Déclaration du Conseil national du FFS

ffs.jpgLe Conseil national du FFS, réuni en session ordinaire les 1er et 2 juillet 2011 à Alger, a procédé à l’évaluation de la situation politique du pays.
 
Sur le plan national.
L’année 2011, comme l’année 2010, sont marquées par l’intensité et la multiplicité des conflits sociaux et des émeutes à travers tout le pays.

La jeunesse algérienne dans toutes ses composantes, urbaine et rurale, étudiants, chômeurs, jeunes femmes, est soumise à toutes les violences. L’extrême est atteint, et les mots ne suffisent pas, pour décrire, le drame des «haraga», la tragédie des suicides par immolation mais aussi par la dureté des mouvements de contestation notamment des étudiants, médecins résidents, enseignants contractuels, jeunes chômeurs…

Il est encore prématuré de mesurer l’influence et l’impact des événements qui se déroulent dans le monde arabe sur la crise politique, économique et sociale qui dure et perdure dans le pays depuis plusieurs années. 

Le conseil national du FFS regrette à ce propos que la télévision nationale montre des images de pays en crise, de pays en guerre mais ne montre jamais des peuples en marche vers la liberté.

Le Conseil national du FFS qui se félicite de la force du mouvement social, souhaite que s’établissent les jonctions et rassemblements entre les différents acteurs sociaux pour donner toute son efficacité à leur action.

Le conseil national du FFS estime que la vitalité et l’ampleur du mouvement social révèlent avant tout la volonté des millions de jeunes à prendre leur destin en mains.

Le conseil national du FFS a procédé à l’évaluation de la première phase du processus politique engagé par le chef de l’Etat. Les conclusions provisoires qui peuvent être tirées sont les suivantes:

La tentative de recréer un débat politique pèche par la volonté de lui imposer des limites et de le cadrer.
On continue à céder à la facilité d’inviter des représentations politiques et sociales préfabriquées. Rappelons-nous la place et le rôle de certains acteurs politiques et sociaux en 1992 ! Rappelons-nous du CNSA  et du rôle qu’on a fait jouer à la «société civile» !  

Manifestement, la première phase de ce processus a surtout servi d’écran de fumée et a servi également à jauger la détermination et les demandes de l’opposition, la vraie; comme elle a servi à poser la stratégie des décideurs.

L’inversion des priorités par le pouvoir n’est pas innocente et peut paraitre paradoxale. Elle répond cependant bien aux priorités des décideurs et aux inflexions qu’ils souhaitent imposer aux Algériens. Notons tout de même qu’il y a encore des hésitations.

Les discussions seront apparemment appelées à se poursuivre, elles seront difficiles et incertaines. Comme sont imprévisibles les théâtres où se dérouleront les marchandages futurs.

Le Conseil national du FFS estime que la stratégie globale du pouvoir dans la situation actuelle s’articule autour des axes suivants:

Les décideurs n’aiment pas leur position en première ligne devant un mouvement social qui assiège El Mouradia. Les décideurs ne souhaitent pas se retrouver seuls devant le « tsunami » social menaçant malgré les mesures financières prises.

Le pouvoir a besoin d’une nouvelle légitimité et d’un consensus politique et social rénové. Le pouvoir a besoin de nouvelles bases pour la stabilité du système politique qu’il a mis en place au lendemain de l’indépendance.
Le pouvoir quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, a besoin de nouvelles forces politiques et sociales. Le pouvoir a besoin de l’opposition. C’est le prix à payer pour consolider sa position à l’intérieur mais aussi sur les plans régional et international.

En conclusion, le contexte national général est à l’imprévisibilité.

Pour sa part, le Conseil national du FFS :
Réaffirme sa disponibilité à un dialogue politique pluriel, ouvert et créatif.
Appelle les différents acteurs politiques et sociaux à un effort éthique. Le FFS n’impose rien. Le FFS propose. L’éthique politique aujourd’hui, c’est l’autonomie et la responsabilité que ce soit au niveau individuel ou collectif.

Commentaires

  1. slam dit :

    Analyse très correcte proche de la réalité sociale et politique du pays décrite dans la déclaration finale du Conseil National du Front des Forces Socialistes.Cependant, on aurait tant aimé que le Conseil National se pronçat sur une démarche et un contrat politique très attendus par les populations et susceptibles de sortir le pays de la crise sempiternelle que vit le pays.Faire preuve d’une grande imagination pour une étude de faisabilité politique attractive qui crédibiliserait davantage le FFS . Mon humble avis porte sur l’avantage de l’élaboration d’un document qui plancherait sur différentes politiques à appliquer pour redonner confiance à notre peuple.

  2. Militant pour la citoyenneté dit :

    Le peuple attend une initiative forte du FFS et surtout de son Président Hocine AIT-AHMED, comme par exemple le mémorandum de 2001 ou le contrat national de 1995, il est plus qu’urgent que le FFS lance une initiative pour sortir de cette crise et l’histoire lui reconnaîtra au moins qu’il n est pas resté les bras croisés ou spectateur. A bon entendeur salut.

  3. Achiq Hamman dit :

    Le FFS attend du peuple une prise de conscience et un engagement forts, surtout de son élite, comme par exemple au Maroc, en Tunisie, en Egypte, en Grèce, ou en Espagne, il est plus qu’urgent que le peuple s’engage pour sortir de cette crise et l’histoire lui reconnaîtra au moins qu’il n est pas resté les bras croisés ou spectateur. A bon entendeur salut.

  4. slam dit :

    Il y a Urgence pour le Front des Forces Socialistes à élaborer un document sur les préférences politiques du parti. Le peuple a confiance en le FFS qui a su garder sa dignité politique depuis sa création en 1963. Mais il faut retenir que la vie est un combat qui nous impose de changer d’armes pour mieux surprendre l’adversaire!Il s’agit pour le FFS de rallier à lui toutes les forces démocratiques pour mieux combattre le despotisme!

  5. Noor dit :

    le ffs doit oeuvrer pour l’établissement d’une feuille de route pour la politique algerienne, le ffs doit oeuvre pour s’allier a d’autres partie de la nation pour renforcer sa vision et ne point faire cavalier à part ! car ces moments, il faut bien etre fort et épaulé par d’autres partis et associations.

  6. sid ahmed dit :

    bonjour l’équipe,je ne veux pas que mon commentaire soit affiché sur l’écran car il me reste encore un tout petit espoir en ce parti qui s’est,presque, complètement,ridiculisé avec la reconduction de cet (ir)responsable à l’organique avec ce carriériste militant élu depuis 1997 nommé,lui aussi, à la commission nationale des élus.
    que veux faire K tabbou avec ce parti?
    tout le monde était au courant qu’ils avaient voté au sénatorielles du 2005 !!!

  7. slam dit :

    Bonnes vacances et bon Ramadan à tous les militants du Front des Forces Socialistes.Nous nous retrouverons inchallah à la rentrée tout en espérant que chacun d’entre nous prendra des forces et réfléchira entre temps à de nouvelles stratégies de lutte car il me parait très évident que des échéances nous attendent ! Nous allons tous ensemble nous surpasser pour affronter toutes sortes de difficultés ! Bon courage les gars et à très bientôt si Dieu le Veut et que ceux que l’on a offensé par inadvertance nous pardonnent!

  8. Me dit :

    Le peuple fait confiance au FFS, mais le peuple veut que le FFS s’allie avec d’autres partis intègres même s’ils sont de petit calibre.
    Société civile, partis politiques, journaux d’opposition, personnalités politiques intègres, comités de quartiers, représentants des comités de quartiers, tout cela attend le FFS et doit l’unir pour balayer les assassins corrompus de DRS-OUjda-FLN-RND.

  9. ilissen dit :

    JE LANCE UN APPEL A TOUS LES MILITANTS SINCERES ET DESINTERESSES ET SURTOUT A NOTRE CAMARADE HOCINE AIT AHMED DE BOUGER CAR L’HEURE EST GRAVE JUSQU’A QUAND ON RESTERA COMME CA SANS RIEN FAIRE EN REGARDANT L’AVENIR DE NOS ENFANTS COMPROMIS? JUSQU’A QUAND ON REGARDERA LA VIE PASSER DEVANT NOUS SANS RIEN FAIRE? JUSQU’A QUAND ON VA SUPPORTER DE VOIR SES LARBINS DE GENERAUX ET LEURS FAMILLES PILLER LES RICHESSES DE NOTRE PEUPLE??
    KHALED NEZZAR LUI MEME A CONFIER A UN AMI LORS DE SON PASSAGE A PARIS QUE « TANT ILS SONT LA RIEN NE CHANGERA ET SA NE CHANGERA PAS CAR ON DEJA PREPARER LA RELEVE » VOUS IMAGINEZ UN PEU CE COUILLONS COMMENT IL OSE DIRE LES CHOSES, ALORS SI ON NE BOUGE PAS PERSONNE NE VIENDRA NOUS FAIRE BOUGER LES CHOSES? REGARDER TOUS CES UNIVERSITAIRE QU’ILS ONT Chassé du pays entre 2001 et 2005,+ de 400000 en france dont je fait partis, ils ont vidé le pay de sont intelligencia, ne croyez-vous pas que c’est fait exprès avec la benidiction de madame la france, reveillez-vous reveillez vous, regardez ce qui se passe dans la regions des IZWAWEN (kabylie), c’est l’anarchie totale, la drogue, le crime organisé la dislocation des familles ..et j’en passe
    Où VA L’ALGERIE? si j’ai tord chaaahhh

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER