Archive pour août, 2011

Attentat de Cherchel: 18 morts selon le MDN

cherchel.jpgLe nombre de décès dans l’attentat terroriste perpétré vendredi contre le mess extérieur de l’Académie militaire inter-armes de Cherchell s’élève désormais à dix-huit (18) morts, dont deux (02) civils, indique samedi un nouveau bilan du ministère de la Défense nationale.

Vingt personnes ont été blessées et ont quitté l’hôpital après y avoir reçu les soins nécessaires. Cependant, six autres personnes ont été maintenues sous contrôle médical, dont l’une est dans « un état très grave », précise-t-on de même source.

Le ministère de la Défense nationale estime que ce crime terroriste « démontre une nouvelle fois que les groupuscules terroristes tentent à travers cet acte abject d’atteindre des objectifs médiatiques afin de desserrer l’étau qui leur est imposé sur le terrain par les forces combinées de sécurité qui ont réalisé des résultats remarquables, notamment durant les dernières semaines ».

Le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire, « tout en s’inclinant à la mémoire des chouhada ayant péri dans cet acte ignoble », a réitéré sa « détermination à mettre hors d’état de nuire ces bandes criminelles et assurer la paix et la quiétude dans l’ensemble du pays ». APS

Réseaux sociaux en Algérie : 32% des internautes y accèdent

bloga.jpgMakhlouf Aït Ziane El Moudjahid 

Le Front des forces socialistes a organisé jeudi dernier au niveau de son siège à Alger une conférence débat portant sur le thème : «Les réseaux sociaux en Algérie». Plusieurs interventions de qualité ont marqué cette rencontre. On retiendra notamment celles de l’universitaire Arezki Derguini, qui a traité du thème des «Réseaux sociaux et autonomie sociale», de Samir Hchicha, blogueur algérien installé à Paris, qui est intervenu à distance sur «Le printemps arabe et l’impact sur la blogosphère DZ », et enfin du directeur de la revue INTIC, spécialisée dans les nouvelles technologies, qui a évoqué lui «L’utilisation d’internet par les Algériens».  

Selon cet expert, qui répond au nom de Nassim Lounès, il y a «une prise de conscience collective sur l’importance des technologies de l’information et de la communication». Une prise de conscience «qui est en train de s’ancrer chez les Algériens», a-t-il affirmé. Il a indiqué que «l’utilisation de l’internet a connu ces derniers temps une croissance remarquable».
Etayant ses dires, M. Lounès a présenté les résultats obtenus par  une étude sur les usages et perceptions des internautes du Web algérien. Initiée par deux entreprises algériennes, IDEATIC et Med&Com, cette étude met en évidence le fait que la gent féminine, qui ne s’intéressait pas à la Toile au début des années 2000, a grandement rattrapé son retard : «Alors qu’elles ne constituaient que 25,8 % des internautes algériens qui se connectaient sur la Toile, elles sont aujourd’hui 30% à se rendre sur internet, tous âges confondus», a-t-il signalé.

Allant plus loin, le directeur de la revue INTIC a estimé que «grâce aux politiques de développement de l’ADSL partout en Algérie, nous constatons une meilleure pénétration d’internet dans tout le pays, contrairement aux années précédentes où l’étude révélait une concentration au Centre». Conséquence directe de cette politique, les jeunes sont, encore une fois, cette année, les plus nombreux à se connecter régulièrement à internet.

L’intervenant a relevé que «seulement 32% des internautes  déclarent se connecter pour accéder aux réseaux sociaux, tels que Facebook ou Twitter». Aussi, selon lui, «le grand gagnant de ce marché très porteur est sans conteste Facebook qui totalise 70% des connexions des réseaux sociaux en Algérie». Il dit dans ce contexte que «le chiffre à retenir, même s’il est approximatif, est que Facebook compte 1,8 million de membres algériens».

De son côté, le professeur Arezki Derguini a souligné que grâce à l’émergence de ces réseaux sociaux, l’information est devenue rapidement accessible, par rapport aux années précédentes. «Avant, l’information passait par plusieurs intermédiaires, alors qu’aujourd’hui, avec cette nouvelle technologie, il n’y a plus d’intermédiaire. Il y a seulement le producteur et le consommateur», a-t-il ajouté.
Mettant l’accent sur l’impact des révolutions arabes sur l’Algérie, il a souligné  qu’«il y a deux aspects : l’un quantitatif et l’autre qualitatif. Concernant le premier, le nombre des adhérents à internet a augmenté pour atteindre les 2,5 millions, tandis que le second fait état de la consultation à internet. Un aspect qui a permis aux citoyens d’acquérir plusieurs connaissances et le transfert du savoir-faire».

Dans le même ordre d’idées, Abdou Bendjoudi, blogueur et membre du MJIC, a indiqué que, «les réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook ont joué un grand rôle dans les révolutions arabes. Il a cité comme exemple la révolution du Jasmin en Tunisie où les manifestants ont utilisé ces réseaux pour coordonner leurs actions», avant d’ajouter que «les Algériens, pour la plupart, utilisent ces réseaux sociaux comme des espaces d’amusement et de discussion».

Réseaux sociaux et blogosphère en Algérie: Les libertés en toile de fond

blogo.jpgMehdi Bsikri, El Watan 

L’éclatement des révoltes populaires dans le monde arabe peut s’expliquer par d’innombrables facteurs. Les outils qui ont servi à leur réussite sont plusieurs. Les réseaux sociaux et la blogosphère ont été des atouts. Mais en Algérie, en intense période de contestation, le pouvoir a censuré et piraté les blogs animés par des jeunes Algériens. Les blogueurs sont surveillés. Leur activité déplaît au régime. Nous assistions à une autre forme d’atteinte aux libertés individuelles mise sous silence. 

Réunis dans la soirée de jeudi dernier, au siège national du FFS (Alger), autour d’une table ronde sur le thème «Les réseaux sociaux et la blogosphère en Algérie», les invités, blogeurs et journalistes, ont dénoncé la censure de leur support média au début de l’année. «Lorsque la révolte a éclaté au mois de janvier, des blogs ont été piratés et censurés», révèle en premier Abdou Bendjoudi, blogueur et membre du Mouvement de la jeunesse indépendante. Il affirme que «les médias sociaux et les blogs sont infiltrés par les renseignement généraux». Ce dernier se réfère à une enquête individuelle entreprise durant trois mois. Il a constaté que «les services créent de faux profils sur Facebook pour savoir qui est pour qui et qui est contre qui». 

M. Bendjoudi explique que le verrouillage médiatique que connaît le paysage audiovisuel pousse les Algériens à investir
la Toile pour se mette au diapason de l’actualité alternative. «L’ENTV diffuse de l’information erronée, et selon le désir du pourvoir. La frustration pousse la jeunesse à s’accrocher à d’autres canaux de communication, plus libres et moins sclérosés.» Dans sa lancée, il indique que «la censure et la manipulation est à l’origine du développement du média citoyen, qui est un outil pour freiner l’idéologisation de l’information. Par exemple, en janvier dernier, l’ENTV offrait un faux contenu sur les mouvements de protestation. Donc, le seul remède, pour connaître la vérité, c’était de voir les vidéos postées sur Facebook ou Youtube. L’exemple d’envoyés spéciaux algériens est le meilleur à donner dans ce sillage».

Le retard qu’accumule l’Algérie pour ouvrir son espace audiovisuel se répercutera négativement au cours des prochaines années. Le pays risque d’être en déphasage total avec les conditions de travail qui régenteront le domaine d’ici 20 ans. «Si l’Etat ouvre l’audiovisuel, c’est le mot de la fin de ceux qui dirigent l’ENTV aujourd’hui», estime M. Bendjoudi. 

Une navigation de consommation et peu de production 

blog.jpgLe blogueur algérien, connu sous le nom de Hchicha, est intervenu à partir de Paris. Il pense que «les Algériens et les Tunisiens ont évolué de la même manière sur le web et ont adhéré d’une pareille façon sur le réseau facebook. Mais les Tunisiens ont fait leur révolution. Car, en Tunisie, les animateurs des réseaux sociaux et les blogueurs sont des activistes de longue date. Ils sont organisés. Ils ont utilisé internet comme un outil de rassemblement». En Egypte et en Tunisie, les appels sur les réseaux sociaux et les blogs pour destituer les régimes et pour manifester ont eu des échos. «Ces supports web sont animés par des activistes et des défenseurs des droits de l’homme», a expliqué le blogueur et journaliste Allaoua Hadji.

L’universitaire Arezki Derguini estime de son côté que l’internaute algérien est plus un consommateur que producteur. «Les utilisateurs nationaux des réseaux sociaux sont des consommateurs passifs et non pas des producteurs de l’information, contrairement aux activistes tunisiens et égyptiens», juge-t-il. Il recommande d’ailleurs aux journalistes de travailler avec les blogueurs, tout en supposant que le rédacteur doit écrire selon la demande du marché. C’est là une opinion d’ordre économique qui est «acceptée dans les pays pionniers du journalisme». Il déplore également l’absence flagrante des professionnels de la presse sur le réseau Twitter.

Enfin, Nassim El Ouenass, directeur de la revue Intic, a présenté les résultats d’une étude réalisée par Webdialna. Elle montre que les Algériens se connectent en moyenne 20 heures par semaine. 73% des sondés déclarent utiliser
la Toile pour récolter l’information. L’étude avance un chiffre de plus de 6 millions d’internautes en Algérie, dont 70% sont des hommes. Le nombre de «facebookistes» dépasse un million. Google est le premier site visité, suivi de Facebook, Yahoo, blogspot et le site arabophone Startimes. 

Deux kamikazes se font exploser devant le mess des officiers de l’école inter armes de Cherchell

Vendredi à 19h 40, deux kamikazes, dont l’un à bord d’une moto, se sont fait exploser devant l’entrée du mess des officiers de l’école inter armes de cherchell, wilaya de Tipaza. Le premier bilan, fait état d’un mort et de plus d’une quinzaine de blessés.

 

C’est un civil de passage qui est décédé dans l’explosion. Plus d’une heure après l’explosion le ballet des ambulance continuait encore à transporter les blessés vers les hopitaux de Sidi Ghiles et de Tipaza. El Watan.com

L’Algérie a, dès le début de la crise libyenne, observé une « stricte neutralité »

algerie.jpgPar l’APS

L’Algérie a, dès le début de la crise libyenne, observé une « stricte neutralité en refusant d’interférer, de quelque manière que ce soit, dans les affaires intérieures » de ce pays voisin, a souligné, vendredi, dans une déclaration, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani.

L’Algérie a également réaffirmé « son respect de la décision de chaque peuple découlant de sa souveraineté nationale », a-t-il ajouté. Dans le cadre de son interaction avec l’ONU et les organisations régionales sur la crise libyenne, dont « elle suit les derniers développements avec une extrême attention », et s’agissant des obligations découlant du respect de la légalité internationale, l’Algérie s’est « conformée scrupuleusement aux résolutions des Nations unies et elle en a tenu informés les membres du Conseil de sécurité », a-t-il précisé.

M. Belani a indiqué, que dans une correspondance adressée, le 24 août 2011, au secrétaire général des Nations unies et au président du Conseil de sécurité, l’Algérie a porté à la connaissance de l’ensemble des Etats membres de l’ONU, les éléments d’information suivants en rapport avec la situation en Libye.

(Lire la suite)

FFS de Béjaia: Conférence sur « La ville de Béjaia, constat et perspectives» ce soir

ville.jpgLe premier secrétaire de la section FFS de Béjaia, Karim Bourai, animera un point de presse aujourd’hui vendredi 26 août 2011 à 21h00 au siège de la section, concernant la dernière distribution du logement social locatif dans la commune de Béjaia. 

A 21h30, une conférence débat sur «La ville de Bejaia, constat et perspectives», sera animée par Khodir Madani, secrétaire national à l’enseignement supérieur et à la recherche scientifique et directeur de l’école de formation «ALI MECILI», Rachid Chabati, membre du conseil national du parti, membre du  cabinet conseil pour le suivi et orientation des élus locaux, élu a l’APC de Bejaia et Karim Bourai, premier secrétaire de la section. 

Fulbright Foreign Language Teaching Assistant 2012/ Programme de Bourse Hubert H. Humphrey

Dans le cadre des programmes éducatifs de la section culturelle de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Alger,  la section des Affaires publiques organise des sessions « portes ouvertes » sur les programmes  « Fulbright Language Teaching Assistant  (FLTA) » et le « Hubert Humphrey ».  Une assistante culturelle de l’ambassade sera disponible pour informer les personnes désirant postuler à ces programmes.  Toutes les informations concernant ces deux programmes sont postées sur le site web de l’ambassade : http://algiers.usembassy.gov/academic_exchanges.html et sont en pièce jointe.  Les candidats intéressés sont  cordialement invités à s’inscrire pour une des sessions d’orientation prévues pour les dates du 14 et 21 septembre de  15:00 à 17:00 concernant  le programme FLTA et les 15 et 22 septembre de 15 :00 à 17:00 pour le programme Hubert Humphrey.
Les sessions d’informations se feront au siège de l’ambassade sis,  5 Chemin Cheikh Bachir El Ibrahimi, El Biar, Alger.  Veuillez transmettre un email  à l’adresse:
Fulbright-Algiers@state.gov.   Pour confirmer votre présence à l’heure et date de votre choix. Le jour du rendez-vous, les candidats doivent  se munir d’une pièce d’identité pour accéder à la chancellerie.
 

AFFAIRE BOIS DES PINS: Des moudjahidate répondent à la DGSN

boisdespins.jpgDans l’édition n° 6327, du quotidien El Watan, du jeudi 11 août 2011, p7, la DGSN nie «toutes les accusations de violences émises à l’encontre de leurs éléments», au sujet de la répression qui s’abat sur les habitants de la cité Bois des Pins à Hydra. Ce «démenti» est l’expression de l’ignorance des événements, très graves, qui se sont déroulés à la cité Bois des Pins. Comment oser nier les accusations de violences perpétrées, contre d’innocentes victimes, coupables de vouloir défendre leur espace vert, seul bol d’oxygène dans un ciel pollué ? En plus d’importantes plaies visibles (points de suture, tympan percé, blessures multiples) constatées par des médecins légistes et les expertises médicales faisant foi.

Durant ce mois sacré de Ramadan 2011, des enfants ont été malmenés et des femmes menacées de viol, à l’intérieur, même des appartements dont les portes ont été défoncées, après le saccage des grilles de l’immeuble et des boîtes aux lettres. Ces violences physiques ont été accompagnées, de surcroît, d’insultes grossières, que la décence ne nous permet pas de préciser. Ceux qui ont pour fonction «de sauvegarder et (…) d’assurer les biens privés et installations publiques» sont dans la logique des parachutistes de Massu.

Les tortures de toutes natures qui ont été infligées, aux moudjahidates que nous sommes, étaient peut-être une invention de l’esprit ? L’armada des forces policières, instrumentalisées, et la progéniture des magistrats faussaires, aux ordres d’un pouvoir aux abois, ont-elles besoin, aujourd’hui, d’un recylcage pour améliorer leur savoir-faire ? Ils vont, sûrement, apprendre à mieux réprimer ! Hier c’était l’oppression, aujourd’hui c’est la répression. L’Algérie n’est pas le domaine qui appartient à un pouvoir qui manque de légitimité.

Djamila Bouhired – Fettouma Ouzegane Zoulikha Bekaddour – Louisa Ighil Ahriz – Louisa Oudarène

Mahmoud Chemam, porte-parole du CNT à Tunis: « Nous aurions aimé voir l’Algérie se mettre du côté du peuple libyen »

anciendrapeaulibyen.gifEffectivement, les relations (avec l’Algérie) passent par une période très sensible au regard de la position algérienne qui a apporté un soutien sans faille au régime d’El Gueddafi. Les déclarations du ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, n’étaient pas pour apaiser les esprits. Il a décrété que les révolutionnaires ne pourraient pas diriger et gouverner la Libye. L’attitude du régime algérien est regrettable.

Nous demandons à l’Algérie de nous fournir des explications. Pour nous, l’Algérie reste un pays frère qui nous est très cher. C’est notre profondeur historique et stratégique, le peuple libyen était du côté de la Révolution algérienne. Nous aurions aimé voir l’Algérie se mettre du côté du peuple libyen qui lutte pour sa liberté et son indépendance et jouer le rôle que lui dicte sa position géopolitique. Hélas, elle n’a pas vu juste.

La révolution libyenne va œuvrer pour l’instauration du grand Maghreb politique et économique dans lequel l’Algérie devrait jouer un rôle. Mais malheureusement, elle a enregistré un énorme retard en apportant son soutien au régime d’El Gueddafi. Pour que les rapports connaissent une évolution positive, l’Algérie se doit d’être transparente et franche. El Watan (extrait de l’interview)

السقوط الوشيك لنظام القدافي خبرا سارا لكل المناضلين من أجل الحرية

يُعتبر السقوط الوشيك لنظام القدافي ، خبرا سارا لكل المناضلين و الناشيطين من أجل الحرية و الديمقراطية عبر العالم. إن وهم السلطة الغير محدودة الذي يعتبر الميزة الأساسية للأنظمة العربية المناهضة لشعوبها ، قد أوصله النظام الليبي إلى أبشع الصور. 

لهذا السبب، يُخشى أن يقضي الانتقال نحو نظام ديمقراطي وقتا مطولا و يواجه صعوبة أكبر في التجسيد مقارنة مع ظروف مغايرة.    

كونهم جيران مباشرين لليبيا،يتمنى المناضلون الجزائريون من أجل تأسيس مغرب ديمقراطي للشعوب أن يتمكن الشعب الليبي من الإتحاد بسرعة حول قيادة وطنية ذات تمثيل و قادرة على إقامة  دولة الحقوق والديمقراطية ذات سيادة. 

جبهة القوى الاشتراكية التي جعلت من المغرب الديمقراطي للشعوب،عنصرا استراتيجيا في التزامها السياسي،كان لها و أن اتخذت موقفا مشتركا مع أحزاب سياسية مغاربية أخرى لمساندة الحراك الشعبي الليبي في سبيل التخلص من ويلات الاستبداد . 

عسى، أن يسرع الشعب أليبي في استعادة حريته، سيادته الكاملة و إيجاد أحسن السبل من أجل تشييد دولة الحقوق بأقل الخسائر الممكنة. 

تتمسك جبهة القوى الاشتراكية في تجديد تضامنها مع الشعب الليبي الثائر ضد الطغيان. 

ع/لأمانة الوطنية 

الأمين الوطني الأول 

كريـم طابو

12345...8

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER