• Accueil
  • > Mouvement social en Algérie

Archive pour 'Mouvement social en Algérie'

Béchar: Les sinistrés de Debdaba manifestent leur courroux

algerieemeute310304.jpgBéchar – Ils ont dénoncé la «minimisation des dégâts» par l’ENTV

 

Les habitants des quartiers de Debdaba sont descendus, hier, dans la rue pour exprimer leur courroux contre la télévision algérienne qui aurait minimisé les dégâts causés par les dernières intempéries.

Hier, vers 11h30, les habitants de Haï Numro ont bloqué la circulation routière en brûlant des pneus et des troncs d’arbres au milieu de la chaussée. Certains se sont attaqués à toutes les cabines téléphoniques d’un opérateur privé, implantées le long du boulevard Emir Abdelkader. Non loin de là, d’autres ont ciblé par des jets de pierre la devanture de la Banque nationale d’Algérie de Debdaba. L’enseigne et le dispositif extérieur d’alarme ont volé ainsi en éclats.

Alertées, les brigades anti-émeutes sont intervenues pour empêcher les manifestants de passer les ponts qui les séparent du centre-ville situé de l’autre côté de l’oued. Ce n’est qu’une heure et demie plus tard que tout devait rentrer dans l’ordre et la circulation a été rétablie au niveau des différentes artères de Debdaba.

Un officier supérieur de la P.J., rencontré sur les lieux, assure que les services de l’ordre restent en alerte pour parer à toute éventualité car il est difficile de prévoir la réaction de ces jeunes qui risquent de reprendre leur action à tout moment pour manifester encore contre la minimisation des dégâts dans la couverture médiatique de la télévision. (…)

Il est à noter que, sur les 5 ponts de la ville de Bechar, trois seulement sont ouverts à la circulation. Les deux autres sont fermés par mesures préventives en attendant les résultats d’expertise. Cette situation perdure depuis les fortes pluies qui se sont abattues sur la région mercredi, jeudi et vendredi derniers. En effet, la wilaya de Bechar, qui recevait un taux moyen annuel de 100 millimètres, a enregistré 101 millimètres au cours des 48 heures allant de mercredi soir à vendredi avec une densité de 850m3 par seconde. Et pour revenir aux dégâts occasionnés par les intempéries, on citera cette école située au «quartier 8», totalement détruite; ce centre de formation professionnelle dont les murs des classes n’ont pas pu résister aux forces de la nature et dont un véhicule, Partner, a été jeté par les eaux aux confins de l’oued Tighélyine. Le pont de la Choufane a été, lui, endommagé à 100% et fermé à la circulation piétonne et routière. C’est aussi le cas du pont Ouled Bazayed, lui aussi endommagé et qui sera soumis à l’expertise. Pour ce qui est du pont érigé au niveau de Oued Kaloum sur la RN6 desservant la wilaya de Bechar par le Nord, l’ossature est intacte, seuls les remblais ont subi des dommages et la circulation a été rétablie à ce niveau.

Messaoud Ahmed (La Voix de l’Oranie)

Colère citoyenne

lyceensencolere.jpgUniversité de Tizi Ouzou : Grève à la faculté de médecine

Les étudiants de la faculté de médecine de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou ont observé hier une grève. Les étudiants ont élaboré une plateforme de revendications qu’ils vont transmettre au doyen de la faculté. Ces étudiants revendiquent essentiellement le maintien du système de rachat et l’abrogation de la note éliminatoire pour les étudiants ayant une moyenne générale supérieure à 10 sur 20. Cela, selon eux, afin de raccourcir le cursus universitaire des études médicales déjà trop long. Les protestataires exigent aussi une prise en charge effective durant les périodes de leurs stages au niveau du CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou.

Maâtkas (Tizi-Ouzou): Marche des lycéens

Ils étaient plus de 900 élèves du lycée d’enseignement polyvalent (LEP) de Bouhamdoune à débrayer hier pour organiser ensuite une marche pacifique afin de dénoncer les conditions déplorables dans lesquelles ils évoluent, mais aussi les «agissements néfastes» de leur direction à leur égard.

Boumerdès: Rassemblement des sinistrés devant le siège de la wilaya

Une centaine de sinistrés du séisme de mai 2003, habitant Bordj Ménaiel, ont organisé hier un rassemblement devant le siège de la wilaya «pour protester contre le retard mis dans le versement des aides au loyer », dont ils bénéficient, en attendant leur relogement. En effet, les manifestants, qui ne sont toujours pas relogés suite au retard accusé dans la réalisation du programme de reconstruction dans la commune de Bordj Ménaiel, protestent contre le « blocage des aides au loyer depuis mars dernier », à cause de la mise sous mandat de dépôt de l’ancien directeur de l’action sociale pour une affaire de malversation. 

Sources El Watan. Synthèse d’El Mouhtarem

Colère citoyenne

egyptealexandrieemeutes16avril20061.jpgAfir (Boumerdès) : Les citoyens ferment le siège de l’APC

Les habitants de Tala Ayache, dans la commune d’Afir ont fermé hier, pour le deuxième jour, le siège de leur APC. Le mouvement de protestation, entamé avant-hier, se veut une expression du « ras-le-bol » des citoyens devant la persistante pénurie d’eau potable. Des coupures d’eau fréquentes et prolongées ont fini par exacerber la colère de ces villageois. Les citoyens ont dû recourir à cette forme de contestation « après avoir constaté que les autorités ne font rien pour régler ce problème qui dure depuis des années ». El Watan

Amira après (Mila) : Le siège de la commune attaqué par les manifestants

La problématique de l’augmentation du prix du transport, qui a touché il y a peu de temps plusieurs dessertes, est actuellement au centre de nombreux mouvements de protestation dans la wilaya de Mila.

Avant-hier, c’était au tour des collégiens et lycéens de la commune de Amira Arres de s’insurger contre la majoration des tarifs du transport. Plusieurs dizaines de lycéens et d’élèves du cycle moyen s’en sont pris furieusement au siège de l’APC, dont ils ont brisé la totalité des vitres. Les émeutiers se sont attaqué à un pan du mur de l’hôtel de ville qu’ils ont détruit, alors que la route principale longeant le siège de l’APC a été barricadée à l’aide de pneus enflammés et divers objets hétéroclites. El Watan

Sidi Said s’en prend à la fondation Friedrich Ebert

logo.jpgLe secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, a indiqué, hier à Alger, que la fondation Friedrich Ebert a dépassé ses prérogatives et ses missions. «Je considère que la fondation Friedrich Ebert ne fait pas son travail tel qu’il a été déterminé. Elle dépasse ses prérogatives et ses missions en Algérie », a déclaré M. Sidi Saïd. Il a ajouté qu’« autour de certaines conférences, elle va même jusqu’à apporter des jugements de valeur sur les différentes actions du pays, que ce soit dans le domaine social ou économique », estimant qu’« il faut reconsidérer la présence de cette fondation en Algérie ». « Notre organisation (UGTA) a aidé cette fondation à s’installer en Algérie dans le cadre de la coopération syndicale et de l’épanouissement du travail collectif », a-t-il fait savoir, relevant toutefois que « malheureusement, elle a dépassé les missions préliminaires auxquelles elle était destinée ». « On ne permettra jamais aux étrangers de porter des jugements de valeur sur les Algériens. Ce n’est pas aux étrangers, autour de missions ou de fondations, de s’immiscer indirectement dans les affaires des Algériens », a-t-il insisté.

Commentaire: J’apporte tout mon soutien à la fondation Friedrich Ebert qui a le mérite d’organiser des débats sur les questions socioéconomiques en Algérie. La Fondation a toujours mis à la disposition des syndicats autonomes et des associations ses locaux pour organiser des séminaires et autres rencontres.

Sidi Said ne veut pas comprendre que l’UGTA n’est qu’une coquille vide. Il suffit de voir la liste des membres de la CEN pour se rendre compte que la centrale n’est pas composée de syndicalistes, mais de barons du système.

Savez-vous que l’ancien président de l’APN, Amar Saadani, est toujours membre de la CEN ? Savez-vous que plusieurs députés du RND et du FLN siègent à la CEN ? Savez-vous que l’ancien DEC de Dely Brahim, Lagdar, est encore membre de la CEN ?

Les acteurs de la société civile doivent exprimer leur soutien à la fondation Friedrich Ebert et dénoncer les agissements de Sidi Said, cet homme qui « assume » la faillite de la CNAS et son implication dans l’affaire Khalifa. El Mouhtarem

Pour réagir: elmouhtarem2007@gmail.com

 

 

Urgent: Berriane crie au SECOURS !

beriane.bmpVendredi 12 septembre. Les forces de sécurité composées de policiers, gendarmes et CRS, ont envahi l’école « Chikh Amar » sise à « Kar Tine » dans la commune de Berriane. Cette école abrite des familles victimes des derniers événements qu’a connus la région. Les forces de sécurité ont fait usage d’une violence: bombes lacrymogènes, matraques…pour jeter dans la rue ces familles. En effet, ni les cris des femmes, ni les pleurs des enfants n’ont empêché les forces de la répression d’exécuter des ordres venus d’une administration pourrie.  Il ne reste aux familles de Berriane que de crier AU SECOURS ! AU SECOURS !  AU SECOURS !   

Par El Mouhtarem

Colère des citoyens de la commune d’Aït Yahia Moussa

feudeforet.jpgLes citoyens de la commune d’Aït Yahia Moussa dans la wilaya de Tizi-Ouzou ont manifesté leur colère suite aux incendies qui ont touché leur localité. Accusant les militaires d’être derrière ces incendies, la population est sortie dans la rue pour protester contre l’absence d’une prise en charge de la part des autorités. Depuis mardi, la RN25 a été obstruée par les manifestants qui se sentaient véritablement livrés à eux-mêmes.

Plus d’une trentaine de foyers d’incendies ont été recensés rien que pour la journée de mardi. Ces incendies ont causé des blessures à six personnes, dont trois sont dans un état grave, dans la commune d’Aït Yahia Moussa. L’une des victimes est une femme.
A Aït Yahia Moussa, la majorité des villages ont été touchés par les incendies de forêt. Les citoyens de Afir ont été surpris par les feux gigantesques qui avançaient jusqu’à atteindre carrément l’intérieur des habitations.
Synthèse d’El Mouhtarem

Colère citoyenne

1colere.jpgRelizane: manifestaion des jeunes contre l’augmentation du prix du transport:

Des dizaines de jeunes de la nouvelle-ville Adda- Benada, ex-Bermadia, à 5 km du chef-lieu de Relizane, ont investi, hier, la rue reliant la nouvelle-ville au chef-lieu  pour  protester contre l’augmentation du prix du ticket de transport passé de 15 à 10 DA.
Les manifestants ont barré la route à l’aide de pierres. Les éléments du service de sécurité sont intervenus pour disperser les protestataires. Par ailleurs, des jeunes s’étaient dirigés vers le siège de la wilaya, où le premier responsable a donc écouté les cris de détresse de la population tout en enregistrant leurs doléances.

Constantine: les habitants de Bardo manifestent:

Le début de l’opération relogement des 350 bénéficiaires de logements, dans le cadre de la deuxième phase de l’éradication du quartier Le Bardo, à Constantine, a été marqué par une vague de protestation.
Près de 200 personnes ont manifesté leur colère à l’égard de l’administration, accusée de faire preuve d’exclusion et de partialité dans le traitement de ce dossier. Les manifestants, qui ont tenté à un moment donné de fermer la circulation au niveau de l’avenue Rahmani- Achour, ont dû céder face au dispositif des agents de l’ordre, présents en force sur les lieux.

Tipaza: Les habitants de Si Amrane ferment la route:

Les habitants du village Si Amrane dans la commune de Menacer ont fermé hier la route menant vers la commune de Cherchel suite à l’augmentation du prix du transport. En effet, en dépit de la décision de la direction des transports de la wilaya de Tipaza obligeant les  transporteurs  à surseoir à leur décision d’augmenter de 5 DA le prix du ticket, ces derniers refusent d’obtempérer. 

Les chômeurs de Tamanrasset sortent dans la rue !

emotionscolereclr.jpgTamanrasset: les chômeurs manifestent: 

Plusieurs dizaines de jeunes chômeurs ont fermé hier la route principale de la ville de Tamanrasset enant vers le siège du cabinet du Wali. L’action a été menée après un sit-in organisé devant le bureau de wilaya de l’agence nationale de l’emploi (ANEM). A l’origine de la protestation, un avis de recrutement de 70 ouvriers lancé par des entreprises étrangères, mais à la surprise des chômeurs, l’ANEM a lancé un recrutement de trois employés. 

Les protestataires ont dénoncé les pratiques obscures qui entourent le  recrutement au niveau de l’ANEM, la sous-traitance à laquelle recourent les entreprises et l’exclusion des enfants de région dans les concours de recrutement. Les contestataires affirment que le tirage au sort de recrutement se déroule en l’absence de l’inspecteur du travail et des représentants des chômeurs. 

 

Batna : des bombes lacrymogènes pour disperser des manifestants: 

 

Au troisième jour de leur protestation, les habitants de la commune d’El Djezzar ont fermé hier le siège de la daïra pour exiger le départ de son responsable. Les gendarmes ont eu recours aux bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants. Plusieurs manifestants ont été arrêtés. Les contestataires ont procédé à la fermeture de

la RN 28 reliant Batra à M’sila. 

 

Alger : arrestation de 5 personnes dans un mouvement de protestation:

 

 

La police antiémeute a procédé hier à l’arrestation de 5 personnes lors d’une manifestation. Venues de Oued Semman, plusieurs familles ont protesté contre leur exclusion du logement social. Elles rejettent la formule LSP, puisque elles sont incapables de payer la somme de 112 millions de centimes exigée par l’administration. A signaler que plusieurs jeunes ont été arrêtés et qu’un autre jeune s’est immolé.

(Source EL Khabar/ Synthèse et traduction d’El Mouhtarem)

Colère citoyenne

colere.jpgOran: Echauffourées entre police et squatters à Médioni:

Au lendemain de leur évacuation, trois familles ont squatté des vieilles bâtisses dans les quartiers  de Médioni. L’opération d’expulsion de ces familles a été musclée. En effet, les passants ainsi que les automobilistes ont été contraints d’emprunter d’autres artères du quartier. Un groupe de jeunes s’est enfermé dans une chambre de l’immeuble avec une bouteille de gaz et menacent de tout faire sauter si les policiers se hasardaient à l’intérieur du haouch. Dehors, un jeune exhibait un gros couteau de boucherie avant de se mutiler le corps, au thorax et aux membres inférieurs, sous le regard hagard des curieux qui assistaient à la scène.  

Les jeunes ont campé sur leur obstination à ne pas céder le moindre pouce de terrain et à n’importe quel prix. Dix heures 30 passées, les policiers sont entrés dans l’immeuble, sous les cris des assaillants et aussi de la foule à l’extérieur. Quelques minutes plus tard, les policiers ont mis hors d’état de nuire deux jeunes et récupéré un arsenal impressionnant d’armes blanches. 

Djelfa: poursuite de la protestation contre l’absence de l’eau potable:

Les habitants de plusieurs quartiers de la ville de Djelfa poursuivent leur mouvement de protestation en raison de l’absence de l’eau potable depuis trois mois. En effet, les habitants de la cité Zariaa ont organisé hier un rassemblement avant de procéder à la fermeture de la RN1. 

Batna: les habitants d’El Djezzar demandent le départ du chef de daïra:

Des dizaines d’habitants de la commune d’El djezzar dans la wilaya de Batna ont organisé hier un rassemblement devant le siège de daïra avant de procéder à sa fermeture. Les habitants qui réclament le départ de leur chef de daïra ont protesté contre l’indifférence affichée par ce dermier à l’égard de leurs préoccupations quotidiennes.  Il convient de signaler que l’APC d’El Djezzar demeure bloquée depuis son installation en novembre 2007. 

Sétif: les habitants de la cité 360 logements protestent:

Les résidents de la cité 360 logements de la ville de Sétif ont organisé hier un rassemblement pour portester contre un projet de construction de 48 logements. En effet, une entreprise s’apprête à réalisé des immeubles au niveau du seul espace qui sert de parking aux résidents de la cité. Les habitants ont demandé aux autorités d’intervenir en urgence pour annuler le projet.

Synthèse d’El Mouhtarem 

Colère citoyenne

Les habitants de Menaceur (Tipaza) bloquent la route:

Les habitants de la commune de Menaceur ont bloqué la route durant deux jours, les mardi 19 et mercredi 20 août, pour protester contre l’augmentation des tarifs du transport des voyageurs ; en particulier de celui appliqué sur la ligne Menaceur-Hadjout, passé de 30 DA à 35 DA. Les habitants ont également protesté contre la détérioration des routes de la localité. 

1...7891011...13

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER