• Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

Archive pour juillet, 2012

Bouakouir a demandé à la direction du FFS de ne pas dénoncer la fraude

Bouakouir a demandé à la direction du FFS de ne pas dénoncer la fraude dans Non classé bouakouirMessage envoyé par Samir Bouakouir à Chafaa Bouaiche, secrétaire national à la communication du FFS le 11 mars 2012.

Salut Chafaa,

Il faut éviter dans les déclarations et les interventions publiques tout ce qui pousse les algériens a s’abstenir ou boycotter. Par exemple dire que le pouvoir va sûrement frauder.
D’autres part, il faut cesser avec le discours populiste. Il faut montrer l’image d’un parti sérieux, rassembleur, constructif

À +

Zenati et l’activité politique

Zenati et l'activité politique dans Non classé djamel-zenatiDjamel Zenati qui veut nous donner des leçons de militantisme a déclaré ceci à El Watan en 2011: « Je dois reconnaître que je me consacre plus au travail de réflexion qu’à l’activité politique ». Tout le monde sait que Zenati a abandonné le terrain politique pour se consacrer à ses affaires et à la gestion des deux appartements qu’il a acheté à Béjaia.  

Tabbou fait appel à Madjour et Ouazar !

Tabbou fait appel à Madjour et Ouazar ! dans Non classé tabbouPour créer son « parti » dans le cadre des « réformes » de Bouteflika, Karim Tabbou a contacté deux anciens députés, membres du groupe des 8, en l’occurrence Hamid Ouazar et Said Madjour. Pour rappel Hamid Ouazar a été radié du FFS en 2000. Il a fondé un « parti » avec Ali Rachedi Abdeslam avant de rejoindre l’UDR de Amara Benyounes, un parti qu’il a quiitté quelques semaines plus tard.

Echec du sit-in des « frondeurs » du FFS

Les « cadres » du FFS, Mammeri JEUDI, Djamel Zenati, Ali Kerboua, Mustapha Bouhadef, et Samir Bouakouir n’ont finalement pas à réussi à drainer la grande foule aujourd’hui à Tizi-Ouzou. Ils étaient une centaine de personnes à répondre à l’appel des retraités de la dictature. 

Disparus depuis 2002…

Disparus depuis 2002... dans Non classé afficheDjamel Zenati, un appartement à Béjaia, un autre à Melbou, une retraite en or à l’âge de 42 ans, 10 ans de silence…

Mustapha Bouhadef, proche conseiller de Karim Younes, il passe son temps à l’APN 10 ans après l’avoir quitté; il a démissionné du FFS en 2007, il aimait jouer à la belote avec le général Abbes Ghziel…

Samir Bouakouir a quitté l’Algérie en 2002 après la décision de boycotter les législatives. Seul responsable du FFS à avoir bénéficié d’un logement social qui l’a revendu.  En France, il a eu ses papiers grâce au FFS…Il y a deux mois, il traitait Djamel Zenati de traître…

Ali Kerboua, ancien premier secrétaire, une villa à Bousmail sur le terrain de l’Institut maritime qu’il dirigeait. En 1999, alors que Ait Ahmed s’est retiré de l’élection présidentielle, Kerboua, en sa qualité de représentant du FFS à la CNISEL avait empoché 90 millions de centimes à l’insu du parti. Il a été radié du parti pour non payement de ses cotisations…

Djoudi Mammeri a passé 6 ans au sénat avant de quitter l’Algérie pour s’installer en Allemagne. Bel appartement à Dely Ibrahim (Alger) , une retraite en or… En 2004, il avait appelé au boycott des sénatoriales en sa qualité de premier secrétaire du parti alors qu’il est resté membre du conseil de la nation jusqu’en 2006. 

Après le meeting du 12juillet, la fronde ferait-elle pschitt ?

Après le meeting du 12juillet, la fronde ferait-elle pschitt ? dans Non classé afficheAit Benali Boubekeur

Deux mois, jour pour jour, après la tenue des élections législatives, les frondeurs du FFS ne désarment pas. Au contraire, ils ne cessent de déblatérer en toute impétuosité. Mais, quand le moment de vérité arrive, ils cherchent des alibis. Ainsi, dans leur dernier communiqué, ils anticipent l’échec de leur meeting, prévu le 12 juillet 2012, en endossant la responsabilité à Farid Bouaziz, le fédéral de Tizi Ouzou.

D’une façon générale, le but des initiateurs du meeting, du moins en apparence, est d’œuvrer [hélas, en dehors des structures du parti] à la préservation de la ligne originelle du parti. Une manière –et c’est le moins que l’on puisse dire –un peu bizarre de faire de la politique. Cependant, pour paraitre fidèles au FFS, ils prônent le rassemblement, et ce bien qu’ils soient en dehors du parti. Or un tel travail suppose l’effort d’intégrer, au préalable, les rangs du parti. En outre, il faut noter que hormis Samir Bouakouir, qui a assumé récemment des responsabilités au sein du FFS, les autres ont quitté le navire depuis des lustres. (Lire la suite)

Karim Tabbou en 2007…

Karim Tabbou en 2007... dans Non classé tabbou« Le FFS n’a pas de problèmes de ligne politique. Il y a eu plutôt une conjoncture locale et des déceptions personnelles», note Tabbou en évoquant les différentes crises que vit le parti ces derniers mois.

Djoudi Mammeri le fuyard

Djoudi Mammeri le fuyard  dans Non classé mammeri-300x291Dans un entretien accordé au quotidien du DRS, l’Expression, l’ancien premier secrétaire, Djoudi Mammeri a affirmé que des « cadres exclus ou fuyards ont été réhabilités et promus députés en dehors des canaux officiels du parti et en violation flagrante des procédures statutaires ».

Djoudi Mammedi, ancien sénateur ( 6 ans), a oublié que c’est lui qui a quitté l’Algérie pour s’installer en Allemagne à la fin de son mandat en 2007 avec une retraite en or. 

RSF: Malgré l’annulation de la peine de prison ferme, Fatma-Zohra Amara demeure condamnée pour “diffamation”

Le 7 juillet 2012, la cour d’Appel d’Annaba (Est) a annulé la peine de deux mois de prison ferme à laquelle avait été condamnée pour “diffamation” Fatma-Zohra Amara, journaliste au quotidien Akher Sâa, en juin dernier.

“Certes soulagés par l’annulation de la peine de prison ferme, nous déplorons ce nouveau jugement, qui maintient la condamnation pour diffamation, assortie d’une amende et de dommages et intérêts à l’encontre de la journaliste qui n’avait fait que remplir son devoir d’information. Nous considérons que les montants en question, qui atteignent un total de 120 000 dinars (environ 1 200 euros), sont disproportionnés”, a déclaré Reporters sans frontières. (Lire la suite)

LADDH: Communiqué du bureau de Laghouat

Quelques jours à peine après l’organisation par les forces sécurité représentées par la gendarmerie des journées d’études sur le phénomène du  » coupeurs des routes  » durant lesquelles les intervenants ont unanimement désigné comme cause de ce phénomène les responsables eux mêmes et notamment le directeur de sûreté et le wali. Ces responsables ont déjà prouvé le 10 janvier 2012 qu’ils sont des spécialistes de la répression.

Ces responsables et autres administrateurs et élus ont fermé les portes du dialogue face aux jeunes, la partie dominante dans la société algérienne, qui se noient dans le chômage et la pauvreté. (Lire la suite)

12

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER