• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 juin 2011

Archive pour le 26 juin, 2011

FFS Tizi-Ouzou: Conférence débat en hommage à Matoub Lounes

matoub1.jpgCompte-rendu de Jugurtha Abbou

Ni la canicule et ni la programmation d’une conférence par un comité administratif un jour de semaine n’ont empêché le FFS de remplir la grande salle du théâtre de la maison de culture Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou en ce dimanche 26 juin à 13h00 par une assistance en majorité de jeunes garçons et filles venus de toute la région.

La conférence qui s’est déroulée sous le signe de «l’hommage au Rebelle», a été animée par Farid Bouaziz, premier secrétaire fédéral du FFS de Tizi-Ouzou, Malika Matoub, présidente de la fondation Lounes Matoub, Me Aissa Rahmoune, membre du comité directeur de la LADDH et ont, tour à tour déployé leur verve pour étaler un discours qui sur les assassinats politiques, qui sur les dérives judiciaires, qui sur les violations de droits de l’homme en Algérie.

Après l’écoute de l’hymne national et l’observation d’une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes du combat pour la démocratie, le modérateur de la conférence, Kamel Mammar, 1er secrétaire de la section FFS de Tizi-Ouzou, déclara que cette conférence rentre dans le cadre du programme d’animation politique de la structure qu’il dirige.

Prenant la parole, Malika Matoub déplora que malgré les treize années passées depuis l’assassinat de son frère, l’affaire reste à son point de départ. Pis, certaines parties lui dénient le droit de revendiquer une reconstruction des faits du meurtre. Le procureur adjoint de la cour de Tizi-Ouzou lui a même déclaré que l’instruction étant finie, le procès sera incessamment ouvert. Cela lui a fait dire qu’il y a une volonté politique délibérée d’étouffer l’affaire. Elle finira par dire: 13 ans BARAKAT ! Il est temps que les gens connaissent la vérité sur l’assassinat de Lounes MATOUB. L’espoir réside en elle dans le fait que malgré le mort d’un MATOUB, des Lounes naissent tous les ans.

Intervenant en second, Me Aissa Rahmoune n’a pas eu la langue tendre. Après s’être excusé de l’absence du président de la LADDH retenu pour un cas de force majeure, il s’est lancé dans un plaidoyer en faveur de la reconstitution des faits de l’assassinat. Pour cela, il s’est basé sur des questions essentielles: Comment le chanteur a-t-il été assassiné ? Par qui et pourquoi il a été assassiné ? La vérité est facile à rétablir, dira-t-il, sauf que dans notre pays, non seulement la justice est paresseuse, mais elle est indépendante à la dépendance.

Pour sa part, Farid Bouaziz, a tout d’abord remercié les présents d’avoir répondu à l’appel de « l’Ile de démocratie» qu’est le FFS, seul espace restant à la libre expression. Ailleurs, c’est du faux annonça t-il. A force d’être manipulé par les faussaires, le peuple a fini par tout comprendre. Pour preuve, la Kabylie jadis à l’avant-garde des contestations politiques, se retrouve dépolitisée tant le pouvoir n’a cessé de fabriquer de faux interlocuteurs… Malheureusement, tout le monde est consulté hormis le peuple.

Revenant au rebelle, il dira que celui-ci même mort, constitue un cauchemar pour ses détracteurs, car en plus d’être un grand chanteur, Lounes a su résumer toutes les manœuvres des décideurs en un seul mot : «Dh aghourrou (le leurre)». 

A la fin de la conférence, une quinzaine d’intervenants a posé des questions relatives tant à l’assassinat de MATOUB qu’à la situation politique du pays. L’ancien député du FFS, Malek Sadali a agrémenté les débats par un témoignage sur les positions du parti après le 25 juin 1998, période durant laquelle il était secrétaire national du parti.

En guise de clôture, le 1er secrétaire de la section organisatrice à déclarer que «plus on accuse le FFS et plus on ouvre un débat de fond; et plus on ouvre un débat de fond plus la vérité jaillit avec force pour discréditer les accusateurs et les charlatans de la démocratie».          

Hugh Roberts: « L’armée algérienne ne doit pas fournir des prétextes aux puissances étrangères d’intervenir »

hugh.jpg«Il est impératif pour l’Algérie, en tant qu’Etat, de faire le choix de la légitimité démocratique aux lieu et place de courir le risque de chercher une légitimité internationale qui figure, de plus en plus, dans les discours des puissances occidentales», prévient le politologue en évoquant l’exemple égyptien d’avant la révolution où le fils du raïs, Gamal Moubarak, est allé chercher l’approbation chez les autres forces extérieures pour être intronisé président.

Il fait savoir que «les élites politiques se tournent vers des forces extérieures de légitimation et c’est valable aussi pour l’Algérie, d’où la nécessité de renégocier les rapports militaires-politiques». Pour lui, l’armée algérienne fait face à un choix stratégique. Elle doit faciliter l’avènement des forces politiques démocratiques réellement représentatives et laisser faire la volonté populaire à travers des élections sérieuses.

(Lire la suite)

Tizi Ouzou: Sit-in de la Fondation Matoub devant la cour de justice

madjnoune.jpgA l’appel de
la Fondation Matoub Lounès, des dizaines de personnes se sont rassemblées, aujourd’hui dimanche, devant la cour de justice de Tizi Ouzou. Outre la mère et la sœur du défunt chanteur, l’on a remarqué la présence des responsables locaux du Front des forces socialistes (FFS),  d’ex délégués  du Mouvement citoyen des archs de Kabylie (Cadc)  et de simples citoyens venus apporter leur soutien aux organisateurs de ce sit-in.   

Par cette action,
la Fondation Matoub compte interpeller les instances judiciaires au sujet de «l’incarcération injuste», depuis 13 ans, de Malek Medjnoun (photo), accusé présumé dans cette affaire, rapporte El Watan.com 

 

La mère de Lounes Matoub n’a jamais rencontré Hassan Hattab

matoublounes1.jpgDans un dossier réalisé hier par El Watan, la journaliste Salima Tlemçani a affirmé que l’assassinat de Lounes Matoub était l’oeuvre de Hassan Hattab. « Hattab a revendiqué l’attentat, mais la réaction de la population lui a fait peur au point d’être allé voir la mère de Matoub, pour lui dire que le GSPC n’avait rien à voir avec le crime », a écrit encore Salima Tlemçani.

Contacté ce matin, Malika Matoub, la soeur du défunt Lounes, a démenti l’information d’El Watan. « Ma mère n’a jamais rencontré Hassan Hattab », a tenu à préciser la présidente de la Fondation Matoub Lounes. El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER