• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 novembre 2011

Archive pour le 9 novembre, 2011

Nos soldats ont du talent !

Image de prévisualisation YouTube

La traçabilité du mort

bab.jpgPar Cherif AISSAT

Des Ali, beaucoup sont partis. Sacré nom de je ne sais quoi: ce qu’il n’était pas élégant quand il travaillait, quand il parlait, quand il marchait…

Naître, vivre et partir ! Le départ n’a pas de sens si  le parcours vécu a été inutile après être né. S’il vous plaît, épargnez-vous l’effort de vous rappeler les rebuts de la mangeoire et les ravages de son irrésistible attrait. C’est une paraphrase à la limite de l’original titre d’un article qu’aurait signé Mabrouk Hamena.

Entre ces deux dates, ces deux instants «t» dans les sciences pures, dans la pensée pure, si la fonction utilité, non pas avec des variables mais avec des constantes ou constance c’est mieux, n’est pas croissante alors la courbe aura un coefficient directeur négatif et la mort en tant que point d’inflexion sera une dérivation vers l’oubli. Dans le cas contraire, la mémoire en tant que fonction historienne sera continue et strictement positive. Dans cette tendance, la traçabilité de la mort sera aisée et heureux, aimants seront toujours ceux qui la feront.

Céder aux sirènes de la mangeoire et cupidité, c’est plus qu’une forfaiture, c’est une trahison. Casser après avoir résisté, c’est du courage. La résistance pourrait être ou c’est du patriotisme; ce dernier s’il est porté par la paix ou participe de sa construction alors elle relève de l’universalisme, de l’humanisme.

Péroraison ou soliloque, peu importe. Il s’agit simplement de mots pour parler d’un Homme qui a tant fait et donné pour l’Algérie. Dans l’un des derniers tête-à-tête ensemble, dans un jeu de rôles, nous avons délibéré sur le procès de criminels, d’assassins alors que nos intimes convictions nous disaient qu’ils étaient innocents, il a donné son verdict après moins de dix minutes de délibérations. Son motif était tout simple: la vérité n’a pas besoin de longs discours et le temps lui a donné raison et la lui donne toujours.

Dans une autre action d’opposition à un viol, son dégoût de la scène publique le mettait souvent hors de lui.

Ce n’est pas grave, en partant, il rejoindra d’autres braves. Repose-toi Boudoukha Ali Bey, tu le mérites ! Tu t’appelais aussi Mabrouk Hamena, n’est-ce pas ? Nous t’appellerons toujours BAB et nous t’aimerons à jamais.

L’ambassadeur du Japon à Alger: « Rendez-moi ma valise, ma femme a froid ! »*

ambasadeur727424465x348.jpg« Je ne parle pas de la libéralisation de l’économie algérienne, mais j’ai envie de dire quelque chose sur la bureaucratie, on est critiqué pour ce fléau au Japon, mais j’ai l’impression que c’est un peu trop en Algérie. Je suis arrivé ici il y a un mois et je n’ai pas encore pu récupérer mes bagages à l’aéroport ! On a exigé de moi la carte diplomatique, une sorte de carte de séjour. Il a fallu trois semaines pour l’obtenir. Je n’ai pas compris pourquoi on me demande cette carte puisque j’ai déjà le passeport et le visa diplomatiques.

Ensuite, on m’a dit de passer par les procédures de dédouanement. J’ai présenté le dossier à la douane il y a une semaine, et je n’ai pas encore mes bagages. Mon épouse commence à se plaindre, car elle n’a pas ses habits d’hiver ! Un homme d’affaires m’a informé qu’il faut 42 jours pour obtenir le visa algérien. (…) Il faut simplifier les procédures administratives, cela se répercutera positivement sur l’économie. » El Watan

* Titre d’El Mouhtarem

Triste nouvelle, décès de notre ami Ali Boudoukha

bab.jpgC’est une bien triste nouvelle que nous devons vous annoncer. Notre ami Boudoukha Ali Bey est décédé ce matin à 9h00 à Paris des suites d’une maladie. C’est par ce message de son jeune frère que j’ai appris la triste nouvelle. «Ali, celui qui fut et qui restera pour nous un frère, un ami, un confident, un père (comme pour moi) est décédé ce matin à 9h, Allah yarahmou, puisse Dieu l’accueillir dans Son Vaste Paradis. Que dire, l’émotion est grande, très grande, trop grande même. Ayons tous une pieuse pensée pour lui, lui qui restera à jamais dans nos cœurs, nos souvenirs … Cher frère, ta mort est tout aussi humble que tu ne l’étais de ton vivant. Elle te ressemble: calme, sereine, et pleine de fierté. Tu as gardé le sourire jusqu’au bout malgré «la bébête» comme tu l’a décrivait, le «gambadage» sera difficile sans toi. Il y a tellement de «canassons» … tes appels pour te réparer le PC me manqueront beaucoup frangin…Ce n’est qu’un au revoir ya cheikh , RDV au Paradis inchallah el rahman el rahim». 

 

Messages reçus avant son décès:

Son ami Said Djafar

«Trois lettres. BAB, comme Boudoukha Ali Bey. Notre ami, notre frère qui livre, actuellement, en résistant, un grand combat contre la maladie. Avec le même courage qu’il a mis dans son travail, à 
la Nation et ailleurs, à défendre des valeurs de liberté, de démocratie et de paix et dans des moments où la peur entretenue poussait à l’abdication de la lucidité. Nous pensons à toi, frère, qui mène cette bataille. Tu es présent, en permanence, dans nos cœurs, nos esprits. Dans nos prières. Jeff
»  

   

Blek le roc 

 

Plus que jamais tu es dans mon cœur et dans mes prières. Ali mon ami, mon frère. Bats toi et vit pour nous parce que l’Algérie qui veut comme toi rester réellement debout, propre et innocente à besoin de toi. Vit pour ta femme et tes enfants que tu as su élever et fait grandir. Vit pour toi parce que tu as le droit après tant d’années de combat de te reposer et de profiter de la vie. Vit pour moi parce que j’ai besoin de ces moments, deux trois fois par an, où on se revoit et durant lesquels on refaisait le monde, l’histoire, nos vies. Vis parce que tu le mérites. Vit parce que l’Algérie a perdu trop d’innocents 

Ton ami, ton frère Blek 

 

Akli NYOTANT

 

Bien Cher ALI , 

Toutes mes pensées vont vers Toi qui a été en même temps que moi: un “potache” au Lycée EL MOKRANI d’ALGER et avec lequel j’ai fait un petit bout de chemin dans l’un des 2 medias lourds. 

Mon pseudo est trompeur : je ne suis pas Akli HAMOUNI, un sacré “EL MOKRANIEN”, lui aussi ! 

C’est dire que ce lycée, grâce à son internat depuis le “Surgé”: BRODIE, a formé des courageux (ses), des fonceurs (ses) et des Ouled et BNETT Familia de ta trempe …..En Maths, on dit: la preuve par BOUDOUKHA ! 

 

Anemlay 

 

C’est Boudoukha, le rédacteur de l’article “L’irrésistible attrait de la mangeoire”, publié sur Libre Algérie en 1999 ? Nous pensons à toi.

 

Hakim

 

……….je t’Aime Ali . C’est tout. 

 

Mouloud

 

Toute ma pensée est avec toi, mon cher ami. 

 

Abdel

 

Cher frère, cher ami… Je pense très fort à toi et à ta famille. Tu es dans mon coeur et dans mes prières.

 

kameld 

 

Ali

Si tu me lis par ce canal … Que Dieu te garde que je puisse te revoir à Annaba.

 

Anonyme

Mon cher très cher Ali, 

Les nouvelles de toi qui nous parviennent sont très tristes. Personne à Alger, à Paris ou a Montréal qui ne puisse évoquer ton nom sans pleurer comme un enfant. Au delà de ma douleur personnelle, en cet instant, je pense à toi et à ta femme et à tes enfants. Je pense aussi à la douleur que je sais terrible de tes amis loyaux et de longue date: Nacera, Djahida, Nadjia, Cherif, Toufik, Kader, Khaled, Mouloud, jimmy, Nacer, el Eulmi, Titou, Luc, Nourredine, Sully , ihsene… Je les ai tous vu ou leur ai parlé: ils ressentent, crois moi, une peine terrible. À Alger, Paris ou Montréal, il y en a même que je croyais très forts et qui sont en train de s’effondrer comme de enfants.

En leur nom, je me permets de te dire à quel point tu comptes pour nous tous ! 

Au nom de Ali et de sa famille, merci à Jeff pour son initiative ! 

 

Salah Ouadahi

Je suis abattu par cette nouvelle. Que Dieu te garde, Ali.

 

Ton jeune frere

Qu’Allah te garde pour nous

 

Hamdi Ridha

 

Ali je souhaite de tout coeur te revoir joyeux et en parfaite santé. Je sais que tu as beaucoup de volonté d’affronter encore une fois cette maladie. Soit fort Ali. Dieu ne te laissera pas tomber. Ridha

 

Ta fille

 

Que dieu te garde mon papa adoré 

 

Betty 

 

Ali Bey, mon frère aîné, mon père aussi, ici à la maison on prie pour ta guérison, notre souhait et que tu résiste et puisse nous revenir In Challah. On dit bien en arabe: ElChafi Rabi. C’est ma prière quotidienne. God bless you, Hermano Mayor.

 

Boudoukha Fatima Zohra

 

A mon frère adoré,

Je ne sais quoi dire sinon que j’ai un frère exemplaire à tous points de vue, que j’admire pour sa sagesse, son humour, sa présence, discrète mais certaine. Tu as galéré longtemps, tu as toujours été déterminé dans tout ce que tu entreprenais, honnête, droit malgré tout ce que l’on vit actuellement en fait tu es inébranlable et admirable.

Tu es touché comme je le suis et je sais ce que tu vis maintenant mais connaissant ton courage à toute épreuve je prie pour que tu ailles mieux inchallah. Prompt rétablissement car on espère toujours te voir parmi nous, tu nous manque beaucoup. 

 

Lamia 

 

Que dieu te guérisse très cher tonton ALI . Ta nièce qui t’aime et pense très fort à toi 

 

Blek le roc 

 

Je pense tous les jours très fort à toi mon ami, mon frère Ali. Fasse Dieu que tu te rétablisses très vite et que tu restes avec nous. 

 

Arouma

 

Ali on prie tous les jours pour toi on t’aime très fort…..que Dieu te guérisse in challah, ta soeur qui t aime.

 

Starah 

 

Que Dieu te préserve de ce mal maudit. Tu es le plus fort et avec l’aide de Dieu tu t’en sortiras in challah. On a besoin de toi. Tout le monde attend ton retour pour aller gambader. On compte sur toi Chef. 

 

Yasmine

 

On pense tous très fort à toi Tonton Ali, et on espère de tout coeur que tu guérira vite!
Ta nièce qui pense t’aime. 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER