Archive pour 'Classement Algérie'

Technologies de l’information: L’Algérie classée à la 108e place

internet.jpgLe PDG de l’Eepad Nouar Harzallah s’est dit, hier, déçu du classement de l’Algérie en matière de technologies de l’information par le Forum économique mondial, qui a placé notre pays parmi «les derniers de la liste, à la 108e place». Il ajoute que bien que l’Algérie ait mis le paquet pour développer la technologie de l’information, il se trouve que nos voisins ont été mieux classés par le Forum économique mondial, «parce que, tout simplement, ils ont su développer le contenu des informations à l’extérieur». Il ajoute que «nous disposons de moyens et de la volonté de l’Etat, mais nous sommes toujours à la phase de la consommation». Et de poursuivre qu’«il faut des actions et sortir des salons et des séminaires, si on veut vraiment développer les technologies de l’information», a-t-il recommandé.

Messahel accable les ONG étrangères

messahel.jpgLe ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, a dénoncé, hier à Constatantine, les rapports des organisations non-gouvernementales (ONG), classant toujours l’Algérie en bas de l’échelle. Le ministre a affirmé que ces ONG établissent leurs rapports non sur des données économiques mais sur des comptes rendus de certaines associations et médias, lesquels n’œuvrent pas nécessairement pour l’intérêt de l’Algérie, a rapporté Le J.IndM. Messahel a reconnu le déficit de la communication de nos instances, notamment en ce qui concerne l’amélioration des conditions de vie et le développement qui s’opère en Algérie, ce qui constitue aussi un élément capital dans le classement que donnent souvent les ONG à notre pays.  Synthèse d’El Mouhtarem

Algérie: Le taux de lecture de livres ne dépasse pas 6,8%

lecture.gifUne étude prospective réalisée par le Centre mondial de consulting économique et de prospective a indiqué que le taux de lecture de livres en Algérie ne dépasse pas 6,8%, alors que le taux de personnes ne lisant point est de 56,86%. Dans une intervention au premier colloque national sur « la réalité et les perspectives de la lecture en Algérie », le directeur du centre, Abdallah Bedaida, a précisé que ces statistiques découlent d’un sondage mené auprès de 1000 peronnes au niveau de 10 wilayas du pays et visant à faire la lumière sur la crise de lecture en Algérie qui révèle, estime-t-il, « une absence quasi totale » d’intérêt du citoyen algérien pour la production intellectuelle et culturelle algérienne ou étrangère.

Tourisme: Algérie classée derrière la Tunisie et le Maroc

algerie201.jpgSelon le dernier rapport du bureau londonien d’expertise économique Oxford Business Group (OBG), sur les 1,74 millions de «touristes» qui avaient visité l’Algérie en 2008, plus de 1,2 million d’entre eux sont des Algériens expatriés qui retournent au pays pour les vacances. À peine plus de 500.000 touristes sont des étrangers. Par rapport à la Tunisie et le Maroc, cette «performance» est dérisoire puisque, durant la même année, la Tunisie a réussi à séduire près de 7 millions de visiteurs, dont 2 millions d’Algériens, et le Maroc a accueilli 8 millions. El Mouhtarem

Algérie classée à la 157e place des pays où il fait bon vivre

alger1.jpgL’Algérie est classée à la 157e place sur un nombre de 192 pays où il fait bon vivre en 2008, selon un sondage réalisé par la société irlandaise «International living». L’Algérie figure au-dessus de la moyenne avec 45% des points. Le classement est établi sur la base d’une série de notes attribuées en fonction d’indicateurs qualitatifs, à savoir coût de la vie, loisirs et culture, économie, environnement, liberté, santé, infrastructures, risques et sécurité et climat. La France vient en première place avec 85 points et l’Iraq occupe la dernière avec 29 points. L’Afrique du Sud est en pole position en Afrique (65 points) et la Tunisie (59 points), la première dans le monde arabe. Les sources des initiateurs de ce classement seraient, entre autres, l’annuaire statistique de l’Unesco, le département US du commerce, les lettres de l’international living etc.

Ainsi, l’observateur de la qualité de la vie dans le monde International Living attribue 65 points pour les libertés au Maroc, et seulement 25 à l’Algérie, la classant ainsi sur un pied d’égalité avec la Tunisie.  Même constat pour l’économie. L’Algérie est attributaire de 36 points, alors que le Maroc et la Tunisie en ont eu 38 chacun. L’Algérie ne dispose selon la société irlandaise que de 29 points sur le plan de la sécurité. Par ailleurs, cette institution  reconnaît la beauté du climat en Algérie en la confortant de 70 points et l’environnement 67 points.

Pour les secteurs de la santé, des loisirs et culture, elle leur attribue respectivement 53 et 54 points. Le point relatif aux infrastructures, 34 points ont été accordés à l’Algérie, en égalité avec la Mauritanie, et au-dessous de la Somalie qui détient 35 points.

Financement des entreprises: l’Algérie derrière le Maroc et la Tunisie

dinaralgerie10.jpgL’Algérie fait moins bien que le Maroc et la Tunisie dans le financement des entreprises selon une étude de Anima Network Investment. L’Algérie a cumulé le plus mauvais score dans une étude sur le financement des entreprises dans les pays du bassin méditerranéen, réalisée par l’institut européen Anima Network Investment. Avec une note de 2,5 seulement, elle ne devance que la Syrie (1,7) qui, elle, souffre d’un embargo international imposée par les capitales occidentales et la Palestine (2,3) dont la situation est instable du fait de la conjoncture géopolitique qu’on lui connaît et dont le score est très proche de celui de l’Algérie qui jouit pourtant de bien meilleures conditions. Le Maroc et la Tunisie ont respectivement obtenu 4,3 et 3,8. L’Algérie s’avère être un mauvais élève comparé à d’autres pays de la région en matière de garantie de crédits, dans le développement du capital risk, dans l’accès au marché des capitaux et dans le secteur de la micro-finance.

Selon l’organisme international «Work Bank investment climat assessments», la contribution des banques algériennes dans le financement de l’investissement ne dépasse pas les 20%. Cette institution souligne néanmoins que cette tendance n’est pas uniquement l’apanage de l’Algérie qui, d’ailleurs, fait mieux que l’Egypte (10%) dans ce domaine. Le financement de l’économie des entreprises en Algérie est encore plus problématique pour les petites et moyennes entreprises (PME). Source le Financier

20 millions d’analphabètes dans la région du Maghreb

ille.jpgUn rapport de l’Alesco, une organisation de la Ligue arabe, vient de rendre public un rapport sur l’illettrisme des jeunes (15-45 ans) au Maghreb.

Présenté à Tunis (Tunisie), le 7 janvier, ce rapport classe l’Algérie parmi les mauvais élèves de la région aux côtés du Maroc et de la Mauritanie, rapporte El Watan. «Le nombre d’analphabètes dans la région du Maghreb est de 20 millions de personnes, ce qui est un chiffre alarmant, même si la situation varie d’un Etat à un autre», note ce document. «La Tunisie et la Libye obtiennent de bons résultats grâce à leurs efforts de scolarisation. L’Algérie, le Maroc et la Mauritanie continuent en revanche de souffrir de l’illettrisme pour un certain nombre de raisons», explique l’Alesco. «Le taux d’analphabétisme est lié d’une part aux crises que traverse la région arabe et d’autre part aux problèmes économiques et à la pauvreté», souligne le même document.

L’Algérie risque un blâme de l’OMS

L’Algérie risque de recevoir un blâme de la part de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le mois de mars prochain, a indiqué M.Salim Nafti, président de la société algérienne de pneumo-phtisiologie lors d’un séminaire, a rapporté L’Expression. La raison de cette sanction est la non-application des mesures d’interdiction de fumer dans les lieux publics, pourtant ratifiées par l’Algérie, en mars 2006. Quand une loi est ratifiée par un gouvernement, ce dernier a trois ans au maximum pour son application. Malheureusement, l’Algérie, pour des raisons multiples, n’a pas pu mettre en oeuvre un dispositif efficace qui permettrait de ne pas fumer dans les lieux publics. Le mois de mars prochain, l’Algérie devra présenter les modalités d’application de cette loi devant l’Assemblée générale de Genève dans moins de trois mois, a indiqué le chef de service pneumo-phtisiologie du CHU Mustapha Bacha d’Alger.

Derniers de la classe !

dernier.bmpL’Algérie occupe la 99ème place l’ensemble de 134 pays, dans le Rapport du Forum Economique Mondial. Elle a perdu 18 places en une année dans le classement des pays par normes de concurrence économique et d’opportunités d’investissement et d’affaires. Notre pays la 81ème place, l’année passée, de l’ensemble de 131 pays.

L’Algérie est, par ailleurs, à la dernière place dans le classement des pays en termes d’efficacité des banques et la 100ème place en terme d’autonomie de la justice.

Les questions d’instabilité des politiques entérinées, de l’inflation et de l’aboutissement au financement, ainsi que la corruption sont les plus importantes problématiques qui se posent dans le domaine de l’environnement des affaires et de l’investissement.

Dans son rapport annuel, le Forum Economique Mondial a classé l’Algérie à la 13ème place dans le monde Arabe, de l’ensemble de 14 pays Arabes, suivie seulement par la Mauritanie malgré le taux de croissance de l’Algérie qui a atteint 4.8% entre 2003 et 2007.

Toutefois, l’Algérie a enregistré un seul indicateur positif en termes de macroéconomie et a pris la 5ème place dans le classement vu les acquis réalisés avec la hausse des prix du pétrole. Sources L.M

Accidents de la circulation: Algérie classée 1ère dans le monde arabe !

maraccidentdetailpopup.jpg4000 morts, 33.000 blessés, tel est le bilan des 8000 accidents de la circulation, survenus durant l’année 2008. La palme des accidents revient en 2008 à la wilaya d’Alger. Cela étant, l’Algérie demeure aux premiers rangs en matière d’accidents de la circulation. Elle est classée première au Maghreb et dans le monde arabe et 4e à l’échelle mondiale. Selon des statistiques «90% des accidents de la circulation sont dus au non-respect du Code de la route». Cependant, d’autres facteurs doivent être pris en considération, notamment l’état des routes déplorable et le laxisme de certaines autorités. Source L’Expression

1...56789

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER