• Accueil
  • > Archives pour février 2012

Archive pour février, 2012

Les autorités maintiennent la bride sur les médias et durcissent la répression du Net

Les autorités maintiennent la bride sur les médias et durcissent la répression du Net dans Non classé rsf-300x89

Logo de RSF

Reporters sans frontières s’inquiète des récentes mesures de censure prises contre des médias et de la répression sur le Net. Les autorités marocaines ont une nouvelle fois interdit, le 26 février dernier, la diffusion du quotidien espagnol El Pais. Deux net-citoyens, Walid Bahomane et Abdelsamad Haydour, ont également été condamnés pour avoir formulé des critiques du Roi sur les réseaux sociaux.

“Alors que le pays s’est engagé sur la voie de réformes politiques, avec la tenue d’un référendum constitutionnel le 1er juillet 2011 et d’élections législatives le 25 novembre dernier, la question de la liberté d’informer se heurte toujours aux fameuses lignes rouges que sont la figure du Roi et l’islam, a déclaré Reporters sans frontières. Sans liberté d’informer, les efforts de démocratisation récemment entrepris resteront sans effet. Nous appelons les autorités à appliquer à la presse le même esprit d’ouverture que dans le domaine politique.” (Lire la suite)

Huit partis politiques agréés à ce jour


Huit partis politiques agréés à ce jour dans Algérie Politique benyounesHuit partis politiques ont été agréés à ce jour sur les 17 qui ont été autorisés par le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales à tenir leur congrès constitutif, dont 9 ont déjà tenu leurs assises.

Les formations qui ont reçu leur agrément dimanche sont le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), le Front national pour la justice sociale (FNJS), le Front El Moustakbal, le Front de l’Algérie nouvelle (FAN), le Front de la justice et du développement (FJD, El Adala), El Karama, le Front national pour les libertés (FNL) et le Mouvement populaire algérien (MPA). 

Arrestation de plus de 30 syndicaliste du Comité des travailleurs du prés-emplois

Plus de 30 membres du Comité des travailleurs du prés-emploi et filet social affilié au SNAPAP ont été interpellés le 26/02/2012 à 10h 30, lors d’un sit-in  devant le ministère du travail. Après cette interpellation, les syndicalistes se sont dirigés vers la maison de la presse Tahar Djaout pour  observer un autre sit-in.

Urgent-Algérie : les disparitions forcées reprennent !

Urgent-Algérie : les disparitions forcées reprennent ! dans Droits de l'homme en Algérie disparusLe Réseau d’Avocats pour la Défense des Droits de l’Homme, dénonce avec vigueur le retour à des procédés que chacun croyait révolus et dont sont victimes des citoyens, dans un cadre hors de toute légalité.
Le R.A.D.D.H vient d’être informé que le 19 février 2012, dix agents des services de sécurité venus à bords de deux véhicules banalisés de type Kango et d’une Peugeot 206, se sont présentés à 20 h 30 sans mandat légal requis par la loi, au domicile de Monsieur HAMLIL Azzedine âge de 65 ans, sis au village Aïssa (Boumerdés). En l’absence de ce dernier, ils sont repartis pour revenir le lendemain soit, le 20 février 2012 à 9 h 15. Les agents se sont représentés à bord de trois véhicules banalisés et deux véhicules de la Brigade Mobile de la Police Judiciaire (BMPJ). Quatre agents se sont introduits au domicile de l’intéressé et ont procédé sans mandat légal, à une minutieuse et brutale perquisition durant 02 heures. (Lire la suite)

L’affaire Dhina : Est-ce un «avortement» d’un probable «bourgeon algérien» ?

L’affaire Dhina : Est-ce un «avortement» d’un probable «bourgeon algérien» ?    dans Droits de l'homme en Algérie murad-dhina-300x147Abdelwahab Benyelles, Consultant

Il est indéniable que l’affaire du docteur Mourad Dhina puisse perdurer au-delà du « délai » prévu par la justice française, elle-même « téléguidée » par l’Élysée dans une situation d’un dossier qui finalement aboutirait vide en accusations. Par ailleurs, ces dernières ont été déjà soupçonnées de factices par le passé, jugées et rejetées définitivement par la justice helvétique.

Mais dans la supposée attente de l’exécution en suspens d’un mandat algérien d’extradition, l’accusé demeurera incarcéré pour la durée maximale « requise » d’une détention politique, sans recours, infligé par le parquet parisien dans ce qui ressemble être un coup de main momentané pour un « avortement » d’un probable « bourgeon algérien » ?

Dans le cas contraire, Alain Juppé devrait s’expliquer sur ce flagrant « discernement» politique de la France, ce pays des droits de l’homme et de cette iniquité des deux poids et deux mesures qu’a souvent adopté la cinquième république française, comme par exemple remettre en personne la distinction de Commandeur de l’Ordre de la Légion d’Honneur française à l’opposante célèbre birmane Aung San Suu Kyi dans une opération de charme fortement médiatisée pour cautionner la nouvelle façade démocratique birmane afin qu’elle continue de veiller de manière accrue sur les intérêts de Total. (Lire la suite)

Pourquoi cache-t-on la société civile algérienne à Hillary Clinton ?

Pourquoi cache-t-on la société civile algérienne à Hillary Clinton ? dans Algérie Politique US-300x200Samedi 25 février, je me rends à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Alger. Je suis invité en ma qualité de blogueur à assister au discours de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, en visite de quelques heures en Algérie.

Arrivée vers 16h00, Madame Clinton, entre dans le petit salon où elle doit prononcer un discours de cinq minutes devant des journalistes qui n’ont, bien sûr, pas le droit de poser de questions. La secrétaire d’Etat américaine se met au milieu de quelques jeunes filles et garçons pour une « photo de famille ». Les journalistes présents se posent la question sur l’identité de ces jeunes présentés comme les chefs de file de la société civile algérienne. En réalité, il ne s’agit pas de représentants de la société civile, mais de « la société civile pro-américaine » en Algérie.

Une petite recherche sur google m’a permis de découvrir que les invités de l’ambassade américaine ne sont autres que des avocats d’affaires, des jeunes formés dans le cadre du MEPI, une représentante de Mozzila, un administrateur d’un site internet «Je suis algérien, mais je parle anglais », un représentant d’une école de langue anglaise…Bref, que des inconnus que personne n’a jamais rencontré, dans les activités politiques, syndicales, associatives, et encore moins dans les luttes pour les droits de l’homme.

Pourquoi l’ambassade américaine, a-t-elle caché, des représentants de la «vraie société civile algérienne» qui eux se battent sur le terrain ? El Mouhtarem

L’ANP doit être appelée par son nom et non pas par « la Grande muette » (MDN)

L'ANP doit être appelée par son nom et non pas par Le ministère de la Défense nationale (MDN) a indiqué vendredi qu’il serait plus judicieux de nommer l’Armée Nationale Populaire (ANP) par son nom, même quand il s’agit de lui adresser des critiques, estimant que l’expression de « Grande muette », formule utilisée par les médias pour parler de l’institution militaire, ouverte aux médias et aux citoyens, « ne convient point ».
« Il serait plus judicieux, notamment pour ceux ayant du respect et de
la considération envers cette institution républicaine qui s’est distinguée et tient à demeurer aux côtés du citoyen algérien dans toutes les circonstances, de nommer l’Armée Nationale Populaire par son nom, même quand il s’agit de lui adresser des critiques », écrit le MDN dans une lettre aux médias algériens. (Lire la suite)

Le RAJ dénonce la condamnation des représentants des chômeurs de Laghouat

Le RAJ dénonce la condamnation des représentants des chômeurs de Laghouat dans Non classé raj

Monsieur Hadj Aissa Abbas, président du comité des chômeurs de Laghouat et son camarade Bouamer Mohamed ont été condamnés, par la justice, à une année de prison; ils sont coupables d’avoir revendiqué leur droit à un travail digne.

Le Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ), condamne ce jugement injuste et demande leur acquittement pur et simple.
Aussi le RAJ dénonce l’interpellation, lors de leur visite au salon national du travail à Alger, de Taher Belabas, coordinateur national du mouvement des chômeurs et de Melle Fallile Malika présidente du comité des travailleurs du prés-emplois et filet social. (Lire la suite)

Amara Benyounès qualifie les disparus de terroristes

Amara Benyounès qualifie les disparus de terroristes  dans Non classé benyounesPar Youcef

Abominable ! Amara Benyounès porte atteinte à la mémoire des disparus en tenant des propos injurieux à leur égard. Pour plaire à ses chefs (généraux putschistes), l’ex fondateur du RCD, ancien ministre de la santé, membre du directoire de campagne d’Abdelaziz Bouteflika lors de l’élection présidentielle d’avril 2009, actuellement SG du Mouvement populaire algérien (MPA, ex UDR),  a qualifié les disparus de «terroristes». Un outrage de plus de la part d’un sinistre politicard qui ne rate aucune occasion pour louer ses maîtres et bénéficier de leurs largesses, au détriment de la mémoire collective algérienne et des souffrances des populations.

En effet, dans un entretien accordé au quotidien d’information El Watan (édition mardi 21 février 2012), Benyounès en éradicateur zélé, a, sans scrupule, affirmé que «la plupart des disparus ont pris le maquis ». «Ce sont des terroristes», a-t-il clamé, sans avancer aucune preuve.

L’ex ministre des travaux publics, ne s’est pas arrêté à ce niveau. Il est revenu sur l’arrêt de processus électoral estimant qu’il s’agit d’une décision « salutaire ». «L’armée est intervenue pour sauver le pays et elle l’a sauvé », a-t-il déclaré.
Voila une bonne manière pour remercier ceux qui ont donné l’agrément à son parti (MPA).

Ali Haroun ne devrait pas être l’hôte d’une commémoration du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie

Ali Haroun ne devrait pas être l’hôte d’une commémoration du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie dans Non classé harouneAlgeria Watch

Les 10 et 11 mars 2012 plusieurs organisations d’Algériens de France, souvent proches du pouvoir algérien, organisent à Nîmes un colloque autour du rôle de la Fédération de France du FLN dans la guerre de libération. Cette rencontre s’insère dans les nombreuses manifestations prévues en France à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

On ne peut évidemment que se féliciter du nombre de débats, rencontres, expositions et colloques organisés, de livres édités, de films réalisés, durant toute l’année 2012 en France, afin de marquer ce moment historique en particulier pour l’Algérie qui s’est libérée du joug colonial de 132 ans à l’issue d’une guerre d’indépendance particulièrement meurtrière. D’autant plus que c’est aussi l’occasion pour les Français de revisiter leur passé et d’en tirer des leçons pour le présent et l’avenir, notamment en matière de politique d’intégration. (Lire la suite)

1234

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER