• Accueil
  • > Mouvement social en Algérie

Archive pour 'Mouvement social en Algérie'

Des citoyens en grève de la faim à Aïn Berda, Annaba

ainberda.jpgLe siège de l’APC de Aïn Berda dans la wilaya de Annaba a été investi de force hier par une foule de mécontents, après la publication de la liste des bénéficiaires de logements. Les protestataires ont pris d’assaut les bureaux de l’APC criant à l’injustice et scandant des slogans hostiles au P/APC. Une dizaine de femmes et plus d’une vingtaine d’hommes ont décidé, hier, d’observer dans la cour même de l’Hôtel de Ville une grève de la faim avec leurs progénitures rameutées. Une indescriptible agitation régnait sur les lieux : des femmes et des enfants en pleurs, des hommes en colère vociférant des menaces de suicide collectif dans le cas où les pouvoirs publics entérineraient la liste contestée et ne procèderaient pas à son annulation pure et simple, rapporte Midi Libre.

Oued Koriche: Des émeutes en réponse aux fausses promesses de Ould Abbès

ouldabbes14184.jpgRencontrés hier sur une terrasse de ce qui reste d’un immeuble dont les occupants n’en garderont que des mauvais souvenirs, les citoyens de Oued Koriche reviennent sur cet après-midi du jeudi.Toufik Mélikchi, lui qui a perdu deux de ses frères en ce mardi a gros sur le coeur. «Serait-il normal qu’on nous fasse une promesse de nous reloger en 24 heures sans que cette promesse ne soit respectée», s’est il interrogé. Et d’ajouter, «il ne suffit pas de se tenir face aux caméras et journalistes et de dire à haute voix que les sinistrés vont être pris en charge dans 24 heures, on est à notre quatrième jour en plein air et rien n’a été fait pour apaiser nos maux, les femmes et les enfants ont passé 3 nuits consécutives à la belle étoile et personne n’a daigné s’approcher de nous».

Face à cela, dira un autre attristé, «nos voisins des autres immeubles de même que ceux des cités avoisinantes se sont montrés solidaires avec nous». La colère ne faisait que grandir et l’imparable devait arriver. Les forces antiémeutes ont été prises pour cible par les jeunes protestataires, après que ces forces les aient empêchés de réduire en cendres le siége de l’APC». Evoquant le relogement proposé dans des chalets érigés à cet effet dans la localité de Ouled Moussa, dans la wilaya de Boumerdès, la plupart, pour ne pas dire tout ceux concernés par le relogement, ont affiché un refus catégorique à cette solution du «provisoire qui dure», ont-ils fait savoir. Le Courrier d’Algérie

AADL programme 2001: sit-in des souscripteurs

logementsaadl18.jpgDes dizaines de souscripteurs au programme AADL 2001 ont tenu hier un sit-in devant le siège de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement, à Saïd- Hamdine à Alger. Ils protestent contre le retard dans l’affichage des listes des bénéficiaires, pourtant, ils sont parmi les premiers à postuler, il y a plus de neuf ans, à cette formule. Les souscripteurs indiquent avoir déposé leur dossiers entre le mois d’août et le 31 décembre 2001. Depuis, des milliers de logements ont été distribués et des dizaines de sites ont été réceptionnés mais sans qu’ils en bénéficient. Des souscripteurs, documents en mains, ont affirmé avoir reçu des ordres de versement de la première tranche dans le cadre du programme AADL/CNEP. Une procédure qui n’est toujours pas effectuée à cause de blocages bureaucratiques. Actuellement, des milliers de souscripteurs sont ballottés entre l’AADL et la CNEP, dénoncent nos interlocuteurs, rapporte le Jour.

Les étudiants de l’INH de Boumerdès protestent

petrole.jpgDes centaines d’étudiants de l’INH de Boumerdès ont exprimé durant toute la matinée mardi, dans l’enceinte de leur faculté, leur courroux suite à la décision du wali de Ouargla de limiter le recrutement dans les compagnies pétrolières nationales et internationales aux seuls diplômés du Sud du pays, notamment ceux de Ouargla, Touggourt et Hassi Messaoud. Les étudiants de l’Institut National des Hydrocarbures de Boumerdès se disent étonnés par la décision qu’ils n’ont pas hésité à qualifier de décision porteuse de bourgeons de régionalisme aux conséquences imprévisibles, rapporte Le Courrier.

Constantine: plusieurs lycéens arrêtés par la police

lyceens.jpgPlusieurs lycéens ont été arrêtés hier par les services de sécurité suite à une marche organisée à Constantine. En effet, des centaines d’élèves des lycées « Fadila Saadane » et « Ibn Badis » de la ville de Constantine ont marché vers la direction de l’Education pour protester contre la surcharge des programmes scolaires. El Mouhtarem 

Commémoration du 5 octobre 1988: Regroupement et marche à Alger

raj.bmpSynthèse d’El Mouhtarem d’après El Watan 

5 octobre 2009, 12h25. Place des Martyrs. Lieu de rendez-vous des partisans du Rassemblement actions jeunesse (RAJ) pour la commémoration annuelle des événements du 5 octobre 1988. 
Mis à part quelques policiers en uniforme et en civil postés çà et là, la placette était calme. Etrangement calme même. Et pour cause, le mot d’ordre des manifestants: «Discrétion». Des groupes épars de personnes attendent «le signal»… Certaines d’entre elles se perdent en conjectures des événements susceptibles de survenir. Montant mille et un scénarii, certains s’imaginant même menottes aux poings, embarqués par les forces de sécurité. (…)

Hakim Addad, secrétaire général du RAJ, annonce que les policiers autorisent la cérémonie de commémoration, mais lui interdisent formellement de prendre la parole. 12h40. Un étrange mouvement se forme sur la place et des dizaines d’hommes et de femmes, jeunes et moins jeunes, convergent, en quelques secondes, vers le kiosque situé au centre de la placette. (…)

Des banderoles sont accrochées de part et d’autre du kiosque, des pancartes sur lesquelles l’on peut lire «Algérie démocratique» sont agitées, comme pour narguer les quelques policiers qui surveillent de loin, pour l’instant du moins, le déroulement de cette manifestation. Le secrétaire général du RAJ, après avoir lu une déclaration dans laquelle il prédit, et invite, un «tsunami de rage», observe une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes d’octobre 1988 et «de toutes celles de la répression depuis cette date et jusqu’à aujourd’hui». (…)

(Lire la suite)

Tizi-Ouzou: Emeutes contre la prolifération des bars à Mechtras

emeutes1.jpgSaid Radjef pour « Algérie Politique »
 
Des accrochages avec les éléments de la gendarmerie et de la garde communale ont failli faire des dizaines de blessés dans la commune de Mechtras, située a moins de 40 kilomètres de Tizi-ouzou, lors d’une manifestation menée spontanément par la population locale contre la prolifération de bars.
 Les incidents se sont produits vendredi dans l’après midi, aux environ de 15 heures. Durant leur marche , les manifestants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir, accusé de mener une politique de clochardisation en Kabylie.

Selon  de nombreux manifestants, une grande partie de ces bars et lieux de débauche, serait à la solde d’officiers de haut rang dans la gendarmerie et la police. Pour mémoire, les Djemaa de Mechtras ont adressé plusieurs lettres aux chefs de gouvernement qui se sont succédés au cours de ces cinq dernières années ainsi qu’au président de la république pour mettre un terme à cette situation qui a provoqué plusieurs drames dans la région.  
Aujourd’hui, malgré la fermeté de la législation en vigueur, la commune de Mechtras qui ne dépasse guère les 15000 habitants, compte désormais prés de 40 bars qui prospèrent.   

Amizour : Alors que le siège de l’APC toujours sous scellées, une délégation des habitants reçue aujourd’hui par le wali

ddk.jpgR.Z pour « Algérie Politique »

Les habitants de Taddart Tamokrants ont passé hier leur troisième nuit consécutive devant le siège de l’APC toujours sous scellées. Dans la matinée d’aujourd’hui,  une délégation représentant les sept  villages de la localité  s’est déplacée à la wilaya où elle est attendue par le wali pour  des pourparlers  autour de la situation. Cette réunion, à laquelle prendra part le P/APC qui s’est éclipsé pendant ces dernières 72 heures, s’avère décisive.

En effet, selon un  membre du comité d’organisation du sit-in, les protestataires, qui occupent  toujours les lieux,  attendent  l’issue de cette rencontre, pour décider des suites à donner à leur action de protestation. «Nous espérons et nous voulons des réponses sérieuses à nos doléances» et de rappeler que la levée du sit-in est conditionnée aux  réponses que réservera le wali à nos revendications.

Rappelons que les problèmes soulevés par les protestataires sont liés essentiellement à l’épineux dossier du CEM, à l’état des routes, de l’éclairage public, de l’assainissement et  à l’approvisionnement en eau potable.

Amizour : Les protestataires de Taddart Tamokrants ne baissent pas les bras

ddk.jpgR.Z pour « Algérie Politique »

Ni la fatigue ni le jeûne ni encore moins les pressions et les intimidations à peine voilées des services de sécurité n’ont eu raison de la détermination des habitants de Taddart Tamokrants qui observent un sit-in devant le siège de l’APC.

L’évènement alimente toutes les discussions. La RN 75 reste toujours fermée à la circulation qui va dans tous les sens. Des embouteillages monstres se forment à longueur de  journée. Les sièges de l’APC et de l’état civil  demeurent fermés. Au deuxième jour du siège, c’est le suspens total. Aujourd’hui (Mardi), les responsables de la sûreté de daïra  sont revenus à la charge pour rencontrer les protestataires  à qui ils ont transmis «un message du wali» et par la même occasion, leur  demander de «libérer les lieux». Selon des  animateurs du rassemblement,  le chef de l’exécutif de wilaya à transmis une invitation verbale à une entrevue pour le jeudi prochain. Rien n’y fait. La position des habitants qui ne décolèrent pas  n’a pas changé d’un iota: la présence du wali ou, à défaut,  une invitation écrite officielle.

Par ailleurs, l’on apprend que la visite que devait effectuer le wali à l’hôpital d’Amizour, à l’occasion du 27e jour du Ramadhan, a été annulée.  Les membres de l’exécutif  local, ce qui n’est pas de leurs habitudes,  préfèrent  «disparaître». Le mouvement de protestation ne cesse d’enregistrer  des marques de solidarité et de sympathie de toutes parts. 

Photo: DDK

Taddart Tamokrant (Amizour): Imposant rassemblement des habitants devant le siège de l’APC

blank.jpgPar R.Z pour « Algérie Politique » 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image. Les protestataires ferment le siège de l’APC et celui de l’état civil

C’est en force et déterminés que les habitants de Taddart Tamokrant, à une vingtaine de km d »Amizour (Béjaia),  se sont déplacés au chef- lieu de  la commune pour exprimer leur colère vis-à vis des élus locaux «qui n’ont pas tenu à leurs engagements et tourné le dos à leurs doléances.»  

Côté  élus, aucun signe de vie

Tôt ce matin, une longue caravane de véhicules (voitures, bus camions) transportant les citoyens protestataires ont envahi  tout le centre-ville, rendant  toute circulation impossible dans tout le secteur. Une fois sur place, les encadreurs de cette démonstration ont mis sous scellées le portail du siège de l’APC ainsi que celui de l’État civil, empêchant, de ce fait, les personnels d’y accéder.

Parfaitement  organisés, les quelques 500 manifestants se sont agglutinés devant le siège de l’APC en brandissant des banderoles sur lesquelles on peut lire: «Halte aux mépris !», «Halte à la politique de l’exode rurale ! » , «Rendez-nous notre CEM !», «Messieurs les élus, respectez vos engagements !». Justement, côté élus, aucun signe de vie,  certainement «surpris» par l’ampleur de la démonstration.

Dans une déclaration rendue publique sur les lieux du sit-in, les protestataires rappellent les raisons de leur mécontentement liées principalement au problème du CEM dont le dénouement tarde à venir, à l’état de la route, à l’alimentation en eau potable. Concernant ce dernier point, selon des habitants de cette localité, «Bizarrement, et comme par magie, la veille de cette action de protestation, l’eau s’est remise à couler dans les robinets alors que des ouvriers communaux se sont mis à réparer l’éclairage public.» Comment est-ce possible ? Selon un animateur et membre d’une association partie prenante de cette action, « le P/APC a été aperçu la veille à Taddart Tamokrant et a eu vent de ce qui allait se passer le lendemain. »  

(Lire la suite)

1...45678...13

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER