• Accueil
  • > Mouvement social en Algérie

Archive pour 'Mouvement social en Algérie'

4 organisations se démarquent de l’appel lancé en leur nom par le SNAPAP

Après la diffusion d’un appel signé par  des associations et des syndicats autonomes, appelant à une rencontre le 28 janvier 2012 http://bit.ly/wgK0iB et portant la signature de nos organisations, en l’occurrence le Rassemblement actions jeunesse (RAJ), le Conseil des lycées d’Alger (CLA), la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH), le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF), nos organisations tiennent à préciser qu’elles n’ont pas été associées au lancement de l’appel en question et de ce fait pas signataires.

Tout en restant foncièrement contre les « réformes » liberticides du pouvoir,  et profondément attachées aux principes de concertation, de solidarité et d’action commune, nos organisations considèrent qu’une telle démarche doit être construite sur la base de la concertation et de la coopération.

Alger le 08-01-2012
Les signataires :
•       Rassemblement actions jeunesse (RAJ)
•       le Conseil des lycées d’Algérie (CLA)
•        la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (Laddh)
•       le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef).

Le RAJ dénonce la répression contre les chômeurs

raj.jpgLe Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) tient à dénoncer le comportement des autorités d’avoir empêcher les  membres du Comité National des Chômeurs de tenir leur sit-in devant le siège de la présidence de la République à El Mouradia.

Nous dénonçons également les interpellations qui ont eu lieu hier comme aujourd’hui, les autorités ne connaissent que la voie de la répression pour croient-elles étouffer les Algériens de dire leurs maux et leurs mots.

Que ces autorités ainsi que ces partenaires en Algérie et à l’étranger sachent que nous nous tairons pas et que les sillons de changement sont déjà creusés et que même si ces autorités ne changent pas de manières de faire, elles seront emportées par le tsunami populaire qui se fait de plus en plus entendre.

Le 09/10/2011

P/ RAJ

Le président Abdelouahab Fersaoui

Le Comité National pour la Défense des Droits des Chômeurs dénonce la répression du pouvoir

police.jpgLe comité national pour la défense des droits des chômeurs dénonce l’arrestation abusive et non justifiée de nos animateurs suite au rassemblement de la dignité auquel nous avons appelé aujourd’hui pour exiger la satisfaction de nos revendications les plus élémentaires, à savoir : un travail décent pour tous, une allocation chômage à hauteur de 50% du SNMG pou tout demandeur d’emploi, attribuer une assurance sociale pour tous les chômeurs, accès gratuit aux loisirs et au transport, associer les comités chômeurs dans l’élaboration des politiques de l’emploi et le contrôle de la distribution des offres d’emploi, suppression du service militaire pour les jeunes de 25 ans et plus et la baisse de la durée du service militaire à 06 mois.

Les services de police ont procédé dès la matinée (7h 15mn) à l’arrestation arbitraire de 07 membres du comité devant le siège de la maison des syndicats sis Dar El Beida-Alger, ces derniers ont été libérés une heure après.

Les mêmes services de police ont procédé à l’arrestation de plusieurs (25) membres de notre comité au niveau de la présidence, nous avons assiste aujourd’hui à une véritable chasse aux chômeurs.

Le CNDDC considère qu’au lieu et place de satisfaire nos revendications les plus légitimes, les pouvoirs publics préfèrent  réprimer et user d’une politique de violence et d’intimidation policière pour annihiler toute tentative d’organisation sociale. Nous estimons que cette politique répressive est une grave entrave à la dignité humaine et aux droits d’organisations et d’expression consacrés par les textes fondamentaux de la République.

Ce genre de pratique nous renseigne encore une fois sur la nature répressive et antisociale du régime algérien qui refuse de reconnaître et de dialoguer avec les organisations sociales. 

Par ailleurs, le CNDDC exige la libération immédiate et inconditionnelle pour ceux qui n’ont à se reprocher que le faite de lutter contre la fatalité du chômage, pour un travail décent et une vie digne.

Alger le 09 octobre 2011

Le bureau exécutif du CNDDC

Photo d’archives

Alger: 50 enseignants contractuels entament une grève de la faim

Pour exiger leur réintégration, une cinquantaine d’enseignants contractuels ont entamé, dimanche 09 octobre,  une grève de la faim devant le siège de l’annexe du ministère de l’Education nationale sis à Ruisseau à Alger. Selon El Watan, le nombre de ces enseignants contractuels, qui n’ont pas été, encore régularisé, est supérieur à 7000.El Mouhtarem

Les enseignants et travailleurs de l’institut de l’audiovisuel de Ouled Fayet en grève depuis juin !

Nous, ensemble des enseignants et travailleurs de l’institut de l’audiovisuel de Ouled Fayet à Alger, sommes en grève depuis le mois de juin dernier. Personne n’est venu nous voir ni notre syndicat l’UGTA ni notre  tutelle. L’administration de notre institut nous a trainé en justice pour avoir réclamé nos droits et le respect de la dignité humaine qui a été bafouée dans cet établissement public.

Malgré les harcèlements, les intimidations, les retenues sur salaire, nous sommes aussi déterminés à ne pas arrêter la grève jusqu’à la satisfaction de toutes nos revendications.
Nous sommes aussi victimes de personnes qui sont venues de la tutelle comme des pompiers pour marchander avec notre cause noble. Ces personnes ne sont pas là pour nous aider ou  aider les stagiaires qui n’ont pas passé leurs examens de juin ou de  nous rendre justice, mais pour satisfaire certaines personnes qui soutiennent cette administration corrompue.

Nous vous prions de venir sur le lieu nous écouter et faire entendre notre voix pour que justice nous soit rendue. Et merci
Ensemble des travailleurs de l’institut de l’audiovisuel d’ouled fayet

Hôtel Sheraton Club des pins : Le mouvement de grève se radicalise

Un travailleur de l’hôtel, Hafid Ben Hadria, 39 ans, qui occupe la fonction de réceptionniste, enchaîne son sixième jour d’une grève de la faim entamée mardi dernier, afin de dénoncer le licenciement «abusif» de ses collègues. Contacté, Hafid Ben Hadria, d’une voix éteinte, explique que son action a pour but de rejeter «la politique de licenciement abusif des employés entreprise par la direction générale de l’hôtel». «On sait que notre cause est juste et correcte. On n’a fait que demander une représentation syndicale et une augmentation de salaire. Voilà qu’on nous répond avec des licenciements. C’est un abus d’autorité de la part de la direction de l’hôtel», dénonce-t-il.

Le gréviste de la faim précise : «Personne ne m’a influencé. J’ai entamé cette action pour l’intérêt commun des travailleurs. A aucun moment, je n’ai pensé à mon intérêt personnel.» Et d’ajouter : «Pour avoir revendiqué nos droits élémentaires, la direction n’a pas hésité à licencier trois de nos représentants syndicaux. D’autres sanctions commencent à tomber. Mercredi, la directrice des ressources humaines a été licenciée . El Watan 

 

TIZI OUZOU/ Augmentation des tarifs des transports: appel au boycott des bus demain lundi

bus.jpgLes usagers des bus des grandes lignes au départ de Tizi Ouzou ont décidé de faire entendre leur courroux, induit par l’augmentation unilatérale du tarif des transports, décidée par les propriétaires. Selon Le Soir d’Algérie, en guise de réplique à ce que d’aucuns qualifient de «scandaleuse» augmentation du prix, l’Association pour la protection et l’orientation du consommateur (APOC) de Tizi Ouzou appelle les citoyens au boycott, demain lundi, de l’ensemble des transporteurs ayant porté le tarif du déplacement sur Alger à 180 DA au lieu des 120 DA et à 200 dinars eu lieu des 140 pour Béjaïa.

Grève Air Algérie: le PDG pour un compromis, sans hausse salariale

Elles sont prévues à 14H00 à Kouba, dans la banlieue d’Alger, au siège d’une filiale d’Air Algérie, a annoncé à l’AFP le secrétaire général du Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNC) Yassine Hamamouche.

La compagnie « espère trouver un compromis » sur les revendications des employés, a déclaré M. Boultif à la radio algérienne. Il a assuré disposer « d’une marge de manoeuvre ».

(Lire la suite)

Alors que tout le monde réclame le pain, les boulangers décident d’une grève

pain.jpgAlors que tout le monde réclame des augmentations de salaires pour manger du pain, les boulangers comptent recourir à une grève illimitée. La décision risque d’être prise lors de la réunion du conseil national de l’Union des boulangers algériens le 30 avril. Selon le président de l’Union, un préavis de grève à partir du 1er mai sera déposé. Pour rappel, les boulangers réclament l’augmentation de la marge bénéficiaire sachant que la marge accordée actuellement ne dépasse pas 3%. El Mouhtarem 

Les habitants du lotissement Pignodel Bouzréah dénonce le SG de la daira

nonausilencemaghreb.jpgA Monsieur le President
OBJET : A/S d’un conflit en justice
Monsieur

J’ai l’honneur de venir soumettre de nouveau à votre attention les faits relatifs à la construction engagée par Monsieur Chouiter Abderaouf (propriétaire de la salle confort Algérie) depuis 2007 et qui reste encore sous l’effet des décisions de la justice.
Après de nombreux écrits et plaintes contre ce promoteur immobilier où toutes les autorités de la République sans exception, ont été informées.

(Lire la suite)

12345...13

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER