honnêteté du général TOUFIK.

    Mohamed BOUDIAF avait lancé une opération anti-corruption et il avait destitué le Général Mohamed LAMARI de ses fonctions suite à une affaire de corruption.

    Mohamed BOUDIAF avait aussi désigné nommément le général LARBI BELKHEIR dans des affaires graves que la justice devait examiner rapidement.

    La solution qui se posait au cabinet noir, fut l’exécution du président de la république car il était impossible de le mettre à l’écart tant sa popularité était devenu énorme sur tout le territoire algérien.

    Cela n’était pas concevable au niveau internationale car la mise à l’écart de BOUDIAF dit si TAYEB (encore vivant) était une bombe à retardement.

    Voila pourquoi le cabinet noir dont faisait parti le général Mohamed MEDIENE, a tué Mohamed BOUDIAF.

    Conclusion pour Mohamed SIFAOUI et les Algériens propres :

    Le plus grand corrompu algérien de tous les temps à savoir Le général LARBI BELKHEIR, a mis à la tête de la DRS le Général TOUFIK, un homme propre et qui a fermé les yeux sur les problèmes de corruption sachant qu’il y occupe ce poste depuis 20 ans.

    Le patron actuel de l’Algérie qu’est le Général Mohamed MEDIENE, peut du jour au lendemain, facilement et légalement, destitué le Abdelaziz BOUTEFLIKA dont les comparses sont des corrompus, pour avoir violé la constitution qui ne prévoyait pas un troisième mandat.

    Il ne l’a pas fait et il serait quand même, un homme propre et irréprochable.

    Le Général TOUFIK, l’homme le plus informé d’Algérie est tellement propre qu’il n’a jamais levé le petit doigt pour stopper les pillages des biens algériens et surtout ceux connus du PDG truand de la SONATRACH.

    Ce centre nerveux de l’Etat algérien, le Général TOUFIK, aurait accepté l’exécution du président Mohamed BOUDIAF dont le but était de nettoyer les écuries de la corruption qui gangrénait le pays et particulièrement l’armée algérienne.

    Malgré cela, il ne se serait jamais corrompu ?

    Au regard des critères invoqués ci-dessus et de l’analyse faites logiquement, si j’étais à la place de Mohamed SIFAOUI, je me serais abstenu de déclarer Mohamed NEDIENE comme étant un homme propre car le temps est une machine qui ne s’arrête pas et qui nous rapproche de cette vérité qui fini toujours par triompher.

    Pour ma part, je dirai que si TOUFIK n’est pas corrompu sachant que depuis 20 ans, il est l’homme le plus informé de notre pays alors il doit prendre rendez vous chez un psychiatre.

    Le 14 juillet 2012

    Docteur Rachid MABED

    Ancien candidat indépendant à Kouba (législatives de 1991) et victime du général Larbi BELKHEIR et de son comparse de beau frère, le voleur Hadj Mokhtar LOUHIBI.

  18. Anonyme dit :

    vive l’algerie…….

  19. Bientot. dit :

    Il faut arreter de laver le linge sale de cette maniere , je ne connais pas Medienne . Et je ne peux me permettre de le critiquer sans preuve
    Je peux dire que si chaque Algerien craint Dieu et se respecte ,il ne restera plus que les corrompus qui n’aurons plus personne a corrompre
    Que reste t il du pouvoir de Pharaon et de lui meme ? De Bush , Mitterand la guillotine , Napoleon , Sharon le comateux , rien , rien qu’une image.
    Patientez , et vous verrez . Dieu seul sait comment ca arrivera .

  20. Messabih dit :

    Y’avait il des Algeriens integrationnistes(Messalistes,MTLD..)
    ou bien meme independantistes ,selon toutes
    formes et couches sociales(ceux de Khagne,des lycees français…),qui voulaient une vraie republique,l’élite quoi,ça existe ?…
    Ces heros anonymes,dont nous ne connaissons pas les noms ,qu’ils etaient riches ou de classe moyenne,et tres en dehors du nasserisme …?

  21. hasheickoum dit :

    sifaoui et un grand mythomane de service !souvenais vous la campagne de dénigrement anti-musulman en France il en a était le fer de lance et maintenant il parle de tewfik lui méme empétrée dans l’affaire des moines de tibherine en espérant se refaire une virginités ce type et grillée !!!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER