Archive pour 'Non classé'

Alger réclame 600 M USD d’arriérés fiscaux à Djezzy

djezzyfrancetelecom.jpgLa filiale algérienne du groupe de télécommunications égyptien Orascom Telecom vient de se voir notifier pour près de 600 millions de dollars d’arriérés fiscaux et de pénalités par les autorités   algériennes. Ce montant -596,6 millions de dollars- porte sur les années 2005, 2006 et   2007,  selon un communiqué du groupe égyptien, qui proteste contre une mesure  »sans fondement et inacceptable ». 

Selon Orascom Telecom Holding (OTH), les services fiscaux algériens ont évalué les revenus de la filiale Orascom Telecom Algeria (OTA) sur ces trois années à 5,25 milliards de dollars, contre 4,42 milliards de dollars selon les comptes de la compagnie, pourtant dûment audités selon OTH.  Le groupe accuse également le fisc algérien de vouloir imposer certaines   dépenses considérées comme défiscalisées. OTH indique envisager « tous les   recours légaux » contre la procédure algérienne.  AFP

Message à ceux qui commentent les articles sur Atailia

J’informe tous les internautes qui commentent les articles sur le général Ataïlia que dorénavant les commentaires qui évoquent la vie privée des personnes ne seront pas publiés. El Mouhtarem 

Affaire Attaïlia: Que font les services de sécurité ?

atailia.jpgTaoufik pour « Algérie Politique » 

Je remercie tous ceux qui  ont commenté mes informations concernant le général à la retraite Mohamed Attaïlia. Je dis merci même à celle qui m’a surnommé « Zorro » pour n’avoir pas révélé mon identité. Pouvais-je savoir à quoi cela pourra te servir ? Pour me féliciter? Non merci ! A  »rainbow », auteur d’un autre commentaire: à quoi ça sert de donner des preuves sur ce que j’avance ? Vous savez pertinemment que quelque soit les preuves que je donnerais, rien ne pourra les condamner. Plus encore, vous croyez que je serais en paix ?

Vous savez que ces vermines sont sur la terre pour nuire. D’ailleurs que font les services de sécurité dans toute cette histoire ? Ils ont lu mes écrits alors ils n’ont qu’à faire leur travail d’investigation. Moi, j’ai donné des indices au président de la République qui est le premier magistrat du pays.

Pour la somme déclarée (3000 milliards de centimes), je vous demande de faire un simple calcul. Pendant 15 ans, le général Ataïlia avait l’exclusivité de l’importation de tous les vins et liqueurs. Il a importé des milliers de containers, et chaque container contient dans les 10 000 canettes de bieres. Vous faites le calcul et ceci sans compter les biens immobiliers détournés et des dizaines de terrains et des societes qu’il possède à Alger, au sud du pays et à l’étranger. Ceci sans parler des comptes en devises en Suisse. De toute manière,  je trouve un grand plaisir à partager mes grands secrets et je reste disponible pour une éventuelle convocation du président, l’unique responsable à qui je fais confiance.

Le procès de Madame Flici renvoyé au 25 octobre prochain

voleur.jpgLe procès de la secrétaire générale de l’Organisation nationale des victimes du terrorisme (ONVT), Fatma-Zohra Flici, prévu pour hier au tribunal de Sidi-M’hamed a, finalement, été renvoyé au 25 octobre prochain, faute de présence de témoins à la barre, rapporte Le Soir d’Algérie.

Pour rappel, l’affaire remonte à l’année 2005, lorsque le président de la commission de surveillance et le secrétaire national chargé de l’organisation au niveau de l’ONVT ont déposé une plainte contre Madame Flici. Ils l’accusent entre autres, d’avoir détourné l’argent de l’organisation à des fins personnelles, signer des décisions de logements réservés aux victimes du terrorisme à des personnes étrangères et de n’avoir pas fourni le rapport du bilan moral et financier concernant les activités de l’organisation depuis 2005. Elle est également accusée d’avoir falsifié des factures pour l’acquisition d’un matériel que l’organisation n’a toujours pas reçu à ce jour, ainsi que le détournement d’un don des Etats- Unis d’une valeur de 200 000 dollars, à son profit et à celui de deux autres secrétaires nationaux.

Investissements: Les chiffres contradictoires de Djezzy

djezzy.jpgPar F.B, Le Temps d’Algérie

En dépit des assurances exprimées récemment par le DG de Djezzy quant aux investissements consentis par la filiale d’Orascom Telecom en Algérie, certains observateurs restent sceptiques et s’interrogent sur la véracité des chiffres communiqués, à savoir 500 millions de dollars d’investissement par an.

Les rapports financiers établis ces trois dernières années par le groupe de Sawiris annonçaient plutôt une baisse des investissements, alors que les profits réalisés sont en forte augmentation.

L’investissement d’Orascom Telecom Algérie se chiffrait à 166 millions de dollars au troisième trimestre 2008, contre 222 millions de dollars durant la même période de 2007, soit une baisse de 49%, selon le rapport financier du groupe.

La déclaration du DG d’OTA, Tamer Al Mahdi, que les investissements s’élèvent à 500 millions de dinars, a étonné plus d’un en ce sens qu’elle a remis en cause les chiffres contenus dans les rapports financiers publiés périodiquement par la maison mère.

Ces données prouvent on ne peut plus clairement une réorientation en douceur de sa politique d’investissement en Algérie.

En matière de bénéfices, la tendance est par contre favorable à l’opérateur de la téléphonie mobile. Avec un nombre d’abonnés de plus 14 millions, Djezzy a réalisé en 2008 un bénéfice net de 580 millions de dollars, un résultat important qui n’a été réalisé par aucune entreprise étrangère de droit algérien.

(Lire la suite)

Ksentini: L’Etat doit faire ses excuses aux familles de disparus

ksentini.jpg«L’Etat devrait présenter ses excuses officielles aux familles des disparus, ça n’a rien de déshonorant, il doit leur donner un statut spécial», réclame le président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’Homme (CNCPPDH).

 

Mustapha Farouk Ksentini estime que ce que demande «cette minorité active», qui sont les familles des disparus, «est légitime, je respecte leur point de vue». Vérité et Justice sont les maîtres mots des revendications des familles qui se sont regroupées hier à la place du 1er Mai, à l’occasion de la Journée internationale des disparus. Mais, précise le président de la CNCPPDH, «c’est irréalisable ! Je ne le dis pas de gaîté de coeur, je respecte la douleur de ces familles, mais c’est carrément irréalisable !». En effet, explique-t-il, si Vérité et Justice voudraient signifier pour ces familles «retrouver les tombes de leurs proches enlevés et identifier leurs squelettes, c’est carrément impossible !». (…)

(Lire la suite)

Bouteflika soutient la réconciliation nationale en Somalie

somalie1.jpgLe président Abdelaziz Bouteflika a adressé mardi un message de soutien au processus de réconciliation nationale en   Somalie dans un message adressé au président somalien Cheikh Sharif Cheikh Ahmed à l’occasion de la fête nationale somalienne.  »Je saisi cette occasion pour vous réitérer le soutien de l’Algérie au processus de réconciliation nationale que vous avez engagé pour le rétablissement de la sécurité et de la paix en Somalie », écrit le président Bouteflika à son homologue somalien. 

Ghardaïa d’où est sorti QASSAMAN continuera à se mobiliser pour que vivent dignement les Algériens

meetingplacedumarche.jpgCinq militants du FFS, dont le docteur Kamel Eddine FEKHAR membre de la direction du parti et SOUFGHALEM Kacem vice-président de l’APC de Ghardaia ont été enlevés, cet après-midi à l’intérieur même de l’enceinte de l’APC, par des policiers en civil.

Une véritable opération de chasse aux militants du FFS est orchestrée pour tenter d’étouffer par l’intimidation et la menace, une contestation pacifique de plus en plus forte. Ces arrestations confirment le caractère haineux, violent et raciste du pouvoir, qui à défaut de soumettre la région par la persécution policière et la cooptation de faux représentants, tente de faire taire des militants dont la notoriété populaire est incontestable.

(Lire la suite)

Le MAK a été fabriqué à la hâte dans les locaux de la police politique !

mak.jpgPar Kader 

Tous les débats sont permis, mais il faut qu’ils se fassent dans le respect que l’on se doit les uns les autres. Le racisme et la haine de l’autre fut pendant longtemps la politique de prédilection des adjudants chefs qui ont pris en otages l’Algérie.. Pour mieux nous mâter ! Quant à la question de l’autonomie de la Kabylie, je ne vois pas comment certains s’arrogent le droit de parler au nom des Kabyles pour justifier leurs choix politiques ! Il est à mon avis très importants de re-situer cette revendication dans le contexte qu’il a vu naître à savoir les événements connus sous le nom du Printemps noir.

En effet, Ferhat M’henni n’a pas trouvé mieux que de pervertir une dynamique citoyenne et sociale née en réponse aux provocations répétées et avérées de la police politique contre la Kabylie en assassinant le jeune Massinissa Guermah dans les locaux mêmes de la gendarmerie de Beni Douala et l’interpellation musclée des collégiens à Amizour dans la wilaya de Bejaia.. La réaction de la société ne s’est pas fait attendre contre ces actes barbares venant s’ajouter à un climat déjà délétère fait de Hogra tous azimuts, de crise multidimensionnelle et surtout d’une soif de démocratie.. La solidarité était au Rendez-vous malgré les tentatives de ghéttoisation de la dynamique citoyenne par le pouvoir. Qui ne se souvient pas des marches nationales de l’ espoir organisées par le FFS à Alger ? Des citoyens algériens des quatre coins du pays ont répondu massivement à ces manifestations démontrant par là le caractère national des revendications formulées dans les rues de la Kabylie et battant en brèches toutes les velléités de régionalisation du conflit par le DIWAN..

(Lire la suite)

Paru en Algérie « La guerre d’Algérie par ses acteurs français »

buchtitel.jpgExtrais d’Interview avec Denis Berger (Militant communiste et porteur de valise) en juin 1970

Pages 33-34 :
«Puis la Fédération de France nous demande la grande affaire, c’est-à-dire de faire évader les cinq de Turquant, parce qu’elle avait peur qu’en cas de putsch on les liquiderait. On nous a donné le contrôle de deux groupes de l’OS algérienne, c’est-à-dire de 20 Algériens armés et nous les avons planqués dans les villas autour de Turquant que nous avions louées. Ainsi nous avions 20 personnes, au cas où l’on viendrait faire quelque chose à Ben Bella. Cela a duré six mois. Il fallait en plus avoir une liaison directe.

Ma femme, avec qui je n’étais pas marié légalement, ce qui facilitait le travail du point de vue des noms, est allée visiter les prisonniers. Ceux-ci nous ont dit qu’ils voulaient s’évader. Il s’avérait qu’autour du château, il y avait des champignonnières et nous avons trouvé à bout de grands efforts par les galeries une porte souterraine du château, les prisonniers étaient comme dans une villa. Ainsi nous sommes entrés dans le Château et avons préparé avec eux la plan de la fuite. Nous avions contacté dans ce but le maire communiste, mais dissident de Vierzon et un ancien maquis qui avait préparé un certain nombre de planques. Alors, Ben Bella a téléphoné à Bitat qui était on traitement: «frère, tu peux venir, tout est prêt», et Rabah Bitat a répondu: «Ne faites pas cela sans moi».

Le soir même. il y avait des gardiens à l’intérieur du château – je pense que Ben Bella ne voulait pas s’évader: d’abord je ne crois pas qu’il soit très courageux et je n’ai jamais participé au ben -bellisme généralisé; je pense qu’à l’époque il croyait que les négociations aboutiraient et qu’il préférait sortir en chef d’Etat, mais son évasion aurait changé le rapport de force pour la négociation d’Evian. – Puis ils ont fait la grève de la faim, ils ont été quelque temps a l’hôpital de Garches et puis à Aulnois du côté de Melun. Alors ils ont dit à ma femme, qui est allée imperturbablement les voir, qu’ils voulaient s’évader. On avait une voiture à double fonds, on ne pouvait faire évader que deux et Ben Bella a tout raconté à l’Ambassadeur du Maroc.

Dès le lendemain, on fouille toutes les voitures. Je crois que les raisons étaient les mêmes qu’en septembre 1961 seulement que c’était pire, parce que ces messieurs avaient demandé des armes, un pistolet mitrailleur et un revolver pour chacun, et si les flics n’avaient pas omis le contrôle de ma femme, parce qu’ils la connaissaient, elle aurait été arrêtée. D’ailleurs nous avions tout préparé, nous avions liquidé nos affaires pour aller en exil etc. »

1...2324252627

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER