Archive pour 'Corruption Algerie'

Affaire Oaic-Groupe SIM: Ksentini accuse une personnalité influente au sein du pouvoir

groupesim.jpgMaître Farouk Ksentini, avocat du PDG du groupe Sim, a surpris l’assistance lorsqu’il a lancé publiquement que son client est victime d’un complot émanant d’une personnalité influente au sein du pouvoir. D’après lui, cette personnalité a voulu imposer avec force son fils pour qu’il soit associé avec le groupe Sim. Le patron de ce dernier, qui n’a pas accepté ce chantage, a eu, d’après lui, une pluie de représailles, rapporte El Watan.

(Lire la suite)

Bouzaréah: Le maire, son beau-frère et 89 cadres de l’État impliqués

logement5254852.jpgLa Brigade de recherches et d’investigations (BRI) de Chéraga, relevant de la section de recherches de la gendarmerie d’Alger, vient d’élucider une grosse affaire, qui s’apparentait, il y a quelque temps, à un véritable puzzle à l’exploitation agricole Abane-Ramdane de Bouzaréah, appelée également les Orangers.  Celle-ci, à l’origine un bien de l’État, était occupée par un ancien moudjahid qui voulait en faire, au début des années 2000, une coopérative immobilière au profit de ses pairs, à savoir les anciens combattants.  Décédé en 2001 dans des circonstances jusque-là inconnues, selon les éléments de la BRI, son terrain fera vite l’objet de convoitise et l’initiative de créer une nouvelle cité tombe à l’eau.

(Lire la suite)

Une cour des Comptes inopérante ou une volonté de sa mise à l’écart !

badr.jpgAmghar Azzamni pour « Algérie Politique »

Dans un pays normal, les investigations sur les comptabilités et les comptes des services publics se font régulièrement par le biais de la Cour des Comptes. Une institution relevant exclusivement de la magistrature suprême de l’Etat qui jouit d’une autonomie particulière quant au dépouillement systématique des comptes publics.

Comme son nom l’indique, tous les contrôles financiers sont opérés par cette institution légitimement instituée et totalement libre de vérifier la régularité des dépenses effectuées par les administrations publiques et toutes les entreprises relevant du secteur de l’Etat. Aucun autre service n’est habilité  à procéder à des contrôles  financiers à sa place. Elle est la seule à se charger de cette procédure.

Hors, il se trouve que pendant ces dernières années, plus précisément depuis le premier mandat du président Bouteflika, la Cour des Comptes qui compte parmi elle un bon nombre d’experts financiers et de magistrats formés pour la circonstance, semble végéter dans une oisiveté bien voulue !

(Lire la suite)

Le président du MSP et la corruption: Mais où sont passés les dossiers de Soltani ?

soltani.jpgKarim Aimeur pour « Algérie Politique »

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Bouguerra Soltani, a abordé la semaine passée le sujet sensible de la lutte contre la corruption. Selon lui, 12 facteurs comme le terrorisme, le manque de transparence, le trafic d’influence et l’absence des partis politique favorisent la propagation de ce phénomène. Soltani a dit que son parti travaille pour sortir le sujet de la corruption qui était un sujet tabou de son cadre officiel vers un cadre plus large qui implique toute la société algérienne. 

«La corruption doit être un sujet populaire et non officiel et il faut s’attaquer à ses sources », a-t-il tranché en faisant le lien entre ce phénomène et celui du terrorisme. Ces déclarations ont été faites dans le cadre d’une journée parlementaire sur la lutte contre le corruption, organisée par le groupe parlementaire de sa formation. Seulement l’intention de Soltani perd toute sa substance car elle émane d’une personne qui cache sous son bureau des dossiers de corruption qu’il affirmait détenir il y a quatre ans. A l’époque, il avait fallu l’intervention de Bouteflika pour l’astreindre à choisir : allié de pouvoir ou opposition.

Le président du MSP avait, bien sûr, choisi le camp du pouvoir qui lui assure protection et impunité. Soltani a été également convié par le premier magistrat du pays à sortir les dossiers ou à se taire. Bouguerra s’est tu en expliquant plus tard que tout a été réglé en haut lieu. Et depuis, rien n’a filtré sur ces dossiers.

(Lire la suite)

5 000 milliardaires algériens depuis 90

khalifa.jpgLe président du MSP, Bouguerra Soltani a cité douze (12) zones de la corruption. Il s’agit du terrorisme qui cache la corruption, soulignant que depuis 90 jusqu’à aujourd’hui il y a «5 000 milliardaires algériens». En plus de ce fléau, il a évoqué la drogue, les marchés publics, les banques qui octroient des crédits sans garanties, la marginalisation ou la neutralisation  du Parlement. Sur ce point, il dira que le Parlement n’existe pas en Algérie. «Un Parlement qui attend que le gouvernement lui envoie des projets de loi, ce n’est pas un Parlement» et «les partis n’existent pas», a-t-il déclaré.

Béjaïa: 3 ans de prison pour l’ex-directeur de l’OPGI

codeprison.jpgL’ex-directeur de l’OPGI de Béjaïa R. Benraïs a écopé hier de 3 ans de prison ferme et une amende de 120 000 DA. La sentence est tombée hier au niveau du tribunal d’Akbou qui a également condamné M. Abdenour à la même peine et son frère Abdelkrim, impliqué dans cette affaire, à 18 mois de réclusion ferme et une amende de 20 000 DA. M. Abdenour et son frère ont créé une société «écran» de sécurité, qui a raflé tous les marchés de l’Office, avec la complicité de l’ex-directeur de l’OPGI. Un accord a été signé entre les deux parties pour la surveillance des chantiers de l’OPGI au niveau des 30 et 500 logements de la cité du stade d’Akbou.

(Lire la suite)

Un entrepreneur demande l’ouverture d’une enquête sur l’affaire l’opposant au maire de Ain-Boudinar

a3cbelaiz.jpgL’auteur de cette lettre, un entrepreneur de Mostaganem qui a été condamné à la prison ferme pour avoir dénoncé la corruption. Le directeur général de Réflexion a été condamné lui aussi à 6 mois de prison ferme. El Mouhtarem  

Lettre Ouverte : A Monsieur Le Ministre de la justice, Garde des sceaux

Ould Youcef Abdelkader, Entrepreneur

Hai 100 logts A 5 N° 02 Chemouma – Mostaganem

Monsieur Le Ministre de la justice, Garde des sceaux
Monsieur le Président de la Cour de Mostaganem

Monsieur le Procureur Général près la Cour de Mostaganem

J’ai l’honneur de venir respectueusement solliciter votre autorité à l’effet d’ouvrir une enquête approfondie sur les tenants et les aboutissants d’une condamnation qui me semble trop sévère par rapport à la réalité des choses, concernant une affaire dont j’ai été accusé pour diffamation et condamné à six mois de prison ferme.

Monsieur,
Je suis un entrepreneur de mon état, j’ai travaillé avec plusieurs collectivités locales et institutions publiques et j’y exerce toujours, seulement, voilà que je tombe sur un président d’APC unique en son genre, c’est celui de la commune d’Ain-Boudinar dans la wilaya de Mostaganem.
Ce dernier m’avait carrément demandé le montant de 50 millions de centimes pour m’avaliser un projet dont j’ai été officiellement le moins disant lors de l’ouverture des plis par le comité des marchés.

Devant mon refus, il s’est attelé à me créer des problèmes d’ordre administratif. C’est ainsi que le premier terrain choisi et devant servir d’assiette au projet «Salle polyvalente», a été purement et simplement annulé pour le remplacer par un autre. Le second choix, également rejeté, un troisième et enfin un quatrième et toute cette période qui a engendré des retards considérables quant au lancement du chantier, est déductible du délai d’exécution. Soit ! Le terrain retenu, le chantier devait être lancé dans les meilleurs délais.

(Lire la suite)

Photo souvenir: Khalifa et Sidi Said

sidisaid.jpg

Le Maire de Zeralda a touché aux intérêts d’un lobby né dans les années 90

maire.jpgKadder pour « Algérie Politique »

Ce jeune maire a touché aux intérêts d’un lobby né dans les années 90, durant les années rouges et constitué à la base de 2 DEC: l’un en fuite, l’autre décédé. Puis est arrivé un maire FLN, imposé. Durant cette période, plusieurs biens communaux ont été accaparés, dont ce centre des affaires ainsi que la forêt domaniale à l’entrée du complexe touristique de Zeralda, pour y faire de la promotion immobilière.
C’est là où a été tournée “Imarate hadj lakhdar” et où plus récemment des délégués au dernier congrès du FLN ont été hébergés. Le maître des lieux, comme celui qui veut à tout prix s’accaparer le centre des affaires appartiennent à un clan du RND, très puissant. Le proprio des imarate s’est aussi accaparé le domaine maritime en installant des jeux, après avoir rasé la forêt de pins centenaires, propriété des Eaux et Forêts, inaliénable et incessible. L’hôtel situé au centre des affaires a effectivement été transformé en une sorte d’hôtel de passe clando, avec un cabaret au rez-de-chaussée dont la fermeture se terminait toujours par une bagarre ou un tapage nocturne provoqué par des gens ivres. Tout le quartier peut en témoigner.
C’est contre ces gens qui se placent en dehors des lois du pays que Khatir se bat. Son tort c’est d’être un candidat indépendant à l’écoute de la population. Que faire ? Changer de population ? de Pays ? de Régime ???

Algérie: Le P/APC de Zeralda sous contrôle judicaire

khati.bmpAbbes Said pour « Algérie Politique »

Rebondissements dans l’affaire du centre des affaires de Zeralda (Alger) qui continue à faire couler beaucoup d’encre. Le président de cette commune, Khatir Mouhib a été placé dimanche sous contrôle judiciaire par le procureur général prés la cour de Blida pour détournements d’argent. Dix autres personnes de la commune ont également connu le même sort dont la nouvelle directrice du centre. Le mis en cause, auteur de la plainte contre le groupe qui squatte le centre des affaires depuis des années se retrouve au banc des accusés. Contacté hier matin par téléphone, le P/APC avait du mal à digérer ce qui lui arrive : «de plaignant, je me retrouve au banc des accusés. Pourtant c’est moi qui suis l’auteur de la plainte contre cette bande. Lors du dépôt de plainte j’ai accusé ces personnes d’avoir détourné la somme de 300 milliards de centimes. Au final, le rapport établi par la gendarmerie nationale ne mentionne que 15 milliards de centimes. D’ailleurs, c’est le chiffre avancé par le procureur général de la cour de Blida. Aussi, j’en appelle au ministre de la Justice pour qu’il diligente et dans les plus brefs délais une enquête approfondie afin de déterminer avec exactitude la complicité de chacun d’eux.

(Lire la suite)

1...34567...21

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER