Archive pour 'Algérie Economie'

Algérie: Djezzy leader de la téléphonie mobile en 2010

djezzyb700.jpgDjezzy annonce plus de 15 millions d’abonnés mobiles ce qui en fait le leader du secteur de la téléphonie mobile en Algérie devant Mobilis et Nedjma. Selon les récentes données de l’ARPT, le nombre d’abonnés à l’opérateur Djezzy a atteint 15 069 302 en Algérie, tandis que celui de Mobilis est de 10 690 039, alors que Nedjma en est à 8 180 467 clients.

 

Mobilis d’Algérie Télécom a enregistré un chiffre d’affaires de plus de 47 milliards de dinars durant l’exercice écoulé, soit une croissance de 2% par rapport à l’exercice 2008. Ceci, alors que le chiffre d’affaires de Orascom Telecom Algérie a chuté de 11% au premier trimestre de l’année en cours pour atteindre 412,5 millions dollars en mars 2010, contre 462,537 millions de dollars en mars 2009. Pour Nedjma Algérie, il faut relever une progression de 22% du chiffre d’affaires au premier semestre 2009 par rapport à la même période en 2008.

 

 

Sonatrach: Le secrétaire général démis de ses fonctions

sonatrach1.jpgLe secrétaire général de Sonatrach, Abdelmalek Zitouni, a été démis de ses fonctions dimanche, a rapporté la presse. M. Zitouni a occupé plusieurs postes au ministère de l’Energie et des Mines pendant vingt ans avant d’être nommé à la tête du secrétariat de Sonatrach.  Le secrétariat général a été confié à la directrice de la planification et de la stratégie.

La note d’Ouyahia à propos des relations avec le cabinet « Strategica »

startegica.jpg

Démantèlement de l’EPBTP: Le président de l’APW de Béjaia dénonce une «prédation»

epr.jpgLe président de l’APW de Béjaïa, Farhet Hamid a exprimé jeudi son étonnement au président du directoire de la SGP INJAB quant à une décision jugée «contradictoire et occulte» remettant en cause et menaçant l’avenir de dizaines de familles. Ceci alors que «dans votre instruction du 1er Mars dernier vous avez mis en garde les dirigeants de l’EPBTP pour que les aides financières relevant du budget N° 50/MF/DGT du 21 février 2010 ne soient utilisées que pour l’activité de la production et la relance».

Pour l’auteur de la lettre, à lumière de cette instruction, il ne restait que le coup de starter pour relancer cette nourricière. Cependant, Ferhat Hamid s’interroge  sur ce qu’il qualifie de prédation et d’absorption de l’EPBTP par EGITEC Sétif et la légèreté avec laquelle on a conclu à la faiblesse de l’EPBTP face à l’EGITEC du seul angle de l’exercice 2009 ou alors la célérité avec laquelle le nouveau dirigent a radié le registre de l’entreprise ainsi que son exercice fiscal et parafiscal.

(Lire la suite)

2500 Mercedes vendues en Algérie en 2009

mercedes.jpgLe service commercial du concessionnaire a pu écouler 2 500 unités de marque Mercedes (véhicules de tourisme) en 2009 et compte maintenir le même niveau pour l’année en cours, sinon faire mieux. De tels chiffres sont qualifiés d’appréciables par le P-DG dans la mesure où ce genre de véhicules sont destinés à une certaine catégorie de clients. Cette dynamique en termes de vente que continue d’enregistrer les modèles Mercedes, fait que le P-DG de GMS annonce d’ores et déjà la commercialisation de trois autres modèles pour ce début d’été, dont la GLK.

Algérie: Nouvelle crise du lait

c6elaitalgerie.jpgLa crise de la filière lait en Algérie est loin d’être résolue. Les opérateurs laitiers affiliés à la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA) menacent de ne pas produire de lait en sachet vu «le désintéressement affiché par les producteurs et les transformateurs de cette matière des régions Ouest et Est du pays».

Selon un communiqué rendu public mercredi, la CIPA indique qu’«une crise du lait se profile à l’horizon» en raison de la tension persistante que subissent les professionnels du lait. Cette confédération estime qu’il est impératif de lancer une véritable réflexion en vue de réglementer l’activité laitière, pour apaiser, selon la CIPA, quelque peu les inquiétudes légitimes des producteurs et transformateurs de lait, qui ne trouvent toujours pas leurs repaires depuis la réorganisation de la filière lait.

(Lire la suite)

Forum mondial de Davos: Algérie occupe la 119ème place (125 pays) !!!!

davos.jpgL’Algérie est classée 119ème sur 125 pays par le rapport 2010 de «Global Enabling Trade», publié le 19 mai dernier par le Forum économique mondial (DAVOS).  Singapore et Hong Kong continuent d’occuper les deux premières places suivies par le Danemark, la Suède et la Suisse. La Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Canada, le Luxembourg et les Pays-Bas complètent la liste top-10. Parmi les grandes économies, l’Allemagne est classée 13ème, devant les Etats-Unis, classées 19ème. La Chine (48ème) et le Brésil (87ème) restent stables, tandis que la Turquie (62ème), Inde (84e) et la Russie (114e) chute dans le classement. La Tunisie occupe la 38ème place.  http://www.weforum.org/en/initiatives/gcp/GlobalEnablingTradeReport/index.htm



Algérie: Le nombre de sociétés import-export augmente

importetrangeres04.jpgLe nombre des entreprises qui exercent dans l’import-export a augmenté de 22,9% durant l’année 2009 et s’établit donc à 31.337 sociétés. Ces entreprises activent dans le domaine, principalement, de la revente en l’état. Au mépris de la réglementation et de la LFC 2009, plusieurs des sociétés nouvellement créées et recensées par le Centre national du registre de commerce (CNRC) ne font pas dans le créneau annoncé, se contentant d’importer uniquement. Ce n’est pas la seule infraction puisque ces sociétés sont tenues, par une instruction du Premier ministre datant de décembre 2008 et un décret exécutif publié le 20 mai 2009, d’avoir un partenaire algérien dans leur capital à hauteur d’au moins 30%. Une obligation qui concerne et les nouvelles sociétés et celles déjà en activité.

(Lire la suite)

Lettre ouverte à Ouyahia: « Retirez la licence d’exploitation à Orascom »

djezzy.jpgMaamar BOUDERSA pour « Algérie Politique »

La presse d’aujourd’hui, lundi 17 mai 2010, a rapporté les propos de deux ministres, Djoudi, ministre des finances et Bessalah, ministre de la poste et des technologies de l’information, selon lesquels le gouvernement algérien a décidé d’acheter tout le capital social de Djezzy, dont le montant n’est pas rapporté.

Si une telle décision venait à se concrétiser, le gouvernement aura offert à Djezzy un cadeau dont le montant doit être évalué avec précision. C’est quoi ce cadeau ? Pour le connaître, il suffit de consulter le bilan comptable de Djezzy et en particulier son passif et plus précisément la classe des dettes.

Si le gouvernement algérien achète le capital de Djezzy, Orascom n’aura plus à payer toutes ses dettes, à commencer par les dettes fiscales, les dettes envers Algérie Télecom pour les interconnections et autres services fournis, les dettes bancaires éventuelles envers les banques algériennes, les dettes sociales envers les caisses de sécurité sociale, les dettes envers ses fournisseurs, etc.…Il faudra connaître en détail toutes les dettes de Djezzy qui seront, après l’achat de son capital par le gouvernement, les dettes du gouvernement algérien. C’est par un trait de plume que le gouvernement, qui est créancier de Djezzy par l’intermédiaire du Trésor public, qui attend le payement des dettes fiscales de Djezzy, devient endetté.

Le cadeau offert par le gouvernement à Orascom est constitué  par le montant du stock de la dette de Djezzy. Il faut ajouter à ce montant, le montant du capital acheté et sa plus-value. Tel est le montant du cadeau qui sera offert par le gouvernement algérien à Orascom, via Djezzy.

Pour éviter ce vol déguisé, il y a une solution qui ne coûte rien, mais qui demande du courage et de la volonté politique. Cette solution consiste à retirer la licence d’exploitation de téléphonie mobile à Djezzy pour non respect du cahier des charges.

Avec le retrait de la licence d’exploitation, Djezzy entrera dans la phase de liquidation judicaire. Le gouvernement a toujours la possibilité de créer une autre société de téléphonie mobile. Mais offrir des milliards à Djezzy en achetant son capital, qui est une manœuvre comptable pour ne pas payer les dettes accumulées, c’est une preuve supplémentaire que ce gouvernement est au service des intérêts d’Orascom.

Algérie: Le groupe Fondal risque de déposer le bilan

fondal.jpgLe groupe public Fondal, spécialisé dans la production et la commercialisation de fonderies, traverse une période difficile. Asphyxié par une lourde dette de plus de 1200 milliards de dinars, dont le gouvernement a promis le rachat en 2008, le groupe se trouve dans une situation financière critique qui n’augure rien de bon pour les 900 employés de ses trois filiales (Alger, Oran et Tiaret). L’avenir du groupe semble plus que jamais incertain en raison, notamment, du rétrécissement de sa part de marché, en faveur de sociétés internationales qui fournissent à outrance le marché national.

Dans une lettre adressée à la fois au secrétaire général de l’UGTA, au Premier ministre et au ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, la coordination syndicale dénonce «les pratiques en vigueur» de certaines entreprises qui favorisent des fournisseurs étrangers au détriment de la production nationale. La coordination syndicale évoque, entre autres marchés, celui de la Société de gestion et de la distribution de l’eau pour la ville d’Oran (SEOR) qui, après avoir lancé un appel d’offres national pour la fourniture de 3000 tampons Regard pour l’assainissement de la ville d’Oran, a confié le marché à une entreprise espagnole.

(Lire la suite)

1...34567...19

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER