Archive pour 'Corruption Algerie'

1000 élus locaux poursuivis en justice en 17 ans pour corruption !

elkhabar.jpgPlus de 1000 élus locaux sont poursuivis en justice pour dilapidation des terres agricoles, versement de pots-de-vin, trafics et falsification des documents, détournements de deniers publics, corruption et enfin mauvaise gestion. (…) Ces centaines d’élus locaux qui sont traduits en justice depuis l’année 1992 et jusqu’à aujourd’hui, certains ont écopé de lourdes peines de prison, allant même jusqu’à 7 ans. C’est le cas des P/APC de Birkhadem, Kouba, Bordj El Kiffan, Badjarrah. (…) Le ministre délégué chargé des Collectivités locales, Dajou Ould Kablia, avait annoncé en juin 2007 que le nombre d’élus locaux qui sont poursuivis en justice dépasse les 450. Depuis cette annonce, certes, qui a frôlé en 2007 la réalité, vu les affaires qui ont été traitées par les tribunaux du pays, aujourd’hui, malheureusement, ce nombre est passé à 1 000 personnes, toutes traduites devant la justice. Selon un avocat qui a requis l’anonymat, le nombre exact des élus locaux qui sont poursuivis par les tribunaux du pays s’élève à 1081 élus.  Source Le Jour

Cinq ans de prison ferme contre l’ancien P-DG d’Algérie Télécom

simanekheireddine.jpgL’ancien P-DG d’Algérie Télécom, Slimane Kheireddine, a été condamné hier à cinq ans de prison ferme par le tribunal de Sétif. Trois autres prévenus, dont un autre ancien P-DG du groupe, Mouloud Djazaïri, et le directeur des finances et de la comptabilité (DFC), Afedjane Mouloud, ont été condamnés à des peines allant de un à trois ans de prison ferme dans la même affaire. Ils étaient poursuivis dans une affaire de malversations et de corruption liée à des passations de marchés publics. Le montant du préjudice subi par Algérie Télécom dans cette affaire s’élève à 2,38 milliards de dinars.

Nouveau scandale: Comment une société italienne a pris des marchés illégalement en Algérie !

corruption3cf17.jpgOrganisation de Bénévoles Anti Mafia en Algérie (OBAMA) 

Pour répondre à l’affirmation contenue dans le texte ci-avant disons hélas, si, pour certains rien de plus facile de décrocher des opérations et des marchés qu’on ose pas imaginer possible, même en rêve. Pourtant en Algérie les étrangers réalisent leurs rêves avec l’assentiment des nôtres pris dans l’engrenage des désirs inassouvis et des envies en gestation.

Il suffit de connaître le vade-mecum, la méthode bien rodée, connue de ceux qui vous diront: nous aimons l’Algérie, et qui ne la lâchent pas. Ils vont jusqu’à s’installer en Algérie le temps de tromper tout leur monde. Ils procèdent de bien curieuse manière.

Celui qui nous intéresse aujourd’hui est un bien singulier personnage. Voici comment il a procédé. Il a dans son entourage une belle femme prête pour faire baver les interlocuteurs Algériens. (C’est un fruit sur le gâteau offert de bonne grâce car beaucoup d’Européens s’imaginent que les Algériens sont des obsédés sexuels). Elle est aussi beau parleur que lui comme le sont la majorité des escrocs. Il a organisé autour de son idée quelques appuis glanés ça et là dans le milieu choisi.

En effet il y a toujours des individus qui rôdent tout autour des fonctionnaires qui ont un quelconque pouvoir ou qui prétendent l’avoir et ou des consultants et hommes d’affaires (nouvelle génération qui ne sont en fait rien de moins que des trabendistes instruits). Cet individu a commencé par les intéresser à son projet en leur faisant miroiter des avantages et des contrats de prestations en Algérie. Il aurait même signer des marchés qui restent bien sur en dehors des comptes de la société Algérienne. Comme on sait comment fonctionnent ce genre d’individus, son premier cercle lui a procuré un tas d’autres appuis. Si les interlocuteurs ont quelques difficultés, il sait être seigneur en leur réglant leurs problèmes (car tout tourne autour de l’argent dans ce genre de milieu).

(Lire la suite)

Algérie: Plusieurs scandales et aucune démission !*

ghoul.jpgTaous pour « Algérie Politique » 

Non ammisaid, je ne suis pas d’accord avec vous: on est ce que l’on choisi d’être, et en cela je rejoins Mohand. Situons nous parmi les justes, les femmes et homme intègres qui appliquent leurs principes sur eux d’abord, quoi qu’il puisse leur en coûter. C’est cela la seule et vraie éthique et la ligne de conduite que nous devons avoir.

Car c’est ce sentiment de plénitude et de satisfaction, par rapport à la personne que l’on a choisi d’être, et cela contre vents et marées, qui fait notre force. Et je suis convaincue que nous sommes nombreuses et nombreux à avoir fait le choix de la rectitude morale. C’est sans doute cela la chance de notre pays car quand on évoque l’actualité, surtout celle de ces derniers temps, où l’opportunisme et la corruption semblent être érigés en comportement normal, l’exception qui devient la règle, alors là, rien ne va plus ! Qu’est-il arrivé aux Algériens ?

Je ne connais pas ce Secrétaire général du département de Amar Ghoul mais on m’a dit qu’il s’agissait d’un haut fonctionnaire diplômé, pas du MSP… alors, quoi ? L’appât du gain, la recherche éperdue de ce “taouil”  (se faire une situation) à tout prix ?

(Lire la suite)

Algérie: Toutes les sociétés qui effectuent des prestations pour le compte des sociétés étrangères sont des nids de malversations !

rechwa.jpgMohand pour « Algérie Politique » 

Pour donner de la lisibilité aux faits, il faut de la précision et des preuves… ne pas rester sur des généralités. Le retard dans la réalisation d’un projet peut s’expliquer par plusieurs raisons. Je suis désolé de le dire ainsi. Ce qu’il faut plutôt c’est avoir par exemple pour le cas soulevé le descriptif et le quantitatif initial établi généralement par le bureau d’étude,(maître d’oeuvre) et c’est ce qui sert à l’appel d’offres lancé par le maître d’ouvrage. Ces quantités ne peuvent être dépassées que si pour des raisons diverses (une étude bâclée, une erreur, un fait imprévu, ou la volonté de fractionner la réalisation en plusieurs parties…). On sait que tout avenant ne devant pas dépasser 20% des travaux initialement prévus pour chaque rubrique.

Si des fausse situations ont été établies et payées, cela suppose que le bureau d’études est complice, le contrôle technique (CTC) également, le chef de projet, le directeur général et le financier ou le trésorier quand il s’agit de l’administration… Tout ce monde doit avoir été complaisant pour qu’une telle situation illégale puisse être payée.
De plus, pour les investissements publics, le contrat porte le visa du trésorier (contrôleur financier de l’Etat) quand c’est un investissement public, La Bad également gère le contrat, et aucun paiement non engagé auprès de ces deux structures ne peut être réglé. Pour payer des travaux supplémentaires il faut donc aussi avoir engagé l’avenant qui détermine leur montant etc…

(Lire la suite)

« Appliquez les règles, ne trichez pas ! »

logooutilac1.gifPar l’Organisation de bénévoles anti mafia en Algérie (OBAMA) 

Bien heureusement il n’y a pas que des je-m’en-foutistes peureux en Algérie. Nous venons de recevoir un complément d’information. Nous tenons à remercier les expéditeurs anonymes, avant de publier ce complément nous avons vérifier les données qui sont sincères et véritables. Nous avons mis en forme les données reçues elles concernent cette même société.

Un scenario semblable à celui concernant la société Française s’est reproduit en ce qui concerne la société Belge. En plus des irrégularités de procédures on observe également la présence d’innombrables anicroches.
En effet la société concernée, a toute l’attitude de facturer comme elle l’entend puisqu’elle n’est en présence d’aucune concurrence et si par malheur un autre soumissionnaire intervient dans le processus de sélection, il est évacué sans égard et sans justification probante, comme il est dit au sujet de cette dernière dans un autre article la concernant. Pourquoi on laisse faire ?
On veut également attirer l’attention des faits autres qui n’ont pas échappés à la vigilance.

(Lire la suite)

Affaire Algérie Télécoms: 8 à 10 ans de prison ferme requis contre les accusés de dilapidation de 222 millions de DA

brahimouarets652124.jpgLe procureur général près le tribunal criminel près  la Cour d’Alger a requis, mardi, des peines allant de 8 à 10 ans de  prison ferme, assorties d’une amende de 1 million DA contre 11 accusés pour  dilapidation de deniers publics de l’entreprise Algérie Télécoms (AT) estimés  à 222 millions DA.

Ce procès intervient suite à l’appel introduit par la défense auprès de la Cour suprême concernant le jugement prononcé en 2007 par le tribunal d’El  Harrach qui a condamné les mis en cause à des peines allant de 7 à 5 ans de  prison ferme assorties d’amendes pour dilapidation de deniers publics de l’entreprise  Algérie Télécoms.  Dans sa longue plaidoirie, le procureur général a requis 8 ans de  prison ferme assortis d’une amende de 1 million DA contre des cadres d’Algérie  Télécoms à leur tête l’ancien Président directeur général (PDG), Ouaret Brahim pour dilapidation de deniers publics, conclusion de marchés douteux et falsification  d’écritures publiques.         

Le  représentant du ministère public a requis une peine de 10 ans de  prison ferme assortie d’une amende de 1 millions de DA à l’encontre de trois  entrepreneurs ayant bénéficié de ces marchés douteux et du receveur de l’agence postale de Ben Aknoun. Selon l’arrêt de renvoi, les inculpés sont accusés d’avoir utilisé des registres de commerce appartenant à des proches pour obtenir des marchés sans  passer par des soumissions. Le receveur de l’agence postale de Ben Aknoun, dont on a retiré les fonds, est accusé de paiement de chèques postaux à d’indus titulaires de comptes.

(Lire la suite)

Nouveau scandale: Comment la société belge OUTILAC a pris des marchés illégalement en Algérie !

logooutilac.gifPar l’Organisation de bénévoles anti mafia en Algérie (OBAMA) 

Ce texte documenté s’adresse et à tous ceux qui œuvrent pour une Algérie débarrassée de ses tares. Nous avons fait ce travail de recherche pour une société, nous pensons que ceux qui peuvent doivent également le faire de la même manière pour d’autres cas pour que cela fasse tache d’huile pour notre image à tous et celle de l’Algérie sur l’arène internationale. Nous passons tous pour des combinards et des voleurs par la faute de certains d’entre nous. Ce travail concerne la société Belge dont nous avions parlé précédemment. Nouveau scandale: Comment la société belge OUTILAC a pris des marchés illégalement en Algérie ! dans Algérie Economie doc modifrcoutilac12.doc (Appuyez ici)

Notre démarche procède de la volonté qui nous anime de limiter les dégâts par la sensibilisation. Nous savons que notre pays attire les convoitises. Les corrupteurs étrangers habitués à le faire doivent sentir toute la force de notre conviction. Avec l’aide des services compétents nous formons les vœux de les empêcher de poursuivre. Nous ne pouvons nous résigner à nous taire. Nous refusons d’être leurs complices.
Cette société Belge a bénéficié d’appuis anormaux pour décrocher des marchés publics, elle doit donc s’expliquer. Pour étayer les faits voici le moment venu de donner des détails irréfutables car vérifiables.

Aussi pour permettre aux lecteurs de saisir toute la problématique, et de suivre tout comme nous le cheminement qui nous a amené à notre conclusion, nous commençons par donner les informations d’ordre procédural et juridique. En quelque sorte, certaines des bases réglementaires et légales qui permettent de dire si un Fournisseur est à retenir ou pas de prime abord avant même de passer à l’examen détaillé des produits et services proposés.

Prenons un exemple l’appel national et international restreint publié au Bomop N° 1132 du 16 au 22 mai 2009 relatif à la fourniture d’ ensembles complets d’équipements pédagogiques.
Bien sûr, comme chacun sait des dossiers d’appels d’offres sont vendus aux soumissionnaires. Le contenu de ces dossiers définit en premier le type de soumissionnaires auxquels s’adresse l’appel d’offres, il contient en outre les critères de sélection et de choix ainsi que les documents à joindre.

(Lire la suite)

Algérie: L’Etat fait de la lutte contre la corruption une arme de dissuasion politique

corruption.jpgMohand pour « Algérie Politique » 

Ce n’est pas le partage qui serait à l’origine de ce dossier c’est plus une tactique, une stratégie. Remarquez qu’à chaque fois qu’on évoque les actions du premier cercle on nous sort un dossier. Le Gouvernement, les institutions ne combattent pas avec les moyens dont ils disposent la corruption et les mauvaises actions. Ils en font une arme de dissuasion politique. Oui en effet il est aisé de faire la liste en un tour de mains de tous les corrompus d’Algérie. Le Gouvernement a les moyens et les accords pris avec les Etats étrangers le permettent. Mais le problème est dans la démarche, l’Etat algérien ne peut pas demander pour un groupe en particulier et se taire sur les autres, nombreux.

Combien sont jugés dans la précipitation comme c’est le cas pour ce secrétaire général du ministère des travaux publics, ils se comptent sur les doigts de la main depuis l’ère Bouteflikienne. Par contre il y a des dizaines de cas avérés qui sont abandonnés dans les cartons. En fait je ne crois pas que Mohamed Bouchama le S.G est un imbécile, il a voulu faire comme tous les autres, pour son malheur il ne fait pas parti du clan fort. S’il était de ce clan, il n’aurait jamais été inquiété. Il faut voir également dans ce dossier un règlement de compte et l’intervention de sous marins étrangers notamment les sociétés espagnoles et françaises qui lorgnent sur les projets d’équipements de l’autoroute Est-Oues et sur d’autres projets futurs.

Mohamed Bouchama n’a pas couvert ses arrières comme les autres. Certains Algériens ont des comptes garnis en Tunisie, d’autres au Maroc, et certains autres en France, dans les Iles britanniques, sans parler de la Suisse où les plus grosses fortes sales sommes sont logées. Il y a comme des malins qui utilisent des prêtes noms, d’autres des sociétés Algériennes, d’autres enfin sont aveuglés par leur pouvoir actuel alors ils abandonnent et ils se remettent à leurs couvertures. Or dans ce milieu , la lâcheté et la traîtrise sont des traits de caractères courants.

(Lire la suite)

La société tunisienne « CMC négoce » a pris des marchés illégalement en Algérie !

acceuil.jpgPar l’Organisation de Bénévoles Anti Mafia en Algérie (OBAMA)

l y a quelques années l’Algérie avait des entreprises performantes et spécialisées ayant des moyens importants, des hommes capables et une clientèle nationale assidue. Puis de politique en politique, de restructuration en structuration, on a fait le vide. On se souvient pourtant de grandioses réalisations de quelqu’unes d’entre elles.

A coté des sociétés de production (véhicules industriels, moteurs, pompes, textiles, confection, électronique, télécommunication etc…) il y avait aussi des sociétés commerciales (monopoles certes mais elles avaient dépassé les contraintes bureaucratiques imposées (AGI, visas et autres). Certaines sociétés restructurées fonctionnaient correctement et elles pourraient s’améliorer davantage si la volonté politique existait. Souvenons nous d’une en particulier l’ENDEI, elle était spécialisée dans le domaine des machines et équipements industriels avec un service après vente, des moyens importants et de qualité. A priori elle n’existe plus, elle a été liquidée, ses biens vendus et ses hommes licenciés. Une autre par contre tant bien que mal perdure grâce à la perspicacité de ses dirigeants, elle s’appelle ENPMO (machines outils).

On s’est rappelé ces sociétés nationales Algériennes quand incidemment nous avons lu dans la presse et les revues spécialisées que des sociétés étrangères ont pris la place qui revenait de droit à des Algériens et à leurs sociétés. Elles ont pris place avec de bien curieuses manières.

(Lire la suite)

1...1516171819...21

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER