Algérie : quel horizon démocratique ?

La rive sud de la Méditerrané fait face à des mouvements populaires de contestation sans précédent. Au Maghreb après le vent de démocratie qu’à fait souffler le peuple tunisien, les attentes des autres peuples sont fortes. Au Maroc, des élections viennent de se tenir sur la base d’une réforme constitutionnelle portée par le Roi. 

Pour l’Algérie, un silence semble couvrir le traumatisme des années sanglantes de la décennie 90. Des lois constitutionnelles sont en cours de vote par des parlementaires déjà dans la place. Peut-on parler d’une transition démocratique dans ces conditions, bien que les élections législatives soient prévues pour 2012 ? 

Beaucoup d’interrogations qui feront l’objet d’un débat lors de la rencontre du 14 décembre à laquelle je vous invite. 

Malika Benarab-Attou

PROGRAMME :

15.00 – 15.30

Projection du documentaire  » Quelle Algérie pour demain ? Visages, paroles de l’Algérie d’aujourd’hui « , réalisé par Marie SHAND

15.30 -16.15 :
- Malika Benarab-Attou, eurodéputée, groupe des Verts/ALE
- Salima GHEZALI, journaliste et écrivain, lauréate du prix Sakharov en 1997 (tbc)
- Abdelouahab FERSAOUI, président du Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ)

16.15-17.30 :
- Daniel Cohn-Bendit, co-président du groupe des Verts/ALE
- Slim*, dessinateur de presse et auteur de BD
- Melissa RAHMOUNI, présidente Sciences Po Monde Arabe, cofondatrice de ArabsThink.com

 

Commentaires

  1. mort-fine dit :

    la democratie n’existe pas ce n’est qu’un alibi d’intrusion des forces coloniales , qu’est ce qu’a fait sarko a la france , obama a l’amerique sinon barbariser l’ere occidental

  2. El hadi dit :

    Peut on construire une démocratie sur des ruines séquelles d’une gouvernance cahotique depuis des décennies et une absence d’esprit de citoyenneté engendrée par un mondialisme intégriste auquel c’est accroché une jeunesse désoeuvrée manipulée et formatée par des organisations mafieuses déguisées en moralisateurs religieux.

    Chaque nation à sa spécificité, l’Algérie en particulier, qui depuis 1830 vit des traumatismes répétés. Le rêve d’une nation juste, démocratique et ouverte au monde a été pris en otage par des mercenaires qui ont marginalisé les vrais patriotes, éliminé les têtes pensantes de l’époque succeptibles de driver la jeune nation vers des horizons prometteurs, petit à petit l’esprit citoyen a laissé place à la compromission, l’opportunisme, le clientélisme et la corruption; dans le désarroi des années 1990 le pays est livré pieds et mains liés aux obscurantistes qui ont fini par mettre le pays KO.

    Le constat étant fait comment envisager l’avenir ?

    – ce n’est pas avec du vieux qu’on fait du neuf, les responsables de la situation actuelle doivent se retirer, complètent de la scène politique, les partis politiques qui n’ont pas été complices de la gestion passée assureront le relais, le temps qu’une nouvelle génération de technocrates et de politiques aient ces repères et gagner la confiance d’une jeunesse qui constituera la véritable locomotive motrice vers le progrès, la démocratie typiquement algérienne.

    – Les démocraties stéréotypées ne sont pas le bon exemple, le seul soulèvement qu’on peut étiqueté de soulevèrent populaire est celui de l’Egypte, puis ce soulèvement digne d’admiration a été manipulé et détourné de son objectif et ses concepteurs marginalisés. Le peuple tunisien subit encore le dictat des manipulateurs hors frontière et de ceux qui considère ce pays voisin comme un protectorat autant que l’autre voisin, en l’occurence le Maroc.

    – Les gens sincères qui se battent pour une véritable démocratie ne doivent pas tomber dans le piège des années 90, à l’époque les Drs Mabuse de la politique nous avaient creé des monstres qui ont échappé à leur contrôle et tout le monde connaît la suite.

    – Les partis politiques qui utilisent la religion pour atteindre leur objectif intégriste mondialiste ne doivent pas avoir droit de cité sur la scène plitique , le FLN patrimoine historique de tout le peuple algérien doit servir comme référence historique et retrouver sa place dans le musée

    – L’université et l’usine doivent retrouver leur rôle moteur dans la vie politique dans la contestation objective et la proposition, les syndicats mafieux et omni présents doivent disparaître

    L e chantier est grand, laborieux, et nécessitant des forces nouvelles et il est temps de l’entreprendre ….

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER