• Accueil
  • > Mouvement social en Algérie

Archive pour 'Mouvement social en Algérie'

Ensv: Les étudiants arrêtent la grève de la faim

copiedegrveensv.jpgNous apprenons d’une source sûre que les étudiants (30) de l’Ecole nationale supérieure vétérinaire (ENSV) ont décidé de mettre un terme à la grève de la faim qu’ils avaient entamée dimanche dernier. Par ailleurs, les étudiants protestataires ont décidé de poursuivre le mouvement de grève déclenché le 23 mai dernier. Pour rappel, le directeur de l’ENSV a lancé une procédure judiciaire contre 12 étudiant. El Mouhtarem

Mostaganem: Les habitants du bidonville Tuphis descendent dans la rue

photobidonville.jpgDes dizaines de familles du fameux bidonville dit Tuphis, au niveau du Haï Salam à Dabdaba, au Sud–est de la ville de Mostaganem, se sont rassemblées devant le siège de la wilaya tôt dans la matinée de mardi. Ces familles déplorent le calvaire qu’elles endurent quotidiennement depuis des années au niveau de ce bidonville constitué principalement de baraques faites de matières plastique, de bois et de ferraille. «Nous attendons depuis belle lurette, un logement décent, mais toutes  les promesses des autorités compétentes se sont avérées vaines», scandent les protestataires, rapporte La Voix de l’Oranie. Et d’ajouter «Des vieillards et des bébés sont atteints de maladies diverses et continuent de souffrir.

(Lire la suite)

ENSV: La justice ordonne aux 12 étudiants de quitter les lieux

 

annex345fdf.jpgLes 12 étudiants accusés par la direction de l’École nationale supérieure vétérinaire d’être derrière la grève illimitée sont sommés de quitter les lieux sous 24 heures et d’ouvrir les portes au premier responsable du campus, rapporte Liberté. C’est le verdict rendu hier en fin d’après-midi par le tribunal administratif près la cour d’Alger. La justice ne s’est toutefois pas prononcée sur le caractère de ce mouvement de grève.

Grève à l’ENSV: 12 étudiants devant la justice aujourd’hui

annex345fdf.jpgDes convocation sont été remises par un huissier de justice à seulement 12 étudiants sur « plusieurs centaines » de grévistes pour se présenter ce matin au tribunal administratif d’Alger. Les étudiants interpellent le ministre de tutelle : « Nous ne sommes pas des criminels. Nous avons demandé nos droits. »

Du nouveau dans la grève illimitée des étudiants de l’École nationale supérieure vétérinaire. Le mouvement boucle aujourd’hui sa première semaine avec l’inattendue « sortie » de la direction du campus. En effet, le premier responsable de l’ENVS s’est tourné vers la justice en vue de se « réapproprier » les lieux. L’école a été assiégée dimanche dernier par les étudiants qui ont déclenché une grève illimitée. Le directeur, son staff administratif et les enseignants sont interdits d’accès depuis une semaine. Pour permettre la réouverture du campus et la reprise de l’activité pédagogique, l’avocat de l’école a introduit une action en justice. 12 étudiants ont été convoqués jeudi dernier pour se présenter ce matin au tribunal administratif près la cour d’Alger.

(Lire la suite)

Ecole nationale vétérinaire: Les étudiants en grève illimitée

vet.jpgL’école supérieure nationale vétérinaire (ENSV) et son annexe, sise à Belfort dans la commune d’El-Harrach, est en ébullition depuis dimanche matin. Un mouvement de grève illimitée a été déclenché par les étudiants le jour du dernier examen. Le portail où de nombreuses affiches sont placardées est désormais fermé. Le droit d’accès est interdit au directeur et à tout le staff administratif ainsi qu’à tous les enseignants depuis dimanche dernier.

Seuls les étudiants exhibant leur carte et les agents de sécurité qui se relayent sont autorisés à rejoindre leur poste et à veiller à la sécurité de l’ESNV. Les étudiants étaient hier sur les lieux, les seuls maîtres et propriétaires du campus où, il fut un temps, tout leur était strictement interdit par le premier responsable.

 

(Lire la suite)

Les chouaker de l’AADL !

adl.jpgLes bénéficiaires des logements AADL, site de Draria, programme 2002 ont observé un sit-in dimanche matin devant le siège de l’AADL à Said Hamdine. Les protestataires ont dénoncé l’indifférence imposée par la direction de l’AADL quant à une revendication «toute légitime», celle d’être recasés dans le site de Ouled Bouzid, dans la commune de Draria. Le directeur commercial de l’AADL a demandé aux manifestants d’attendre encore 10 ans s’il le faut. « S’agissant des 800 autres logements inclus dans ce même programme de 2002, ils seront distribués à qui nous voulons nous » a déclaré le responsable de l’AADL.

Birkhadem: Ould Abbes expulse 17 familles

birkhadem.jpgDix sept familles occupant des logements de fonction dans le centre spécialisé de rééducation de Birkhadem ont été expulsées hier par les services du ministère de la Solidarité sur ordre de la justice. Ces familles s’ajoutent aux 11 autres expulsées en juin de l’année dernière du même centre. Ces familles habitaient depuis plus de 50 ans dans le centre spécialisé de rééducation de Birkhadem. Les faits de cette affaire remontent à 2001, quand 17 familles d’éducateurs et de hauts cadres du centre spécialisé de rééducation, rattaché au ministère de la Solidarité nationale, ont été sommées de quitter leur logement. 

(Lire la suite)

Algérie: Le calvaire des souscripteurs du programme AADL de 2001

addl.jpgPlusieurs centaines de souscripteurs au programme location-vente de l’Agence pour l’amélioration et le développement du logement (AADL) pour la période allant du 18 août au 31 décembre 2001 ont tenu hier un rassemblement devant le ministère de l’Habitat.  Ils attendaient la réponse du département de Noureddine Moussa à propos de leur cas, en suspens depuis neuf ans. Mais ils étaient surpris de constater que l’accès au ministère a été interdit même à leurs représentants, qui ont pourtant tenu plusieurs réunions avec le chef de cabinet. Une nouvelle fois, on leur a signifié qu’ils doivent attendre encore un autre mois pour avoir une réponse. 

«C’est la deuxième fois qu’on nous annonce une nouvelle date», a crié un protestataire, très en colère. Pour les protestataires, ce nouveau report signifie que le département de M. Moussa veut gagner du temps et qu’il ne se soucie nullement de leur cas. Leurs inquiétudes s’amplifient avec cette annonce, alors que des responsables de l’AADL avaient auparavant annoncé que deux sites étaient dégagés pour construire des logements devant être attribués en exclusivité à ces souscripteurs.

(Lire la suite)

Algérie: plusieurs APC fermées par les citoyens

emeutesberriane.jpgL’APC de Taourirt Ighil dont le siège se trouve au village de Tizi El-Korn, dans la daïra d’Adekkar, wilaya de Béjaïa, est fermée depuis le 29 mars 2010 et son président, Ali Saïd, a pris la fuite en emmenant avec lui sa famille, rapporte Le Courrier. Officiellement, c’est le aârch qui est derrière la fermeture de l’institution de la République. S ur place, le porte-parole du aârch, Mohand Youcef, a reconnu que c’est cette structure traditionnelle qu’il représente qui est derrière la fermeture de l’APC. Notre interlocuteur ajoute: «Tant que nos deux principales revendications, à savoir le départ sans condition du président d’APC et la venue d’une commission d’enquête sur la gestion de l’APC, ne sont pas satisfaites, nous maintiendrons la fermeture de l’APC».

A Bouira, les citoyens de la commune de Taghzout, à dix kilomètres à l’Est du chef-lieu de wilaya, ont procédé, hier, à la fermeture du siège de l’APC, empêchant, par la même action, les employés de rejoindre leur lieu de travail.

(Lire la suite)

Amizour: Projet de revêtement du Chemin de wilaya 158

amizour2225452.jpgAssociations des villages:Boumraou, Aregrag, El-Hamma, Ouaoucha

Laissé à l’abandon depuis des décennies, le Chemin de wilaya 158, (du Chef-lieu à Taddart Tamokrant) vient, enfin, de bénéficier d’un programme de réhabilitation. Le projet en question prévoit la remise en état du Chemin sur une distance de 13 Kms, répartis en 2 tranches: une 1e tranche de 6 Kms, achevée et une 2e tranche de 7 Kms dont les travaux seront lancés incessamment.

Cependant, force est de constater, encore une fois, que l’APC s’autorise et de manière arbitraire à dénaturer le projet en question, en détournant la deuxième tranche (7 Kms) ce qui porte de graves entorses à ce programme mais surtout à la réglementation. De ce fait, la  démarche de l’APC consiste à opérer des modifications illégales et de faire réaliser la 2e tranche de façon sélective et discriminatoire, excluant les villages de Boumraou, Aregrag, El-Hamma et Ouaoucha et d’intégrer des localités non retenues dans le projet tel que prévu initialement. En effet, comment expliquer la décision de l’APC d’interrompre les travaux de revêtement au niveau du village de Ouaoucha, de transgresser le tracé initial pour les poursuivre en sens inverse, à partir de Taddart Tamokrant, ce qui n’a pas été prévu dans le programme ?

(Lire la suite)

1...34567...13

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER