Le wali d’Alger inflige «un blâme» au P/APC de Rouiba

 

Le wali d’Alger inflige «un blâme» au P/APC de Rouiba dans Algérie Politique walialger487086481.vignette

Le wali d'Alger

Le wali d’Alger vient d’adresser un «blâme» au P/APC de Rouiba, Marzouk Lakrouz (d’obédience FFS). Raison: l’administration reproche à l’élu FFS d’avoir reçu, au début du mois d’octobre dernier, le président de l’Association de sauvegarde des cimetières français en Algérie, maître Jacques Cavana, et ce, «sans avoir avisé au préalable la tutelle». Mais l’argument avancé, estime le FFS, «ne tient pas la route».

Aussi, le premier secrétaire du parti, Ali Laskri, a dénoncé cette décision lors de son passage hier sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale. «Je n’ai pas reçu une personnalité officielle. Jacques Cavana est un personnage ordinaire. Je l’ai reçu et je lui ai fait visiter le cimetière de Rouiba. La décision de la wilaya d’Alger est disproportionnée. Ce blâme n’a aucune valeur juridique. Elle vise seulement à m’intimider», a déclaré Marzouk Lakrouz que nous avons contacté hier.

Rappelant qu’il a déjà fait l’objet de plusieurs tentatives d’intimidation, le maire de Rouiba se dit «déterminé à aller jusqu’au bout de son mandat». «Je sais que je dérange cette tutelle, mais je continuerai à gérer la commune comme je le fais actuellement : dans la transparence la plus totale», ajoute-t-il. M. M

 

Commentaires

  1. Ameziane dit :

    Les Pouvoirs autoritaires procèdent par la « construction de l’ennemi intérieur », et la « désignation d’une menace extérieure ». En Algérie, le Régime militaire n’a dans son collimateur que le FFS, le premier parti d’opposition, qui a pris les armes contre la Junte militaire, agit dans la clandestinité de 1965 à 1989, c’est le parti visé par tous les « alliés » des Généraux, tous ces micro-partis, ces organes de propagandes, les porte-fligues et chiens de garde des Généraux s’attaquent au FFS, car il constitue leur « mauvaise conscience »: avec leurs « chards et leurs milliards », ils ne valent rien devant Ait Ahmèd, le Chef historique, l’Opposant charismatique, l’auteur du Rapport 1948, le Représentant algérien à Bandoung, Le Fondateur des Bureaux du FLN à Washington et New York, la figure de proue du Mouvement national, tant il est connu que les Généraux, eux sont des traitres, harkis, ex-serviteurs zélés de l’Armée française, ou khozistes de l’Armée des frontières, atteints de cette « maladie sénile » qu’est la « HANTISE DE l’illégitimité » historique, populaire, électorale, démocratique, aucune légitimité….

    Voilà le fondement historico-anthropologique de la haine des Généraux contre Ait Ahmed et le FFS ….

  2. L'indigné dit :

    Un constat: L’élu du peuple est sous la tutelle de l’administration de l’Exécutif, en Algérie comme dans les Etats de non-droit.
    Mais dans les Etats de droit qui se respectent, l’élu du peuple a pour mission de contôler l’Exécutif dans l’exécution correcte des lois votées par ses pairs élus, et non pas subir les sanctions administratives, telles que ce honteux « blâme » digne d’un régime policier, antidémocratique, injuste, et illégitime car despotique.
    A quoi servent donc les élections en Algérie, si l’élu doit être soumis aux affabulations d’un administratif?
    En réalité, les élections algériennes ne servent donc que de vernis sur la façade démocratique d’un pouvoir despotique, démagogique et compradore au service des multinationales. Le temps a fait tombé les masques !
    Car l’élu ne doit, normalement, recevoir de sanctions que de ses électrices et électeurs, de la justice indépendante, et jamais d’un fonctionnaire, fut-il commis de l’Etat, sauf dans les républiques des camarades telles que la RADP.
    Vivement « le prochain printemps algérien », qui rompera radicalement avec le cancéreux régime politique au Pouvoir, pour une Assemblée nationale constituante, souveraine, indépendante, représentative sans exclusion aucune, et l’avènement de la Deuxième République Algérienne !

  3. Militant de la citoyeneté dit :

    Grande tristesse,Notre Camarade et Frère IRID L’HACENE de la commune d’Akfadou, wilaya de béjaia,nous a quitté le 23 décembre, suite à une maladie subite, l’enterrement a eu lieu le 25 décembre à son village natal Aourir, une délégation du FFS était présente composée du Dr KHALEF,1er Secrétaire Fédéral, des camarades TOUTOU Nacer et CHABATI Rachid(membres du conseil national),du camarade MEKSEM Rabah P/APC de Tifra, de BELKACEMI Md Amèziane et d’autres élus de la commune de TIBANE, ainsi que d’autres militants et Elus de la commune d’AKFADOU à l’instar de ZENADJI L’YAZID, HAMMOUMA Abdelkader, ARDJOUNE OMAR, SEDDAOUI YOUCEF, MIMOUNI BOUALEM,HADDADOU LAAZIZ et MEHENNI , IDOUGHI MUSTAPHA et KARIM et des centaines de citoyennes et citoyens venus de tous les villages et communes limitrophes. Que Dieu ait ton âme et t’accueille dans son vaste paradis. REPOSES EN PAIX HACENE, AMI D’ENFANCE ET DE L’ÉTERNITÉ. Tu as été un exemple pour nous et nous ne t’oublierons jamais.

  4. RB dit :

    nous te rassurons de notre souttien camarade;voila une preuve de ton engagement ,et de ton militantisme au seins du FFS car tu dérange.tu dois résister et faire preuve de végilance tu n’es pas seul.

  5. assa-azka dit :

    Drôle de remontrance pourtant le ministre des AE lui même a reconnu que les cimetières chrétiens sont dans un état qui laisse a désirer.Notre wali est bien en retard sur les évènements je l’invite a consulter le lien suivant: http://rouiba.vip-blog.com/vip/article/4678350,Chantal-%C3%A0-la-Mairie-de-Rouiba.html;
    deux poids deux mesures quant c’est un administratif qui se permet des choses ça passe lorsque c’est un élu c’est interdit et encore plus un élu du FFS.

  6. Anonyme dit :

    Uu P/APC qui se fait lamer pour avoir reçu un président d une commission de sauvegarde des cimetières sous prétexte qu il n a pas demande une autorisation. Quel bled!

  7. le bouche dit :

    quand c’est claude guéant qui débarque à alger pour dire au gouvernement ce qu’ils doivent ou pas faire sa passe!quand c’est un citoyen ordinaire francais qui revient visiter un cimetière chrétien sa choque les néo colon de la république.sa prouve que le maire de rouiba est sur la bonne voie,la refondation des relations entre l’algérie & la france doivent prendre en concidération les intérets des deux peuples,loin des tirgiverssation de la république sarkozienne et leurs nains qui tienent la maison à alger!
    ce n’est qu’un éxcé de zel de trop de la part de ce walou d’alger.

  8. daoudk dit :

    c’est une preuve que c’est un bon Président d’APC. Rouiba a de la chance

  9. Yannis dit :

    il ne faut pas s’étonner,
    le FFS a quasiment disparu des institutions, plus de commune plus de députés, plus d’APW,

    on a un maire empéché d’aller à l’etranger….ça va se renouveler tant que le FFS est toujours parti du boycott,

    AIT MENGUELLET a compris cela, il savait que s’il boycottait l’ENTV il disparaitrait en ddehors de la Kabylie,

    il faut utiliser le minimum disponible, même s’il s’agit de 19 sièges à l’APN, ça permet d’apprendre aux gens à s’exprimer face à ces grosses brutes du FLN et compagnies.

  10. Tag dit :

    Je demande au P/APC de Rouiba, Marzouk Lakrouz de saisir l’ambassadeur de France en Algérie pour le blâme qui lui a été infligé.
    Vous verrez que ce fameux Wali présentera des excuses en catimini à l’élu du peuple.
    Le Wali le non élu, désigné, n’est autre que le représentant de la nomenclatura.

  11. izem dit :

    Bonjour tout le monde,
    Lakrouz Marzouk est une personnalité connue de tout le centre algérois et Boumerdes pour ses positions et opinions politiques de vrai démocrate sans aucun parti pris meme s’il a du respect pour le FFS.
    Le virus de l’Algérie n’est point ces Messieurs d’en haut qui obéissent aux ordres de leur Chefs mais le mal de cette Algérie est son peuple qui ne la défend plus.Ces électeurs qui ne protègent pas leurs élus.Dégageons à Rouiba une pétition contre ce Wali et exigeant de lui de retirer son blâme à Marzouk Lakrouz P/APC intègre honnête et tres courageux malgré les menaces et intimidations.Le jour ou Le P/APC de Rouiba faillira sa mission nous serons les premiers à le blâmer nous ses électeurs pas vous les élus par decret.Posté cet article sur Facebook, youtube, dailymotion et twiter.

  12. izem dit :

    LA CONTRADICTION LISEZ L’ARTICLE MERCI:
    « 565 cimetières français à sauvegarder… » Me Cavanna est avocat au barreau de Montpellier, mais c?est en sa qualité de président de l?Association de sauvegarde des cimetières français en Algérie qu?il se rend régulièrement à Alger. Personnage courtois et affable, c?est un Algérois pure souche puisqu?il est né, il y a un peu plus d?un demi-siècle sur les hauteurs d?Alger. Il a vécu jusqu?aux dernières années avant l?indépendance dans le quartier populaire du Hamma où il a grandi et fréquenté l?école Caussemille et le collège du Champs de man?uvres. « Les années passant, la nostalgie aidant, nous avons souhaité revenir sur cette terre. Puis, au détour d?une rencontre avec M. Ziari, alors ministre algérien délégué chargé de la Communauté à l?étranger, de passage à Montpellier, nous avons évoqué le problème des cimetières français et de leur entretien. C?est en 2001, à la faveur de cette discussion que j?ai créé l?Association de sauvegarde des cimetières français en Algérie. Depuis je suis soutenu par les Algériens, notamment M. Ould Kablia, ministre délégué aux Collectivités locales. » La tâche est ardue avec en gros quelque 565 cimetières disséminés à travers l?Algérie, qu?il faut sauvegarder dans des conditions dignes. « Chacun sait que les cimetières font partie du patrimoine national. Je crois que dès l?instant où nos deux communautés, la communauté algérienne et la communauté rapatriée, ont renoué un certain nombre de liens. Il est évident que nous allons pouvoir remettre en état ces cimetières et les maintenir dans des conditions acceptables. » De l?autre côté de la Méditerranée, le problème est perçu différemment. « Vous savez que chaque fois qu?il y a une élection en France, tous les candidats adorent la communauté rapatriée et la carressent dans le sens du poil. Eh bien, moi, j?ai proposé quelque chose de concret, de réalisable, à savoir le parrainage par une commune de France, d?un cimetière en Algérie… Et comme en France, il y a 36 000 communes et seulement 565 cimetières en Algérie, vous voyez qu?il y en a pour tout le monde. C?est ce que j?ai proposé au président Chirac. Je viens d?obtenir récemment la somme de 40 000 euros du conseil régional au Languedoc-Roussillon. C?est un premier pas. » Me Cavanna insiste pour dire que ces initiatives vont créer des postes de travail pour les Algériens et ce sera un plus pour la communauté. Les actions sont d?autant plus urgentes que certains cimetières sont à un stade avancé de délabrement. « On a beaucoup de peine à voir l?état dans lequel se trouvent quelques cimetières. J?ai visité celui de Fondouk et j?ai eu la nausée », avoue Me Cavanna, qui cite en revanche d?autres exemples moins rebutants comme celui de Cherchell où des travaux de réhabilitation ont été entamés dans le cimetière chrétien. Pour que les efforts soient plus efficients, notre interlocuteur en appelle au ministère des Affaires religieuses et des Waqfs « qui doit absolument faire passer les messages via les imams ». L?archevèque Mgr Teissier est également sollicité « même s?il ne peut faire le tour de tous les cimetières ». En tant qu?avocat, Me Cavanna a contribué au jumelage des barreaux d?Alger et de Montpellier. « Le barreau d?Alger a obtenu une subvention européenne pour la formation », fait-il savoir. Sur un autre plan, notre avocat est à l?origine, avec MM. Tibaoui et Saïbi, de la mise en place des journées du droit animées par des professeurs de l?université de Montpellier. Selon Me Cavanna, les pieds-noirs peuvent être un rouage, un intermédiaire entre la France et l?Algérie. Il y a certes des résistances, des irréductibles des deux côtés de la Méditerranée, mais la plupart des rapatriés souhaitent venir en Algérie. Me Cavanna donne l?exemple de papa Falcone bien connu du côté de Zemmouri et qui est venu pour voir s?il y a une perspective de réinstallation pour ses usines d?anchois. « Beaucoup de rapatriés souhaitent avoir la double nationalité. N?ayant pas de racines profondes en France, la famille ayant éclaté, les amis perdus, bénéficier de cette nationalité algérienne est pour eux un ancrage, une racine nouvelle sur la terre qui les a vus naître. » Me Cavanna estime qu?il y a encore beaucoup d?efforts à faire. « Vue de Paris, Alger est très loin. La situation n?est pas analysée comme il se doit puisqu?on n?a pas confié le problème des relations avec l?Algérie à des gens issus de la communauté rapatriée. Il faut casser les tabous et ouvrir une autre page entre nos deux peuples… Vous savez, il y a des gens en France qui me disent : ??Je ne veux pas retourner en Algérie, parce que je veux rester sur une image??. Mais quelle image ? Celle de la débandade ? Sachez que beaucoup de choses ont changé et que le monde a considérablement évolué… »

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER