Archive pour 'Corruption Algerie'

Affaire du thon rouge: le verdict connu le 5 avril prochain

thon.jpegLe verdict de l’affaire de pêche et de transbordement illicites de thon rouge dans les eaux territoriales algériennes sera prononcé le 5 avril prochain. Le jugement de cette affaire a été mis en délibéré à l’issue des plaidoiries de la défense qui se sont poursuivies jusqu’à une heure tardive de la nuit. Des peines de 5 à 8 ans de prison avaient été auparavant requises  par le ministère public à l’encontre des 9 accusés, parmi lesquels le secrétaire général du  ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques, un cadre central au même département, et 7 co-accusés dont 5 personnes de nationalité turque.

(Lire la suite)

Pêche de thon rouge: ouverture du procès demain à Annaba

thon.jpgLe procès de l’affaire de la pêche et du transbordement  illicite de 210 tonnes de thon rouge dans les eaux territoriales algériennes s’ouvre demain au tribunal correctionnel de Annaba. Ajourné à trois reprises pour complément d’information, puis sur requête de la défense, le procès concerne neuf personnes dont cinq de nationalité turque,  a précisé lune source judiciaire à l’APS, ajoutant que les mis en cause dans cette affaire sont  poursuivis pour « contrebande », « pêche non autorisée dans les eaux territoriales algériennes », « trafic d’influence et évasion fiscale ».  

Cette affaire avait été mise au jour à la fin du mois dernier, rappelle-t-on,  lorsque les Gardes-côtes avaient arraisonné, à 3 miles au large de Annaba, un  bateau de pêche turc et deux remorqueurs équipés pour la pêche au thon.  L’enquête aussitôt diligentée par les services concernés avait révélé  que les mis en cause pratiquaient la pêche au thon rouge sans autorisation,  fort de la complicité d’un armateur algérien.

APC: Un préjudice de 65 milliards de centimes

tizi.jpgDes membres de l’exécutif de la commune de Tizi Ouzou ont été auditionnés par la brigade économique de la sûreté de wilaya qui enquête depuis quelques jours sur des affaires de malversations, surfacturations et infractions au code des marchés publics.

 

L’office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) de la même wilaya est également concerné, apprend-on de sources sûres. En effet, nos sources nous ont révélé que les enquêteurs de la brigade économique ont convoqué plusieurs  membres de l’exécutif et des directeurs de l’hôtel de ville du chef-lieu de wilaya pour les auditionner sur plusieurs affaires douteuses de passations de marchés, malversations et surfacturations, concernant l’achat de matériaux de construction et autres acquisitions dans le volet social, dont le montant des factures avoisine les 11 milliards de centimes.

(Lire la suite)

L’après-Bouteflika est lancé: Algérie L’«affaire Sonatrach» illustre les tensions sur la succession

said1.jpgLe Soir de Bélgique, Taguemount Hanafi, Correspondant d’Alger

C’est « l’affaire » des superlatifs sur tous les plans. Elle a fait l’effet d’un véritable coup d’Etat dans la capitale algérienne. Lorsque le 14 janvier, le quotidien El Watan publie le scoop, tout le monde s’attendait à ce que la radio d’Etat présente, dans la journée, un démenti cinglant avec, à la clef, la promesse d’un procès pour diffamation. Mais il n’en a rien été. Ce qui était invraisemblable est donc vrai : la Sonatrach, la compagnie publique d’exploitation du gaz – un mastodonte –, est décapitée ; ses principaux dirigeants, dont le PDG, sont soit en prison, soit sous contrôle judiciaire depuis la veille.

Pourquoi ? La question est sur toutes les lèvres. Corruption ? Tout le monde sait que dans les mœurs du « Système » algérien, ce n’est pas là un motif sérieux pour envoyer des dignitaires du régime en prison. Un seul exemple, le plus récent, suffit : Amar Saïdani, ex-président de l’Assemblée nationale, et proche du président Bouteflika, a détourné près d’un milliard d’euros. Il a été écarté de son poste. Point. La sanction que le régime a l’habitude d’appliquer à ses dignitaires indélicats oscille entre l’impunité complète et la mise à l’écart. La Justice, c’est pour les opposants, les militants des droits de l’homme et le petit peuple. Le recours à la justice contre un dignitaire a toujours été considéré comme un facteur de déstabilisation pour le régime. Un traumatisme qu’il refuse de s’infliger.

(Lire la suite)

Pas de liberté provisoire pour le PDG de la STH

sonatrach.jpgL’affaire STH a été réexaminée, mardi, par la chambre d’accusation, après que la défense de  PDG de la filiale a déposé une demande de liberté provisoire. Aux termes des délibérations, la demande a été rejetée et le mandat de dépôt retenu. Pour rappel, les faits de cette affaire remonte au 26 novembre 2009, lorsque huit mis en cause de cette filiale ont été présentés devant le magistrat instructeur près le tribunal d’Arzew, suite à une plainte déposée par les employés de cette société même, faisant état de graves dépassements de la part de certains responsables.

(Lire la suite)

Chakib Khelil: “L’affaire de Sonatrach a atteint l’image de l’Algérie”

khelil3.jpgLe ministre de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil, a affirmé mardi à la chaîne III de la radio nationale que « L’affaire de Sonatrach a atteint l’image de l’Algérie ». Il reconnaît ainsi que les actes de malversation et de corruption, prouvés dans la gestion de la compagnie nationale des hydrocarbures, ont terni l’image du pays à l’étranger, rapporte Liberté. C’est la première fois que Chakib Khelil s’exprime publiquement sur cette affaire. Mieux, il avoue son impact négatif sur le pays. Car, a-t-il expliqué, “Sonatrach est le moteur du pays. Elle assure ses revenus”.

Peines de prison ferme dans l’affaire des membres de l’ex-CP d’ArcelorMittal de Annaba

rcelormittalelhadjar.jpgDes peines de 18 mois à 4 ans de prison ferme ont  été prononcées mardi par le tribunal d’El Hadjar (Annaba) dans l’affaire des  membres de l’ex-comité de participation (CP) de l’usine ArcelorMittal de Annaba. Les sept personnes inculpées, jugées pour « mauvaise gestion, détournement  et utilisation des oeuvres sociales des travailleurs à des fins personnelles »,  ont écopé, pour 4 d’entre elles, d’une peine de 4 ans de prison ferme assortie d’une amende de 10 millions de DA, de 3 trois ans de prison ferme avec une amende de 5 millions de DA pour la cinquième et de 18 mois avec sursis  pour les deux autres.

(Lire la suite)

Affaire ArcelorMittal Annaba: verdict dans 15 jours

mit.jpgLe verdict dans l’affaire de détournement impliquant sept membres de l’ex-comité de participation (CP) de l’usine ArcelorMittal Annaba  sera prononcé dans quinze jours. Cette décision a été prise mardi, tard dans la soirée, au tribunal d’El  Hadjar à l’issue des plaidoiries de la défense, a précisé à l’APS une source judiciaire, rappelant  que les membres de l’ex-CP sont poursuivis pour « mauvaise gestion, dilapidation et utilisation des oeuvres sociales à des fins personnelles ». 

Dans son réquisitoire, le ministère public avait requis une peine de 4 ans de prison ferme pour chacun des 7 personnes impliquées, rappelle-t-on.

(Lire la suite)

Encore l’ironie du paradoxe de la corruption en Algérie

corruption.jpg« Corruption » pour « Algérie Politique »

La corruption pose un sérieux défi à l’Algérie. Dans le cadre politique, elle entrave la démocratie et la bonne gouvernance, en rendant perverses les processus formels. La corruption dans les élections et dans les corps législatifs réduisent la transparence, l’accountability et la représentation des décideurs politiques. La corruption dans le système judiciaire entrave l’application de la loi. La corruption dans l’administration publique résulte dans la mauvaise qualité des services. En général, la corruption érode la capacité des institutions, des procédures, et cause le gaspillage des ressources. Les gens sont recrutés et promus sans tenir compte de leur performance, etc……En conséquence, quand certains responsables parlent de la corruption. Il y a plusieurs formes de corruption, à tous les niveaux de la société civile.

De quelle corruption s’agit-il exactement, en Algérie ? Si c’est de la déclaration du patrimoine des hauts responsables, le gouvernement prend le peuple algérien pour des ânes. Même si cette campagne à la FLN est entamée, le malaise de l’Algérie n’est pas résolu, car la problématique de cette caste est à géométrie variable. Les gens qui vont s’occuper de ce dossier, ont-ils les compétences adéquates pour éradiquer ce fléau ? Non. Donc, à notre avis, c’est encore une manœuvre dilatoire pour gagner les élections et garder la situation telle qu’elle : Rien ne va changer. Le peuple algérien veut un changement radical et pur. Chemin faisant, pour préparer le nouveau mandat, et aussi séduire l’électorat, le gouvernement lance une campagne anti-corruption. Certains pays l’ont fait avec succès, car la base politique est saine et transparente. Et, cela renforce le développement économique du pays.

(Lire la suite)

Nouveau report du jugement de l’affaire de pêche illicite de thon rouge

thon.jpgLe procès de l’affaire de la pêche et du  transbordement illicite de 210 tonnes de thon rouge dans les eaux territoriales algériennes a été reporté au 24 mars prochain par le tribunal correctionnel de Annaba. Ce troisième report a été décidé à la suite d’une requête de la défense qui a sollicité du tribunal la convocation des cinq prévenus de nationalité turque mis en cause dans cette affaire. Cette affaire qui implique neuf personnes poursuivies  pour « contrebande, pêche non autorisée dans les eaux territoriales algériennes, trafic d’influence et évasion fiscale », avait été mise au jour fin juin dernier lorsque les Gardes-côtes avaient arraisonné, à 3 miles au large de Annaba, un  bateau de pêche turc et deux remorqueurs équipés pour la pêche au thon. L’enquête aussitôt diligentée par les services concernés avait révélé  que les mis en cause pratiquaient la pêche au thon rouge sans autorisation,  forts de la complicité d’un armateur algérien.

1...56789...21

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER