Archive pour 'Corruption Algerie'

Nouveau scandale aux portes du Gouvernement

khalidatoumichante.jpgDes marchés « de gré à gré » pour le Festival Panafricain

Le gouvernement est revenu encore une fois à l’attribution «à l’amiable» des projets et des marchés, au lieu de les soumettre aux avis d’adjudications, dans le cadre de la préparation du festival culturel panafricain qui sera organisé à Alger durant le mois de Juillet prochain. Le journal officiel a révélé, hier, qu’en vertu de la décision commune entre les deux ministères de la culture et celui des finances, quant à la non soumission des frais de qualification et de préparation du festival culturel panafricain 2009, organisé en Algérie entre le 5 et le 20 Juillet prochain, à la loi des marchés publics. Ainsi les marchés seront attribués à «l’amiable».

La décision ministérielle, n’ayant pas cité les raisons, intervient au moment où l’Algérie a adopté un discours prônant l’obligation de se plier à la loi sur les marchés publics afin de freiner la corruption. Elle s’est même engagée à le faire lors des cérémonies internationales pour la lutte contre la corruption. Djillali Hadjadj, président de l’association nationale pour la lutte contre la corruption, a affirmé, hier, à El Khabar que l’association «a condamné et condamne toujours les procédures d’attribution des marchés à l’amiable». Ce dernier considère que «la décision du ministère de la culture est un autre dépassement indiquant l’élargissement du périmètre de la corruption en perdant des centaines de milliards, et élimine les bases de la concurrence pour l’obtention des marchés».

Le président de l’association qui représente la branche d’Alger de l’organisation « International Transparency » a indiqué que le décret présidentiel n° 2-250 promulgué en date du 24 Juillet 2002, est claire en matière d’attribution des marchés à l’amiable. Il a fixé des conditions « exceptionnelles à appliquer sur le cas du festival panafricain, du fait que le facteur temps (6 mois) permet l’attribution des marchés publics à travers les adjudications. El Khabar

Commentaire: Nous apprenons que l’entreprise Tahkout assure le transpot des étudiants des universités de Sétif depuis le 5 janvier dernier. Le marché est conclu de gré à gré. El Mouhtarem

Donnez nous nos 30 % !

b30.gifLes entreprises étrangères commerciales installées en Algérie devront désormais associer des entreprises importatrices locales à hauteur de 30% au minimum dans leur capital, a annoncé jeudi le ministre algérien du Commerce El Hachemi Djaâboub, a rapporté l’AFP. « Un nouveau dispositif relatif à l’organisation de l’activité des entreprises importatrices étrangères installées en Algérie est en cours d’élaboration », a déclaré le ministre, cité par l’APS. « Les mesures prévues par ce dispositif stipulent que ces sociétés étrangères commerciales devront associer des entreprises importatrices algériennes à hauteur de 30% au minimum dans leur capital », a-t-il précisé. L’ensemble de ces entreprises étrangères qui importent des matières premières, des produits destinés à la revente en l’état et d’autres marchandises, sont concernées par ces nouvelles mesures contenues dans un projet de décret, ont précisé à l’APS des responsables du ministère du Commerce. Selon les chiffres du ministère du Commerce, sur les 23.500 entreprises importatrices pour la revente en l’état opérationnelles en Algérie, 1.600 sont des entreprises étrangères.

Algérie Télécom: Mouloud Djaziri sous contrôle judiciaire

photo.jpgLa direction de la communication d’Algérie Télécom a indiqué à la presse que l’ex-PDG Slimane Kheireddine et le DFC du groupe ont été placés sous mandat de dépôt. Le responsable de la communication d’Algérie Télécom a confirmé que Djaziri Mouloud, ex-PDG du groupe, a été placé sous contrôle judicaire.

Pour rappel, Mouloud Djaziri a été nommé parton d’Algérie Télecom en janvier 2008 en remplacement de Slimane Khiredine. L’ancien ministre de tutelle, Boudjemaa Haïchour, a déclaré à l’époque que cette série de nominations est loin d’être une sanction. Selon le ministre des TIC, ces changements sont opérés afin de donner un nouveau dynamisme à son secteur.

Photo: de gauche à droite: Djaziri, Haichour et kheirddine. De cette photo, il ne reste qu’un souvenir…

Chlef: 210 milliards engloutis par des projets «douteux» (El Watan)

trme.jpgL’association des sinistrés du séisme de 1980 réclame la constitution d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur certains projets qu’elle qualifie de «catastrophiques», tels l’ovoïde de l’oued Tsighaout et la trémie au chef-lieu de wilaya.

Ces derniers, d’après elle, se sont avérés «inefficaces et ont fait apparaître beaucoup de défaillances suite aux dernières chutes de pluie». Les membres de l’association réclament carrément un audit des projets incriminés, qui ont coûté pas moins de 210 milliards de centimes.

A lui seul, l’ovoïde construit dernièrement le long de l’oued Tsighaout, a nécessité une enveloppe de 125 milliards de centimes. A chaque chute de pluie, il est submergé par les eaux alors qu’il est censé contenir et réguler les crues. A cela s’ajoute la galerie souterraine réalisée en 2002 à Ténès, d’un coût de 30 milliards de centimes ; elle s’est avérée elle aussi «inefficace» et a fait l’objet d’une nouvelle opération d’un montant de 20 milliards. La nouvelle trémie est logée à la même enseigne puisqu’elle s’est affaissée en plusieurs endroits, une année après son inauguration par le président de la République. Confiée à une entreprise publique et réalisée en sous-traitance, elle a coûté près de 35 milliards de centimes.

Le nouveau centre d’enfouissement technique des ordures de Meknassa, à la sortie ouest de Chlef a fait l’objet d’un véritable cri d’alerte émanant du bureau communal d’hygiène et du service de prévention de la direction de la santé. Ils attirent l’attention des autorités concernées sur les risques de contamination qui pèsent sur la nappe phréatique. Il est signalé «qu’à cause du mauvais revêtement des bassins de stockage des lixiviats, les liquides dégagés par la compression des ordures se perdent dans la nature et menacent un forage destiné à l’AEP ».

Ce centre, qui a bénéficié d’un montant de 27 milliards de centimes pour sa réalisation et son équipement. La situation ne semble guère reluisante pour d’autres projets qui ont englouti, eux aussi, des sommes faramineuses, tels le port de pêche d’El Marsa qui traîne depuis 2002 et la station d’épuration des eaux usées qui fonctionne au ralenti, selon les élus de l’APW. Synthèse d’El Mouhtarem

L’ex P-DG d’Algérie Télécom en prison

pdg.jpgL’ex PDG d’Algérie Télécom, Kheireddine Slimane, et son directeur financier ont été placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près la Cour d’Alger, rapporte Le Courrier. Les mis en cause sont accusés de passations de marchés non-conformes à la réglementation. Le troisième suspect, propriétaire d’une entreprise privée dénommée SOFAFE,  se trouverait en fuite à l’étranger. En effet, l’entreprise privée avec laquelle les marchés ont été conclus est spécialisée dans la vente et la pose de câbles. Les enquêteurs reprochent aux inculpés, outre l’irrégularité des marchés eux-mêmes, le fait qu’Algérie Télécom ait conclu un autre contrat d’achat juteux au moment où un premier n’avait même pas été honoré. Il semble ainsi que les inculpés ne se soient pas contentés de surfacturer les produits acquis comme cela se produit bien souvent dans la passation des marchés publics en Algérie. 

Les magouilles de HHC et Bahloul

hamraoui300288044050515319639.jpgDans un entretien paru dans le magazine Les Nouvelles Confidences, le Journaliste Farouk Belazzoug reprend les propos de Bafdel, le célébre pianiste, qui s’attaque viollement et indirectement à HHC et ses magouilles avec Amer Bahloul. Intressant:

C’est un Bafdel fulminant de colère que nous avons rencontré, piqué a vif au sujet des déclarations de Manel (l’animatrice de Alhane wa chabab) qui nous a déclaré entre autres «Raja Meziane a été tout simplement exclue car elle n’a pas respecté le contrat qui la liée à Maghreb Film»

«Mais de quel contrat parle-t-elle ?» s’indigne-t-il ? «je défie quiconque de me montrer le moindre contrat qui lie la dite boite de production à Raja ou à n’importe quel autre jeune de Alhane wa chabab» «le seul contrat qui existe prend fin le 31 décembre 2007, c’est-à-dire le jour de la final, poursuit il, et puisqu’ils prétendent qu’il y a un contrat pourquoi ils ne l’attaquent-ils pas en justice ? Chiche qu’ils le fasse, et là devant le juge, on a plein choses à dire» menace-t-il.

«Alhane wa chabab n’est autre qu’une arnaque institutionnalisée» nous dit le célèbre organiste et maestro de l’ENTV qui prend la défense de son épouse Raja Meziane et de tous les candidats malheureux de cette école « ils ont abusé de la naïveté et de la crédulité des jeunes pour servir leurs propres intérêts, ils leur ont fait miroiter plein de belles choses: tournées à l’étranger, clips, séries tv, album… mais que nenni; que sont devenues toutes ces belles voix qu’ils ont formés à coup de milliards ? Certains sont tellement désespérés qu’ils sont en train de chanter dans des cabarets comme de vulgaires raimen ! , c’est malheureux.»

«Raja a refusé de servir les intérêts de ces gens là (les responsables de Maghreb film NDLR), elle a des principes, elle est juriste, elle connaît ses droit, ils ne lui font pas peur, mais qu’ils lui lâchent les baskets, le comble de l’histoire, comme elle refusé de prendre part aux rares galas à laquelle elle a été conviée, on guise de représailles et de punition on lui a interdit de passer à la Télé ! Mais c’est quoi ce délire ? Quelle relation y a-t-il entre Maghreb Film et l’ENTV, cette dernière n’est elle pas une entreprise publique alors que la 1ere est une boite privée ? à moins que ….. »

L’arnaque a déjà commencé dés le 1er prime, importé des saxophonistes à coups de millions d’Euro pour qu’ils interprètent des chansons de notre terroir ! Le résultat était d’une nullité déconcertante, une bonne oreille musicale détectera facilement toutes les fausses notes ! et c’est normal, un Français ne peut pas jouer une musique traditionnelle algérienne, car une musique c’est pas seulement un ensemble de note a aligner, elle se sent, et eux ils ne peuvent pas la sentir ! C’était une véritable mascarade ! C’est comme s’il n’y avait pas de musiciens en Algérie, c’est une gifle à tous nos musiciens, ils faut que cette médiocrité cesse, mais hélas il y a trop d’intérêts en jeu, mais tôt au tard la vérité finira par éclater, ça ne peut pas durer. » Conclue t il.

Entretien rélaisé par FAROUK BELAZZOUG

PARU LE 28 SEPTEMBRE 2008

Plus de 12 milliards de DA destinés aux cantines scolaires dilapidés

cantine.jpgLe ministre de l’Education nationale, Boubekeur Benbouzid, a affirmé, hier, lors d’une séance de travail avec les membres du bureau de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves, que des dépassements ont été enregistrés dans la gestion des enveloppes destinées notamment aux cantines scolaires. Il s’agit de pas moins de 12,5 milliards de DA sur des 20 milliards de DA qui auraient été dilapidés, à tort et à travers, a souligné le ministre. Raison pour laquelle une commission d’enquête sera mise en place en ce sens. Cependant, un projet de décret portant l’organisation et l’implication des parents d’élèves sera adopté prochainement afin de faire face à ce genre de dépassement, en impliquant, ainsi les associations des parents d’élèves afin de travailler en coordination avec les directeurs des établissements et aider aussi le ministère.  Synthèse d’El Mouhtarem

ALGÉRIE POSTE: Mandats de dépôt contre plusieurs cadres

poste326585.jpgAlgérie-Poste est éclaboussée par un nouveau scandale. Quatre de ses employés, dont deux cardes centraux, ont été placés, tard dans la soirée de lundi, sous mandat de dépôt par le tribunal correctionnel de Sidi M’hamed.
Une soixantaine de postiers et de cadres, dont l’ex-directrice d’Algérie-Poste, ont défilé tout au long de la journée de lundi devant le procureur de la République puis devant le juge d’instruction, tous cités dans l’affaire de paiement au niveau des guichets des postes de chèques barrés au profit des entrepreneurs et des fournisseurs de la poste. Le directeur des finances et de comptabilité d’Algérie- Poste, M. El-Baouni, et le directeur des moyens généraux, M. Bechar, sont les deux directeurs à être placés sous mandat de dépôt, alors qu’ont été relâchés, plusieurs autres directeurs et sous-directeurs, entendus dans la même affaire, à savoir le directeur des affaires juridiques et des relations internationales et deux sous-directeurs des moyens généraux, l’un chargé de l’approvisionnement et l’autre des bâtiments. Par ailleurs, plusieurs chefs d’inculpation ont été retenus contre chacune des personnes arrêtées, notamment pour faux et usage de faux et dilapidation de deniers publics. Les receveurs des postes de Hydra et Birkhadem sont également mis sous mandat de dépôt. L’ex-directrice d’Algérie- Poste, a été, quant à elle, relâchée après une audition qui a duré plus de deux heures. L’enquête suit son cours et révélera, dans les prochains jours, les responsabilités dans cette affaire pour laquelle une information judiciaire a été ouverte depuis deux ans suite à des lettres anonymes parvenues à la brigade économique et financière du commissariat central, qui a pris au sérieux les graves accusations portées contre de hauts cadres d’Algérie-Poste. Il y a lieu de rappeler, effectivement, que cette entreprise a vécu ces deux dernières années, une série de scandales financiers qui ont éclaté dans des agences postales, dans plusieurs wilayas du pays. Le tout dernier est celui relatif au détournement de 45 milliards de centimes au niveau de la poste de Chéraga.
Rosa Mansouri

Scandale à la garde communale de Mascara

Plus de cent présumés coupables et des témoins, ayant exercé ou exerçant au niveau de la direction de wilaya de la garde communale de Mascara, ont comparus, hier, devant le parquet de cette ville pour répondre de plusieurs chefs d’accusation – dont le détournement de fonds, la dilapidation de biens publics, l’utilisation de fonds publics à des fins personnelles et pour autrui – pour lesquels certains d’entre eux sont poursuivis. Selon une source digne de foi, parmi les présumés impliqués dans cette affaire, la deuxième du genre, M.N qui a occupé le poste de directeur dans un passé récent, des cadres, des ex-chefs de service, le responsable du recrutement, des ex-chefs de détachement et autres agents administratifs.

Cette affaire, rappelons-le, remonte à la fin des années 1990, quand les services de sécurité ont ouvert une enquête pour déterminer la responsabilité de chacun des présumés accusés dans la gestion financière et administrative de ladite délégation de la garde communale. «C’est à la suite de requêtes et autres lettres anonymes dénonçant ces anomalies dont la passation de marchés contraires à la réglementation en vigueur, la révocation abusive d’agents de la garde communale et le détournement de la nourriture des éléments des détachements, que le scandale a éclaté», nous dit-on, tout en ajoutant que «l’enquête a duré plusieurs années eu égard au nombre considérable des présumés impliqués, témoins et de l’épineux et volumineux dossier». Cette affaire, et au moment où nous mettons sous presse, est entre les mains du juge et le jugement va prendre du temps. Rappelons qu’en octobre 2007, neuf cadres et fonctionnaires de la délégation de la garde communale de Mascara, impliqués dans une affaire parallèle, ont été condamnés à des peines allant de 6 mois à 3 ans de prison ferme pour des chefs d’inculpation de dilapidation de deniers publics et conclusion de marchés non conformes à la réglementation. Parmi eux, B.B, le délégué de wilaya de la garde communale, B.M, le président des œuvres sociales de ce corps et le trésorier H.A, ont été condamnés par la cour de Mascara à 3 ans de prison ferme chacun.

Layadi El Amine

يمتلك فيلا تساوي 15 مليار بتيبازة و 5 سياراتعناصر: الأمن تفتح تحقيقا حول ممتلكات مدير ديوان الحبوب

ثل أول أمس، مدير الديوان المهني للحبوب محمد قاسم أمام وكيل جمهورية محكمة العفرون بالبليدة، لثالث قضية على التوالي في أقل من شهر

بتهمة تبديد أموال عمومية قدرت بملايير الدينارات، كما أفادت مصادر مقربة من مدير الديوان أن عناصر الأمن باشرت تحقيقات حول الممتلكات الخاصة بالمتهم.
و يمثل مدير عام الديوان المهني للحبوب أمام ممثل الحق العام لدى محكمة العفرون، في ثالث قضية له، متابع فيها بتهمة تسريب صكوك لفائدة متعاملين خواص تحمل ملايير الدينارات، ذهبت في مهب الريح،و هي قضية تعود وقائعها لعام 2004، و يذكر أن محمد قاسم قد مثل بداية الشهر الجاري في أول قضية له بتهمة إبرام صفقات مشبوهة مع مدير عام مجمع « سيم »، تم على إثرها وضعه تحت الرقابة القضائية و تجريده من جواز سفره، تليها قضية أخرى تخص استيراد كميات معتبرة من القمح الرديء من أوكرانيا.
و على صعيد آخر، كشفت مصادر مقربة من مدير ديوان الحبوب، أن مصالح الأمن باشرت مؤخرا سلسة من التحقيقات حول ممتلكات المتهم، تخص فيلا محمد قاسم المتواجدة بمدينة بوهارون بولاية تيبازة، تم تشييدها بمواد بناء مستوردة من اسبانيا، بقيمة فاقت الـ 15 مليار سنتيم أنجزت في ظرف سنتين، أي من 2004 إلى غاية  2006 ، إلى جانب تحقيق خاص بالسيارات الخمس التي هي بحوزة المتهم من نوع « شفرولي » التي سخرت لخدمة زوجته، و سيارة من نوع  » رونوكونغو » لخدمة أبنائه، بينما سيارة من طراز « بيجو 406 فهو من يشرف على سياقتها، إلى جانب قيادته لسيارتين من نوع « رونو ميغان » تابعتين لتعاونيات الحبوب و البقول الجافة لولايتي تلمسان و تبسة ، حيث قام عناصر بتجريد مدير الديوان من هاتين السيارتين من نوع « رونو ميغان » حتى تسهل عليهم مهمة مراقبته، كون محمد قاسم لايزال تحت الرقابة القضائية، على أن يستمر التحقيق حول الثراء الذي أصبح عليه المتهم منذ إشرافه على إدارة الديوان

1...1718192021

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER