Quelques éléments pour une révolution citoyenne

Quelques éléments pour une révolution citoyenne dans Non classé marcheKader ZERROU

La participation du FFS aux prochaines élections législatives en Algérie a suscité des réactions pour le moins incompréhensibles sur la blogosphère.

Si les nouveaux opposants l’interprètent comme une sorte de caution à un régime moribond certains démocrates de laboratoire l’accusent de ralliement.

Il est question d’une poignée d’illuminés, quelques islamo-rétrogrades et beaucoup de harkis du système, aveuglés par une sorte d’égocentrisme qui, dans la surenchère du boycott, se sentent investis d’une sorte de mission divine pour monopoliser et incarner l’opposition radicale au régime maffieux algérien. Foutaises !

Qu’en est-il en réalité ?

Il s’agit de conquérir la citoyenneté, d’œuvrer pour la paix civile pour enfin redonner son sens au politique.

De la conquête citoyenne

Les Algériennes et Algériens doivent se mobiliser pour voter et faire voter mais pas seulement. Ils doivent également être les garants de leurs propres votes en veillant au bon déroulement du scrutin.

Ils doivent s’investir dans  une  prise en charge citoyenne de l’élection pour limiter la fraude et le truquage, apanage d’une administration aux abois.

C’est aussi cela s’opposer pacifiquement au système pourri qui les a longtemps exclus de la vie politique nationale. Cette mobilisation doit continuer au-delà de l’élection elle-même.

Relever ce défi c’est s’inscrire dans la stratégie du FFS !

De la paix civile

Le pouvoir algérien se nourrit de la violence et il fait tout pour en entretenir des foyers un peu partout dans le pays. C’est le cas notamment en Kabylie où depuis une dizaine d’années, la région vit au rythme d’étranges kidnappings à la Hollywood quand ce ne sont pas des milices armées qui y arpentent les ruelles des villages au vu et au su de tout le monde créant ainsi un climat de psychose et de terreur sans précédent.

Une manière sans doute de rappeler à une région frondeuse son existence arrogante et despotique; parfois son inexistence. Une manière aussi de la mettre en garde contre une énième fronde citoyenne !

Démobiliser la Kabylie revient à démobiliser l’Algérie !

Pour contrecarrer le projet d’annihilement de toute expression autonome et démocratique  de la société, le FFS s’est résolument inscrit, depuis le coup d’Etat de janvier 1992, dans une démarche politique de retour à la paix civile.

Sa participation, tactique faut-il le souligner, aux prochaines élections législatives dans un contexte de transformations géopolitiques régionales importantes participe de la même démarche.

Si le régime organise ces élections pour assurer sa survie, le FFS y prend part pour sauvegarder l’Algérie.

Entre ces deux finalités, la dernière est, sans doute, celle qui redonnera son sens à la politique pour démocratiser le pays et le libérer de la maffia politico-financière.

Commentaires

  1. karim.s@yahoo.fr dit :

    ça ne tient pas la route mon ami!

  2. fanfan la tulipe dit :

    Du moment que nous sommes arrivés au point de non retour,et que le ffs a définitivement décidé de s’engager dans la bataille des élections législatives,il ne nous reste donc plus qu’à nous rassembler et agréger toutes nos énergies et ,surtout ne pas les dissiper dans des bisbilles qui ne nous font pas avancer et qui risquent même de reléguer le parti aux dernières places de ce  » championnat  » national ! Mon souhait, pour cet évènement important qui engage , non seulement le parti ,mais aussi l’avenir de l’ Algérie, est de confectionner des listes susceptibles de gagner le maximum de sièges au Parlement . De mon avis, s’agissant de notre fief en l’occurrence la région kabyle , il serait intéressant de choisir comme tête de liste, un jeune féru en politique et excellent tribun capable de mobiliser les populations de la région! A vrai dire pour la wilaya de Tizi Ouzou, pour ma part, le seul à plébisciter et qui est en mesure de remporter le maximum de la liste des candidats demeure l’ex-premier secrétaire national du parti! Bien sur, beaucoup verront en lui celui qui leur aurait fait du » mal  » disent-ils mais, ces derniers devraient mettre de coté leur aversion et s’engager dans la voie salvatrice pour le parti!Seul l’intérêt du parti doit compter à partir de maintenant! S’agissant de la Wilaya de Béjaia, l’actuel P/APW en l’occurrence Hamid FERHAT est à même de comptabiliser de très bons résultats à ces législatives!

  3. Slimane dit :

    Bravo Kader

  4. Anonyme dit :

    Quel beau rêveur!!!

  5. Amoqrane dit :

    Le boycott, ou le droit à un changement qui outrepasse le régime !

    Mouvement des Jeunes Indépendants pour le Changement

    Communiqué de presse

    A la veille du 50ème anniversaire de son indépendance confisquée, l’Algérie est toujours dans l’impasse. Les Algériens sont dans l’incertitude quant à leur avenir dans leur pays. Marginalisés, ignorés et abandonnés par le régime en place, les Algériens et les jeunes en particuliers se sentent étrangers dans leur propre patrie dans un contexte économique, social et politique fait de médiocrité, de sous développement, de précarité et de répression sous le dictat de la mafia politico financière Incarnée par le régime.

    Une réalité médiocre imposée au peuple par un régime qui a fait de l’aspiration des algériens à la démocratie et la dignité son ennemi intime ! Le régime s’évertue à imposer la médiocrité à tous les niveaux nonobstant les grandes potentialités humaines et naturelles dont recèle le pays faisant subir aux algériens un retard des plus inquiétants par rapport aux nations qui avancent à grand pas vers la prospérité, la modernité et la démocratie.

    Dans une conjoncture internationale des plus complexes, caractérisée par des changements majeurs dans les pays arabes et du Grand Maghreb dont l’issue reste incertaine eu égard aux ingérences étrangères et à l’œuvre destructrice des anciens régimes dictatoriaux envers les mécanismes démocratiques permettant aux peuples d’être maitres des transitions politiques dans leurs pays, le peuple algérien, fort d’une expérience unique, a fait preuve de retenue dans l’optique d’éviter au pays un changement incertain, non organisé et dont les tenants et aboutissants lui échappent et qui mènerait le pays vers l’inconnu.

    Les algériens ont espéré durant cette dernière année que le régime en place se résignera enfin à rendre la souveraineté au peuple, à faire passer l’intérêt suprême de la nation avant tout autre considération, à lancer les jalons d’un changement pacifique, organisé et positif, en vain ! En effet, depuis le temps que les algériens attendent un signe positif du régime en place, ces derniers se voient aujourd’hui trahis, victimes d’une énième imposture d’un régime qui ne cède rien, un régime sénile et totalitaire qui se réveille à la veille des élections législatives de Mai 2012 affolé par le risque d’un boycott record pour faire une mise en scène démocratique des plus obscènes, indigne de l’histoire et des sacrifices du peuple algérien. Pire encore, le régime en arrive même à faire au peuple un chantage des plus bas et des plus dangereux pour la nation et sa souveraineté en agitant l’épouvantail de l’ingérence étrangère si ce dernier ne répond pas positivement à son appel pour une participation massive au rendez vous électoral de Mai prochain alors que l’histoire récente et l’actualité internationale nous rappellent avec force que ce sont les régimes totalitaires qui par leur illégitimité à l’intérieur et leur faiblesse à l’extérieur ainsi que leur obstination à empêcher toute alternative pacifique et démocratique à leurs dictats imposés par la force et la répression qui exposent leurs nations à l’implosion, à l’ingérence étrangère et à la décadence.

    Confiant en la sagesse du peuple algérien, et prenant acte de cette énième trahison du régime à son égard, le MJIC « Mouvement de la Jeunesse Indépendante pour le Changement » réitère son appel pour un changement en dehors du régime actuel en se mettant au diapason de l’aspiration de la grande majorité des algériens qui par le boycott massif des différents rendez-vous électoraux ont exprimé leur rejet total et franc de ce régime et de sa politique qui prouve son échec depuis 50 ans.
    Etant convaincu que les élections ne sont pas une fin en soit, que la démocratie ne peut se limiter à la seule opération de vote, que le processus démocratique doit être garanti en amont et en aval de cette dernière et que le vrai changement doit se traduire par la mise en place d’un système de valeurs démocratiques qui doivent devenir des constantes indépendamment des régimes qui se mettent en place, le MJIC « Mouvement de la Jeunesse Indépendante pour le Changement » rejette en bloc les élections législatives du 10 Mai 2012 et appelle à un boycott massif et actif de ces dernières. Un boycott qui exprimera l’aspiration légitime des algériens à un changement en dehors du régime lequel veut imposer le vieux-ancien principe du « changement dans la continuité ».

    Le MJIC refuse la politique des coulisses incarnée par le régime et sa clientèle et fera en sorte de traduire son choix pour le boycott sur le terrain pour que ce dernier soit actif et positif afin de donner une expression politique vraie et une suite constructive à ce boycott qui mettra à nu l’illégitimité chronique de ce régime.

    Chers compatriotes, les prémices d’un boycott massif sont là pour exprimer la volonté des algériens de marquer la rupture avec un régime dépassé et archaïque. Un régime dangereux pour la pérennité de la nation algérienne. De ce fait, Le MJIC « Mouvement de la Jeunesse Indépendante pour le Changement » appelle toutes les forces vives de la nation et la jeunesse en particulier à faire en sorte que le boycott des élections législatives du 10 Mai 2012 soit un signal fort qui annonce l’amorce d’un changement radical et pacifique.

    Gloire à notre peuple,
    Gloire à sa jeunesse,
    Il n’y a que la lutte qui paie
    Le Bureau National
    Alger le 16 Mars 2012

  6. fanfan la tulipe dit :

    Décidément,ces  » législatives  » tombent à pic pour nous instruire de nos divergences presque si puériles que l’on se croirait dans une crèche où les enfants se taquinent et s’entre déchirent pour des futilités par fétichisme!La question est , peut-on dire aujourd’hui à ce moment difficile que va vivre le parti, d’être une famille réunie autour de projets d’une importance capitale et qui va engager tout le Pays! Les uns critiquent les autres pour des vieilles histoires de divergences personnelles, les autres ont de l’aversion pour des militants qui leurs avaient fait peut-être de l’ombre auparavant! Soi t ! Mais au moment où le FFS a pris la décision de s’engager dans une bataille qui s’annonce très âpre, pourquoi ne pas mettre de coté toutes nos divergences et se rassembler et aller à la  » guerre  » en rangs serrés pour tenter une victoire ? Oui, des erreurs ont pu être enregistrées par ci et par là, par les uns et les autres, c’est une forme de course folle aux responsabilités certes, mais aujourd’hui, il va falloir se mettre d’accord face à des adversaires communs suffisamment coriaces qui nous recommande l’union pour en arriver à bout! C’est une question de logique et de raisonnement à entreprendre avec beaucoup de lucidité et d’amour du parti!

  7. Mourad dit :

    Oui pourquoi pqs KADER.
    Cela fait longtemps que le pouvoir se nourrit de l’abstention, et du cautionnement de ceux qui avaient boycotte en 1999 pour se rallier a lui. Faut voir dans le fond quel motivation les eradicateurs anti democratie en Algerie et en Kabykie, ils de leur boycott de cette annee.
    Voila donc qu’il faut changer de fusil, la mobilisation si elle reussie, ca sera le contraire de l’abstention, donc si c’est le pouvoir qui gagne, ca sera une preuve de fraude. Si au contraire il y aura forte abstention, alors le FFS aura eu le merite de prendre ce risque. Quant a ceux qui accusent le FFS et Ait Ahmed de negociateurs, alors ils doivent s’inscrire a des cours elementaires de la politique

  8. awghlis dit :

    frhath hamid il est grillé a la wilaya de bejaia meme il a fait beaucoup du mal au gentes serieux du ffs se qui en fait des preuve dans la gestion des apc .mais se lui la conte il a presidé la comission decipline au sein du partie il a procédé a l’umuliation des vrai maire populaire ils a condané pour 5ans de l’légibilité avec des elus corompus voila frhath hamid ci il presente comme tete de liste a la wilaya de bejaia sachez bien que cés l’echec total du ffs mes cheres camarade et personne ne votra pour lui car c’est un voyou en plus hors catigorie et comprie san equipe nacer toutou ext

  9. jazairouna dit :

    Je ne vois pas en quoi ce scrutin sera différent des précédents pour que le FFS qui a l’habitude de s’exprimer par le boycott décide de s’engager maintenant et effacer ainsi des années de militantisme. Il aura surement des sièges par ci par là et particulièrement en kaylie et basta.Quant à ceux qui croient en… quels beaux rêveurs.

  10. Mohand1 dit :

    Participer aux elections legislatives ou pas est la question qui tient l’opinion publique en eveil. Mais qui peut nous dire et nous renseigner sur le pourquoi, c’est quoi une assemblée comme les notres? Un club de riches et prédentants à le devenir! Qu’est ce que feront les députés élus, quelle politique vont ils défendre, quels objectifs vont ils fixer, et quelles voies vont ils prendre pour obtenir des résultats, les résultats que tous les Algériens veulent,c’est à dire la liberté, l’équité, le travail, la solidarité et un avenir clair… Une Algérie débarassée des gestionnaires corrompus connus de tous.

    Les gens se battent pour obtenir un siège on sait pourquoi,l’argent c’est la seule raison qui les fait courir. A tous les niveaux, c’est pareil.
    Lorsque le militantisme reprendra sa place c’est à dire sans contre partie sonnante et tribuchante alors le milieu se décantera tout seul et les vrais objectifs pourraient alors être atteints. Ils ont des salaires 20 fois et plus supérieurs au smig alors qu’ils sont tous millionnaires (je parle des anciens et de tous les partis sans exception).

    Lorsqu’on fera le point sur les politiques et sur les agissements des hommes, ceux qui ont géré et ceux qui ont laissé faire, et qu’en conscience des hommes NETS ,seront écoutés pour tracer le chemin de l’avenir de ce pays, il sera alors possible de changer le système sous le regard vigilant des citoyens les vrais pas les opportunistes, les malfrats. Ce n’est qu’après cela que les élections auront un sens, car maintenant elles n’ont aucun sens , c’est pour le statut quo. Le statut quo veut les compétences algériennes dehors, chomage, partage des cafés, développement de la chkara, désespoir des gens etc.

    Ceux qui trompent le peuple et continuent de la faire, ceux la doivent tous être en dehors du nouveau système à ériger.
    Si le FFS ambitionne de le faire, alors qu’il le dise. Il a en son seing de cadres de valeur,mais il faut de la transparence, il faut des idées et des projets clairs et surtout de la transparence.
    Comme chacun sait, cette affaire d’élection va continuer de tenir en haleine les citoyens, on parlera que de ça. Pendant ce temps sachez que de grands dossiers en justice, dans les cabinets ministériels dorment de leur long sommeil, et en même temps il y a des groupes qui activent sournoisement dans les administrations et en dehors, pour préparer les conditions afin de prendre ce qui peut l’être comme d’habitude, je dirais d’avantage maintenant car il un risque que cela s’arrête.
    Regardez de plus près que devient le programme présidentiel, suivez les turbulences en matière de procédures et des codes.( marchés publics, de lutte contre la corruption)
    Après le foot, le terrorisme et voila maintenant les reformes , du vent soufflé puissamment dans une direction donnée pour que tous les regards se tournent dans cette seule direction.
    Qui se préoccupe de la siderurgie, de jezzy, des ports cédés, des bateaux loués, du métro , des aéroports, de la distribution de l’eau etc.. confiés à des firmes étrangères, qui s’occupe de sonatrach et ses actions dans le monde, qui s’intéresse aux invisibles qui s’évaporent (les assurances , les contrats d’assistance bidons, des opérations des trabendistes à grande échelle, que devient notre image à l’étranger (on n’existe pas), qui regarde de près les contrats de partenariats avec les compagnies étrangères de pétrole et de services, qui fait de la prospective à 10, 20 ans, qui s’occupe de nos villes et villages, qui contrôle nos frontières sérieusement alors qu’elles sont des passoires,que devient l’affaire Khalifa etc. Pourquoi continuons nous à écouter des politiciens traditionnels et les dirigeants vieux comme l’histoire de l’Algérie indépendante alors qu’ils ont été les initiateurs et les acteurs du résultat que tout le monde critique.

    Je me suis intéressé à un aspect dans le cadre de mon activité, croyez moi pendant que l’on commente ici et ailleurs, il y a des Algériens qui préparent leurs derniers coups en relation avec leurs mandants étrangers.Non ils ne vont pas envahir l’Algérie pour l’occuper, non c’est passé de mode, et ils la maitrisent déjà. Regardez de près les dernieres mesures en matière de marchés publics, vous constaterez qu’on a innové en créant des commissions sectorielles qui ont les mêmes missions que la commission nationale traditionnelle, savez vous pourquoi et qui est derrière cette décision passée à l’APN comme une lettre à poste? Eh bien ce sont ceux qui en catimini veulent gérer leurs magouilles eux mêmes dans leur secteur pour qu’il y ait le moins de curieux possible. Nous allons sans doute assister à des faits invraissemblables. Il y a des signes avant courreurs par ailleurs, qui circulent chez ceux qui considèrent qu’ils ont tous les droits en Algérie à partir du moment où ils ont dans la poche (après l’avoir corrompu) un fonctionnaire ou plusieurs. Quand une société étrangère déclare par exemple, en Algérie ce n’est pas un problème , nous sommes surs de nos amis , nous allons continuer à faire du chiffres ». C’est terrible mais malheureusement c’est la vérité.

    Excusez moi cette diversion, mais c’est pour dire, qu’on nous endort tous, et justement il faut pas dormir il faut rester eveillé surtout maintenant le temps du tintamarre entretenu à dessein.

    Mohand 1

  11. HITLER dit :

    Je suis contre le vote car entre 2007 et 2012 aucune amelioration.

  12. Sid ahmed dit :

    A fanfon la tupile,
    Tu propose Karim tabou comme tête de liste à TZ
    il n’y pas de problème c’est respectable .et une fois député.va-t-il encore une autre fois imposer comme têtes de liste à l’APW tous ceux
    qui avaient voté les sénatorielles du 2005 que
    le FFS avaient boycotté (en l’occurrence ces actuels élus de l’apw de tizi-ouzou)?

  13. sid ahmed dit :

    OK el mouhtarem,tu as raison de ne pas publier
    mon commentaire car il va déranger au moins 33
    élus locaux ayant transgressé une décision
    du parti concernant les sénatoriales du 2005 et plus particulièrement ces actuels élus à l’APW de TO dont certains sont candidats à la candidature des députations.
    Oui ils seront fâchés contre toi dans cette conjonctures un peu spéciale.
    Et puisque le parti est presque tari par leurs immenses crédibilités on va quand même nous taire ….

  14. Boumriche Boussad dit :

    Je salue la sage décision de notre camarade Aït Ahmed d’engager notre grand parti dans cette élection qui va décider de l’avenir de l’Algérie. Nos militants dans les 48 wilayas sont mobilisés et travaillent d’arrache-pied pour mener cette bataille du changement au sein de l’APN et que nos élus transformeront en assemblée constituante. Notre parti va montrer sa puissance le 10 mai. Seul le FFS, premier parti d’opposition pourra changer les choses. Bouaiche, Chaïbi, Batatache, Laskri, Tabou, Tamazradada…., une brochette de vaillants militants et futurs députés qui feront trembler le régime dans l’enceinte de l’APN.

  15. Nordine dit :

    Merci Mr Zerrou !

  16. Kalima dit :

    « Boussouf, un criminel assoiffé de sang », disait Ben Bella. Extraits de l’entretien de Bélaïd Abane avec Ahmed Ben Bella, le 22 juillet 1999

    KalimaDZ ,le 20 mars 2012, http://lanationdz.com/2012/03/20/ben-bella-boussouf-un-criminel-assoiffe-de-sang/
    Ben Bella parlant de ses frères d’armes :
    - Sur Abdelhafid Boussouf : «Boussouf, un criminel assoiffé de sang. C’est le Beria de la Révolution. C’est lui l’assassin de Abane. Mais sans l’aval de Krim, Abane Ramdane n’aurait pas été assassiné. Boussouf est le plus grand criminel de notre Révolution. Il a fait assassiner 3000 djounoud à la base de Khemissat, au Maroc. A l’indépendance, il était venu me rendre visite à la Présidence, je l’ai chassé et sommé de quitter le pays. Ce qu’il a fait. Il n’est revenu qu’après le 19 juin.»
    - Sur Ali Kafi et ses attaques contre Abane : «C’est une infamie (…) Ali Kafi, hachak, est saoul à partir de 10 heures du matin. C’est aussi un qmardji (flambeur). Il a perdu 2 millions de francs au casino de Divonne-les-Bains et on se demande d’où il a pu sortir une telle somme. Ce n’est pas un comportement révolutionnaire. Parler de Abane est un non-sens de sa part car ce n’est ni la même stature, ni le même niveau de responsabilité. Win yaâraf Ramdane ? Où a-t-il connu Ramdane ? (…) Et dire que cet individu a été à la tête de l’Etat algérien ! Savez-vous que c’est lui qui a trahi Zighout Youcef ? C’est lui qui l’a donné aux Français…»
    - Sur les 3 B : «Ils portent une énorme responsabilité dans toutes les dérives de la Révolution et même celles qu’a connu, par la suite, l’Algérie indépendante. Dans toutes ces dérives, je ne peux pas trop charger Krim, même dans l’affaire Abane.»
    - Sur Bentobbal : «Voilà un homme qui n’a rien apporté à la Révolution. Elle aurait pu s’en passer ça n’aurait rien changé, ou peut-être qu’elle se serait mieux portée.»
    - Sur Mohamed Boudiaf : «Je m’étonne qu’on considère Boudiaf comme le père de la Révolution. C’est inexact. Alors que Mahsas (le recruteur de Boudiaf, ndlr) a joué un rôle plus important.»
    – Sur Abdenour Ali Yahia : «Un homme très courageux, pur et honnête. J’ai beaucoup apprécié son rôle en tant que conseiller politique auprès du colonel Mohand Oulhadj, au moment où je négociais avec le FFS.»
    - Sur les négociations avec le FFS : «Les officiers accompagnant le colonel Oulhadj étaient si nombreux que j’ai été amené à les faire asseoir par terre, dans les jardins du Palais d’été. Certains m’ont traité de dictateur. Alors je leur ai répondu : est-ce que vous connaissez un dictateur qui s’assoit par terre pour encaisser des insultes ? Ils ont, sans doute, apprécié ma boutade puisque quelques jours après, tout était rentré dans l’ordre et le colonel Oulhadj et ses hommes ont rejoint l’ANP pour aller défendre le territoire national à la frontière algéro-marocaine. En fait, ce qui a décidé Oulhadj à se séparer d’Aït Ahmed, ce sont les contacts que ce dernier entretenait avec le palais royal alors que nous étions en guerre contre le Maroc. Il existe (en effet) des liens familiaux entre Hocine et l’entourage du roi. L’une de ses sœurs était mariée à un proche de Allal El Fassi, le leader de l’Istiqlal.»
    - Sur Hocine Aït Ahmed : «Nous sommes très proches l’un de l’autre même si, parfois, il y a eu des différends assez graves. Nous avons vécu de grands moments ensemble, des moments souvent assez cocasses. Personne ne peut nous séparer. Hocine et moi on s’aime (n’thabou) comme des frères. C’est sur mon conseil que Abdelaziz Bouteflika a fait envoyer un mot gentil et un bouquet de fleurs à Hocine, lors de sa convalescence en Suisse à la suite de son surmenage dû à la campagne présidentielle, en 1999. J’ai dit à Abdelaziz que s’il y a un seul homme politique à honorer dans notre pays, c’est bien Hocine Aït Ahmed. C’est un historique. Si quelqu’un doit jouer un rôle majeur dans les institutions de l’Etat algérien, c’est Aït Ahmed. Je lui ai demandé de lui donner un poste très important. Si on doit impliquer un parti politique dans les affaires de l’Etat, c’est au FFS qu’il faut faire appel et non au RCD, qui n’est pas représentatif. Je suis désolé de vous le dire, mais le RCD a été concocté dans une officine, créé par le biais d’Aboubakr Belkaïd et de Larbi Belkheir.»
    - Sur Mohamed Khider : «C’est un homme sincère, un homme de bien et un grand patriote. Son assassinat a causé une grande perte pour l’Algérie.»
    - Sur les oulémas : «Ils n’étaient pas pour la Révolution (…) ni pour l’indépendance. Cheikh El Ibrahimi nous avait fait part d’un plan qu’il voulait proposer aux Français. Ce plan prévoyait l’indépendance de l’Algérie pour… 2034.»

  17. vishnou2003@yahoo.fr dit :

    Ce n’est parceque le traitre Ben bella
    (c’est bien lui qui a donné les noms de tous les membres de l’OS !) a couvert d’éloges Ait Ahmed qu’on lève comme un trophée ses propos, n’oublions jamais les martyrs de 63, je ne comprends toujours pas l’amnésie qui frappe certains camarades, ce n’est pas en côtoyant les faussaires de la révolution que notre parti se portera mieux.

  18. Tlemcen dit :

    Les élections prochaines ne vont rien apporter de neuf !!
    En assassinant les Chefs de la Révolution Algérienne, le FLN a assassiné le peuple algérien, car l’Algérie démocratique, moderne et prospère a été étouffée en 1961, juste après l’indépendance. Après 50 ans d’indépendance, c’est le chaos social, politique, et économique. De ces 50 ans de règne du FLN, il se dégage principalement :
    - Dilapidation des richesses nationales et une corruption en toute impunité, voir le site, http://hogra.centerblog.net/rub-CORRUPTION.html, basé des faits. Des millions de dollars s’envolent à l’étranger en toute impunité. Des résidences toutes neuves en Espagne, Suisse, la France, etc…
    - Des jeunes qui ne trouvent pas de travail dans leur propre pays, font la harraga tous les jours, voir site, http://hogra.centerblog.net/rub-BLANCHIMENT-D-ARGENT.html,
    - et ils préfèrent se faire bouffer par la houita,
    - Le blanchissement d’argent : http://hogra.centerblog.net/rub-BLANCHIMENT-D-ARGENT.html
    - Une justice de Classe, á géométrie variable,
    - Une répression aveugle et féroce : des disparus, jamais retrouvés,
    - Et l’avortement d’un Parti fanatique, le FIS, qui a mis le pays en guerre civile.
    Tout citoyen ou citoyenne, conscient, avec une maturité politique, constate que les élections prochaines ne peuvent rien changer, ni apporter quelque chose de nouveau pour sortir la nation de cette impasse politique. Dans ce paysage politique, le FLN doit être dissous et mis au musée des Antiquités, et le Parti du FIS doit être gommé à jamais, car ces deux partis politiques sont les deux enfreins pour la démocratie et le développement de la nation. Ces deux partis, la seule et unique chose qui les intéresse est le pouvoir et gérer la rente pétrolière, ils n’ont pas de solutions en terme social, politique, ni économique, etc… Aucun autre parti politique n’a la stature, ni l’envergure d’apporter des solutions politiques, car dans leur discours, il n’ya aucun projet. C’est de la cacophonie. La seule alternative est le parti d’opposition : le FFS. C’est le seul parti, qui de nos jours, est en mesure de redresser la barre et de sortir la nation de ce marasme.
    Ouriachi

  19. TahrirSqure dit :

    Merci El Mouharem, Merci Ouriachi,

    Comme on dit, on reconnait un arbre a ses fruits ! Et bien, apres 50 ans de gouvernance par le FLN, on reconnait le FLN a ses fruits ! Tout est dit. Tout est connu. Le moment est venu de donner la chance au Parti du FFS de gouverner le pays, et sortir le pays de l’impasse politique, et l’Algerie va retrouver sa jeunesse et la voie de la democratie, moderne, pluraliste, rassemblante. Et construire la nation, cette nation si jeune, fragile, spoliee et violee a plusieurs reprises. Le peuple a droit de recuperer son independance. Et aucun parti va lui encore chanter la chanson de « Kassam… ». C’est du deja vu

  20. Agrawliw dit :

    Continuer à lier le sort de la Kabylie à celui de l’Algérie,c’est signer la mort de l’identité et de l’âme kabyle menacées d’extinction par un Etat jacobin,génocidaire et archaïque.
    Un peuple minoritaire écrasé,ligoté ne peut apporter la démocratie au reste du pays.Ce n’est pas son rôle et il n’a pas la capacité de s’imposer face à une majorité qui ne lui a rien demandé.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER