• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 26 octobre 2011

Archive pour le 26 octobre, 2011

Nacer Mhal annule une émission de Canal Algérie sur la nouvelle loi sur l’information

mhal.jpgLe ministre de la Communication, Nacer Mhal a annulé l’émission «Questions d’actu» de Ahmed Lahri de Canal Algérie. Programmée pour le 19 septembre dernier, l’émission qui devait traiter de la nouvelle loi sur l’information et l’ouverture de l’audiovisuel en Algérie a été annulée sur ordre du ministre de la communication. Ce dernier, selon notre source, a appelé le DG de l’ENTV, Abdelkader Eulmi pour lui intimer l’ordre d’annuler la diffusion de l’émission.

Pour rappel, Nacer Mhal a annulé, en avril dernier, une émission qui n’était pas du goût du ministre de l’enseignement supérieur, Rachid Hraoubia. Un journaliste de l’ENTV qui interviewait le ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche scientifique, Rachid Heraoubia, dans son bureau, a été interrompu violemment par le chef de cabinet du ministre, Guerfi. Ce dernier, selon notre source, n’a pas apprécié la question du journaliste qui demandait au ministre de commenter la revendication des étudiants relative à son départ de son poste. «Cette question ne doit pas être posée par un journaliste de la télévision. C’est une question que peut poser un militant du RCD», a déclaré le chef de cabinet du ministre. 

A quelques heures du passage de l’émission prévu pour vendredi 1er avril après le JT de 20h, Rachid Heraoubia a appelé le ministre de la Communication, Nacer Mehal pour lui demander d’intervenir auprès de la direction de l’ENTV afin d’annuler la diffusion de l’entretien. El Mouhtarem   

Seïf Al-Islam Kadhafi aurait proposé de se rendre à la Cour pénale internationale

Seif Al-Islam Kadhafi et l’ancien chef des services de renseignements du régime déchu, Abdallah el-Senoussi, proposent de se rendre à
la Cour pénale internationale (CPI) de
La Haye, a annoncé mercredi un haut responsable militaire du Conseil national de transition (CNT).  

Le fils du guide défunt est visé par un mandat d’arrestation international, tout comme Abdoullah al Senoussi.  « Ils offrent la possibilité de se rendre à
La Haye », a déclaré Abdel Majid Mlegta à propos des deux fugitifs.  

Il a précisé que son information émanait de sources proches des services de renseignements qui lui ont dit que les deux fugitifs cherchaient à passer un accord pour se rendre à
la CPI par le truchement d’un pays voisin non précisé. 

(Lire la suite)

ATT en visite à Alger : De quoi a peur Abdelaziz Bouteflika?

www.maliweb.net 

Jusqu’à ces dernières semaines, Alger traitait comme un ennemi son voisin du sud, accusé de pactiser avec le terrorisme.  Changement de style depuis l’arrivée des ex-combattants kadhafistes dans la zone de Ten Zawatten.

La visite qu’effectue, depuis lundi dernier, le président Amadou Toumani  Touré en Algérie, à l’invitation de son homologue Abdelaziz Bouteflika, est à mettre au compte de ce qu’on pourrait appeler « l’effet Soumeylou Boubèye Maïga ». Jusqu’à la nomination de celui-ci, en mars 2011, au poste de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, les relations entre les deux pays étaient au plus bas. En juillet précédant, elles avaient même frôlé la rupture lorsque Alger et Nouakchott, dans une parfaite synchronisation, ont rappelé leurs ambassadeurs à Bamako pour montrer leur indignation devant l’élargissement par le Mali de quatre activistes d’AQMI qu’il avait fait prisonniers (dont deux Algériens et un Mauritanien réclamés par leurs gouvernements) pour sauver la vie et faire remettre en liberté le Français Pierre Camatte aux mains de l’organisation terroriste.

(Lire la suite)

Licenciements massifs en réponse à la formation d’un syndicat au Sheraton

hotelsheratonalger.jpgL’unique complexe hôtelier 5 étoiles en Algérie, le luxueux Sheraton Club des Pins à Alger, la capitale, invite les clients à «se ressourcer dans nos piscines et hammam avant de dîner dans nos restaurants avec vue sur la baie». Les employés/es du complexe ont récemment appris que «totalement sécurisé» peut vouloir dire sécurisé contre les syndicats. Des centaines d’employés/es qui, récemment, tentaient de former un syndicat selon la procédure légale, se trouvent aujourd’hui sans emploi, victimes de licenciements massifs qui ont vidé l’établissement de son personnel qualifié.

Le 26 juin, 300 employés/es environ, lassés/es des conditions de travail abusives, ont signé une pétition déclarant leur intention de déposer une demande d’enregistrement d’un syndicat et d’élire un comité syndical, composé de 5 employés/es, chargé de les représenter.

(Lire la suite)

Séquestration de Belmouhoub: Une pratique révoltante, selon la LADDH

bel.jpgNoureddine Belmouhoub, enlevé le dimanche 23 octobre 2011 à 11 heures du matin près de la maison de la presse à Alger, vient d’être relâché par ses ravisseurs, le mercredi 26 octobre 2011 vers 03 heures du matin. Mr Belmouhoub a été abandonné en pleine rue près du cimetière d’El-Alia (Banlieue est d’Alger).

D’après son premier témoignage, Belmouhoub a été détenu dans un lieu secret par ceux qu’il qualifie «d’éléments de la police politique». Au cours du trajet vers ce lieu, on lui fait changer de véhicule en le déplaçant de la voiture du type Caddy Volkswagen blanche vers un fourgon de marque Peugeot.

Durant son interrogatoire, Mr Belmouhoub  aurait subi les insultes et la pression de ces «geôliers». Ces derniers lui reprochaient d’avoir déposé une plainte contre le général Khaled Nezzar en 2001, et voulaient avoir la renonciation de la victime à cette plainte en tentant de lui faire signer par la contrainte une déclaration sur l’honneur.

Pour rappel, le 20 et 21 octobre 201l, le Général Nezzar, Ministre de la défense nationale entre 1991 et 1993, est auditionné par la procureure fédérale suisse, Laurence Boillat, suite à une plainte déposée contre lui par deux citoyens algérien en exil pour «suspicion de crimes de guerre». La procédure est toujours en cours. Concernant la plainte pour torture déposée en 2001 auprès du  tribunal Abane Ramdane à Alger, aucune suite n’aurait été donnée par la justice algérienne.

LADDH dénonce avec la plus grande énergie l’arrestation et la séquestration de plus de trois jours de Mr Belmouhoub par des éléments qui ne peuvent dépondre que des services de la République Algérienne. Nous sommes face à une dérive grave qui nous rappelle les pires moments des années 90, en Algérie.

La LADDH demande au Procureur général de la République, territorialement compétent, l’ouverture  d’une enquête judiciaire sur cette affaire et de recueillir dans les plus brefs délais le témoignage de la victime. Par ailleurs, la LADDH demande à la justice de se prononcer sur la plainte de Mr Belmouhoub déposée en 2001. 

La LADDH considère que de telles pratiques, qui sont la négation de l’Etat de droit, ne peuvent que renforcer les victimes algériennes dans leur conviction que seule la justice universelle peut leur rendre justice.

Alger le 26 octobre 2011

Le Président, Bouchachi Mostefa

Tunisie : Jacques Chirac adresse ses félicitations à Ben Ali

jacqueschirac.jpgLa retraite n’y a rien changé : l’ancien président de la République Jacques Chirac est toujours attentif aux affaires du monde et entretient son réseau. C’est ainsi qu’à l’annonce du succès du scrutin tunisien il a félicité M. Ben Ali pour une victoire « qui fait honneur à la Tunisie ».

Au secrétariat de Jacques Chirac, on attribue le télégramme inopportun à un dysfonctionnement technique : « la batterie du Président s’est brutalement déchargée et le message à M. Ben Ali est parti mystérieusement ». M. Chirac lui-même n’était pas joignable, très retenu par la préparation de son déjeuner avec Jacques Chaban-Delmas.

Ennahda « n’est pas le diable » (CPR)

Les islamistes d’Ennahda « ne sont pas le diable » et « il ne faut pas les prendre pour les talibans de la Tunisie », a déclaré mercredi Moncef Marzouki, leader du parti de gauche nationaliste CPR, arrivé derrière Ennahda selon des résultats partiels du scrutin du 23 octobre.
« Non, non, non ce n’est pas le diable et ensuite on ne pactise pas avec le diable. Il ne faut pas les prendre pour les talibans de la Tunisie, c’est quand même une fraction modérée de l’islamisme », a déclaré M. Marzouki en marge d’une conférence de presse à Tunis. « Les lignes rouges c’est encore une fois les libertés publiques, les droits de l’homme, les droits de la femme, de l’enfant et ça on ne pactisera jamais, jamais », a-t-il ajouté. AFP

Noureddine BELMOUHOUB libéré

bel.jpgQuatre jours après son enlèvement par des éléments, semble-t-il, du DRS, Nouredine Belmouhoub a été libéré dans la nuit de mardi à mercredi près du cimetière d’El Alia. Selon son premier témoignage, rapporté par le quotidien d’Algérie, après avoir été embarqué de force dans le Caddy Volkswagen le dimanche 23 octobre à 11h, Noureddine se rappelle qu’«ils» avaient pris la direction de la rue de l’ALN (ex-Moutonnière), vers El Harrach.

En cours de route, l’un des civils lui intima l’ordre de baisser la tête sous le siège pour éviter qu’il sache où il est. Au bout de quelques minutes, le véhicule s’arrêtera près d’un fourgon de type Peugeot et Noureddine sera transféré vers ce dernier sans qu’il sache où il est et où il va. La seule chose qu’il pouvait deviner c’était que le véhicule empruntait une longue côte.

Il fut débarqué en un endroit inconnu. Il fut accueilli et abreuvé d’insultes et de grossièretés. Il ne sera pas agressé physiquement. Ces «civils» lui reprochèrent d’avoir déposé une plainte contre le général à la retraire Khaled Nezzar et lui intimèrent l’ordre de la retirer. Ils voulaient lui faire signer une déclaration «sur l’honneur» qu’il retirerait sa plainte, ce qu’il refusera de faire avec courage et dignité.  

Said Bouhedja: « C’est en Algérie qu’il y a la fraude »

said.jpgDe retour de Tunis, je croise dans l’avion l’ancien porte-parole et député du FLN Said Bouhedja qui a « supervisé » les élections du 23 octobre. Je lui demande ironiquement s’il avait constaté des cas de fraude et d’irrugalités lors du scrutin, l’ancien porte-parole de l’ex-pari unique me répond: « c’est en Algérie qu’il y a la fraude pas en Tunisie » El Mouhtarem    

Libye: C’est la peste ou le choléra !

bhllibye45.jpgHeddi pour Algérie Politique 

Bien que je me réjouis de sa disparition, Khadafi avait droit à un procès comme tout un chacun. On peut ici rappeler comme certains l’ont si judicieusement fait tout le mal qu’il a fait, d’abord à son peuple, ensuite à d’autres. On se rappelle ces syndicalistes livrés à Numeyry, et d’autres, c’est un homme plein de sang de ses victimes. C’est en chien battu qu’il s’est calmé quand Reagan a osé le frapper. En dépit de tout cela, ce qui s’est passé est loin d’être catholique. Je passe le tapis rouge, le courtoisement dans un passé récent, c’est de constater que ceux qui ont largement participer à ses crimes se sont comme par enchantement présenté dans un habit de “révolutionnaires”.

On a observé que les soit-disant rebelles avaient des allures d’anciens afghans, peut-être recyclés pour la cause, l’image a joué pour le scénario concocté. Qui n’applaudirait pas à la fin d’un régime aussi tyrannique que celui d’El Gaddafi. Sa mort ne m’a pas ému outre mesure je le l’avoue. Par contre je doute fort que l’OTAN aurait bougé le petit doigt si la fin de ce régime avait une petite chance d’aboutir à un régime démocratique. C’est une réalité qui est confirmée par la déclaration sur l’application désormais de la charia dans cette Libye d’après Gueddafi. Cela signifie pour le peuple : C’est la peste ou le choléra. On a subi 42 ans de choléra, à savoir ce que durera la peste.

12

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER