Archive pour 'Algerie justice'

2 ans de prison ferme pour le PDG de l’OAIC

oaic.jpgLe tribunal correctionnel d’El-Affroun (Blida) a condamné lundi les PDG de l’OAIC et du Groupe SIM à respectivement deux années de prison ferme et un an de prison avec sursis dans une affaire de passation de contrats non conformes à la reglementation et dilapidation de deniers publics. Ces deux responsables ont été condamnés également à verser respectivement 100.000 DA et 50.000 DA d’amende.
Au total, 32 personnes dont les deux PDG ont été poursuivies en justice dans le cadre de cette affaire pour plusieurs chefs d’inculpation dont la passation de contrats non conformes à la réglementation, dilapidation de deniers publics, faux et usage de faux et négligence ayant entraîné un manque à gagner. Quatre cadres de l’OAIC ont été condamnés également dans cette même affaire à une année de prison ferme et 50.000 DA d’amende alors que 26  autres personnes impliquées dans cette affaire ont été acquittées.

Emeutes de Diar Echems: 2 ans de prison ferme requis contre 14 jeunes

Le tribunal d’Alger a condamné hier à deux ans de prison ferme 14 jeunes âgés de 18 à 20 ans. Poursuivis pour destruction de biens publics et attroupement illégal, les accusés ont tous nié avoir participé  aux émeutes de Diar Echems. Un jeune coiffeur, parmi les accusés, a affirmé avoir été arrêté par la police au niveau d’un hôpital, alors qu’il accompagnait un jeune blessé. El Mouhtarem

Le SG du ministère de Travaux publics est innoncent !

ghoul.jpgDÉCLARATION DES AVOCATS
Rapportant une décision de la chambre d’accusation relative au «scandale de l’autoroute Est-Ouest», Le Soir d’Algérie du 20/10/2009 écrit que «l’ambassade de Chine a… protesté auprès des autorités algériennes, selon un proche du dossier», qui précise que «le groupement chinois aurait subi des pressions de la part de personnes proches du secrétaire général du ministère des Travaux publics… pour l’obliger à verser des pots-de-vin».

Au moment où M. Mohamed Bouchama, parfaitement connu pour sa rectitude et son dévouement à la chose publique, (dont la presse s’est fait l’écho), présumé innocent par la loi, et réellement innocent au regard des faits, subit une épreuve aussi douloureuse qu’imméritée, sa défense dénonce avec mépris cette grossière tentative de désinformation. Elle somme ce prétendu «proche du dossier» (lequel ?), de dénoncer aux autorités judiciaires ces «personnes proches du secrétaire général» coupables de si graves turpitudes. Faute de quoi, il apparaîtrait pour ce qu’il est très certainement manipulateur intéressé ou manipulé par les tristes sires qui s’agitent masqués pour détourner le cours de la justice. Signé Miloud Brahimi, Khaled Bourayou

J’ai assisté au procès de Cherif Ouchene

kerchapoub.gifAmazigh pour « Algérie Politique » 

J’ais  assisté au procès de Cherif Ouchene hier à Ain M’lila. Je connais Cherif très bien, c’est même un ami que je respecte beaucoup. Il est très estimé et très respecté par tous les habitants de son village: Ain Kercha. Cherif a insulte le président Bouteflika; c’était la seule manière d’attirer l’attention d’une administration sourde et muette; après des dizaines de correspondances adressées à toutes les autorités du pays, y compris la présidence de la République. Dans ses correspondances, il exposait ses problèmes et son malaise, en demandant de l’aide afin de recouvrir tous ses droits. Mais aucune administration n’a daigné lui répondre malgré la gravite de sa situation. Marre d’être Algérien dans une Algerie détournée et confisquée par une mafia, il se mit à demander « son droit » à la nationalité française (étant né avant l’indépendance du pays)… « Les experts” ont jugé Cherif : il est atteint de troubles psychiques !!! Il sera admis dans un asile pour malades menteaux !!! Ce n’est que le début de l’histoire …

Accusé de schizophrénie aiguë, Cherif Ouchen acquitté !

injustice.jpgCherif Ouchen a bénificié d’un acquittement du tribunal de Aïn M’lila sur la base d’une expertise psychologique. Le juge pose la question de savoir pourquoi il avait écrit une lettre aussi injurieuse au chef de l’Etat. «Je suis spolié de mes droits», réplique-t-il. «Le président est responsable de ce qui se passe», ajoute cherif, à quoi le juge s’oppose en soulignant qu’il est seulement responsable des choses les plus importantes. «Non, il est responsable, y compris des détails», lui répond-il.

Au bout de cet échange qui démontre la lucidité de l’accusé, le juge revient aux résultats de l’expertise selon laquelle Cherif souffre d’une schizophrénie aiguë. Un diagnostic qui rend l’accusé non responsable du point de vue pénal, d’où le verdict prononcé par un juge clairvoyant, qui n’hésite pas à écorcher au passage le ministère public ayant fait, selon lui, une erreur en inculpant Cherif Ouchen, étant pourtant en possession d’une expertise similaire, traitant du même cas et datant de 2006. Synthèse d’El Mouhtarem/ Source El Watan.

Cinq ans de prison ferme contre l’ancien P-DG d’Algérie Télécom

simanekheireddine.jpgL’ancien P-DG d’Algérie Télécom, Slimane Kheireddine, a été condamné hier à cinq ans de prison ferme par le tribunal de Sétif. Trois autres prévenus, dont un autre ancien P-DG du groupe, Mouloud Djazaïri, et le directeur des finances et de la comptabilité (DFC), Afedjane Mouloud, ont été condamnés à des peines allant de un à trois ans de prison ferme dans la même affaire. Ils étaient poursuivis dans une affaire de malversations et de corruption liée à des passations de marchés publics. Le montant du préjudice subi par Algérie Télécom dans cette affaire s’élève à 2,38 milliards de dinars.

Le procès de Yacine Zaid reporté

Le procès de Yacine Zaid est reporté au 17 octobre 2009.  Les responsable de la mutinationale ne se sont pas présentés au tribunal de Ouargla. El Mouhtarem

Il passera devant le tribunal aujourd’hui: Kareem Amr, le blogueur qui a défié le régime de Moubarek

kareem.jpg

La Cour de cassation du Caire doit statuer, aujourd’hui, sur le pourvoi du blogueur égyptien Kareem Amer. La Cour peut décider de renvoyer l’affaire en fait et en droit devant un autre tribunal dans les six mois, ne pouvant juger elle-même qu’en droit. La défense souhaite un nouveau jugement équitable de l’affaire par une nouvelle cour, et demande la libération de Kareem Amer le 5 novembre, date à laquelle il aura effectué les trois quarts de sa peine. Mais le ministre de l’Intérieur, Habib Ibrahim Habib Al-Adli, semble s’opposer à cette possibilité. La loi égyptienne permet pourtant une libération pour « bonne conduite » et après 75% d’une peine d’emprisonnement. Ce qui est le cas du blogueur Kareem Amer.

(Lire la suite)

Il sera jugé aujourd’hui: Yacine Zaid, l’homme qui a défié une multinationale

zaid.jpgYacine Zaid sera entendu aujourd’hui par le juge près la cour de Ouargla. C’est pour la 15ème fois que Yacine se présente devant la justice suite à des plaintes déposées contre lui par Compass Groupe.  C’est en 2004 qu’il il atterrit à Eurest Support Services (ESS), une filiale du leader mondial de la restauration collective, installée à Hassi Messaoud, comme agent de sécurité. Sa vie bascule complètement le jour où il a voulu, en compagnie d’autres travailleurs de l’entreprise, de créer une section syndicale pour défendre leurs intérêts. Une assemblée générale a été organisée sous l’égide de l’UGTA et il fut élu secrétaire général. Depuis, c’est la descente aux enfers. La direction d’Eurest refuse de la reconnaître au mépris de toutes les lois. Pour le punir et lui faire passer son envie de «jouer les héros », la direction commence à lui chercher «la petite bête». « Des histoires invraisemblables et même ridicules» a avoué Yacine à Algérie News en août. Synthèse d’El Mouhtarem

Il sera jugé aujourd’hui: Cherif Ouchen, l’homme qui a insulté le Président !

injustice.jpgAprès un premier report, le tribunal de Aïn M’lila, près la cour d’Oum El Bouaghi, jugera aujourd’hui le citoyen Cherif Ouchen pour atteinte au président de la République.  L’accusé, 51 ans, père de 5 enfants, habite la commune de Aïn Kercha, à 18 km du chef-lieu de la daïra de Aïn M’lila. Privé de son emploi suite à la dissolution de l’entreprise communale où il travaillait, Cherif subit l’exclusion du paiement des indemnités de départ. En désespoir de cause, Cherif prend sa plume et s’attaque violemment au Président, avec des mots crus et des expressions de haine envers le système politique, dans une lettre qu’il signe de son nom et endosse sans aucune crainte. Synthèse d’El Mouhtarem d’après El Watan

123456

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER