• Accueil
  • > Non classé
  • > Hocine Aït-Ahmed: « La convention du FFS, un moment à la fois modeste et extraordinaire »

Hocine Aït-Ahmed: « La convention du FFS, un moment à la fois modeste et extraordinaire »

Hocine Aït-Ahmed:

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades,

C’est avec une grande émotion que je m’adresse à vous en ce jour si particulier, une émotion provoquée par les souffrances que cet hiver rigoureux a infligé à notre peuple, révélant encore et toujours l’absence de l’Etat. Désorganisation et irresponsabilité, sont à considérer comme la principale menace contre la sécurité des Algériennes et des Algériens et de notre pays tout entier.

Nous ne pouvons plus nous contenter de rendre hommage au courage et à l’abnégation des solidarités effectives, qui se sont exprimées de manière spontanée au sein de la population. Ceci est depuis toujours la marque de grandeur du peuple algérien. Un ami de ce peuple, Paolo Lombo, l’ancien représentant des Nations-Unies à Alger, a eu l’occasion d’en témoigner lors du tremblement de terre de 2003 quand il a rendu hommage aux Algériennes et aux Algériens, à leurs valeurs de solidarité et de fraternité. Il me revient à l’esprit que ce fin observateur extérieur de l’Algérie avait déjà à cette occasion noté que ce qui manquait à notre pays n’était pas une batterie de lois mais un dispositif et une volonté politique qui rendraient possible leur application. Il avait souligné une tare de son système de pouvoir et répondu à un propos raciste de Berlusconi sur l’infériorité de l’Islam sur la civilisation occidentale. Les autorités algériennes ont alors demandé, et obtenu, son départ d’Alger. Elles se sentaient certainement plus proches de Berlusconi que de leur propre peuple, tout comme aujourd’hui elles se sentent plus proches des propos et des manoeuvres policières racistes d’un Guéant que des mobilisations et des revendications légitimes des Algériennes et des Algériens.

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades,

Mon émotion est aussi liée à ce moment particulier de la vie de notre parti, un moment à la fois modeste et extraordinaire.

Modeste, d’abord au regard de nos ambitions et de nos potentialités, il n’était pas écrit, si ce n’est dans les recoins obscurs des officines d’ici et d’ailleurs, que les Algériennes et les algériens en viendraient un jour à débattre de l’utilité d’une participation électorale quand tant de défis sont encore à relever.

Oui, cette petite salle de cinéma au passé si chargé, aurait pu nous voir discuter des moyens de sortir de la dépendance alimentaire, énergétique, industrielle, culturelle, politique…Nous aurions même, plus modestement, pu être occupés par un débat sur les modes de scrutin ou les prérogatives institutionnelles de telle ou telle assemblée et cela n’aurait pas été déprimant, compte tenu de l’évolution permanente des conditions de l’exercice politique et démocratique à travers le monde et l’histoire.

Mais nous voici, contraints par l’état de délabrement du pays, à discuter de l’opportunité de participer ou non à une consultation électorale. Et une telle discussion se tient dans un contexte de dévoiement des pratiques politiques, électorales ou non électorales, autant que des instruments de contrôle. Nous sommes arrivés à un moment où les consciences elles-mêmes sont soumises à une pression intolérable en vue de leur détournement.

Et c’est là que l’aspect extraordinaire de cet évènement prend sa pleine mesure.

Un homme perché sur le sommet d’une montagne peut se croire plus grand que tous les hommes, mais qu’un séisme vienne à faire trembler cette montagne, et le voici à terre. Mais un homme porté par des idées et des actions discutées et partagées avec d’autres hommes peut construire une maison qui résiste aux séismes. Ce parti et ce pays sont notre maison à bâtir envers et contre tous les séismes.

Cette convention est un aboutissement comme vous l’a si bien dit Da Ali Laskri. J’aimerais ajouter qu’il s’agît là également d’un commencement. Laissez-moi vous faire un aveu. Les clivages qui traversent le parti ont failli, plus d’une fois, le perdre. Surtout durant les années de braises et de cendres dans lesquelles le pays a été plongé malgré lui. J’assume avoir dû, dans des conditions extrêmement pénibles, prendre des décisions qui ont pu sembler unilatérales. Elles ne l’ont jamais été. Il m’est arrivé de trancher entre des propositions différentes, voire divergentes, mais je n’ai rien ordonné ni engagé selon mon seul entendement, car nul homme sensé ne devrait laisser son jugement tributaire de son seul entendement.

Les conditions de semi-clandestinité (qui sont pires que celles de la clandestinité véritable qui ont une cohérence intrinsèque) nous ont  contraints non seulement à donner un caractère semi-clandestin à nos délibérations, mais ces conditions ont également permis au pouvoir de plaquer sur nos propres divergences les manoeuvres malveillantes de sa police politique. Suscitant et encourageant le travail de sape et de division dans le parti comme dans le pays. Exacerbant la méfiance et cultivant la paranoïa pour mieux casser les liens qui font la force des peuples.

Notez que la même méthode a été utilisée pour nous accuser, tour à tour, de menacer l’unité de l’Algérie, celle du « pôle démocratique » enfin celle de la Kabylie.

Cher (e)s ami (e )s, cher (e)s camarades,

A l’unité de la Kabylie nous tenons autant qu’à l’unité de chaque région d’Algérie et de l’Algérie elle-même. Un coup d’œil sur notre histoire, et un regard sur le monde, nous montrera aisément combien l’unité de chacune des parties est tributaire de l’unité du tout, qui les constitue autant qu’elles le constituent.

Quant au « pôle démocratique » il sera peut-être à l’ordre du jour (et peut-être pas), quand la politique reprendra ses droits sur le bricolage inconscient, les mensonges, les manipulations et les enfermements de tous ordres. Car ce sont précisément ces mensonges, ces manipulations, ces enfermements qui menacent la notion d’unité elle-même, à force de l’avoir instrumentalisée contre la diversité et le pluralisme réellement existants au profit d’autres fabriqués de toutes pièces.

Cher (e)s ami (e)s, cher (e)s camarades,

Il est bien peu probable que les prochaines élections soient des élections ouvertes. En fait, et sans précautions inutiles, les prochaines élections n’ont aucune chance d’être des élections ouvertes. Nous ne pourrons donc pas assurer que nous allons sanctuariser le pays, veiller à la sécurité nationale et initier le changement démocratique en y participant. Nulle équipe, nulle institution n’est en mesure aujourd’hui d’assurer à l’Algérie une « immunité électorale » contre tous les périls qui la guettent.

Mais, par ailleurs, aucun boycott ne peut assurer qu’il constitue une alternative efficace à la participation. Ce dilemme n’est pas sans rappeler notre fameux «  Ni république intégriste, ni Etat policier » dont tant se sont moqués… avant d’en constater la pertinence.

Cher(e)s amis(e), cher(e)s camarades,

Je ne vous en dirais pas plus aujourd’hui  sinon que j’attends des débats que vous avez eus lors de ces derniers mois qu’ils éclairent notre démarche autant que notre décision finale. Le troisième élément de l’émotion qui m’étreint en ce moment est, d’une certaine manière, le liant entre notre expérience du passé proche et moins proche, et les enseignements que nous en tirons pour nous projeter dans l’avenir, dans l’histoire et dans le monde.

Vous l’avez compris, je veux parler de la profonde tristesse qui m’a saisi à l’annonce de la disparition de Si Abdel hamid Mehri.  Que dire qui soit à la mesure de l’homme ? J’ai perdu des camarades, des amis et des frères sur mon chemin de vie. Beaucoup sont à mes yeux irremplaçables. Mais de Si Abdel Hamid, je peux juste dire, aujourd’hui, que tout militant politique, démocrate et patriote sincère, devrait avoir la chance de rencontrer un militant de sa stature, de sa droiture, de son intelligence et de s’en faire un ami dans la lutte.

C’est pourquoi cette Convention nationale a été dédiée à Monsieur Abdel Hamid Mehri. En hommage à sa haute conception de l’engagement politique.

Je vous transmets mes plus chaleureuses salutations.

Hocine

Commentaires

  1. Dr. Amina/Amin dit :

    le FFS doit conditionner sa participation par un APPEL á tous les partis et organisations et associations et Hommes et Femmes Historiques et intellectuels qui aiment algerie pour l’organisation d’une CONFERENCE NATIONAlE afin d’organiser des elections libres sans fraude et UNIQUEMENT les ONG nationales et internationales comme observateurs SINON le FFS signe sa mort et l’ESPOIR d’une 2eme republique

  2. mouloud FFS dit :

    Le FFS doit participer aux élections législatives mais au préalable, doit faire appel, à travers les médias lourds ( la chaine almagharibia par exemple) à toutes les forces d’oppositions au régime actuel, pour se grouper autour d’un pôle révolutionnaire horizontal et pacifique qui imposera la démocratisation du pays .

    Le seul mot d’ordre à faire valoir est:

    NOUS EXIGEONS LA DEMISSION DU GOUVERNEMENT ACTUEL AVANT LES ELECTIONS POUR GARANTIR DES ELECTIONS HONNÊTES, TRANSPARENTE ET SANS TRUQUAGE.

    Il est évident que le fait que belkhadem et ouyahia aient rejeté cette option, c’est qu’ils préparent d’ors et déjà la fraude massive en usant de l’influance et du hacellement voire de la menace sur les subalternes

  3. haich dit :

    @Mouloud : Tu vas exiger ? Tu me fais rire camarade !!

  4. snoussi dit :

    ou veut il nous amenez dalho;ca se voit comme un nez sur le visage que ce n’est qu’une nouvelle mascarade auquelle le ffs donnera de la legetimité a ce scutin qui ne servira ni le peuple algerien ni l’avenir du ffs

  5. L'évangile selon Blek dit :

    Il ne sauve rien celui qui ne sauve pas tout. Il nettoie rien celui qui ne nettoie pas tout !

    Ben oui. Faut faire comme tous les pays qui ont réussi leur transition démocratique.
    1/ on se donne une tête de liste : daho djerbal ou bien salira ghezali ou un grand syndicaliste. Une autorité morale.
    2/ on met de côtés nos petites haines et on se rassemble tous derrière cette tête de liste, aussi bêtes et disciplines que peuvent l’être les militants communistes ou islamistes.
    3 / programme commun de la démocratie plurielle : l’Algérie appartient à tous les algeriens et à toutes les algériennes. L’état est au service des algeriens, garant de leur dignité, de leurs libertés et de leur sécurité.
    4/ finissons en ici et maintenant : ils dégagent tous !!! Tous !!!!
    5/ une tête de liste, une ! Et on se rassemble tous derrière. On surveille et on defends les urnes. Je doute qu’il puisse y avoir de la place alors pour de la fraude.
    6/ on ne souffre que tant qu’on croit qu’il est nécessaire de souffrir. Il faut en finir : il n’y a aucune raison de subir davantage ce régime qui n’a que trop dure.
    Allez finissons en : daho djerbal premier ministre !

    Blek

  6. said dit :

    azul , ayath ma Soyons serieux y’

  7. said dit :

    azul
    soyons sérieux y’a djmaa comment ça le ffs va participer a ces élections;Est ce qe y’a quelque chose de chnager deppuis 1991 est ce que y’a eu l’évolution politique dans notre parti sans que nous soyons au courant ,écoutez moi j suis convainque d’une chose si s’il hocine a mit karim a l’abri c ‘est pour le préparer comme tête de liste au législatives soit a Alger soit a tizi ouzou c ‘est pour lui assurer son élections et je sis sur d’une chose ,si ait ahmed a voulu y(aller a ces élections c ‘est un dernier cadeau qui veux offrir a ces responsables qui ont mi le parti a genou , je vous assure la participation du ffs au élections n’a aucun sens ;mais bon on va attendre le quota que la pouvoir va attribuer a l’un des dernier parti d’opposition parce-que après les élections ça ne sera plus un.heureux les martyrs qui n’on rien vu ;je sais que ce message sera censurer mais maalich .

  8. abdellah dit :

    ya dda l’ho ! avec tous mes respects et dieu sait comment je vous respecte! il ne faut pas participer!!!! l’adage dit: il a fauché tout un champ de blé mais a la derniere epi il s’est coupé le doigt.

  9. Blek le roc dit :

    Il y a de la fraude aussi au Sénégal… N’empêche les sénégalais se défendent. Je suis en faveur d’une participation aux élections, à toutes les élections mais pas une participation défaitiste ! On y va pour gagner, on y va pour tout changer. On a aucune chance si on y va en ordre disperse. On a toutes nos chances si on se donne une tête d’affiche irréprochable avec le ffs.

  10. Mohand1 dit :

    J’appréhende ce que sera la décision! J’ai comme un frisson de devoir renier ce à quoi je croyais, mes certitudes .
    Le panier rempli de farandoles ne peut contenir aussi ceux qui jusqu’à maintenant sont l’ exemple de constance, de tenacité et avec soin ont formé des hommes à leur image, sage, réflechi et désintéressé du pouvoir pour le pouvoir.
    Est il concevable qu’ils renient l’essentiel de ce qui a été revendiqué depuis toujours? Quelle idée pour les hommes biens nés de vouloir être député? Que peuvent faire 20 , 50 ou 100 députés parmis les 600 beni oui oui? Rien helas, ce sont les Beni oui oui qu’il aurait fallu empêcher d’occuper des sièges ce n’est pas les rejoindre. On mène une bataille après avoir mesuré et apprecié les chances de la gagner , on ne se livre pas dans l’espoir de voir les autres revenir à de meilleurs dispositions pour le peuple et le pays. La politique en Algérie c’est de la ruse, de la malice, de la malhonneteté et de l’intérêt personnel mais on a l’outrcuidance de vouloir la transformer en une mission de beaucoup de devoir et de justice. Si on ne peut rien mais alors ne mélangeons pas les torchons et les serviettes propres SVP.
    Le système va pourrir et mourrir inutile de vouloir lui inoculer quelques doses mystèrieuses pour prolonger sa vie. A moins que la maladie de l’argent facile gagne du terrain et se répand comme une maladie incurable chez tous.
    Mohand1

  11. Le magicien dit :

    Ne t’inquiète pas mon frere le FFS ne participera pas a ces élections ,oui c vrais il y avait certains dinosaures qui manipule ont préparer leurs costumes indûment et sans motif.mais ils ont pas le courage d’affronter la réalité il se cache mais il ya aussi des hommes qui veille es ce que la décision de la base soit respecter,voila pourquoi des éléments en essayer de casser la base car si cette dernière est présente ils ne peux faire passer ni eux ni leurs idées .
    revenons a ce message, a mon avis Monsieur ait ahmed ne veut pas se rabaisser et parler de ces élections que nous avons deja taxé de honte et tous mots ,au contraire il attend quelque-chose de ses militants ;cette chose que je peux surnommé la 3eme voix ,adresser une convention nationale a la base et discuter des modalités et des solutions pour en finir de ce régime corrompus et non de parler de la participation ou du boycote .
    ne t’inquiete pas, d’alhoucine est là
    , vous faites passer cette convention a la base ,la base a trancher au profit de la 3 eme voix c adire le refus catégorique de ces élections et de travailler au sein du partis afin de le restructurer et de l’organiser comme il était les années 90 .
    messieurs les membre du secrétariat national messieurs les membre du conseil national je vous demande de respecter la décision de la base que personne ne peux changer son contenue ou le dévier pour des fin autres.
    VIVE LE FFS.
    VIVE Hocine Ait Ahmed a qui on a confiance .
    VIVE les militants sincères.

  12. haich dit :

    Pour la 1° fois Da Elho insiste pour auprès des militants pour participer, lui qui connu sous le surnom  » Ait Boycott « . Que sait-il passé ? Un accord avec le pouvoir comme il a été rapporté par la presse ?

  13. Rachidoo dit :

    Grand hommage à DDA L’HO et à MEHRI des hommes de valeur!. Ne pas participer à la mascarade electorale va-t-elle changer quelque chose? Un accés aux média même pour le temps d’une campagne minée d’avance ne serait -il pas un gain? Difficile de faire un choix, personnellement moi je comprends.

  14. lebouchehakim@hotmail.fr dit :

    ne pas participer me parait comme une évidence,tous simplement c’est le fraudeur en chef qui organisera ces éléctions avec le malguache,ce que je recomande par contre c’est d’organiser pacifiquement la contestation dans les régions du pays avec les partenaires du parti et sans délai réactiver les céllules communal ou le parti dispose d’influence pour doner l’espoir à la population.des sit in ,des manifestation hors capital le temps de démontré à ce pouvoir que le peuple à pris la décision de se prendre en charge d’une facon autonme!le FFSn’a pas le droit de croire le pouvoir sur parole!c’est du déstin du pays dont il s’agit!

  15. arguaz ahllak dit :

    da l’ho a pris une initiative elle est
    en debat en algerie avec les militants
    et les sympathisants du ffs Da l’hocine
    afait une analyse concernantces elections
    Elle est claire elle n’est pas rassurante
    mais elle n’est pas negative comme il le
    fait toujours c’est pour cela queje pense
    que cette fois il faut aller au charbon!!

  16. Slimane dit :

    je prone la participation,
    je ne supporte pas qu’on me critique partout , et que moi je n’aie le droit de les critiquer nulle part, sauf ici dans ce forum,

  17. Slimane dit :

    Ait ahmed disait en 1995, notre juge sera le temps,
    le temps lui a donné raison, ces élections sont une occasion à ne pas rater pour coincer le pouvoir au pied du mur, et redonner un sens à l’opposition (non integriste), car une opposition integriste n’en est pas une.

  18. ZIANI Aek dit :

    Bonjour,
    Après avoir milité 32ans durant au sein de mouvements culturel et syndical démocratiques et d’un seul parti politique, vous devinez lequel, je me fais plus d’illusions, ce sera toujours les mêmes loups qui feront irruption dans la « bergerie », c’est eux qui s’agitent en ce moment crucial pour l’avenir du pays et du parti à travers leurs positions au sein de ses instances.Si le FFS participe, il doit placer la dragée haute et pour le pouvoir, ce qu’il entrain de faire et pour tous ceux ou celles qui postulerons à la députation, des critères des plus rigoureux doivent être instaurés pour barrer la route aux opportunistes de tous bords et ne pas rééditer les fâcheuses expériences des huit et des autres.

  19. rakib dit :

    le ffs ne participera jamais a ce folklore !

  20. S AD dit :

    En 99 à travers le retrait des 6 tout le monde l’avait qualifie comme une opération de mise à nue.2002 et 2007 le FFS restait sur la même trajectoire (aucune politique sérieuse ne peut être envisager avec ce président).
    Mais le FFS depuis 2005 s’est vêtu d’un costume
    tout à fait gérable au niveau des communes et wilaya sinon comment se fait-il qu’ une petite corruption se développe au vu et au su de tout le monde?
    Donc pour moi le FFS va tenter la participation quand on voit que la majorité
    au conseil national est acquise au mode de fonctionnement des élus locaux.

  21. hamid dit :

    donc tout ce qui ne plait- pas ne peut passer sur votre site… drôle de conception de la démocratie

  22. L'indigné dit :

    Le militant du FFS doit, en ce moment précis, choisir entre: soit, déposer sa démission, prévue par l’article n° 9 des statuts du parti, soit, respecter l’article n° 3 de la non moins statutaire Charte du militant(e) qui stipule:
    « Le militant(e) doit:
    -propager constamment les principes, les objectifs et les positions du parti;
    -maintenir, d’une façon permanente, le dialogue avec les citoyennes et les citoyens;
    -ne doit pas apporter son concours aux activités contraires à la stratégie et aux objectifs du parti;… »
    Personnellement, je respecte l’art.n°3; en mon âme et conscience, selon mon propre entendement, et à l’instar de tous les individus, y compris dadda Hocine AÏT AHMED, j’ai fait mon choix quant à ces législatives du 10.5.2012. Mais, en tant que militant, je subordonnerai mon choix à celui du FFS, personnalité morale du parti, qui, s’aidant de la synthèse des débats contradictoires de la Convention nationale, rendra le jugement le plus juste, le plus favorable au peuple algérien, à l’Algérie et au FFS, j’en suis convaincu, « car nul homme sensé ne devrait laisser son jugement tributaire de son seul entendement », pour paraphraser le Président H.A.A.

  23. brisevagueahmedvie@yahoo.fr dit :

    En ce vendredi saint, je me réjouis par cette émotion qui m’enveloppe autant le coeur que la raison de faire part de mon profond respect at de mon admiration à M. AIT AHMED EL HOCINE, et a ses engagement garant de l’unité du pays et de la stabilité. son message s’inscrit stratégiquement dans une vision inéluctable dans le respect des libertés et de la justice qui doit animer tout responsable politique. Lui, est a la fois en Or et en Argent homme de conviction accroché aux valeurs citoyennes universelles. Notre Algérie autant a besoin de lui et autant elle respirera la paix que son coeur respire et que sa conscience adresse en hommage également a M.MEHRI ABDELHAMID ALLAH YERAHMOU. MERCI Vous êtes un repéré à notre peuple indeniable et aussi un guide pour qu’enfin la justice voit le jour chez nous dans la grande maison Algérie en ce 50ème anniversaire de l’indépendance. Merci.

  24. L'indigné dit :

    Par la structure et le contenu éminemment pédagogiques de sa communication de ce matin 2 mars 2012, le président Hocine AÏT AHMED m’a rassuré et convaincu. Il m’a donné une leçon d’éducation et de stratégie politiques, ainsi qu’un argumentaire cohérent et fiable. Ils ont gagné ma confiance en me permettant de revoir ma précédente position en faveur du boycott des législatives et de renoncer à ma première intention de démissionner du FFS et de la politique. Merci monsieur Hocine AÏT AHMED

  25. fort dit :

    voila un visionnaire , un génie, trouver des mots et des phrase de sort que il peux faire une analyse et mobiliser ses militants en quelque phrase est unique pour ne pas dire surhumain , walah que je suis émerveiller par se personnage historique , et la je comprend comment l’algerie a pu faire sortir un envahisseur après cent trente ans de colonialisme , ALLAH et le congrée de la soummam sont témoin ,alors cher camarade allez au devant et ne reculez pas , mr le président vous a donner le feux vert , vive l’algerie et vive la démocratie , l’heure est arriver et les cloches ont sonné

  26. Afulman dit :

    Même des élections totalement libres avec zéro fraude,n’apporteront aucun changement démocratique pour la simple raison que l’alternative démocratique est ultra-minoritaire à l’échelle Algérie.La majorité des algériens sont acquis au courant national-islamiste:la régression est profonde mais inféconde.

  27. L'indigné dit :

    Au frère en Dieu, et camarade Afulman:
    Je crois que ce que vous dites est un constat réel, et que votre déduction semble vraisemblable. Mais, si vous admettez « La majorité des Algériens sont acquis au courant national-islamiste:la régression est profonde mais inféconde », je me demande si vous diriez la même chose à propos de la République Fédérale d’Allemagne, par exemple, où la majorité des Allemands sont acquis au courant national-chrétien, le parti CDU ? Et pourtant le christianisme est une religion autant que l’islam, et les Allemands chrétiens du CDU, (Angela Merkel), ne sont guère diabolisés, alors que les Algériens musulmans, comme les musulmans d’Allemagne, de France, d’Iran ou d’Afghanistan le sont, sous le concept néo-impérialiste occidental de « islamistes », mais tolérés hypocritement sous l’adjectif « modérés », dès leur appartenance à un parti politique.
    Pourquoi admettre une telle injustice et abonder dans le sens de leur mépris occidental de nous-mêmes ? Sommes-nous atteints alors de la fameuse maladie de la « bleuite » du capitaine Léger, spécialiste en guerre psychologique par la désinformation, la manipulation et l’intrigue, qui a poussé, en 1962, l’État-major algérien à renverser le GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne), après d’autres exactions en Wilaya 3, et le Système de pouvoir de la RADP, asservi aux directives des Services secrets informels étrangers, de réussir à nous écœurer de nous-mêmes, à nous détester nous-mêmes, à renoncer à ce que nous aimons dans la vie, à nous suicider parfois comme ayant accompli un acte équivalant au un vote-sanction ? Je ne suis qu’un modeste Algérien qui veut comprendre, sans plus. Et merci pour votre aimable attention et pour vos éventuelles réponses.

  28. Mohand1 dit :

    Le FFS passe à table, c’est ce que m’inspire cette idée de participer et qui n’est justifiée que par des sous entendus, énoncés savamment pour faire passer la pillule.. ! faites comme les autres , car enfin vous n’êtes que des humains, et tous les humains ont un prix.
    La Constituante où est elle passée? On l’a enterrée , comme par hasard personne n’en fait allusion.
    Il reste à savoir, cependant, si le FFS a un programme et lequel? Pour renier tout,comme il le fait, il faut davantage qu’une tactique, il faut une stratégie qui nous expliquerait et qui nous relaterait les buts poursuivis par cette démarche nouvelle inattendue. On attend de voir les moyens qui seront utilisés et les incohérences du système qui seront combattues et dans quel calendrier.
    Est ce que le quota de députés sera suffisant pour contrebalancer la majorité FLN/RND MSP et les autres ? Ceux qui ont géré le pays ne savent pas faire mieux et ne peuvent faire mieux que ce qu’ils ont fait jusqu’à maintenant.
    Je suis déçu par la décision qui va à contresens que tout ce que le FFS a toujours avancé comme idée et argument, mais je ne condamne pas j’attends de voir le projet, le programme et les buts poursuivis, un projet de société clair détaillé et qui s’inspire du souhait des gens normaux. Ceux qui veulent constuire une société, d’où seront dégagés tous les responsables des maux actuels. J’attends de voir si Hocine Ait Ahmed sera candidat, si oui alors je dirai que la démarche est crédible si pas, alors je pencherai plus vers ceux qui disent que quelque part un deal a été discuté et un arrangement a été décidé.
    Je reste cependant convaincu que le changement ne peut sortir que de la génération post indépendance. Pour s’en convaincre il suffit de voir autour de nous pour constater que tous les pays misent sur des hommes jeunes compétents pour gérer leur pays ce que nous ne faisons pas et ça ce n’est pas normal.
    Mohand1

  29. sala ben Lala Fathma N'Soumer dit :

    El Vote yella Yella et Ait Ahmed en tant que personnalité historique et politicien hors paire a vu juste! Le FFS est devant un dileme, participer pour des postes en vue de créer la révolte citoyenne politique ou rester figer et perdre le comabat? A vous de choisir? Et le FFS a choisi le combat politique et pacifique. Vive Le FFS, abas les myopes, les serviles et le pouvoir malifique!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER