• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 16 novembre 2011

Archive pour le 16 novembre, 2011

Groupe de Travail Sahel du FGTC: Discours d’ouverture de l’Ambassadeur Daniel Benjamin

usa.jpgAlger le 16 Novembre 2011 

Au  nom de mon coprésident turc, je voudrais remercier le ministre Messahel pour son discours d’ouverture. Nous nous félicitons du rôle leader que l’Algérie continue à jouer dans la région en vue de faire face à la menace terroriste et nous sommes heureux que l’Algérie et le Canada aient acceptés de co-présider le groupe de travail sur le renforcement des capacités de lutte antiterroriste des pays du Sahel du Forum Global de lutte contre le terrorisme (FGCT). 

Comme nous allons l’aborder dans la session à venir—et je suis très intéressé par entendre les points de vue des pays de la région— la menace terroriste est devenue plus complexe avec certains des changements survenant dans la région, en particulier en Libye. Une des conséquences de cette situation est la nécessité de bâtir des partenariats, une coopération, et des capacités pour faire face à ces challenges qui est devenue plus urgentes que jamais. Nous sommes plus que confiants, avec les orientations de nos co-présidents algériens et canadiens, que ce groupe de travail fera avancer nos efforts collectifs.

Puisque c’est la première réunion du FGTC pour certaines délégations dans cette salle, j’ai pensé qu’il serait utile de fournir plus de détails sur le forum.  Lancé officiellement par la secrétaire d’Etat américaine Clinton et le ministre turc des Affaires étrangères Davutoglu le 22 septembre à New York, le forum constitue une nouvelle plateforme, informelle, de lutte antiterroriste multilatérale qui va se concentrer sur l’identification des besoins civils critiques en termes de lutte antiterroriste, mobiliser l’expertise et les ressources nécessaires pour faire face à ce genre de besoins et développer la coopération globale.  Il fournit un espace où les responsables nationaux de la lutte antiterroriste et les praticiens peuvent rencontrer leurs homologues venant de pays clés dans différentes régions afin de partager les expériences de lutte antiterroriste, les expertises, les stratégies, les besoins en capacités, ainsi que les programmes de renforcement des capacités. 

(Lire la suite)

Belkhadem: «L’Algérie est aussi ciblée»

belkhadem.jpgCe qui s’est passé dans les pays arabes ou ce qu’on appelle le «Printemps arabe», va nous concerner aussi. «Nahnou Moustahdafoun», «Nous sommes ciblés», disait hier, Abdelaziz Belkhadem, SG du FLN, invité en tant qu’observateur à un débat organisé par le Centre de Recherches Stratégiques et Sécuritaires. Le chef de file du FLN n’a pas caché ses craintes. Pour cette raison et devant une telle menace, Belkhadem a appelé l’ensemble des Algériens à faire preuve de beaucoup de responsabilité et une prise de conscience digne de celle du «17 septembre», le jour où certaines mains étrangères avaient appelé les Algériens à manifester et faire une nouvelle Libye.  

Le SG du FLN, Abdelaziz Belkhadem, qui a participé au débat en tant que simple invité, en marge du débat organisé par le CRSS, sous le thème «L’Islam politique et les transformations politiques arabes» a relaté, en quelques dizaines de minutes, les véritables enjeux de ce qu’on appelle le «Printemps arabe».

(Lire la suite)

Belkhadem: « Bernard Henry Levy était l’initiateur du Qui tue qui ? »

sadi.jpgEn 1995, la période où le terrorisme barbare  en Algérie a planifié des massacres, des attentats terroristes quotidiens, des assassinats, une période où également un certain Bernard henry Levy se trouvait en Algérie. Il est le commanditaire de «Qui tue qui ?» à l’époque. C’est ce sioniste qui est derrière cette grande propagande qui avait tenté de pousser l’Algérie vers une impasse avec le reste du monde. «Cet homme avait séjourné en 1995 en Algérie. Une période où le terrorisme avait fait des ravages dans notre pays, il était même parmi les personnes qui posaient la question ‘’Qui tue qui ?’’. Il faut que nous soyons très vigilants à l’avenir», explique Belkhadem. (Le Jour d’Algérie)

Commentaire d’El Mouhtarem:Bernard Henri Levy n’a jamais été partisan de ce qu’on appelle « Qui tu qui ? » ou « Qui tue » en Algérie. Dans les années 90, BHL était invité et pris en charge par le DRS et les généraux eradicateurs. Il était chargé d’une mission spéciale: défendre la thèse selon laquelle les groupes islamiques étaient les seuls responsables des massacres en Algérie et contrecarrer la demande d’envoi d’une commission d’enquête internationale pour faire la lumière sur les assassinats. D’ailleurs, c’est dans ce cadre que BHL a fait la connaissance du chef du RCD, Said Sadi.

Bernard Henri Lévy à propos du livre « Qui a tué à Bentalha? »
dans « bloc-notes » du 27 octobre 2000, Le point n° 1467

« Qui a tué à Bentalha, ce village de la banlieue d’Alger où, le 22 septembre 1997, en une nuit, on égorgea 417 hommes, femmes et enfants? Les islamistes affirment les uns, et c’est la conclusion à laquelle j’étais moi-même parvenu dans la série d’articles que j’avais , quelques mois plus tard, donnés au Monde. L’armée, répond un survivant, Nesroulah Yous, au terme d’une minutieuse contre-enquête que publient les éditions La Découverte et que préface François Gèze. Troublant. Mais pas convaincant. J’y reviendrai. »

Ould Kablia: « Aucun nouveau parti ne sera agréé… »

ouldkablia.jpgAucun nouveau parti n’a été agréé. Le gouvernement ne pense pas le faire pour l’instant. C’est ce qu’a précisé le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales Daho Ould Kablia. «Aucun parti n’a reçu d’agrément et nous ne le ferons pas avant que le nouveau projet de loi organique sur les partis ne soit définitivement adopté et promulgué», a annoncé hier à Boudouaou, Ould Kablia. Pour le ministre, ces informations sont une pure invention de la presse qu’il refuse de prendre en considération. «C’est une information inventée par la presse et je ne peux pas constamment prendre en considération ce que la presse publie et me faire dire ce que je n’ai pas dit», a-t-il apporté dans sa mise au point.

Le ministre précise également que la création de nouvelles formations politiques va se faire dans le cadre de la nouvelle loi organique relative aux partis. «Le gouvernement a pris l’initiative de proposer une nouvelle loi organique sur les partis, il faut attendre d’abord que cette loi soit promulguée, parce que c’est cette loi qui contient tous les éléments d’appréciation pour accorder ou refuser la création de nouveaux partis politiques», a-t-il précisé encore.
Et d’ajouter un autre élément de cette nouvelle loi. «Pourquoi je parle de cette loi et non pas d’une autre? Parce qu’elle donne plus de droit à ceux qui souhaitent créer de nouveaux partis dans la mesure où elle offre la possibilité de tenter une action de recours contre la décision du ministère de l’Intérieur», a-t-il répondu. L’Expression

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER