Archive pour 'Libre débat'

OUF !

police.jpgKamel DAOUD, vice président de la LADDH   

On y est. L’état d’urgence est levé. Maintenant nous sommes en droit d’exiger l’application sans réserves, sans restrictions, de la Constitution. Il y a maintenant des textes qui protègent le citoyen contre les abus de l’Administration et du Ministère de l’Intérieur. 

Cette abrogation est la victoire de la LADDH qui n’a jamais lâché cette revendication depuis plusieurs années, accompagnée par les organisations de la société civile et certains partis politiques, malgré l’avis défavorable du FLN et du RND.

(Lire la suite)

Commune d’Amizour: Deux ou trois choses à propos de bilan…

amizourrondpoint.jpgAbderahmane. Zenati (Citoyen de la commune d’Amizour )

Ceux qui ont mis à genoux et défiguré  la commune pendant ces sept  dernières années, ne peuvent pas, aujourd’hui, s’amener,  et comme si de rien n’était, se présenter en «sages» et en donneurs de leçons et oser parler de développement de la commune.  De quel développement peuvent-ils parler ? Oui, celui du clientélisme, des passe-droits, de la dégradation du cadre de vie du citoyen, de favoritisme dans les recrutements, et j’en passe. La commune est un extraordinaire bourbier et un vaste bazar.  

(Lire la suite)

Le député Meziane Belkacem nous écrit

meziane.jpgCher El Mouhtarem,

Je tiens sincèrement à vous exprimer mes sincères remerciements pour avoir rendu compte de cette rencontre tenue à la salle de délibération de l’APC d’Amizour parce que le centre culturel Malek Bouguermouh a été entièrement pillé et saccagé durant les «émeutes» de janvier 2011.
En effet, le samedi 19 février, j’ai participé à une rencontre-débat qui a duré de 10h jusqu’à 14h. Ont participé à cette rencontre des animateurs du mouvement associatif dans toute sa diversité, des «notables», des élus de l’APC d’Amizour de différentes tendances (Indépendants, FLN, FFS…), le chef de sûreté de Daira d’Amizour, le chef de brigade de Gendarmerie d’Amizour et le responsable de l’unité de la protection civile d’Amizour.
Il y avait dans la salle quelques centaines de personnes.

La rencontre a commencé par de brèves interventions du P/APC d’Amizour, d’un élu FFS et de moi-même. Un large et merveilleux débat a été ensuite entamé avec l’ensemble des participants et sans aucune restriction. Les interventions ont porté principalement sur les dernières «émeutes» de janvier 2011 et la situation socio-économique de la commune d’Amizour. Le chômage, les besoins en logements sociaux, la corruption, la bureaucratie, la hogra, la situation politique nationale, les insuffisances dans l’intervention des services de sécurité, l’abus d’autorité des services de sécurité lors des barrages de contrôle (recours systématique au retrait du permis de conduire et de la mise en fourrière des fourgons de transport public et scolaire), la demande de présentation d’un bilan public de l’APC….etc ont été les points soulevés par les différents intervenants de tous âges, de différents horizons politiques, de différents niveaux scolaire et social.

Des dates ont été arrêtées pour structurer une coordination des associations de la commune d’Amizour, pour présenter le bilan de l’APC d’Amizour et d’initier des pétitions pour concrétiser certains projets structurants pour la commune. Des actions pacifiques (marches, sit-in) ont été aussi proposées.
A aucun moment, la phrase «le problème de l’Algérie n’est pas le pouvoir, mais ceux qui appellent à la révolte» n’a été prononcée ni par moi ni par aucun autre intervenant. Votre informateur vous a menti.

Enfin, je vous informe que j’ai eu l’honneur de participer à une rencontre similaire organisée par l’association de Boukhiama durant laquelle une soixantaine de personnes ont participé. D’autres rencontres-débats sont prévues par d’autres associations de villages et de quartiers au niveau de plusieurs communes de la wilaya et je suis invité à y participer. Je le ferai avec honneur et plaisir.

Dans ces moments de désarroi général, je me mets volontiers face à mes concitoyens pour débattre avec eux et personne ne m’en empêchera. Libre à tous les acteurs politiques de se livrer à cet exercice très très difficile de s’exposer aux critiques et requêtes de nos concitoyens.
Je respecte toutes les opinions y compris celles qui se permettent de me juger sans me connaître et qui sont injustement acerbes vis-à-vis de ma petite personne. J’ai milité honnêtement et naïvement pendant de longues années au RCD. J’ai été exclu en 2006 par son «patron» parce que j’ai refusé d’exécuter ses “instructions”. Aujourd’hui, je continue à militer selon les moyens qui restent en ma possession pour apporter ma modeste contribution au service exclusif de mes concitoyens.
MEZIANE Belkacem
Député Indépendant à l’APN

Quelle fin décèle-t-on à l’horizon ?

terredislammanifestationsegyptemoubarakmanifestationegyptemoubarak.jpgPar Abdelwahab Benyelles Pour Algérie-Politique 

Une année prometteuse de surprises. Le mois de Janvier 2011 n’était guère encore arrivé à terme et des évènements majeurs dans le monde défilaient à la vitesse de la lumière. Et ce n’est pas fini, c’est «normalement» le début d’une fin d’une ère postcoloniale révolue, un moment charnière de l’histoire, l’entrée complète d’un début de siècle plein de rebondissements à l’échelle du monde. Une nouvelle colonisation « cybernétique du village planétaire ». Le probable prochain ordre du jour du G20 du mois de Mai 2011 en France.  

Un retour récent aux point de restauration. 

Cyniquement, on dirait que tout a été calculé d’après la chronologie des événements vécus depuis l’avènement du premier président noir américain, élu après une inaugurale campagne électorale, disons-on la presque « digitale », vu l’assise des cyber-démocrates qu’il le poussait de jour en jour vers le sommet, et la révélation finale et cruelle de cette « arme » virtuelle de communication que sont les technologies de l’information et leur rapidité à « transcender » le moment présent.

(Lire la suite)

La littérature n’est pas sa tasse de thé…

khalida.jpgR.Z. pour « Algérie Politique »

Même si sa décision est loin de surprendre, elle peut toujours faire rire. Mieux, laisser indifférent. Quelle culture peut venir de “là-bas”?

Vous ne savez toujours pas de quoi il s’agit?  Vous ne ratez absolument rien! Rien d’extraordinaire, rien d’original, rien d’exceptionnel, rien d’intelligent. Rien qui vaille la peine  d’être signalé. Ca ne fera pas le buzz! Je puis vous l’assurer.

Juste que c’est la ministre de la culture qui vient d’annoncer l’interdiction de toutes activités culturelles dans la wilaya de Béjaia, jusqu’à nouvel ordre. Voilà, vous voyez que c’est une mesquinerie. Et comme toute mesquinerie, elle ne mérite aucun commentaire. Juste  que c’est le café littéraire de  la ville qui n’aura pas lieu. Une injonction de celle qui s’occupe des solennités qui donnent un habillage artistique à la dictature. Celle qui l’a bâillonnée naguère et qu’elle défend ardemment aujourd’hui. Le livre « Identité et citoyenneté » de Mohamed Brahim Salhi, que devait accueillir ce samedi le Café littéraire restera dans le livre.

Une ministre de la culture qui interdit la culture, ça vous inspire quoi ? Une ministre qui ferme un café littéraire, ça vous dit quoi ? Moi, rien. La littérature n’est pas sa tasse de thé…

La réciprocité et l’égo mal placé de nos politiques !

visa.jpgKhoukoum Samy pour « Algérie Politique » 

Nos politiques marchent vraiment sur la tête !!! Depuis quand on exige d’appliquer la réciprocité  en matière de séjour (visas), lorsqu’on sait que la richesse et les pétrodollars, ne transitent jamais (malheureusement !) par notre système social ou médical, aujourd’hui désuets ?!

En effet, en réaction au durcissement des conditions envisagées par les autorités françaises pour l’obtention de visas pour les commerçants algériens, certains de nos politiques auraient dus tout simplement se faire oublier !  

Qui est responsable de cette « humiliation » et de cette image désastreuse, au point où tous les pays industrialisés, ne savent plus ce qu’il faut « inventer » comme mesures pour restreindre – une fois de plus – jusqu’à l’étranglement, la mobilité d’un simple touriste, étudiant, enseignant ou opérateur algérien ?    

(Lire la suite)

Le MAK est-il un danger pour l’Algérie en général et pour la Kabylie en particulier ?

mak.jpgZikenni pour « Algérie Politique » 

Le mouvement de Ferhat Mehenni est-il un danger pour l’Algérie en général et pour la Kabylie en particulier ? Moi je pense qu’il y a une course contre la montre pour quelque chose qui se dessine à l’horizon que nous ignorons tous à ce stade de l’histoire. Chacun essaye de deviner ou de prévoir ce qui va se passer d’ici quelques années mais nul n’a pour l’instant résolu l’énigme.

Que reste-t-il de la Kabylie, de son combat ou de ses acteurs ? On entend des voix par ci et par là parlant du rôle de la Kabylie, c’est comme si nous sommes dans les années 1980 ! Il faut être aveugle pour ne pas voir que la Kabylie est quasi-normalisée et que la prochaine étape est la pacification sans vraiment savoir qui précède l’autre la pacification ou la normalisation.

(Lire la suite)

Le salaire de «la peur»…

police50pc.jpgR.Z. pour « Algérie Politique » 

 « Le héros d’aujourd’hui est celui qui est capable de donner raison à la police. » 

Jean-François Kahn

 

Les policiers n’ont pas eu besoin de descendre dans la rue pour revendiquer une augmentation de leur salaire. Ils n’ont pas eu besoin de se mettre en grève. Au contraire, nos flics ont bien bossé. Comme des dingues. Ils ont été rentables. La machine répressive, bien huilée, a bien fonctionné. Ils ont investi la rue pour empêcher, matraquer, bousculer, maltraiter,  embarquer, humilier, vilipender. Se défouler sur de pauvres citoyens, enfin, torturer, si vous préférez.  Tous ceux qui osent  braver l’interdit pour défendre leurs droits, enseignants, médecins, militants des droits de l’homme, en savent quelque chose.

Nos flics, n’ont pas de syndicats. Ils ont un chef. Ce n’est pas un syndicaliste, loin s’en faut. Même pas un policier. C’est un gendarme et, par conséquent, un militaire. Il vient d’annoncer que les salaires de ses troupes vont être augmentés.

Quatre décrets exécutifs, dont deux relatifs aux statuts de la police et au régime indemnitaires viennent d’être signés par Ouyahia, après approbation, de Bouteflika. Ca n’a pas trop traîné, dites donc ! Aussitôt décidé, aussitôt approuvé. Chez nous, le militaire ne propose pas, il impose.  Il ne demande pas, il ordonne et commande.  Quand le militaire « commande », nulle place aux atermoiements… Et que ça saute ! La commande est arrivée plus vite que celle d’une pizza…

Le régime vient d’augmenter « sa » police. L’Etat policier se renforce de 50 pour cent… A cou sûr, il ne tardera pas à être doublé. C’est le salaire de la peur…

Ferhat Mehenni franchit le rubicon !

ferhat.jpgMeziane pour « Algérie Politique » 

Grave ! Hautement grave !

Tant on sait que l’UPJF fait partie de cette nébuleuse d’Extrême droite pro-israélienne, qui récolte des financement pour Tsahal, l’armée d’occupation israélienne. Dans cette nébuleuse, il y a aussi le CRIF, un lobby très puissant. Il y a aussi les organisations barbouzardes et terroristes, tels le Bétar et la LDJ
(interdite), qui rodent autour du sinistrement célèbre Mossad….

(Lire la suite)

RSF héberge un site miroir des télégrammes diplomatiques de WikiLeaks

rsf1.jpgA partir du 21 décembre 2010, Reporters sans frontières hébergera à l’adresse wikileaks.rsf.org un site miroir de la rubrique dédiée aux télégrammes diplomatiques américains publiée par WikiLeaks.

« Nous apportons symboliquement notre soutien au droit de WikiLeaks à publier des informations et à ne pas être entravé dans cette démarche. Reporters sans frontières défend la liberté de circulation des informations sur Internet et le principe de protection des sources, sans lesquelles le journalisme d’investigation ne peut exister », a déclaré l’organisation.

(Lire la suite)

12345...97

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER