Archive pour 'Non classé'

Algérie: La course à l’enrichissement sur le dos de l’EN a bel et bien commencé

sadane.jpgSalim pour « Algérie Politique »

 

Plusieurs titres de la presse nationale ont dressé le bilan de M. Rabah Sâadane à la tête de l’équipe nationale durant trois ans (octobre 2007 à août 2010). 

Il est intéressant de parler de bilan car ce terme signifie, d’une part, donner des faits chiffrés de cette période et, d’autre part, la comparer avec une autre période «comparable» de la gestion de l’EN. 

 

A cet effet, le site de
la FFIA nous permet de remonter dans le temps (
http://fr.fifa.com/associations/association=alg/fixturesresults/gender=m/index.html). Ou : cliquer sur « clubs et sélections» puis «équipe nationale» puis «zone Afrique» puis «Algérie» puis «calendrier et résultats» puis dans la rubrique «cherche résultat» on sélectionne «Algérie» et la «période» que l’on veut.

(Lire la suite)

La répression des familles de disparus en Algérie…

ksentini.jpg…les scandaleuses déclarations de Me Farouk Ksentini

Algeria-Watch, 6 septembre 2010

 

Me Farouk Ksentini, le « Monsieur droits de l’homme » du gouvernement algérien, l’avait annoncé à la fin du mois de juin 2010 : il ne tolérerait plus de rassemblements devant le siège de l’organisme officiel qu’il préside depuis 2001, la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH) ; et il aurait donné l’instruction de les interdire1. Cette annonce a été mise en œuvre à Alger dès le premier mercredi du mois d’août – le mercredi est, depuis près de douze ans, le jour des rassemblements hebdomadaires des familles de disparus, qui réclament « vérité et justice » pour leurs proches victimes de disparitions forcées, comme avant elles les « Folles de la place de Mai » argentines.

Lire la suite: www.algeria-watch.org

Qu’il pleuve ou qu’il vente ou sous un soleil de plomb … nous serons toujours là !

disparus11300x224.jpgSous une pluie battante, malgré la présence des forces de l’ordre qui les attendaient, les familles de disparus n’ont pas hésité encore une fois à braver les interdits.

Déterminées à défendre la place qu’elles se sont appropriées voilà 12 ans, pour que leurs revendications ne soient pas oubliées, pour qu’elles ne soient pas oubliées, les familles de disparus répondant à l’appel de l’association SOS Disparus ont une fois de plus tenté de rejoindre la place Addis Abeba.

Usant du même stratège que les fois précédentes, elles ont emprunté les ruelles pour accéder à la CNCPPDH, mais cette fois ci, elles avaient changé l’heure du rassemblement qui était fixée à 13 heures au lieu de 10 heures du matin comme depuis 12 ans.

(Lire la suite)

Ramadhan: L’ambassadeur de l’Inde en Algérie rassure sur la qualité de la viande importée

viande.jpgL’ambassadeur d’Inde en Algérie, Kuldeep S.Bhardwaj, a assuré mardi 3 août que la viande rouge congelée sans os de Buffalo que le gouvernement algérien a décidé d’importer de son pays en perspective du mois de ramadhan est d’«une excellente qualité et 100 % hallal». «L’abattage se fait dans des abattoirs tenus par des musulmans, contrôlés selon le rite musulman», a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse. Il a ajouté que plusieurs pays musulmans dont le Koweït, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis,
la Jordanie,
la Malaisie, l’Iran, Oman, l’Egypte ou encore le Qatar importent ce produit depuis des années de son pays, considéré comme le troisième producteur mondial. A cela, il faut ajouter le quitus donné par des vétérinaires algériens qui ont séjourné en Inde, a-t-il argumenté.

(Lire la suite)

Baie d’Arzew: Une tentative de harga en massive mise en échec

cari.jpgUn patrouilleur de la marine nationale, rattaché à la station maritime des gardes-côtes du port d’Oran, lors d’un cabotage nocturne, a arraisonné dans la nuit de mardi à mercredi derniers, une véritable «armada» composée d’au moins une dizaine de petites embarcations pleines à craquer de postulants à l’émigration clandestine, apprend-on auprès d’une source crédible, rapporte La Voix de l’Oranie.  

Témoignage d’un harki: « Comment j’ai rejoint la France en 1956″

harki.jpgUn harki de Roubaix pour « Algérie Politique »

Dans votre blog, je vais partager avec vous tous, comment certains Algériens ont rejoint la France. Ils ne l’avaient pas fait par choix, mais ils l’avaient fait car ils ont été obligés de le faire pour des injustices commises par le FLN. Et c’est mon cas, j’ai rejoint la France en 1956.

A l’époque, j’avais 23 ans. Mon père Ahmed et mon frère Amar (âgé de 25 ans), tenaient une épicerie à Bordj-Menayel. La guerre avait éclatée. Beaucoup de mes voisins étaient des bandits de grand chemin. Ils étaient recherchés par la gendarmerie. Ils se sont réfugiés dans les forêts. Par la suite, ils ont trouvé le FLN et se sont enrôlés.

A cette époque, je m’en souvenais: Ces gens du FLN venaient voir mon père pour s’approvisionner. Au début, ils payaient la marchandise. Par la suite, ils venaient se ravitailler gratuitement, en nous disant : La guerre a commencé. On va chasser les roumis. Il faut aider vos frères.

Progressivement, la bonne volonté de mon père a commencé a tourner au cauchemar. Non seulement, le FLN venait prendre ce dont ils avaient besoin, mais ils ont exigé à mon père de cotiser chaque mois de l’argent.

Durant une année, mon père faisait son devoir de citoyen. A un certain moment, ce n’était plus par mois, mais toutes les quinzaines de jours. Et chaque fois, une autre somme. Du rackettage. Alors, mon père commençait à avoir de sérieux problèmes, car il ne pouvait pas satisfaire les demandes du FLN. Il a voulu avoir un entretien avec le chef pour s’expliquer. On lui a répondu : « Tu paies et c’est tout. Et si tu n’arrives pas, il faut vendre ta terre et ta maison ».

En revenant à la maison, mon père était devenu jaune comme un citron. Il m’avait dit: « Ces gens ne sont pas raisonnables. Je ne pense pas qu’ils cherchent la bonne solution. Ils cherchent à régler des comptes avec notre famille ». Un mois après, le FLN a sommé mon père de payer. Mais, il ne pouvait pas payer. Ils sont venus à la maison. Devant ma mère, un membre du FLN s’est énervé et a donné un coup de poing à mon père. Mon frère a intervenu. Et c’était la bagarre. Ils ont pris mon père et mon frère, en disant: « On va voir le chef et vous allez vous expliquer ».

Le temps a passé….On a retrouvé le corps de mon père et celui de mon frère. Tous les deux étaient égorgés comme des poulets. Et ma vie avait basculé ce jour-là. J’avais perdu mon père et mon frère, pour une question de sous. Devenu furieux, je ne savais pas quoi faire, et je voulais surtout me venger. Œil pour œil, dent pour dent.

Au début, j’essayais de rejoindre le FLN, mais on ne m’a pas accepté. A chaque fois, on me rejetait, avec des excuses gratuites. Si on m’avait accepté, j’aurai fait un carnage parmi eux. Un loup dans une bergerie. Donc, la seule voie qui me restait etait de rejoindre la France.

Le 27 mars 1957, j’ai mis l’uniforme. Et j’ai commencé à faire la chasse des gens qui ont tabassé mon père. Une année après, on avait capturé un type. Le capitaine m’avait appelé et il m’avait dit :Viens voir. Aujourd’hui, on a pris un Fellaga. Je me suis tout de suite rendu au poste. Ce jour-là était mon jour de chance. Effectivement, ce type était parmi les gens qui avaient tabassé mon père. Il a commencé à pleurer. Je lui ai dit :N’aie pas peur, mon frère. Tu vas tout me dire la vérité. Alors, il m’avait dit : C’est votre voisin avec lequel vous aviez des problèmes et des conflits de terrain. Il voulait massacrer ta famille. Moi, je n’y suis pour rien. C’est lui qui a donné l’ordre d’exécuter ton père et ton frère.

A ce type, je ne lui ai rien fait, mais les autres, c’était la chasse à l’homme. Que Dieu me pardonne, je les ai égorgés comme ils ont égorgé les miens. Et c’est comme cela que je suis devenu un harki, si on peut appeler cela un harki. J’ai quitté l’Algérie en 1963. Je vis à Roubaix. Je suis vieux et je suis devenu Français. Je ne regrette rien. Si c’est à refaire pour la même raison, je vais le refaire. Moi, j’ ai eu une histoire. Je l’ai réglée à ma manière. C’est tout. Le reste, harki, moudjahid, je n’avais rien à cirer.

Nos gouvernants seront toujours là, inébranlables, à faire leur travail:à nous gouverner

photodujour.jpgAuto-expert pour « Algérie Politique »

C’est le règne de l’imposture,que voulez-vous. Pour calmer les ardeurs des populations de ce pays on les caresse dans le sens du poil. On leur dit que vous êtes les meilleurs et capables de tout, même réussir au bac. On leur dit que leurs gouvernants sont là, et qu’ils veillent sur leur bien-être, les infos du 20 heures font foi, je n’invente rien.

 On leur construit des autoroutes et des barrages. On leur importe des oranges et du citron. Bientôt le marché sera inondé de viandes de toutes les couleurs, chez nous on n’affame pas la populace. On leur dira que les égouts qui fuient seront bientôt réparés, que les rues crevassées bientôt recouvertes de bitume, le carrelage des trottoirs sera bien-sûr achevé,…On leur dira que les Chinois font tout pour nous et que nous on se contentera seulement d’avoir des diplômes.

(Lire la suite)

Il n’y a que Ghania Oukazi qui a vu Tewfik

medienemohamed.jpg« Mohamed Mediène, plus connu par Tewfik, était lui directement dans le cimetière », a ecrit Ghania Oukazi dans Le Quotidien d’Oran.  « Juste après, les responsables de la sécurité présidentielle ont saisi les appareils photos des photographes des médias mettant ainsi fin au rêve de ceux qui, peut-être, par témérité, voulaient immortaliser l’arrivée d’un personnage qui a toujours échappé aux regards et aux zooms.

(Lire la suite)

هل هناك أعضاء في جهاز الأمن في غرداية يشجعون على إغراق منطقة مزاب بالخمور والمخدرات؟؟

 

vin.jpgد .فخار كمال الدين                                                          غرداية 22 جوان 2010

كاتب ومناضل من أجل الديمقراطية

وناشط في الدفاع عن حقوق الإنسان

kameleddine.fekhar@yahoo.fr 

    سمعنا الكثير من الحكايات التي تتناقلها الألسن، عن تعامل جهاز الأمن في غرداية مع الآفات الاجتماعية بنوع من اللامبالاة أو التراخي وحتى ربما التغاضي المقصود إلى درجة التشجيع وخاصة استهلاك الخمور وتعاطي المخدرات بين الشباب.

   ولكن ما حدث يوم الخميس 17 جوان 2010 في أحد الأحياء السكنية الشعبية بغرداية  يؤكد وللأسف كل هذه الحكايات المتواترة.

ففي حوالي الحادية عشر ليلا، تعالت أصوات معربدة، مليئة بالشتائم والألفاظ  الجارحة التي تخدش الحياء ولما خرج سكان الحي للاستطلاع وجدوا مجموعة من الشباب في مقتبل العمر ربما كان من بينهم قصر وهم في سهرة معاقرة للخمر واستهلاك للمخدرات، وعندما ازدادت درجة اللاوعي لديهم بدؤوا في الشجار فيما بينهم ثم تحول إلى  سب وشتم لسكان الحي وعندما حاول البعض إفهامهم و محاولة تعقيلهم، بدؤوا بالضرب وتلاه بعد ذلك رشق السيارات والمارة بالحجارة  وأصابوا بعضهم بجروح، وعندما قدم رجال الشرطة – بعد طول انتظار- القوا القبض على أحد هؤلاء المعربدين في حالة يرثى لها من السكر شديد, وبعدها تقدم المصابين بالجروح إلى مركز الشرطة لتقديم شكايات ضد المعتدين

(Lire la suite)

Décès de Bigeard: Le bourreau n’est plus

 

bigeard.jpgLa mort vient de monter son visage humain en mettant fin à la vie du général Bigeard, le bourreau, le tortionnaire des Algériens. Le tristement célèbre général s’est éteint vendredi matin à l’âge de 94 ans. 

 

Dans sa tombe, il rencontrera certainement celui qui s’onccupera de lui, celui qui lui demandera des comptes au nom de toutes les victimes algériennes. Vous pouvez m’accuser de cynisme ou de tout ce que vous voulez. J’assume, chah yehwayi. El Mouhtarem

 

 

1...2122232425...27

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER