Au Pays d’Allah Ghaleb

Au Pays d'Allah Ghaleb dans Algérie Politique llah-ghaleb-224x300

Commentaires

  1. Said dit :

    Les symptômes du dysfonctionnement d’un Etat : L’Algérie comme exemple
    Il y a des Etats qui fonctionnent, et d’autres qui ne fonctionnent pas du tout. Parlons de ces Etats qui sont dysfonctionnels. Par exemple, certaines démocraties telles la Grèce, l’Espagne, l’Irlande, etc.. étaient au bord de la banqueroute, s’il n’y avait pas eu le secours et l’aide des pays Eurozone. Tout simplement, cela est dû au mismanagement de leurs dirigeants politiques et de leur gouvernement. Et pour sauver leur pays de l’endettement, donc de la catastrophe, ils ont dû faire appel à l’aide extérieure et intérieure : Entamer des réformes draconiennes et des mesures politiques très sévères pour taxer leur citoyen et rembourser leurs dettes. Mais dans tout cela, le citoyen n’y est pour rien, et on le somme d y répondre de ses devoirs pour corriger les fautes commises par ses propres dirigeants. Et l’austérité s’abat sur le peuple comme une malédiction (les salaires sont gelés, réduction des pensions, prolongation de la durée de travail, augmentation des taxes, etc…. Et cela peut durer des décennies, et encore, il n’est pas sorti de l’auberge. Mais le coût de la vie est très cher et reste inchangé.
    En revanche, que dirait-on de ces pays producteurs de pétrole qui ont gaspillé et gaspillent encore les deniers de l’Etat, sans bonne gouvernance et sans bonne gestion des affaires du pays ? Dans ces pays, il n’y a pas d’économie productive, car il n’ya pas de croissance, ni de création d’emplois, et le secteur privé est quasi-nul. Pour semer la confusion totale, on essaie de manipuler les masses et dresser seulement le tableau politique. Maintenant, « Arab Spring » est devenu une vogue : la démocratie. Si comme une démocratie est une fée qui va régler tous les problèmes d’un pays. La démocratie n’est qu’un cadre politique, mais le fonctionnement réel et constructif d’un pays est inhérent à l’attitude, les qualifications et la compétence des hommes et des femmes de ce pays. Certains spécialistes analysent les Etats comme une organisation ou une entreprise, avec un Leadership pour la mission et la vision (Président, le gouvernement), le management (Ministères, Ambassades, hauts fonctionnaires, ..) pour faire fonctionner l’Etat, et les autres (employes, cadres, paysans, et..) pour travailler. Tout cet ensemble doit travailler et faire fonctionner les choses pour créer de la valeur ajoutée, des jobs et la croissance économique, le bien-être de tout citoyen. Mais si le sommet de la Pyramide est quasi-dysfonctionnel, le reste ne va pas fonctionner. Si l’Etat ne fonctionne pas, cela amène aux problèmes socio- économiques, l’absence du secteur prive, la corruption, et même des guerres civiles.
    Les symptômes du dysfonctionnement d’un Etat sont multiples dont quelques-uns sont les suivants :
    1. Incapacité de planifier pour l’avenir, car il n’y a pas de vision, ni de Leadership,
    2. Les décisions sont prises ad-hoc ou tenant surtout compte de l’ambiance politique, des élections prochaines,
    3. Une politique étrangère de prestige, pour faire bonne figure sur l’arène internationale
    4. Les institutions nationales sont lourdes, inefficaces à cause d’une administration pesante
    5. Répartition inégale du Budget entre les différents Ministères. Par exemple, en Algérie, le Ministère de l’intérieur, à lui seul, est égal, au Budget du Ministère de l’Education, plus celui de l’Agriculture et celui de la Santé. Les 3 Ministères qui sont la proue d’un pays, sont totalement démunis de moyens pour se développer
    6. Gaspillage des deniers de l’Etat pour des réalisations escomptés très faibles
    7. Des réformes politiques entamées, mais pas de contrôle, ni d’audit, sur la mise en œuvre,
    8. Mauvaise gouvernance, et mauvaise gestion des affaires du pays dû à un mismanagement des responsables et des agents du gouvernement. Par exemple, pour construire un Aéroport, certains Etats mettent 4 à 5 ans, mais l’Algérie a mis 20 ans pour son aéroport, de même le métro d’Alger, l’Autoroute Est, etc.. de grands projets mal gérés mais qui ont couté des fortunes au pays. Où sont les responsabilités ? Où sont les audits ?
    9. Manque de transparence et d’accountability dans les affaires du pays,
    10. Incompétences et non qualification des hauts fonctionnaires,
    11. Le secteur public ne fonctionne pas. Le secteur privé ne peut pas se développer, car aucune volonté politique n’existe. Alors que c’est un acteur important pour la création de richesse dans un pays,
    12. Fuite de l’élite. Fuite des capitaux
    13. Achat de matériels en surabondance ( les médicaments, et autres, et..)
    14. Aucune production locale. L’économie vie de l’importation
    15. Aucune politique d’insertion des jeunes, ni de marché de travail,
    16. Climat moral et manque de motivation, à tous les niveaux
    17. La société est scindée en deux castes : une caste qui s’enrichit à vol d’oiseau, une caste qui doit survivre quotidiennement,
    18. Frustration individuelle et manque la joie de vivre,
    19. Liberté restreinte du citoyen de circuler, de se développer, de travailler,
    20. Manque d’un vrai Leadership qui s’occuperait à résoudre les vrais problèmes du pays.
    Le leadership est tout le temps en voyage, conférences, show.
    21. Les promotions se font parmi les clans, castes, etc….
    22. Augmentation des conflits, des clivages entre personnes, groupes ou régions
    23. Déclin de la qualité ou la productivité
    24. Absence ou négligence des facilités, des infrastructures, des commodités pour le bon fonctionnement des APC, Ministères, etc….
    25. Les Hauts fonctionnaires se promettent eux-mêmes, à des postes supérieurs. La compétition objective, basée sur le mérite, n’est jamais à l’ordre du jour. C’est l’application de la politique du clientélisme et de la Barbichette.
    26. Enrichissement rapide de certains éléments dû à un terrain favorable, et démuni de tout contrôle de l’appareil de l’Etat.
    27. Création de plusieurs partis politiques pour noyauter les vrais problèmes du pays et de la société
    28. Enfin, un système de justice dépendant de la politique des dirigeants en place, inefficace, et sujet à toute sorte de corruption, de dérapage dans les mesures disciplinaires
    29. Ce genre d’Etat ne peut survivre que par la répression aveugle du citoyen

    Moh’Said Merktoub, Cadre superieur

  2. sami dit :

    c’est les entreprenneurs ils ont bouffe le gravat alors ils ont evite d’entasser le sable sinon il aurait fait encore un ou 2 voyage

  3. boubled dit :

    sahit said ca c’est une analyse ;-)
    ya3tik essaha.

  4. Yacine dit :

    Mr Said,tout ce que tu as écris est juste,mais ce qui nous manque c’est les solutions.

  5. EL Hadi dit :

    Bravo Moh’Said pour cette analyse objective, sincère, technique et j’en suis sûr, exprimant une râge de bien faire devant une médiocrité transformé « en culture » par des boulimiques incultes et amoraux. On parle de changement ces derniers temps, mais le changement préconisé est fait avec les mêmes qui ont vidé le pays de son âme ( voir les liste des mini partis et la provenance de leurs créateurs et leurs compétences) même la sociétè civile à été polluée par la corruption et le gain facile. Si le président actuel est sincère dans sa démarche de changement il peut, par son statut favoriser le vrai changement en encourageant la justice de poursuivre les corrompus du système, d’éliminer les responsables de partis qui n’ont pas respecté les règles ou impliqués dans la corruption et le détournement de fonds , de ne pas donner d’agrément aus partis qui n’ont le minimum basique pour faire la politique ou proposer un programme , de faire appel aux opposants au système en place et qui ont fait preuve de militantisme persévérant et appartenant à des partis qui n’ont participé à la débâcle, impliquer la jeunesse dans la vie politique et rendre à citoyenneté son droit de cité, interdire aux intrus, corrompus, obscurantistes et aux manipulateurs de la religion d’utiliser l’histoire du pays pour arriver à leur fin . Et comme je le répète souvent : faisons l’état des lieux avant de changer, on ne peut pas construire un immeuble sur du sable mouvant. Encore bravo! Moh’Said… continuons « à palabrer » l’Algérie décollera, j’en suis sûr grâce à ses soupirants et ses amoureux désintéressés et ses compétences, actuellement marginalisées

  6. mesbeilles dit :

    Le problème c’est le choix de l’arabisation de l’Algérie en 1962, le choix de devenir arabe. Maltes bien que parlant une langue proche de l’arabe dialectal algérien a refusé immédiatement l’arabisation et l’islam. Tout marche pour cette ile qui a de facto intégré l’Europe. A titre d’illustration tous les pays arabes sont dans la situation de l’Algérie. Rien ne fonctionne, ni droits de l’homme, ni économie, ni culture…Ces dysfonctionnements sont endémiques aux pays arabes.

  7. Tag dit :

    Moh’Said Merktoub @ Rien de rien je n’ajoute rien.
    Encore c’est un pays de c’est rien.
    On peut même dire que SI-RIEN, SI-TROËN etc…
    Rien que merci.

  8. mustapha d alger dit :

    A MR MESBEILLES N 05 JE CROIS QUE MALTE EST NI ARABE NI MUSULMANE QUEL MAUVAISE FACON D ATTAQUER L ISLAM VOUS FAITE UN MAIVAIS ANALYSTE DE GRACE REVISE LES LIVRES DE TES MAITRES D HISTOIRE CA SENT LE REGIONALISME SCTAIRE A VOUS DE DEVINER MERCI

  9. hasheickoum dit :

    l’ignorance en Algérie est le sport nationale!

  10. Ouardia dit :

    Ce n’est pas une question de langue, ni de race, ni d’ethnicite, ni de religion, ni de la langue arabe, ni de la langue tamazight, ni du Bon Dieu, etc…. C’est une question du choix des Hommes et des Femmes qui dirigent une nation. Cessez de vociferer des aneries, s’ils vous plait ….et d’avoir un comportement de bourricots bates qui melangent le bouzelouff et la chorba

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER