• Accueil
  • > Affaires en justice en Algérie

Archive pour 'Affaires en justice en Algérie'

Urgent: Procès renvoyé des deux militants du FFS de Ghardaia

injustice.jpgLe tribunal de Ghardaia a renvoyé ce matin le procès des deux militants du FFS. Abderrahmane Fekhar et Bouhdiba Kacem  sont poursuivis pour «incendie d’un véhicule du Croissant-Rouge». Le dossier a été renvoyé à la demande de la défense, qui a constaté l’absence du témoin, le fils de Bazine Brahim (mineur au moment des faits) et le responsable du Croissant rouge de Ghardaia. Les deux témoins n’ont pas été convoqués par le parquet. La défense a exigé leur présente pour éclairer la justice sur l’affaire. Par ailleurs, le parquet a satisfait la demande de mise en liberté des deux accusés introduites par la défense. El Mouhtarem

Le procès de deux militants du FFS à Ghardaïa s’ouvre aujourd’hui

injustice.jpgDeux militants et cadres de la fédération de Ghardaïa du Front des forces socialistes (FFS) comparaîtront aujourd’hui devant le tribunal de Ghardaïa pour répondre de l’accusation «d’incendie d’un véhicule du Croissant-Rouge». 

Dans un appel lancé hier, Kamel Eddine Fekhar invite les forces vives de la société à dénoncer «une cabale judiciaire sans fondement contre des militants innocents». Le même appel indique que ce procès s’inscrit en droite ligne dans la série «des procès préfabriqués à Ghardaïa contre tout militant politique, activiste des droits de l’homme ou syndicaliste et contre toute plume libre».

 

Revenant sur les détails de l’affaire incriminant Abderrahmane Fekhar et Bouhdiba Kacem, Kamel Eddine Fekhar indique qu’en date du 25 décembre 2004, un véhicule du Croissant-Rouge a été incendié et l’accusation n’est tombée qu’une année plus tard contre les prévenus «alors que ni le propriétaire du véhicule Bazine Brahim ni le responsable de wilaya du Croissant-Rouge n’ont porté plainte pour cet incendie, ni au moment du préjudice ni plus tard», précise encore le communiqué. En outre aucune « expertise n’a été établie sur le véhicule incendié ni par les services de
la Protection civile ni par les autres services de sécurité, le jour du préjudice. L’expertise a été faite deux ans après les faits».
Et d’ajouter que l’affaire a été «montée sur le témoignage du fils mineur de Bazine Brahim. Le même témoin de l’affaire de Mohamed Baba Nedjar, lui aussi militant du FFS condamné à perpétuité pour le meurtre du même Bazine Brahim». Les deux militants inculpés, dont le procès s’ouvre aujourd’hui, risquent une peine de 20 ans de prison ferme. Kamel Fekhar qualifie ce procès « d’injuste et d’atteinte aux lois, aux valeurs et à la logique ». El Watan

El Para n’est pas emprsionné à Alger

abderrezakelpara.jpgLe Procureur général près la Cour d’Alger, Belkacem Zegmati, a affirmé hier qu’aucun détenu répondant au nom d’El Para n’existe dans les prisons d’Alger et que le jugement de ce dernier se fera par défaut. Revenant sur les dossiers de Abderrezak «El-Para» et Benmokhtar, M. Zegmati a indiqué que ces deux dossiers sont relativement anciens et se trouvent sur les tablettes de la cour.

Angolagate: Charles Pasqua condamné à un an de prison ferme

pasqua2.jpgL’ancien ministre et sénateur français Charles Pasqua a été condamné mardi à Paris à trois ans de prison, dont deux avec  sursis, et 100.000 euros d’amende pour « trafic d’influence » au procès de l’Angolagate, une affaire de vente d’armes de guerre à l’Angola dans les années 90. Le fils de l’ancien président François Mitterrand, dont il était le conseiller pour l’Afrique, a pour sa part été condamné à deux ans de prison avec sursis et 375.000 euros d’amende. L’ex-préfet Jean-Charles Marchiani est condamné à trois ans de prison, dont 21 mois avec sursis pour complicité de trafic d’influence et recel d’abus de   biens sociaux. Le consultant Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand, et le magistrat Georges Fenech ont de leur côté été relaxés par le tribunal. 

(Lire la suite)

Kameleddine Fekhar condamné ! La montagne qui a accouché d’une souris !!

fekhar.jpgPar Kameleddine FEKHAR

L’appareil judiciaire a encore une fois prouvé à Ghardaïa qu’il n’était qu’un outil docile entre les mains du pouvoir exécutif et qu’il ne lui reste pas une seule trace d’indépendance, pour au moins sauver la face. Le pouvoir a également prouvé qu’il était dans une phase avancée de déliquescence et de pourrissement. Lorsque ce même pouvoir était à l’acmé de sa force, il utilisait directement son appareil judiciaire pour étouffer les libertés et faire taire les voix qui refusaient la politique du fait accompli et pour menotter ceux qui revendiquaient leurs droits et la démocratie, comme cela s’était déroulé à Ghardaïa en 2004, suite à la grève légitime des commerçants. A l’époque, des mandats d’arrêt avaient été lancés sur ordre du wali, sans aucun respect des procédures légales, contre des militants des droits de l’homme et des opposants politiques qui ont été condamnés à des peines de prison ferme et parmi eux figurait Kameleddine Fekhar. C’est le cas aussi du syndicaliste Hamoudi Fekhar. Le wali de Ghardaïa avait, à son sujet, adressé directement une lettre au procureur de la République, lui ordonnant de poursuivre le syndicaliste, après la grève réussie des commerçants de mai 2007 et c’est ce même wali qui avait décidé du type d’accusation, en lieu et place de la justice.

(Lire la suite)

Lorsque Ataïlia passe de Général en Algérie à agent commercial à Paris !

gnral.jpg

L’ex-épouse du génélal Ataïlia lance un SOS !

atailia.jpgMonsieur le président de la République,

Je suis Kheira Atailia la maman de Houari Boumédienne. Je vous adresse un ultime appel de détresse, sachant que je vous ai déjà envoyé un courrier avec accusé  de réception. Depuis 2005, j’ai laissé plusieurs messages sur votre téléphone. J’ai également écrit une lettre à son Excellence, Mr Missoum Sbih, ambassadeur d’Algérie à Paris pour lui demander une aide financière, car je n’avais pas de quoi nourrir mes enfants.  Ce que je redoute est que vous n’ayez jamais pris connaissance de mes messages.

Accablée par le tribunal de Blida et la justice française qui m’a déboutée de tous mes droits vu la déclaration de votre ami qui affirme percevoir qu’une retraite de général de 980 euros; accablée par ses harcèlements et ceux de ses amis, monsieur le Président je nourri mes enfants avec des produits périmés d’un super marché voisin, témoignage à l’appui.

La plainte pour coups et blessures et menaces de mort du 13 juillet 2005 n’a abouti que le 27 avril 2009. Il était convoqué pour une simple confrontation avec moi. Arrivée avec mes 2 enfants au commissariat, c’était la panique. Tout le monde était là: le consul d’Algérie en personne, les gardes du corps et Me Lasbeur, lui qui a provoqué toutes les polémiques. Il est à Paris en ce moment avec un jugement de divorce qu’il a obtenu du tribunal de Blida pour nous mettre à la rue mes enfants et moi. 

Les 2 appartements de Paris sont aux 2 tiers à ses 2 fils Salah et Shahreddine. S’il vous a tenu à l’écart de nos problèmes c’est qu’il redoutait que vous sachiez la vérité et voir dans quelles conditions je vivais avec mes enfants.

Monsieur le Président,

Je vous implore au nom d »Allah Soubhanou, au nom de la mémoire de votre défunte mère et au nom du défunt Boumédienne de nous aider pour que justice soit faite. Hasbih Allah ou naama el wakil.

Affaire Algérie Télécoms: 8 à 10 ans de prison ferme requis contre les accusés de dilapidation de 222 millions de DA

brahimouarets652124.jpgLe procureur général près le tribunal criminel près  la Cour d’Alger a requis, mardi, des peines allant de 8 à 10 ans de  prison ferme, assorties d’une amende de 1 million DA contre 11 accusés pour  dilapidation de deniers publics de l’entreprise Algérie Télécoms (AT) estimés  à 222 millions DA.

Ce procès intervient suite à l’appel introduit par la défense auprès de la Cour suprême concernant le jugement prononcé en 2007 par le tribunal d’El  Harrach qui a condamné les mis en cause à des peines allant de 7 à 5 ans de  prison ferme assorties d’amendes pour dilapidation de deniers publics de l’entreprise  Algérie Télécoms.  Dans sa longue plaidoirie, le procureur général a requis 8 ans de  prison ferme assortis d’une amende de 1 million DA contre des cadres d’Algérie  Télécoms à leur tête l’ancien Président directeur général (PDG), Ouaret Brahim pour dilapidation de deniers publics, conclusion de marchés douteux et falsification  d’écritures publiques.         

Le  représentant du ministère public a requis une peine de 10 ans de  prison ferme assortie d’une amende de 1 millions de DA à l’encontre de trois  entrepreneurs ayant bénéficié de ces marchés douteux et du receveur de l’agence postale de Ben Aknoun. Selon l’arrêt de renvoi, les inculpés sont accusés d’avoir utilisé des registres de commerce appartenant à des proches pour obtenir des marchés sans  passer par des soumissions. Le receveur de l’agence postale de Ben Aknoun, dont on a retiré les fonds, est accusé de paiement de chèques postaux à d’indus titulaires de comptes.

(Lire la suite)

Jugement de l’affaire de la pêche illicite à Annaba: le verdict reporté sine die

thon1.jpgLe verdict du procès des dix accusés dans l’affaire  de pêche et de transbordement illicite de 210 tonnes de thon dans les eaux territoriales algériennes, prévu mardi, a été reporté sine die par le tribunal de Annaba pour complément d’informations. Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public avait requis,  au cours de l’audience de jeudi dernier, des peines de 5 à 8 ans d’emprisonnement pour les 10 coinculpés (4 Algériens, dont 2 cadres centraux du ministère de  la pêche et des ressources halieutiques et 6 armateurs turcs) ainsi que la saisie des quatre bateaux, trois Turcs et un Algérien, et des amendes représentant dix fois la valeur de la quantité de poisson pêchée, rappelle-t-on.          Le procureur avait également réclamé des « compléments d’informations  sur la gestion de l’activité de pêche au thon par le ministère de la Pêche,  de 2006 à ce jour ». L’affaire remonte à juin dernier lorsque des bateaux turcs avaient été  arraisonnés et perquisitionnés à 3 milles marins au large de Annaba, donnant  lieu à la découverte de 210 tonnes de thon placées dans des cages submergées, rapporte l’APS.

Le corps de Ben Barka a été incinéré près de Paris

mehdibenbarkaportraitspics180.jpgLe corps de Mehdi Ben Barka pourrait avoir été incinéré près de Paris, selon un auteur français, Georges Fleury, qui affirme dans le Journal du Dimanche http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Actualite/Pour-moi-Ben-Barka-a-ete-incinere-dans-l-Essonne-141048/ être en possession d’un rapport de gendarmerie inconnu jusqu’alors consacré à la disparition l’opposant marocain. Selon le rapport, inconnu jusqu’à présent, et dont le JDD affirme détenir une copie, les gendarmes disposaient de renseignements précis sur l’équipe soupçonnée d’avoir assassiné l’opposant marocain.   »Dans ce dossier, on voit que les gendarmes ont un informateur qui leur livre des éléments précis sur deux personnes qui auraient incinéré le cadavre de Ben Barka » au sud de Paris, explique l’écrivain dans le journal.

1...678910...17

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER