Le fils de Belkhadem à la tête des « bataguis » du FLN

belkhadem1.jpgLa politique en Algérie est-elle devenue une histoire de famille ? Ce jeudi matin, le fils du secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, a conduit un groupe de « baltaguis »pour empêcher les redresseurs de l’ancien parti unique de tenir leur conférence nationale des cadres à Draria (Alger). Cette rencontre a regroupé des députés, des sénateurs et des ministres hostiles à l’actuelle  direction du FLN.  Les policiers ont empêché les « baltaguis » de se rapprocher du lieu où se tient la réunion des « redresseurs ».  El Mouhtarem

Commentaires

  1. kif dit :

    Belkhadem n’est pas plus algériens que Bush Georges. Belkhadem né à Aflou qu’il n’est pas né en Algérie. Autant dire Les populations de Tamanrasset, d’ Illizy, du mali et du niger sont aussi algériens.

    Tous ces basanés, karlouches enturbannés, arriérés, bigots ne sont pas des algériens que les habitants de laghouat, de djanet….
    Il faut faire le tri dans la population algérienne, segmenter l’Algérie, créer 1 état pour les karlouche, 1 état chaoui, 1 état pour les arabes qui souhaitent vivre comme des soudanais ou des yéménites ou pakistanais…..ils pourront faire de leurs filles des esclaves et épouser des gamines de 9 ans…

  2. Rabah dit :

    Le rejeton de Belkhadem ne fait que défendre le « jigot » de la famille à un moment où personne ne donne cher de la peau de son père, laché par presque tout le monde et qui va bientot revenir à l’anonymat où il végétait avant que Sidou, qui vit une fin de règne horrible, ne l’en sort en 1999, pour en faire un MAE, un Chef de gouvernement et enfin un représentant personnel et sa passerelle avec leurs alliés les islamistes.

    Le compte à rebours a commencé pour ce clan de prédateurs, qui fait tout pour s’accrocher au pouvoir, y compris le recours aux mercenaires communément appelés les « baltaguias », qui ont lapidé les grévistes, de la Place du 1er Mai et d’ailleurs et ont récemment tenté d’incendier l’imprimerie d’El Watan et d’El Khabar.

    C’est la panique à bord.

    12 ans barakat !

    El roda eddour, ya Kaddour.

    El harba tselek.

  3. Ali dit :

    Le bateau prend eau de toutes parts et coule, coule, coule !

    Bye bye le clan de Tlemcen-Tiaret !

    Vos cousins et belles familles marocains vous souhaitent la bienvenue, chez vous, comme ils l’ont déjà souhaité à Benbella.

    Grands ou petits, on finit tous sur une flouqua, comme sidna Nouh.

  4. Mahmoud dit :

    Comme dirait Shakespeare : GAME IS OVER !

  5. Omar dit :

    Parceque Bouteflika et son clan de prédateurs ont fait de Tlemcen le symbole de leur népotisme et régionalisme primaires, cette ville risque de connaitre le même triste sort que Tikrit de Saddam et Syrte de Kadhafi.

    Nos frères et soeurs de Tlemcen doivent vite se démarquer et condamner le clan de Oujda qui parle et agit en leur nom.

  6. Linda dit :

    Il ressemble à son marabout de père comme une photocopie améliorée.

  7. يوسف بعلوج dit :

    واش راهو حاب هذا ثاني؟
    وبصفتو واش راهو ينطق؟ بالاك مواطن صالح وحنا ماراناش عارفين؟

  8. AYEN dit :

    C’est tout simplement un CRETIN comme son père.Trop de commentaires lui redore le blason.Il doit son maintien sur la place publique qu’a son D R S.Cela coule comme l’eau de roche.

  9. Benyoucef dit :

    Après l’arrachage, par qui on sait, de trois pieds du koursi de Boutef en Mai 2010, avec l’éviction de Khelil et la mise à l’écart de Zerhouni et Temmar, l’on assiste aujourd’hui à la chute pathétique de Belkhadem, dernier pied du koursi vermoulu sur lequel Bouteflika s’est vissé à vie en 1999.

    A l’instar de son chef, le clan présidentiel est en train de se disloquer et de se décomposer sous nos yeux.

    Tant mieux pour l’Algérie que ce clan de prédateurs, qui pratique un fuite en avant suicidaire, mène droit au gouffre.

    Vivement la fin du calvaire !

  10. Mahmoud dit :

    Qu’ils le gardent leur cadavre !

    Après avoir usé et abusé du FLN, depuis 1962, ils veulent nous le refiler aujourd’hui qu’il ne vaut rien, à l’image de son Secrétaire Général Belkhadem, qui a été imposé par la justice de nuit de Bouteflika, qui ne peut plus rien pour lui car lui aussi est dans de sales draps actuellement.

    Allah yarham Echouhada !

  11. Aissaoui dit :

    La parenthèse Bouteflika-Belkhadem ( 1999-2011 ) est en train de se fermer d’une manière pathétique.

  12. Rabah TOUBAL dit :

    Pour mener à bien une transition démocratique pacifique et intelligente en Algérie, pourquoi pas un mouvement des indignés algériens ?

    Un vieil indigné, animateur des blogs :

    http://contreleclandoujda.centerblog.net

    http://cestleclandoujdaquimatuer.centerblog.net

    E.mail : toubalrabah@yahoo.fr

    Facebook

  13. El hadi dit :

    A force de nous répéter on finira par nous taxer de logorrhéique:

    Concernant l’individu sus cité, tout le monde a compris qu’il n’est plus désirable dans la paysage politique et que ses tartufferies et cellejos de ces acolytes ont ramené le pays des décennies en arrière, ce constat ayant été fait, il faudrait poursuivre l’analyse de la situation catastrophique,actuelle du pays ( dégradation des moeurs, opportunisme qui a touché toutes les couches de la société, corruption qui gangrène tous les milieux, l’absence de repère et de référence donnant l’impréssion d’un bateau en perdition et obéissant à la moindre brise en fonction du besoin du moment, une école prise en otage par des aventuriers et des délinquants, une université paupérisée et dont le niveau approche celui d’une école du soir, etc….Belkhadem ne doit pas être l’arbre qui cache la foret, trop en parler c’est lui accordé trop de crédit, laissant ses associés d’hier lui régler son compte et l’éliminer du paysage politique, Seule une mobilisation de la classe politique, la vraie, non impliquée dans les affaires scabreuses, aidée par une classe intellectuelle et ouvrière sincères, est capable de sortir le pays du gouffre dans lequel il se trouve sans violence et écartant tous les aventuriers et les opportunistes recyclables qui ont survécu à tous les pseudo changements depuis 1962. Le peuple algérien ne veut ni de » printemps arabe » ni de chômage déguisé et des prêts aux désoeuvrés, générateurs de parasitisme et de clientélisme. L’argent public doit être destiné aux entreprises génératrices de richesses pour le pays et d’emplois pour les citoyens. Sur le terrain le citoyen peut faire sa révolution en exigeant, en permanence: un accueil digne dans les administrations et dans les hôpitaux, des soins de qualité, un enseignement proche des normes internationales, des médias à la hauteur de ses aspirations qui l’informent et qui documentent leur reportages et leurs écris concernant la corruption, l’abus de pouvoir et le manquement aux principes de la justice et du
    droit. En conclusion : Tartuffe ne doit pas nous faire oublier que le mal est profond, et qu’il n’est qu’un épiphénomène et qui finira dans la poubelle de l’histoire, poubelle qui, arrivera un moment elle sera trop petite pour recueillir toutes les épaves du système.

  14. Nirvana dit :

    Tel pére Tél fils

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER