L’affaire Dhina : Est-ce un «avortement» d’un probable «bourgeon algérien» ?

L’affaire Dhina : Est-ce un «avortement» d’un probable «bourgeon algérien» ?    dans Droits de l'homme en Algérie murad-dhina-300x147Abdelwahab Benyelles, Consultant

Il est indéniable que l’affaire du docteur Mourad Dhina puisse perdurer au-delà du « délai » prévu par la justice française, elle-même « téléguidée » par l’Élysée dans une situation d’un dossier qui finalement aboutirait vide en accusations. Par ailleurs, ces dernières ont été déjà soupçonnées de factices par le passé, jugées et rejetées définitivement par la justice helvétique.

Mais dans la supposée attente de l’exécution en suspens d’un mandat algérien d’extradition, l’accusé demeurera incarcéré pour la durée maximale « requise » d’une détention politique, sans recours, infligé par le parquet parisien dans ce qui ressemble être un coup de main momentané pour un « avortement » d’un probable « bourgeon algérien » ?

Dans le cas contraire, Alain Juppé devrait s’expliquer sur ce flagrant « discernement» politique de la France, ce pays des droits de l’homme et de cette iniquité des deux poids et deux mesures qu’a souvent adopté la cinquième république française, comme par exemple remettre en personne la distinction de Commandeur de l’Ordre de la Légion d’Honneur française à l’opposante célèbre birmane Aung San Suu Kyi dans une opération de charme fortement médiatisée pour cautionner la nouvelle façade démocratique birmane afin qu’elle continue de veiller de manière accrue sur les intérêts de Total.

Et en contre-parti, l’opération « recto » plus discrète celle là, sournoise et machiavélique, était de faire arrêter en catimini et en plein printemps arabe, un docteur opposant algérien pacifiste quelques semaines plus tard à Orly, sous prétexte d’un mandat d’arrêt international émis en 2003 par un pouvoir algérien aussi pire dictateur que celui de la Birmanie, alors que bizarrement Mourad Dhina voyageait librement depuis toujours en France et qu’il n’a jamais été inquiété dans tous ses déplacements jusqu’au notoire 16 Janvier passé.

En vérité, ce fut un « privilège réciproque » accordé sans tracas par l’autorité française complice, qui en use et abuse de ses lois et de ses délais bureaucratiques en parfaite « synchronisation » avec le pouvoir félon d’Alger. Ce scenario, à longue visée stratégique régionale, a été monté tactiquement par les « services »  dans le but de neutraliser le mouvement Rachad, dont Mourad Dhina est un de ses dirigeants, qui, pour la première fois, osa organiser d’une part, un rassemblement à l’ambassade d’Algérie à Paris le 11 Janvier passé pour souligner médiatiquement le sinistre anniversaire du coup d’État de 1992.

Et d’une autre part, la brillante initiative, politiquement « lourde » de sens, de ses visites officielles effectuées aux nouveaux gouvernements tunisien et libyen à titre de mouvement d’opposition algérien pacifique très actif, doté de ses réseaux et outils médiatiques lesquels dérangent en outre sérieusement la feuille de route des projections de l’agenda, de nouveau unique, des « services » français et algériens, lesquels sont aussi de surcroit furax après la dernière fin de non recevoir de Dhina au récent « deal » du DRS proposé par un émissaire spécial envoyé en Suisse.

D’or et déjà on peut deviner ce que contenait cette « offre » et quelles sont ses perspectives à court et moyen terme, mais l’idéal rêvé du sous traitant DRS et notamment de ses commanditaires patrons de « l’Ordre Marchand », est que Mourad Dhina et ses semblables opposants authentiques, doivent être soit contenus à l’écart –  « coffrés intelligemment » – ou de préférence, « domestiqués » dans une opposition conservatrice maghrébine, plus au moins majoritaire, confidente d’un « canevas » pétro-occidental qui pousse la région vers une « gouvernance islamique démocratique et populaire ». Un prélude qui avait été déjà annoncé en nuances par Obama au Caire durant son fameux speech d’El-Azhar.

D’ailleurs, l’entrée officielle en « affaires » du vrai « printemps arabe » s’est faite par les coulisses et par la présence discrète et non médiatisée de représentants de nouveaux gouvernements islamistes de la Tunisie, Maroc, Lybie et même de l’Égypte qui ont tenu à être présent au fameux Forum Mondial de l’Économie de 2012 à Davos en Suisse pour demander une assistance financière à ces révolutions arabes. C’est pour la première fois depuis l’histoire de ce forum que des pays musulmans sont présents en masse pour déclarer unanimement – sous le sponsoring dissimulé du Qatar, le valet du CCG -  que l’islam politique et la démocratie pourraient dorénavant faire bon ménage pour plusieurs « printemps » !

Une festivité printanière en apparence frelatée par rapport à celle de l’année passée qui fait exception par l’unique odeur du jasmin de Tunisie qui demeure et perdure avec un espoir démocratique de construire un vrai État de Droit dans une transition certaine avec un président qui est avant tout un militant des droits de l’homme issu d’un suffrage libre. L’unique garantie pour tous les peuples musulmans qu’un changement de régime a bien été amorcé quelque part dans l’un des 22 États arabes.

De ce fait, comme dit l’adage populaire régional, Moncef Marzouki devrait suivre et énumérer les intentions mensongères de l’Ordre Marchand jusqu’au seuil de la « démocratie tolérante », puisqu’il n’y aurait aucun choix dans le jeu géostratégique en cours, à moins que des « torches humaines », comme celle de Bouazizi, s’allument de nouveau en nombres inimaginables sur toute l’Afrique du nord. Une autre « opération torche bis » que l’histoire répèterait toujours dans le même camp, mais pour la bonne cause cette fois ci ?

En ce qui concerne l’Algérie, cette ancienne chasse gardée française, est  devenue avec le temps et les événements, ce marché refuge franco-européen, ce banco gagnant-gagnant gaullien avec son épouvantail militaire aux commandes depuis 50 ans, gérant un nouvel  et prochain espace nord africain, « démocratiquement intégré » et séparé par la « trame » ou la « banane » sahélienne déjà imbriquée dans le terrorisme pédago-économique et le banditisme international, et ayant comme décor un vaste « no man’s land » territorial lequel est tangiblement défini comme l’une des dernières réserves abyssales en toutes ressources de ce monde.

Une autre « Arabie Saoudite » du Maghreb qui détient entre autres actuellement la deuxième réserve de change et d’or dans le monde arabe avec un taux de jeunesse et de fécondité les plus élevés  dans l’humanité. Certainement, un « bourgeon » démocrate arabe à faire avorter à tout prix !

Commentaires

  1. Slimane dit :

    les islamistes, comme Mourad Dhina, étaient les premiers à s’attaquer à Hocine Ait ahmed quand ce lui ci les defendait contre le pietinement des droits de l’homme,
    je me souviens de l’intervention de Mourad dhina pendant l’emission d’aldjazeira d’Ait ahmed en 2001.

  2. Anonyme dit :

    Il avait émis son avis ya si slimane et cela s’appelle la démocratie

  3. sissila salope dit :

    M. Dhina est un grand démocrate, c’est bien connu. Il a notamment participé à l’instauration de la démocratie (à sa manière)à l’université de bab ezzouar en 1980 en participant à l’attaque contre les étudiants kabyles qui revendiquait tamazight.
    À l’époque, les islamistes ont appelé ça `ghazouat bab ezzouar. mais c’était une autre époque bien sûr. Depuis le personnage s’est amendé

  4. sissila salope dit :

    Ce consultant trahit sa pensée en comparant l’algérie à l’arabie saoudite. Il pense, comme tous les salafistes que les algeriens sont des impis qui doiventêtre réislamisés selon l’islam wahabite bedouinisé (celui des ancêtres de M. Dhina). il oublit une chose: l’ANP est là qui s’opposera à leur noir dessein. Comme elle l’a fait dans le passé.À la différence qu’elle est plus pussante.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER