• Accueil
  • > Non classé
  • > A propos de la déclaration de Abdelaziz Belkhadem, SG du FLN : Bernard-Henry Lévy était l’initiateur du «Qui tue qui ?»

A propos de la déclaration de Abdelaziz Belkhadem, SG du FLN : Bernard-Henry Lévy était l’initiateur du «Qui tue qui ?»

belkhadem.jpgPar Boussaad BOUAICH

Invité à un débat sur «l’islam politique et les transformations politiques arabes», organisé par le Centre de Recherches Stratégiques et Sécuritaires à Alger le 15 novembre, le SG du FLN, Abdelaziz Belkhadem n’a pas manqué l’occasion de sortir certaines aberrations et contrevérités historiques. Après avoir disserté sur un hypothétique «plan» préparé par les Occidentaux depuis plus de «15 ans» et qui a donné naissance aux «Printemps Arabe», il met en garde les Algériens et les prévient que notre pays est tout aussi visé tout comme la Tunisie, l’Egypte, et la Libye.

Ce qui a attiré le plus mon attention, c’est quand il est revenu sur la situation algérienne des années 90 et qu’il a attribué à Bernard-Henry Lévy la paternité du «Qui tu qui ?». Il dit en substance ceci:

«En 1995, la période où le terrorisme barbare en Algérie a planifié des massacres, des attentats terroristes quotidiens, des assassinats, une période où également un certain Bernard henry Levy se trouvait en Algérie. Il est le commanditaire de «Qui tue qui ?» à l’époque. C’est ce sioniste qui est derrière cette grande propagande qui avait tenté de pousser l’Algérie vers une impasse avec le reste du monde». (Source : Le Jour d’Algérie du 16.11.2011)

On peut se demander si Belkhadem est amnésique ou bien est-il un fin stratège ? Pour ma part, je dirai plutôt les deux. Amnésique, parce que, question de détail, BHL s’est rendu en Algérie en 1997 après les massacres de Raïs, Bentelha et Beni Messous et non pas en 1995. Mais stratège, car Belkhadem ne doit pas ignorer que BHL est tout le contraire de ce qu’il décrit et que, au contraire, ce personnage a tout fait pour contrecarrer les tenants de la thèse «qui-tu-quiste». Belkhadem sait parfaitement que BHL a porté secours aux militaires algériens au moment où la communauté internationale avait émis de sérieux doutes sur l’identité réelle des égorgeurs de Bentelha et de Raïs, et que l’ONU était presque sur le point d’envoyer une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur ces massacres. Mais en fin stratège, encore une fois, Belkhadem veut surfer sur la vague d’indignation et même de haine que suscite chez les Algériens l’évocation même du nom de BHL, à cause du «rôle» que ce dernier a joué dans le conflit libyen.

Un petit rappel pour rafraîchir la mémoire de Belkhadem

En 1997 ont eu lieu les massacres les plus abjectes de populations civiles en Algérie. Les massacres de Raïs le 29 août 1997 (200 à 300 morts), Beni Messous le 6 septembre (200 morts) et Bentalha le 22 septembre (417 morts). Ces massacres qui ont ciblé pour la première fois et à une grande échelle des populations civiles n’épargnant ni femmes, ni vieux ni enfants et nourrissons, ont suscité une vague d’indignation à travers le monde, et ont fait réagir la communauté internationale qui semblait oublier que le conflit durait déjà depuis 1991.

En effet, plusieurs témoignages des survivants de ses massacres avaient mis en cause l’armée algérienne, du moins pointé du doigt sa non intervention alors que des familles sont allées taper aux portes de ses casernes qui se trouvaient à quelques kilomètres des lieux du drame, notamment à Bentalha, laissant ainsi agir toute la nuit les groupes armés. Mais aussi des témoignages, faits à la presse par d’anciens militaires, révèle l’existence de “300 escadrons de la mort” agissant sous la responsabilité des services de sécurité et qui étaient responsables d’un certain nombre de massacres de civils. Le «Qui tu qui ?» n’était donc qu’une brève formule qui résumait à elle seule l’état d’esprit du petit peuple algérien, lui qui vivait l’horreur au quotidien et n’avait pas besoin d’illuminés pour lui dire qui venait lui rendre visite la nuit tombée, l’arme blanche à la main.

En France, des articles ont paru, notamment dans le Monde Diplomatique, et avaient clairement posé la question de la responsabilité des militaires dans les massacres de cette année-là. Et c’est donc à ce moment précis que les généraux algériens et leurs soutiens vont faire appel aux services de leur ami BHL. Ce dernier vient séjourner pendant quelques jours en Algérie, se rend dans les lieux des massacres, escorté par les forces du régime, et rentre en France avec un carnet de voyage qu’il publiera dans le journal Le Monde. Il faut dire que BHL n’en était pas à son premier coup. Il en a déjà fait des voyages dans beaucoup d’autres pays en crise, par le passé, et publié ses «comptes rendus» souvent critiqués.

C’est ainsi que, une fois rentré d’Algérie, il publie dans Le Monde un pseudo reportage paru en 2 parties les 8 et 9 janvier 1998 sous les titres «Le jasmin et le sang» et «La loi des massacres». BHL tente alors de remettre en cause la thèse très répondue selon laquelle les derniers massacres commis en Algérie étaient commis par des groupes armés appartenant aux services de sécurité. Donc contrairement à ce qu’affirme aujourd’hui Belkhadem, BHL avait combattu jusqu’au bout la thèse des « qui tu quistes » et a tout fait pour dédouaner les généraux algériens.

Il résume son reportage en ces mots :

« Et si je devais, au bout du compte, résumer mon propre sentiment, je dirais comme, d’ailleurs, la plupart des intellectuels ou des démocrates algériens que j’ai pu rencontrer, comme Saïd Sadi, le patron du RCD, comme Fatimah Karaja, la directrice du Centre de réparation psychologique des enfants handicapés, comme Abla Cherif, Khalida Messaoudi, Yasmine et Myriam Benhamza, ces héroïnes de la cause des femmes en Algérie : incompétence des militaires, sûrement ; indifférence, peut-être ; l’arrière-pensée, dans la tête de certains, que la vie d’un bon soldat ne vaut pas celle d’un paysan qui, hier encore, jouait le FIS, pourquoi pas ; mais un « état-major », ou un « clan », ou même un « service spécial », fomentant les massacres, ou armant les massacreurs, ou déguisant cela s’est dit ! leurs hommes en islamistes, voilà une hypothèse à laquelle je ne parviens pas à croire ». (Lire l’intégralité ici : http://2doc.net/1hsxb)

Et quelques jours plus tard, lors du meeting sur l’Algérie, qui a eu lieu à la salle de la Mutualité, à Paris, le mercredi 21 janvier de la même année, il déclare même qu’il trouvait la question « Qui tu qui ? » obscène !

Ce « reportage » et toute cette agitation avaient d’ailleurs fait réagir le sociologue Pierre Bourdieu d’une manière très violente. Dans un article intitulé « L’intellectuel négatif », il descend en flammes, sans les nommer, BHL et son ami André Glucksmann. Il écrit :

« Deux articles écrits au terme d’un voyage sous escorte, programmé, balisé, surveillé par les autorités ou l’armée algériennes, qui seront publiés dans le plus grand quotidien français, quoique bourrés de platitudes et d’erreurs et tout entiers orientés vers une conclusion simpliste, bien faite pour donner satisfaction à l’apitoiement superficiel et à la haine raciste, maquillée en indignation humaniste. Un meeting unanimiste regroupant tout le gratin de l’intelligentsia médiatique et des hommes politiques allant du libéral intégriste à l’écologiste opportuniste en passant par la passionaria des « éradicateurs ». Une émission de télévision parfaitement unilatérale sous des apparences de neutralité. Et le tour est joué. Le compteur est remis à zéro. L’intellectuel négatif a rempli sa mission : qui voudra se dire solidaire des égorgeurs, des violeurs et des assassins, — surtout quand il s’agit de gens que l’on désigne, sans autre attendu historique, comme des « fous de l’islam », enveloppés sous le nom honni d’islamisme, condensé de tous les fanatismes orientaux, bien fait pour donner au mépris raciste l’alibi indiscutable de la légitimité éthique et laïque ? ».  (Lire l’intégralité ici : http://2doc.net/pp5lj) 

Pourquoi donc Belkhadem essaye aujourd’hui de pervertir la vérité et faire passer BHL pour le chantre du « Qui tu qui ? » si ce n’est, au risque de me répéter, pour surfer sur la vague de haine que suscite ce personnage ? Mais les Algériens ne sont pas dupes. Ils savent que l’heure est venue pour que le système qui est au pouvoir depuis l’indépendance du pays, ce système qui les humilie chaque jour un peu plus, en les réduisant à la mendicité, et en faisant d’eux la risée du monde entier, tombe enfin pour laisser place à la volonté du peuple. 

Commentaires

  1. mohand oukaci dit :

    A Raïs, il y a eu 615 morts et dans l’Ouarsenis 1.200 morts en deux nuits. Même Ouyahia a fin par le reconnaître après l’avoir nié. « On ne pouvait pas emboucher les trompettes de la défaite », nous a-t-il expliqué.

  2. dolby dit :

    je crois que tous savent: qui a tué qui et qui tue qui?
    alors pourquoi ne pas le dire …..d’une seule voix…..dans la rue ….comme d’autres l’ont fait déjà pour des raisons moindres …..

  3. aimévousles1lesautres dit :

    et reda malek etait l’initiateur de la peur vas changer de cemp!!!!!!

  4. B. Bouaich dit :

    Mohand, à Er-Raïs après une autre vérification, on parle bien de plus de 300 morts. Pour l’Ouarsenis, je suppose que vous parlez du massacre de Ramka et Had Chekala (Relizane), où trois villages entiers ont été décimés en 1998? Ici aussi, Ouyahia avait bel est bien reconnu lors de sa conférence de presse du 21 mars 2006,le chiffre de 1000 morts qui a toujours été donné par les ONG de Droits de l’Homme.
    Mais bon, malheureusement notre drame ne se réduit pas aux chiffres…

  5. salah dit :

    mes salutations a tout les algérien de vrais et de foie,,,, je veux vous dire juste qu’après la morte de abane la révolution algérienne est morte est enterré donc il faut pas trop chercher a comprendre nous somme toujours sous l’emprise des français et ceux qui nous gouvernement ne sont plus que des pure harkis ou bien de leur souche actuellement donc il faut abattre tout un système construit depuis 1830 c’est pas facile !!!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER