• Accueil
  • > Non classé
  • > Italie-Algérie: ENI a versé 197 millions d’euros de pots-de-vin à des responsables algériens !

Italie-Algérie: ENI a versé 197 millions d’euros de pots-de-vin à des responsables algériens !

Italie-Algérie: ENI a versé 197 millions d'euros de pots-de-vin à des responsables algériens ! dans Non classé eniPour s’adjuger les méga-projets de Medgaz et de MLE, le groupe pétrolier italien ENI aurait versé des pots-de-vin, pour un total de 197 millions de dollars, à des responsables du gouvernement algérien, à des dirigeants de Sonatrach et à de nombreux intermédiaires, dont le neveu de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bédjaoui. Ayant créé une société-écran, Pearl Partners Limited, basé à Hong Kong, Farid Noureddine Bédjaoui, aurait joué un rôle-clé dans les négociations permettant aux Italiens de décrocher la transaction de 11 milliards de dollars.

En strict contact avec l’épouse du directeur du département d’engineering et construction de Saipem (filiale de l’ENI), Pietro Varoni (suspendu de ses fonctions), Farid Noureddine Bedjaoui, qui est aussi actionnaire dans une société agricole de Varoni, aurait servi d’intermédiaire précieux aux Italiens en leur présentant des ministres algériens et des dirigeants de Sonatrach, rapporte El Watan. 

Commentaires

  1. Obama dit :

    Près de 200.000.000 de dollars c’est à dire 15.000.000.000 de DA 1.500.000.000.000 de centimes,de quoi construire 4.000 logements a plus de 4 millions de DA l’unité , c’est énorme pour une seule affaire.
    Vous ne trouvez pas qu’on fait le dos rond, le silence observé dans cette affaire en tout cas est génant. Sauf quelques sites dont celui la et quelques journaux qui reprennent timidement l’information , alors qu’elle doit être à la une, en gras et en couleur, pour que les citoyens ordinaires apprecient les oeuvres de nos historiques et de nos dirigeants.

    Il y a aussi l’affaire de la vente d’actions que detenait Sonatrach dans deux sociétés étrangères américaines. Il est question d’ un milliard de dollars du produit de ces ventes d’actions transféré par une banque algérienne domiciliée en suisse,( beaucoup d’Algériens ignorent son existence, tout comme celle de Paris en association avec la lybie, la BIA ).
    C’est la BEA , banque de sonatrach qui manage tout ça.
    Si vous voyez ne serait que les jetons de présence des membres des Conseils d’administration vous allez être étonné, de vrais salaires déguisés. En contrepartie ils obéissent au doigt et à l’oeil aux ordres.Ils bouffent et se taisent, car ce genre de dossiers les cadres impliqués sont nombreux.
    Donc, via la BEA avec l’assentiment de la Banque d’Algérie, l’argent a été confié à un gestionnaire financier qui venait de créer des boites à Hong Kong et aux émirats arabes.neveu de l’ex Ministre, celui dont on dit qu’il adorait le magazine vogue pour les belles images qu’il contient malgré son age très avancé. Mais comme on sait l’age ne fait pas que des sages, il fait aussi des cadavres parfois beaux parfois moches! On ne s’étonne pas autre mesure de ce penchant au demeurant humain.

    1 milliard une somme qui n’a pas été rapatriée conformément à la réglementation du commerce exterieur.
    Dans cette affaire il y a eu trois délits : la vente d’actifs incessibles, fraude pour non rapatriement de fonds, et enfin confier la gestion sans mise en concurrence puisqu’il s’agit d’un bureau appartenant à un privé.
    C’est le même prête nom d’ailleurs que dans cette affaire de saipem.
    le Ministre de l’Energie Khelil avait déclaré tout heureux, la gestion de ce dossier aurait rapporté selon les dires de ce dernier 600 Millions de dollars. Mais il ne dit pas qu’à la base c’est une action illégale, que la somme a été placée à 11 % et non 4% qui est le taux d’interêt déclaré aux Algériens.
    Le contrat existe dans les archives de la Sonatrach pourquoi personne ne s’y interesse? Les 7 autres % ont pris quelles destinations ? C’est façile à savoir il faut seulement le vouloir.
    Cette affaire Italienne, à l’origine, permettra sans doute de connaitre les bénéficiaires de ces sommes énormes. On ne peut pas étouffer donc cette affaire.
    En Italie il y a un homme qui veut du bien pour son pays et qui ne ménagera ni le « cavaliere » ami de l’administrateur délégué de ENI , ni personne d’autres.Les Algériens qui vont sans doute faire pression et pourquoi pas exercer un chantage pour ne pas divulguer toutes les autres affaires similaires de cette société. L’Italie achete en Algérie 30% de ses besoins en gaz. Mais les cadres dirigeants vont se défendre dans la mesure où ils n’en ont pas bénéficié sous forme de retrocommission.

    Pour savoir qui a touché ces montants de la part de saipem, il suffit de demander à Saipem, puis d’interroger le recipendiaire comme on a fait pour Chani dans l’affaire de l’autoroute. La maison mère ENI s’est déclarée d’ailleurs prête à coopérer.

    On ne peut qu’être étonné que même les commentateurs sont rares sur ce genre de malversations, c’est pourtant le vrai problème de l’Algérie, son cancer.

    Helas,bien évidemment comme d’habitude malgré la gravité des malversations qui sont divulguées, la Justice ne s’auto saisit pas, les députés ne créent pas de commissions d’enquêtes,la cour des comptes ou l’IGF ne font rien, ignorent ils ces dossiers? Quant aux commissions contre la corruption , celle présidée par l’ex chef de cabinet de Benflis, et l’autre présidée par l’ex procureur, devenu consul etc… celui qui fut responsable de la lutte contre la drogue. Malheureusement pour les citoyens c’est durant sa direction de cette office que la drogue a proliférée.
    La vente de la drogue et la corruption évoluent en parallèle comme par hasard de la même façon.Peut etre fera t il mieux dans ce creneau.
    Mais on sait que ces organes attendent qu’on leur installe de la moquette aux bureaux qu’on leur affecte des secretaires etc.. pour après se mettre au travail , ils ne sont pas prêts.

    Ne demandant pas à la presse de faire une quelconque enquête,car son ventre est trop lourd et trop important pour risquer de le priver de quelques subsides essentiels à sa survie .
    Donc tout ce beau monde au service de l’Etat et du pays ne fera sans doute rien.Comme d’habitude!

    Les algeriens espèrent cependant que des enqueteurs incorruptibles
    auront à coeur de s’interesser à ces affaires mais aussi à celles du gaz livré sans controle (dont une partie au noir »), les filiales multiples de Sonatrach dans le monde, les bureaux et filiales de la CNAM , les Ambassades, les consulats et le patrimoine immobilier qui change de mains avec de simples papiers de désistements sans oublier l’organisation et le suivi des exportations de petrole et de gaz , car les « Agents » de Sonatrach qui en ont la charge n’apparaissent pas par exemple dans les rapports officiels, on ne connait ni leurs noms ni les rémunérationsni leurs qualités.

    Cette affaire en Italie est rendue publique, parceque dans ce pays , il y a notamment un homme qui veut mettre de l’ordre et qui ne s’embarrasse pas des souteneurs et des clans.
    De plus cette affaires est singulière, car en général les opérateurs algériens (publics et privés) n’aiment pas trop avoir à faire à des Algériens dans leur business.
    Ils pensent qu’un jour ou un autre ils parleront. C’est ce qui s’est passé dans le dossier autoroute ,c’est pourquoi aussitot qu’un algérien de la diaspora, ou résident au pays, est recruté par les sociétés étrangères pour gérer des dossiers, les opérateurs ou les décideurs agissent de sorte qu’il ait des difficultés ou des problèmes pour qu’il disparaisse. Ce cas leur a échappé sans doute, un neveu c’est sur non ? Après Remche, voila Bedjaoui mais il y en a beaucoup d’autres.
    Il est arrivé cependant quand ce n’est pas un fils ou un neveu d’un ministre ou un frère du Président ou sa cour, ils sont nombreux helas que des sociétés soient éliminées des compétitions internationales parcequ’elles emploient un ou plusieurs Algériens. On sait aussi et les exemples existent , si une société octroie des avantages indus à des fonctionnaires les portes de l’administration concernées lui sont grandes ouvertes, sans aucun gène car ils n’ont même pas de scrupules, ils agissent ouvertement au vu et au su de tous.
    Il y a des cas ahurissants dont celui la qui octroie des marchés à des sociétés étrangères, toujours les mêmes alors que les résultats des AO parlent et statuent autrement.C’est un seigneur qui fait des cadeaux avec l’argent public, il s’est fait une renommée telle que tout le monde court après lui pour quemander une faveur. Une faveur oui mais contre commission payable en Europe ou à dubai, la mecque de l’argent sale. C’est en fait des marchés de gré à gré puisque la compétition est faussée.
    Il y a des sociétés qui ne comptent que sur les marchés algériens pour faire du chiffre et ils le disent eux mêmes. Certaines sont créées spécialement sachant que les exigences des cahiers de charges ne sont pas respectées et que souvent les justificatifs que donnent ces sociétés constituent des faux que personne ne controle et ne vérifie ni ne dénonce. Sur le plan les prix, c’est souvent des dols de la tromperie pour ne pas dire des vols des finances publiques. Aucun organisme public ne détient par exemple des statistiques qui pourraient l’aider dans la prise de décision. Se sentant fort de leurs soutiens , ils fixent les prix qu’ils veulent, différents d’une opération par rapport à une pour un meme objet; ils inventent des marques imaginaires, des origines fausses, des références etc… des produits algériens facturés en devise sans parler des prestations qui sans sortir de harvard on peut distinguer des services et des fournitures provenant de l’étranger… sachant que de toute manière ils auront l’affaire, ils ne s’embarassent pas de scrupule. Ils sont en pays conquis dès lors qu’ils ont mis dans la poche un cadre ou des cadres qui sont à leur service .

    Nous avons été amené à constater des lacunes particulièrement intolérables. Il y a beaucoup d’exemples mais pour cette fois on se contente d’en citer 2.
    Le premier il s’agit d’un Algérien compétent rdésigné par l’UE pour diriger un projet en Algerie, cette désignation n’ayant pas été bénie par le seigneur du secteur concerné, eh bien il a été dégommée sans aucune raison plausible et logique. La CE pour ne pas créer de problème a entériner le changement. En fait c’est une période qui n’est pas aux ordres mais qui fait son travail en toute conscience.

    Le 2 eme cas résume les lacunes généralement constatées. Il s’agit d’un dossier de la CEE d’il y a quelques années. L’administration concernée algérienne a rejeté un partenaire proposé par la CEE , dans laquelle deux Algériens étaient préssentis pour diriger les projets. L’un est un expert international , l’autre et un ancien cadre de l’ANP en retraite et ancien moudjahid. L’administration concernée a refusée cette société elle a préféré choisir une société boite aux lettres ou activent 2 anciens des services secrets des ex pays de l’EST. Cette société boite aux lettres avait cependant formé un consortium de fait avec une grosse société Française Thales (opérant notamment dans le domaine militaire) et cerise sur le gateau l’homme qui représente cette société boite aux lettres est un ancien militaire français ,ex controleur au sein de la police nationale et qui venait d’être mis en retraite pour pouvoir s’occuper du dossier en Algérie. Il a passé plusieurs années au sein de la DGSN , puis il a été remplacé par quelqu’un d’autre… Inutile de chercher à savoir s’ il a mené à bon terme le travail pour lequel il était payé. Mais ce qui est sur, il a eu tout le temps de tisser des relations particulières et mutuellement bénéfiques pour ses mandataires et ses vis à vis en Algérie.
    La mauvaise gestion c’est aussi ça.
    Ce cas est réel , ironie du sort, le ministre de la coopération (actuel ministre de la santé) la DGSN et l’Ambassadeur a Bruxelles étaient tous mis au courant du subterfuge mais cela n’a servi à rien, comme souvent en Algérie.
    Le jour ou un système d’alerte et de vigilance sera mis en place et animé par les citoyens les situations vont évoluer dans le bon sens et les cas similaires et les malversations vont diminuer car les voleurs madhlouline il suffit de les avoir en ligne de mire pour qu’ils s’affolent et pissent dans leur pantalon.
    L’ordre , et les règles doivent être défendus par nous tous , nous sommes tous responsables et coupables si on ne dit rien.

    Ah s’il était possible de recenser et de mobiliser tous les Algériens conscients que ce mal bouffe tout, alors il sera possible d’assurer une visibilité aux faits. Ce serait une oeuvre grandiose et utile pour le pays.
    Quand bien même en Algérie on désespère de voir les organes compétents prendre à bras le corps ces malversations, à l’étranger il suffit de l’existence d’une association pour avoir la capacité juridique d’ester en justice sur leur sol même sans oublier de dire que l’ONG par exemple transparency international aiderait sans doute dans le suivi des procédures quand les corrupteurs sont connus.

    Nous allons mettre sous le projecteur quelques faits puisque la conjoncture nous y a amené encore une fois a devoir les signaler. C’est notre devoir en tant qu’Algériens n’est ce pas ! A suivre

    Obama

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER