• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 13 novembre 2011

Archive pour le 13 novembre, 2011

Les régimes de dictatures prédatrices sont devenus des agents de la recolonisation

qatar.jpgPar El Mouhtarem

La boucle est bouclée. Ce régime, à force d’agir contre sa propre population et de chercher des soutiens extérieurs, a fragilisé l’Algérie; au point où un ministre d’un pays-confetti comme le Qatar se permet de proférer des menaces contre notre pays. http://bit.ly/ssvkpJ On peut effectivement dire que le gros ministre du Qatar, pays assis sur des champs de gaz, sur Al Jazira et surtout «hôte» bienveillant du commandement de l’armée américaine, connait bien la situation algérienne. Il menace le régime et exige de lui de se plier… Devant cette grossièreté qatarie, il ne faut pas se tromper d’analyse. Le Qatar est dans l’agenda américain…. Le ministre algérien des affaires étrangères, cet homme si «intelligent» comme on l’a vu au procès spectacle de Khalifa, s’est tu.

Aussi simple que cela. Le petit plouc du Qatar se permet de faire taire le représentant d’un pays libéré par le combat de plus d’un million de chouhada ! Que l’Algérie soit représentée par de tels hommes d’un tel régime est un outrage aux martyrs. Il faut le redire. Le Qatar n’est rien. Ce qui pose problème, c’est le régime algérien. Comme ses «frères» syrien et libyen, il est devenu une menace pour la sécurité de l’Algérie. L’équation est désormais connue: ces régimes sans soutien de leurs peuples doivent se plier au désidérata américain «arabisé» via le sac à merde… qatari ou bien être «dégagé».

Nous savons qu’ils se plient et se rendent et remettent en cause les intérêts et la dignité de ce pays de résistants. C’est cette raison qui explique qu’un minus comme le Qatar ose le traiter, sans crainte, de cette manière. Il peut le faire car il sait que c’est une dictature composée de prédateurs fragile et sans soutien. Le message humiliant du Qatar nous confirme une fois de plus que les régimes de dictatures prédatrices sont devenus des menaces à la sécurité nationale, des agents de la recolonisation.

Photo souvenir…

boudoukha.jpg

Le journaliste Ali Bey Boudoukha avec Hocine Aït-Ahmed et le journaliste Said Djafar (K. Selim…) et Karim Baloul (derrière) Année 2007

boudoukha1.jpg

De gauche à droite: Kamel Yasser, Youcef Zirem, Hocine Aït-Ahmed, Ali Bey Boudoukha et Said Djafar (Année 1999)

aliboudoukha2.jpg

Ali Boudoukha, à la cérémonie organisée en hommage à Baya Gacemi

L’Algérie ne rappellera pas son ambassadeur en Syrie

L’Algérie ne rappellera pas son ambassadeur en Syrie, a déclaré dimanche à Alger le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, au lendemain de la décision de la Ligue arabe de suspendre temporairement la Libye en raison de la répression dans le sang des manifestations.

En marge d’une rencontre avec son homologue égyptien Mohamed Kamel Amr, Medelci a indiqué: « Il n’est pas question pour l’Algérie de mettre en oeuvre la disposition de la Ligue arabe, qui permet d’ailleurs à chaque pays de prendre sa décision de manière souveraine ».

« Bien au contraire », a-t-il poursuivi, « plus que jamais le moment est aujourd’hui au renforcement de la relation avec le gouvernement syrien pour mettre en oeuvre plus concrètement encore le plan que nous avons adopté le 2 novembre dernier au niveau de la Ligue arabe ». AP

FFS: Réunion du conseil national les 18 et 19 novembre

ffs.jpgLe Front des Forces Socialistes (FFS) réunira son conseil national en session ordinaire les 18 et 19 novembre au siège national du parti à Alger. Les travaux, selon un communiqué signé par le premier secrétaire du parti Karim Tabbou, seront consacrés à l’analyse de la situation du pays et au débat sur les échéances politiques du parti. Début des travaux: 10h30.    

Algérie: Nous sommes toujours des indigènes !

leshitistes.jpgDjamila pour « Algérie Politique » 

Tous ces jeunes, avec un visa périmé, ne se prostituent pas, ils essaient comme tout le monde de survivre. Dans leur pays d’origine, il n’y a aucune perspective. C’est humain. Là où il y a la richesse et la liberté de travailler, de gagner son pain, les gens émigrent. Les Chinois, les Mexicains, et les jeunes algériens aussi. Au fond, ils sont plus libres de circuler en France que dans leur propre pays. En Algérie, ce sont des « hittistes », et en France, ce sont des clandos. La cause de tout cela n’est pas un hasard, il faut voir où sont les responsabilités. Aucun homme n’aimerait quitter son pays, mais si son pays est devenu un enfer d’y vivre, alors il n’a pas le choix. C’est l’existence même qui est en jeu.

En France et dans d’autres pays, un enfant étranger né sur le sol a automatiquement la nationalité de ce pays. A l’âge majeur, il peut choisir sa nationalité. Par la suite, il n’a pas besoin à chaque fois de justifier sa nationalité avec un acte de naissance de son arrière-grand-père comme en Algérie. En Algérie, c’est bien le cas. Peut-être, qu’il y a eu des extraterrestres qui se sont mélangés à la population, et le Ministre de l’intérieur essaie de faire son maillage. C’est un cynisme poussé au bout. C’est comme nos femmes et sœurs mariées, même médecins, avec un PhD, elles doivent demander l’autorisation de leur époux pour voyager. Des femmes adultes et responsables, elles sont traitées comme des mineures. L’homme a le droit de se marier avec 7 femmes. Et la femme est répudiée comme une serviette, avec aucun droit. Nous sommes à l’ère de l’Iphone, mais pas au huitième siècle. La société évolue. La femme est une personne à part entière. C’est un individu vital pour le développement du pays. Ce n’est pas un être de second rang. Et également le peuple algérien, le régime le traite avec dédain comme un enfant débile.

Pour avoir un certificat de nationalité ou le passeport, il faut une montagne de papiers. Et alors, à quoi, servent toutes ces APC (Mairies) ? A quoi sert l’enregistrement des mariages, des naissances ? A quoi sert d’être né sur ce sol ? Puisque d’avance, il faut justifier et prouver votre origine avec un acte de naissance de votre père, mère, grands-parents, même si vos parents sont d’origine chinoise, hongroise, espagnole, et où est le problème, si vous aviez opté pour la nationalité algérienne ?. Malheureusement, dans ce pays, c’est l’anachronisme total, le chaos administratif, le vide de la responsabilité politique. Tout cela est fait dans une seule perspective: la répression sadique. C’est une honte au peuple algérien qui a souffert et s’est battu pour arracher son indépendance, pour vivre libre, penser libre, circuler libre, travailler libre comme des hommes libres. Avant, c’était la France qui contrôlait tout citoyen avec un laissez-passer. Nous étions alors des indigènes. Maintenant, la situation n’a pas changé, nous sommes toujours des indigènes. Nous sommes dans la globalisation, l’ère de la communication universelle, mais notre pays est à l’âge de la répression taillée sur mesure pour chaque citoyen. Cela n’ira nulle part. C’est une impasse. On l’a déjà vu chez nos voisins, la Tunisie, l’Egypte, la Lybie, et autres. La cocotte-minute est pleine, et cela a sauté. C’est la dialectique inéluctable de l’aspiration des peuples à la démocratie.

Après 33 jours de détention dans les locaux du DRS, Hamdaoui Abdelkader retrouvé à Serkadji

toufik.jpgAccusé d’appartenance au « Mouvement des enfants du Sud », Abdelkader Hamdaoui a été arrêté par le DRS avant d’être trasféré à la prison de Serkadji à Alger. Le jeune ouargli a passé 33 jours dans les locaux du DRS alors que le code de procédure pénale prévoit une garde à vue de 48 heures renouvellable 5 fois. Durant la garde à vue, Abdelkader Hamdaoui était isolé du monde extérieur et ce en violation du code de procédure pénale qui l’autorise à entrer en contact avec sa famille. L’affaire est en instruction. El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER