Archive pour 'Libre débat'

Heureux de ne pas faire votre connaissance, monsieur MAB !

khalednezzar1.jpgL’indigné pour « Algérie Politique » 

La maîtrise de la plume par le journaliste ou plus exactement “le journaleux” Mohand Arezki BOUMENDIL dont il est question ici, contribue malheureusement à propager la désinformation, en s’efforçant de chercher à tromper les lecteurs non initiés à cette subtile méthode de la triste guerre psychologique digne de la police politique.
Par ailleurs, selon la définition de BRUANT: « Le journaliste de peu de talent, le journaleux, dit quelquefois ce qu’il pense, mais il pense rarement ce qu’il dit », monsieur MAB s’y conforme bien. Car son instabilité en passant d’un parti politique à d’autres, démontre une certaine légèreté de conviction politique. Tandis que le goût de « l’attrait de la mangeoire », hérité de la mission non comprise de l’ex-député (FFS), au sein d’un Parlement d’un système corrompu et corrupteur, trahit monsieur MAB dans son aptitude à la compromission facile et à la violation de l’éthique.
Heureux de ne pas faire votre connaissance, monsieur MAB !

Mohand Arezki Boumendil continue de manger comme un boeuf dans la mangeoire du régime

mangeoire.jpgLe Bouche pour « Algérie Politique »

Ce qu’il faut savoir, c’est que Mohand Arezki Boumendil et Said Madjour, étaient élus au nom du FFS, l’un en 1991 l’autre en 1997, pour pratiquer la politique du FLN. Je les mets tous les deux au défi de se représenter un jour aux élections, dans la circonscription de Tigzirt sous une autre couleur politique! Ils sont la honte de la région, mais la faute revient aussi au parti qui les a choisi pour briguer un mandat national, auquel ils ne se sont jamais préparés.

Une fois élus, ils ont oublié le petit peuple de Makouda et de Tigzirt mais surtout de Attouche qui leur a donné les 1200 voix nécessaires à leur élection. Ils sont entrain de manger comme des boeufs dans la mangeoire du régime. Ainsi ils ont oublié que des milliers de personnes se sont sacrifié nuit et jour pendant la campagne électorale pour qu’ils aient un mandat national au nom du Front des Forces Socialistes !

Je ne vous demande pas de ne pas continuer à manger comme des moutons, n’oubliez jamais que la seule autorité morale dont vous disposiez était celle que le FFS vous a offert à travers le suffrage universel! Le rêve de tout homme politique honnête est d’être élu au suffrage universel justement ! Vous avez brisé le rêve de la majorité de la population de la région pour vous joindre aux voix du régime et ses supplétifs ! Vous ne souhaitez pas que le code de l’indigénat non écrit dans la constitution soit aboli !

Algérie: Nous sommes toujours des indigènes !

leshitistes.jpgDjamila pour « Algérie Politique » 

Tous ces jeunes, avec un visa périmé, ne se prostituent pas, ils essaient comme tout le monde de survivre. Dans leur pays d’origine, il n’y a aucune perspective. C’est humain. Là où il y a la richesse et la liberté de travailler, de gagner son pain, les gens émigrent. Les Chinois, les Mexicains, et les jeunes algériens aussi. Au fond, ils sont plus libres de circuler en France que dans leur propre pays. En Algérie, ce sont des « hittistes », et en France, ce sont des clandos. La cause de tout cela n’est pas un hasard, il faut voir où sont les responsabilités. Aucun homme n’aimerait quitter son pays, mais si son pays est devenu un enfer d’y vivre, alors il n’a pas le choix. C’est l’existence même qui est en jeu.

En France et dans d’autres pays, un enfant étranger né sur le sol a automatiquement la nationalité de ce pays. A l’âge majeur, il peut choisir sa nationalité. Par la suite, il n’a pas besoin à chaque fois de justifier sa nationalité avec un acte de naissance de son arrière-grand-père comme en Algérie. En Algérie, c’est bien le cas. Peut-être, qu’il y a eu des extraterrestres qui se sont mélangés à la population, et le Ministre de l’intérieur essaie de faire son maillage. C’est un cynisme poussé au bout. C’est comme nos femmes et sœurs mariées, même médecins, avec un PhD, elles doivent demander l’autorisation de leur époux pour voyager. Des femmes adultes et responsables, elles sont traitées comme des mineures. L’homme a le droit de se marier avec 7 femmes. Et la femme est répudiée comme une serviette, avec aucun droit. Nous sommes à l’ère de l’Iphone, mais pas au huitième siècle. La société évolue. La femme est une personne à part entière. C’est un individu vital pour le développement du pays. Ce n’est pas un être de second rang. Et également le peuple algérien, le régime le traite avec dédain comme un enfant débile.

Pour avoir un certificat de nationalité ou le passeport, il faut une montagne de papiers. Et alors, à quoi, servent toutes ces APC (Mairies) ? A quoi sert l’enregistrement des mariages, des naissances ? A quoi sert d’être né sur ce sol ? Puisque d’avance, il faut justifier et prouver votre origine avec un acte de naissance de votre père, mère, grands-parents, même si vos parents sont d’origine chinoise, hongroise, espagnole, et où est le problème, si vous aviez opté pour la nationalité algérienne ?. Malheureusement, dans ce pays, c’est l’anachronisme total, le chaos administratif, le vide de la responsabilité politique. Tout cela est fait dans une seule perspective: la répression sadique. C’est une honte au peuple algérien qui a souffert et s’est battu pour arracher son indépendance, pour vivre libre, penser libre, circuler libre, travailler libre comme des hommes libres. Avant, c’était la France qui contrôlait tout citoyen avec un laissez-passer. Nous étions alors des indigènes. Maintenant, la situation n’a pas changé, nous sommes toujours des indigènes. Nous sommes dans la globalisation, l’ère de la communication universelle, mais notre pays est à l’âge de la répression taillée sur mesure pour chaque citoyen. Cela n’ira nulle part. C’est une impasse. On l’a déjà vu chez nos voisins, la Tunisie, l’Egypte, la Lybie, et autres. La cocotte-minute est pleine, et cela a sauté. C’est la dialectique inéluctable de l’aspiration des peuples à la démocratie.

L’Algérie et sa bureaucratie administrative répressive

passe.jpgSlimane pour « Algérie Politique »

Au moins, vous l’Ambassadeur japonais, vous avez un passeport. Dans beaucoup de pays, et chez vous, un citoyen normal fait la demande, il a son passeport en une semaine (deux photos, et la somme). C’est tout. En revanche, chez nous, vous aviez raison, c’est la bureaucratie administrative répressive: Pour avoir un passeport (en général qui ne sert a rien, car pour chaque pétard, il faut un visa), c’est le parcours du combat.

Il faut l’acte de naissance de votre arrière grand-père…et beaucoup d’Algériens ne peuvent pas se le procurer, car durant la guerre d’Algérie, nos arrière-grand-parents n’ont jamais été recensés à la mairie où chez l’imam du village….donc allez chercher l’acte de naissance de vos aïeux.

Au lieu que le Ministre de l’intérieur simplifie la procédure, il faut une valise de papiers, et des témoins quand vous étiez dans la matrice de votre mère. C’est une aberration. Un Algérien (ne), majeur (e), a besoin de tout ce bla-bla. Dans tous pays du monde, les citoyens sont enregistrés à la Mairie, il y va, et la Mairie lui délivre la carte d’identité, le passeport, en une semaine. Chez nous, il faut un prix Nobel en paperasse. C’est ce que l’on appelle, la compétence de la répression et de la bêtise bureaucratique. C’est un grand frein pour les droits élémentaires du citoyen, et du développement économique. C’est malheureux, non. Uniquement, les hauts fonctionnaires, et leurs enfants ont rapidement les passe-ports, car ils peuvent avoir des visas par relation. Le reste est la cage du canari !

Libye: C’est la peste ou le choléra !

bhllibye45.jpgHeddi pour Algérie Politique 

Bien que je me réjouis de sa disparition, Khadafi avait droit à un procès comme tout un chacun. On peut ici rappeler comme certains l’ont si judicieusement fait tout le mal qu’il a fait, d’abord à son peuple, ensuite à d’autres. On se rappelle ces syndicalistes livrés à Numeyry, et d’autres, c’est un homme plein de sang de ses victimes. C’est en chien battu qu’il s’est calmé quand Reagan a osé le frapper. En dépit de tout cela, ce qui s’est passé est loin d’être catholique. Je passe le tapis rouge, le courtoisement dans un passé récent, c’est de constater que ceux qui ont largement participer à ses crimes se sont comme par enchantement présenté dans un habit de “révolutionnaires”.

On a observé que les soit-disant rebelles avaient des allures d’anciens afghans, peut-être recyclés pour la cause, l’image a joué pour le scénario concocté. Qui n’applaudirait pas à la fin d’un régime aussi tyrannique que celui d’El Gaddafi. Sa mort ne m’a pas ému outre mesure je le l’avoue. Par contre je doute fort que l’OTAN aurait bougé le petit doigt si la fin de ce régime avait une petite chance d’aboutir à un régime démocratique. C’est une réalité qui est confirmée par la déclaration sur l’application désormais de la charia dans cette Libye d’après Gueddafi. Cela signifie pour le peuple : C’est la peste ou le choléra. On a subi 42 ans de choléra, à savoir ce que durera la peste.

Lynchage et désenchantement assistés par les ordinateurs de l’OTAN !

Par Samy khoukoum (Paris)  

Pourquoi ce qui devait être un ‘‘printemps Arabe’’ s’est vite transformé en un ‘‘automne’’ écœurant aux torrents de pluie couleur noir et au goût du sang ?!

L’échec des dirigeants Arabes (sans exception) et leur incapacité à bâtir un Etat moderne avec des institutions dignes au service des Peuples risque bien de pérenniser le grand cauchemar. Tout cela, pour le plus grand délice des compagnies aux allures impérialistes assoiffées de richesses naturelles, servies sur un plateau par toutes sortes de canailles prêts à vendre leurs âmes au diable… Mais, si ce n’était que leur âme ; ils sont près à hypothéquer tout le bien commun de leur Nation… Et si les puissances impérialistes sont aussi complices de ces dictatures nauséabondes, le silence odieux de la Chine et d’une Russie autiste de la « cour » n’est pas moins immonde à tout points de vue…

Au final, l’Amérique, l’Europe, la Chine et la Russie n’ont fait que conforter les despotes qu’ils ont installés et avilis depuis les « indépendances ». Si ce n’est pour les remplacer par d’autres charognards aussi crapuleux les uns que les autres !

Puis ces nouveaux mensonges : faut-il s’y habituer aussi ? Chaque mort s’entoure systématiquement de mystère, avec au centre, cet éternel problème de justice et de secrets vite noyés dans de fausses légendes. Une chose est sure : le ‘‘Printemps arabe’’ n’a pas donné les mêmes fleurs partout. Ben Ali et Moubarak, ont bénéficié d’un jugement. Si ces deux-là avaient été capturés dans le feu de l’action, auraient-ils été abattus ? Difficile d’être affirmatif. 

En tous cas, c’est en Libye que l’opinion découvre cette première série de scènes de lynchage et d’exécutions sommaires assistées par les ordinateurs de l’OTAN. Sans véritable justice, tout est fait pour arranger les uns et les autres : enterrer la cause de l’insurrection sous le sable du désert…

Alors, s’agit-il d’un déchante-ment momentané de voir nos pays opérer un saut qualitatif ou bien, juste un ressenti collectif qui n’a pas encore vu le bout du tunnel ? Le temps nous le dira… 

Que Dieu préserve nos Peuples du pire…!

Sansal a été primé pour canoniser sa version déjà biaisée de l’histoire d’Algérie contemporaine

sansal.jpgPar Bastos El Bombardi 

Les livres de Sansal sont bons à lire.  Il faut bien lire et écouter Sansal pour mesurer l’étendue du traumatisme en Algérie.
Le week-end par exemple, lors d’un voyage, le soir, pour se détendre, pour se distraire ou pour passer le temps.
Sa littérature ruisselle de témoignages et faits romancés imbibés de manipulations, intrigues, intox et sang des éditos de la presse algérienne de la décennie de guerre.
Il y a pour les amateurs un monde délicieux, schizophrénique et autiste, où l’on sait les choses mais on les ignore et les méprise. On s’enfonce dans l’erreur par orgueil, ou peut-être est-il trop tard pour rebrousser l’errance.
C’est comme un alcoolique qui cache lui-même sa bouteille de whisky pour ne pas la trouver à portée de main. C’est comme un lâche qui se cache à lui-même la vérité pour rendre sa vie plus supportable, et espérer peut-être, par la force du désespoir, que, miraculeusement, les choses auraient à son insu pris une autre tournure.

(Lire la suite)

Algérie: Complaisance et absence de l’Etat

mouton.jpgEl Hadi pour « Algérie Politique »

Comment peut-on admettre que dans une capitale surpeuplée comme Alger que des éleveurs de bétail s’installent dans des bidonvilles à Kouba et autres banlieues, alors que leur place est dans la campagne ? Comment peut-on pleurer sur le sort de ces propriétaires de plusieurs véhicules poids lourds occupant des bidonvilles sur des terrains communaux ? Comment qualifier les gens qui louent leurs appartements pour squatter des bidonvilles dans l’espoir  d’obtenir de l’Etat des logements sociaux ? Comment accepte-t-on qu’un cadre moyen, qui par décence n’ose pas faire ce que font les catégories de personnes sus citées, et continue à vivre dans des conditions sociales plus que déplorables ?

Que font les journalistes appartenant à la presse dite libre pour vulgariser ces faits sociaux et que font les dites associations des droits de l’homme ? Je ne vis pas en Algérie mais l’aberration est tellement grande qu’elle choque à la première vue: peut-on rouler en Mercedes dernier cri et habiter un bidonville ? Peut-on élever des moutons en plein centre-ville et déserter la campagne, quel est le rôle de l’Etat…? De grâce messieurs les agitateurs et les opportunistes prétendus défenseurs des droits de l’homme ne confondons pas injustice, pauvreté et escroquerie.

Algérie: le drame des pupilles de la nation

cherif.jpgKaddour Mohamed pour « Algérie Politique » 

Si j’interviens aujourd’hui c’est pour pousser un coup de gueule. On lit par ci et par là, souvent, des écrits sur les enfants de chahid et ma foi je me rends compte que beaucoup de gens ne les portent pas dans leur coeur. Je suis persuadé que ces personnes sont des enfants de harkis et devraient avoir honte de leur passé. 

Mes propos porteront surtout sur une catégorie d’enfants de chahid qu’on semble oublier à dessein: il s’agit des «pupilles de la nation». Savez-vous messieurs que ces pupilles dont le père et la mère sont des chahid ont moins de droits que les enfants de chahid qui n’ont perdu qu’un parent.

(Lire la suite)

Ould Ali El Hadi est un inconditionnel du système

ould.jpgSlam pour « Algérie Politique » 

Le directeur de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou, OULD ALI EL HADI est un inconditionnel du système ! Il faut se rappeler que dans un passé très récent, il avait été le Directeur de campagne de BOUTEFLIKA en Kabylie ! A ce moment-là, nous l’avions traité de tous les noms de gallinacés ! Aujourd’hui, on signe pour lui une motion de soutien parce qu’il a été menacé de la part du Groupe RCD de l’APW de Tizi Ouzou qui lui envoyé une commission d’enquête sur la gestion de la restauration du theatre Kateb Yacine.

Saurons-nous un jour sur quel pied nous allons danser ou persisterons-nous dans la manipulation et la vindicte ? Allons-nous , nous aligner sur le droit et la justice pour régler tous les conflits d’intérêts suscités par des clans occultes du pouvoir ? Ou jouerons-nous toujours dans la cour des concours de circonstances ? Cette façon de faire est loin d’être de la réelle politique ! Bien au contraire elle crée beaucoup de suspicions à l’intérieur des forces de changement dans notre pays !

12345...97

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER