France: Sortie du livre « La presse française et l’Algérie »

Les éditions Apopsix viennent de publier un ouvrage intitulé « La presse française et l’Algérie – au travers de la perception du phénomène islamiste » de Hacène Haifi, sur l’influence de la presse française sur les relations franco-algériennes. 

La presse française, considérée comme le médiateur des liens franco-algériens, est passée au crible de l’analyse à travers le prisme du phénomène islamiste qui suscite, des deux côtés de la rive méditerranéenne, de fortes réactions passionnelles. Évoquer l’Algérie déclenche aujourd’hui des sentiments très vifs, notamment si la question de l’islamisme est abordée. Ce travail se situe à l’intersection de ces deux premiers thèmes, Algérie et Islamisme, associés à un troisième thème, celui de
la Presse et plus précisément
la Presse française traditionnellement relais d’opinion. Ces trois éléments (Algérie, Islamisme et Presse française) sont au cœur de cette analyse.

Entre le quasi-silence médiatique (des années soixante-dix) et la sur-médiatisation de l’actualité islamiste (des années quatre- vingt dix) , une tendance domine : ce mouvement politico-religieux est vu sous l’œil de la passion, de la peur de la foule fanatisée. L’irruption de l’islamisme sur la scène politique algérienne soulève alors, chez les journalistes, un délicat problème : quelle est la véritable personnalité de l’Algérie ?. 

Détenant le sentiment que ce qui touche l’Algérie touche la France, la presse va alors apporter ses réponses, lesquelles dessinent et aspirent à une certaine Algérie. Aussi ce livre soulève des questions : quelle est cette Algérie vue par les journalistes hexagonaux ? Comment s’exprime l’imaginaire algérien de la presse française, quelle est sa force, quels sont ses fondements ? Quelles sont ses influences ? Autant de problèmes que l’étude relative à la couverture médiatique de l’islamisme semble pouvoir nous aider à solutionner. 

A l’heure des révolutions arabes, ce livre peux éclairer le lecteur sur la confrontation entre démocratisation et islamisation d’un pays qui a eu a vivre des bouleversements institutionnels et sociaux historiques. www.apopsix.fr 

Hacène HAÏFI
20 bis avenue de Colmar
92500 Rueil Malmaison
06.61.49.27.15
hacene_haifi@yahoo.fr 

Commentaires

  1. Omar dit :

    Sans aucun doute, la presse française influence les autorités des deux pays et détermine la teneur de leurs relations.

    Par contre la presse algérienne a très peu de chances d’influer sur la position du gouvernement algérien concernant sa relation avec la France.

    Si les autorités algériennes évoquent la presse algérienne et notamment les journaux indépendants, c’est juste pour pour pouvoir notifier à leurs homologues françaises des messages négatifs.

    Elles utilisent la presse algérienne comme expédient.

    La presse française exerce également une influence certaine sur les relations de notre pays avec d’autres capitales qui, à cause d’une mauvaise ou douteuse communication du gouvernement algérien, analysent l’évolution de la situation politique, économique et sociale en Algérie à travers le prisme subjectif et déformant de la presse française.

    Cette influence était plus forte lorsque l’Algérie traversait la crise des années 1990 et plusieurs pays ont été négativement influencés par les analyses erronées ou intéressées de cette presse, globalement à la solde du gouvernement français et des intérets stratégiques de la France.

  2. slim dit :

    une etude sans aucun interet

  3. Lucie dit :

    Publie par un éditeur bidon

  4. Rabah dit :

    A quoi joue le Qatar ?

    A force de jouer avec la bombe elle finit par nous éclater en pleine figure.

    C’est le cas du petit Qatar aujourd’hui , qui a soufflé dans tous les foyers de feu qui se sont declarés ou ont été allumés dans les pays arabes, directement, en joignant la coalition de l’OTAN, comme en Lybie ou indirectment à travers Al Jazeera, qui passe son temps à dénigrer les pays arabes, sauf Qatar qui héberge pourtant la plus grande base militaire américaine du Moyen Orient, avant celles de l’Egypte, l’Arabie Séoudite, la Jordanie et même Israel.

    Depuis un certain temps, encouragé par les pays occidentaux et Israel, l’émir du Qatar, qui n’a pa hésité à faire un coup d’Etat à son propre père, pour avoir osé critiquer Israel et dire que la Révolution iranienne avait contribué à ouvrir les yeux des pays arabes, a la grosse tête et veut jouer un rôle de premier plan dans les affaires arabes et musulmanes, dans le sens voulu par ses sponsors.

    Pour le récompenser pour les services rendus et à rendre, il a obtenu l’organisation de la coupe du monde en .2022 en battant, excusez du peu, les candidatures des Etats Unis et de l’Angleterre notamment.

    Même Zidane a été utilisé comme alibi, contre la coquette somme de 15 millions de dollars US en soutenant la candidature du Qatar.

    Les observateurs avertis s’étaient demandés à l’époque que cachait la victoire de la candidature du Qatar ?

    Quelques mois après, ils ont eu la réponse d’abord avec “la révolution du jasmin”, ensuite avec “le printemps arabe” enfin avec “le printemps de l’islamisme”, qui ne dérange et n’effraie plus personne apparemment.

    Pour faire taire Bouteflika, Medelci et Messahel, qui ne cessent de crier au loup islamiste d’Al Qaeda et vont finir par ramener le loup atlantiste dans la bergerie algérienne, ouverte à tous vents, le Sous-Secrétaire d’Etat américain adjoint, M. maxwell, chargé du Maghreb, leur a répondu avant-hier, à partir d’Alger, dans le cadre de sa tournée maghrèbine, que les mouvements islamistes, qui ont pris le pouvoir en Tunisie et en Lybie ne dérangent nullement les USA, du moment qu’ils ont accèdé au pouvoir par les urnes et la volonté de leur peuple.

    Par ailleurs, à mon avis, la pression que les USA, la Grande Bretagne et Israel exercent actuellement sur l’Iran, n’est pas annonciatrice d’une prochaine attaque contre l’Iran, qui serait grave mais elle serait surtout destinée à neutralsier ce pays dans la furure pression voire même attaque de la Syrie qui s’enfonce de jour en jour et que le plan de la Ligue arabe, inconsistant et faible car reflétant les différents courants de cette organisation régionale minée par ses contradictions internes, ne pourra pas sauver.

    Bourguiba le sage, que les Tunisiens redécouvrent aujourd’hui après la chute de Ben Ali, avait dit un jour :”Si tu veux qu’un problème ne soit jamais réglé confie le à la Ligue arabe ou à l’OUA.”

    Qu’a fait la Ligue arabe en Somalie, au Sahara Occidental, au Soudan, Irak et Lybie ?

    Qu’a fait l’OUA en Somalie, Soudan,Erythrée, Zimbabwe, Cote d’Ivoire, Congo, Burundi, Rwanda ?,

    L’appel de Chelgham, l’ancien MAE de Kadhafi au djihad contre le Qatar va être certainement entendu.

    Le Qatar a peut être mis le doigt dans un engrenage qui va lui couter cher et le broyer ?

    Moralité de cette histoire :o n ne joue pas dans la cour des grands quand on est petit. On finit toujours par être avalé par lun ou l’autre ou partagé entre tous.

    Aacha man aarafa kadrahou.

    Sauf si Qatar se considère déjà comme le 52ème Etat des Etats Unis d’Amérique ?

  5. amsebrid dit :

    Lionel Jospin ( Premier Ministre français) avait proposé l’ouverture des archives algéro- française mais à condition quelles soint accessibles à tout le monde tout le monde ( les chercheurs et les particuliers). C’est le pouvoir algérien qui a refusé de rendre public ces documents. Les autorités algériennes voulaient s’accaparer seules ces archives, chose qu’a refusé le gouvernement français.
    Selon M. Harbi ( dans El Watan) à ce jours, les archives du GPRA ( Gouvernement provisoire de la république algérienne) ne sont pas accessibles, même pas aux historiens.

  6. Madi dit :

    De quoi se mêlent l’Amérique et l’Europe ?

    Leur satisfecit empoisonné et leurs conseils pernicieux elles les gardent pour elles.

    Qu’est ce que l’Amérique, la France et l’Angleterre auraient dit si un de nos bras cassés avait émis des jugements sur leurs affaires intérieures ?

    Ils auraient certainement remué ciel et terre et expulsé notre ambassadeur.

    Nos canards boiteux eux prennent les avis de M.Maxell, le Sous-Secrétaire adjoint, c’est à dire sous-directeur, chargé du Maghreb, au Département d’Etat américain, pour des compliments.

    La légèreté avec laquelle il a répondu aux questions aux journalistes algériens lors de la conférence de presse organisée à l’ambassade américaine à Alger, témoigne de son niveau.

    Abki ya bladi ki tahet bik ou rakhsouk el medlouline.

    Deux amerloques à Alger, en quelques jours pour répéter aux séniles d’Alger le même message: « Ouvrez-vous au Maroc, à la Lybie et aux compagnies américaines sinon, pas de soutien.

    Nous savons tout ce que vous faites pour vous maintenir au pouvoir usurpé en 1962″.

    En attendant leur tour, nos pépés s’amusent bien, à linstar du roi fainéant du Golf, qui alterne longues absences et brèves apparitions.

    La reine d’angleterre, à laquelle Boutef aime se comparer souvent, ne coute pas plus cher à son pays.

    Sous pretexte de l’assistance dans la lutte contre le terrorisme islamiste, Bouteflika, Medelci et Messahel ont mis notre pays sous la tutelle directe des Etats unis.

    Leur seul but est qu’Obama les laisse sur leurs koursis, malgré le peuple algérien.

    L’Algérie n’intéresse guère ces marocains, qui ont plombé la question du Sahara Occidental ou profit de Sidhoum

    Il faut reconnaitre que dans sa gestion du printemps arabe, M. Barack Obama a fait montre d’une grande sagacité, qui lui a permis de tirer tous les bénéfices de la situation.

    Dans la foulée, il laisse Bouteflika couler, en l’encourageant dans sa fuite en avant suicidaire, tout comme il l’a fait avec les autres tyrans arabes.

    Autiste et aveuglé par sa cupidité et son obstination, Bouteflika ne voit pas le piège se refermer sur lui et malheureusement sur notre pays aussi.

    Pleure O mon pays bien-aimé , classé dernier dans de nombreux domaines sauf dans celui de la corruption ou il caracole en tête du classement annuel de Tranparency International.

  7. Youcef dit :

    « Le dernier mammouth du monde arabe »,

    « Le canard boiteux »,

    « Le mouton noir »

    « L’homme malade du Maghreb »

    « L’avocat des diables « ,

    « Le défenseur des causes perdues d’avance ».

    Voici quelques titres infamants attribués généreusement par la presse arabe et étrangère à la diplomatie algérienne en particulier et à notre pays en général, à la dérive et malade de ses dirigeants autoproclamés,archaiques, cupides et obstinés, qui pratiquent une improvisation et une fuite en avant suicidaires, qui les isolent sur les plans interne, régional et international.

    Pleure O mon pays bien-aimé !

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER