Archive pour 'Algérie Révolte'

Ces patriotes qui se traitent au Val-de-Grâce

grace.jpg« Les politiques en font ( du service civil) une question de souveraineté nationale et nous accusent de manquer de patriotisme, alors qu’eux se traitent au Val-de-Grâce pendant que leurs enfants étudient à l’étranger.

C’est un débat faussé alors que nous militons justement pour une meilleure qualité de soins pour les Algériens qui ne peut se réaliser que par de bonnes conditions de travail pour les médecins», a déclaré à El Watan le Dr Yelles, un délégué de l’hôpital Mustapha.

Algérie: Une grève générale à Djezzy est inévitable

djezzy.jpgPar un groupe d’employés de Djezzy

Le mercredi 01 juin, les employés d’orascom télécom Algérie ont observé un sit-in devant la direction générale, sise à Dar El Beida, de cet opérateur de téléphonie mobile pour protester contre les augmentations jugées insultantes par l’ensemble des employés algériens de Djezzy. Tenez vous bien ! Des augmentations de salaires qui varient entre 300 et 400 DA ! Ce n’est pas une blague mais c’est la triste réalité que vivent les employés algériens de Djezzy !

Le maître et l’esclave

A Djezzy, on vit au moyen-âge, l’esclavage existe et il est très visible. Les Algériens sont des esclaves  et employés étrangers sont des maîtres et ils ont droit à tous les privilèges ! La plupart des employés étrangers qu’on aiment envoyer comme des consultants sont très incompétents et ils ne maîtrisent même pas les trucs de base du GSM, et ils ont un salaire moyen de 200  millions de centimes, mais bien sûr ils doivent être payés en dollars ! Le dinar est pour les sous humains algériens, le salaire moyen des cadres algériens est de 50.000 DA ! Alors que les Algériens font tout, les employés étrangers ne font rien, pis encore ils se permettent de grandes soirées dans les plus grands hôtels de la capitale sans oublier bien sûr le Sheraton d’Oran, qui est lui aussi est destination de choix pour les maîtres de Djezzy !

(Lire la suite)

Hassi Messaoud: Des chômeurs réprimés par la police

 

hassi.jpgDes dizaines de jeunes chômeurs de la daira de Hassi Messaoud dans la wilaya de Ouargla ont été violemment  réprimé hier par les forces de sécurité. Cinq personnes ont été évacuées à l’hôpital de la ville. Une fois au service des urgences de l’hôpital, aucune assistance ne leur fut apportée.

 

Pour rappel, des dizaines de chômeurs ont entamé une grève de la faim mardi passé devant le siège de la daira de Hassi Messaoud pour réclamer un poste de travail. El Mouhtarem

 

 

Laghouat: Un militant de la LADDH devant la justice !

laddh.jpgOmar Farouk Slimani, membre du bureau de la LADDH de la wilaya de Laghouat doit comparaitre devant le tribunal de la même wilaya le mardi 24 mai 2011. Farouk est poursuivi pour le délit d’attroupement non armé, agression avec violence sur les agents de la force publique selon les articles 98 et 148 du Code pénal.
Le jeune Farouk a été arrêté lors d’un contrôle d’identité le vendredi 7 janvier 2010, au moment des émeutes de la jeunesse qui ont touché l’ensemble du territoire national début janvier 2011. Le gendarme qui l’avait interpellé, l’avait conduit dans les locaux de la gendarmerie de la ville après avoir vu que Farouk était en possession d’une carte d’adhésion de la LADDH. Farouk sera libéré après 48 heures de garde à vue et une présentation devant le juge d’instruction.

Cinq mois après sa mésaventure, Farouk découvre qu’il est poursuivi en justice avec vingt autres jeunes arrêtés lors de ces événements. La LADDH s’interroge sur la nature de ce procès alors même qu’il était évident que Farouk a été arrêté seule, loin des événements, et sa qualité de militant de la LADDH a été dument prouvée.

Elle s’interroge aussi sur la poursuite de l’action judiciaire contre des jeunes arrêtés lors des événements de janvier dernier et cela en contradiction avec l’annonce faite par le Président de la république lors d’un conseil des ministre tenu en février dernier, concernant l’abondant des poursuites judiciaires contre les jeunes poursuivis pour leur participation aux émeutes de janvier.

La LADDH suivra de très près le déroulement de ce procès.

Lettre à M. le Directeur Général de l’O.P.G.I. de Bouira

copiedearchitecte.jpgMonsieur,

En lisant sur le quotidien Le Soir d’Algérie daté du 16 mai 2011 que vous avez déclaré à mes consœurs et confrères architectes que vous ne faites «qu’appliquer les Lois de la République et de la tutelle», je me suis posé la question: Est-il sérieux ?

J’aurai écrit à M. le Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme pour lui signaler votre égarement si ce n’est la réponse que ce dernier m’avait donnée lors du salon Batimatec son «Niet» aux architectes rapporté sur le «le périscope du soir d’Algérie » du 18 mai 2011. Ainsi en m’adressant publiquement à vous, je le fais aussi à l’ensemble des responsables en charge des programmes de construction et d’aménagement aux frais du contribuable.

(Lire la suite)

La famille universitaire de Béjaia: « Djoudi Merabet dégage ! »

djoudii.jpgLes enseignants et les étudiants de l’université de Béjaia ont décidé d’observer un rassemblement de protestation jeudi prochain, devant la bibliothèque centrale pour dénoncer « le discours mensonger et d’autosatisfaction dont le seul objectif est d’asseoir la renommée factice du premier responsable de notre université au détriment de plusieurs générations  d’étudiants. « 

Aux commandes de l’administration rectorale depuis maintenant plus de dix, le recteur de l’université de Béjaïa, Djoudi Merabat, est contesté par des centaines d’enseignants pour son « autoritarisme » dans la gestion des affaires de l’université.

Il est à signaler par ailleurs que deux journalistes ont été empêchés hier par des agents de sécurité d’accéder au campus de Targua Ouzzemour pour couvrir la conférence des enseignants. « Les agents de sécurité n’ont fait qu’exécuter les ordres du recteur. C’est une énième atteinte à l’éthique universitaire », dénonce le bureau de l’AG des enseignants. Synthèse d’El Mouhtarem/ Source DDK 

Manifestation des militaires à la place Emir Abdelkader à Alger

militaires.jpgDes dizaines de militaires contractuels exclus du service, manifestent à la place Emir Abdelkader à Alger, après la répression de leur rassemblement devant le ministère de la défense nationale. Selon un porte parole des manifestants, ils ont eu une promesse que la réponse à leur plate-forme de revendications aura lieu aujourd’hui, le 16 mai 2011, mais en arrivant devant le ministère pour tenir un rassemblement, en attendant la réponse, ils étaient tabassés par les unités de police anti-émeutes !

Les militaires considèrent cet acte comme provocation, auquel ils n’ont pas répondus, pas par faiblesse ou impuissance, mais qu’ils ne veulent pas faire couler du sang ! Mais ça fait vraiment peur d’entendre un militaire disant: »s’ils ont pu assiégé Sahet elchouhada, eldjbel est ouvert, w qadrine 3lihoum », où va l’Algérie mes frères et soeurs ? Par une Facebookeuse algérienne

TEBESSA: Un écolier s’immole par le feu dans la cour d’un CEM

immolation.gifUn élève âgé de 15 ans s’est immolé par le feu, mercredi, dans la cour du collège Brahmi-Tebaï, dans la commune de Chréa, située à 47 kilomètres au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya de Tébessa. Selon Liberté, l’état de santé du jeune garçon est jugé très grave et nécessite une évacuation vers le CHU de Constantine ou d’Annaba. Une enquête policière a été ouverte pour déterminer les causes exactes qui ont poussé l’élève à s’asperger d’essence et se brûler à l’intérieur d’un établissement scolaire.

Bouira: Sit-in des architectes le 15 mai devant le siège de la wilaya

Les architectes de la wilaya de Bouira observeront un sit-in devant le siege de la wilaya le 15 mai à 10h00 pour protester contre l’injustice dont sont victimes. « Non à la mort de la profession d’architecte; nous ne sommes pas des commercants; non à l’adjudication de la profession », sont les mots d’ordre de la manifestation. El Mouhtarem  

Que Dieu maudisse Bouguetaya

bouguetaya.jpgAprès avoir soutenu la candidature de Ali Benflis à l’élection présidentielle d’avril 2004 et insulté « le président-candidat » sur toutes les chaînes de télévision arabes, Sadek Bouguetaya, est revenu à de meilleurs sentiments. En avril 2009, les Algériens découvrent un autre Sadek (Sadique ?) Bouguetaya appelant à soutenir la candidature de Abdelaziz Bouteflika. A l’occasion d’un meeting de campagne animé par Bouteflika, Bouguetaya s’est adressé au chef de l’Etat en criant: « Rana maak ya sid Rais » (nous sommes avec toi monsieur le président). Bouteflika lui répond avec un sourire moqueur: « Maandek win trouh ya sadek a khouya ! » (Tu n’as pas où aller, mon frère Sadek). 

Il y a quelques jours, Sadek Bouguetaya a pris part par un rassemblement des tribus libyennes proches de Mouammar El Kadhafi. Le mercenaire algérien s’est exprimé au nom du peuple pour apporter son soutien au régime de l’assassin libyen, en déclarant devant la caméra de la télévision: « Que Dieu maudisse la démocratie ». Le député du FLN a-t-il agi seul ? Non, dit un militant du FLN. Dans une déclaration au Soir d’Algérie, Hama Chouchane, a affirmé que Bouguetaya a été mandaté par Abdelaziz Belkhadem pour le représenter au rassemblement de Tripoli.  Que Dieu maudisse Bouguetaya ! El Mouhtarem

12345...41

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER