Archive pour 'Election Algérie 2009'

Louisa Hanoune s’attaque à Karim Tabbou

hanoune11.jpgLa candidate du PT à l’élection présidentielle, Louisa Hanoune n’a pas omis, hier lors d’une conférence de presse à ALger,  de revenir sur les propos du Premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), Karim Tabbou: «Les propos du premier secrétaire du FFS à mon égard sont orduriers. C’est regrettable pour un socialiste de tenir ce genre de déclarations. Il m’a traîté de Chouafa. Nous respectons tout le monde y compris les partisans du boycott. Nous n’avons pas de traîtres chez nous. Nous sommes un parti libre et indépendant. Notre participation est motivée par notre volonté de provoquer la rupture. Nous sommes prêts à gérer les affaires du pays. Nous ne faisons pas de l’opposition pour le plaisir de la faire», s’est-elle défendue. 

Bouteflika a voté ce matin

Le candidat indépendant à l’élection présidentielle, Abdelaziz Bouteflika, a voté ce matin à El Biar en compagnie de son frère Said et ses deux neveux.

Ould Ali El Hadi et la femme de Abdelmalek Sellal

selal.jpgLe premier secrétaire du FFS n’a pas laissé passer l’occasion de fustiger, sur un ton virulent, le directeur de campagne de Bouteflika à Tizi Ouzou. «Vous savez, c’est un cas unique au monde. Le directeur de campagne du président candidat, de la direction de la culture et même premier responsable de la maison de la culture qui porte le nom de Mouloud Mammeri, n’a aucun diplôme, alors qu’un simple agent de l’état civil dans une mairie doit avoir au minimum une licence. Le pouvoir sait choisir ses relais en Kabylie», a ajouté Tabbou.  Selon le premier secrétaire du FFS, des sommes colossales ont été déboursées dans cette campagne au profit toujours des gens du sérail. «Tout l’argent de l’impression et de la confection de ces portraits, posters et ces milliards d’affiches de Bouteflika pendant la campagne électorale, sera remis à une entreprise appartenant à la femme du directeur national de campagne du président candidat, Abdelmalek Sellal, qui a pris le marché. Donc, les simples serviteurs n’ont reçu que des miettes. Le grand gâteau se partage entre les gens de la haute sphère», a-t-il révélé.

« Les partisans de Bouteflika sont semblables aux milices de Ben Bella qui traquaient les militants du FFS en 1963″

benbella3sized.jpgLe FFS ne cesse de mobiliser ses troupes dans le souci de réussir son pari, celui de convaincre les citoyens de tourner le dos au scrutin d’aujourd’hui. En effet, après Tizi Ouzou, Aïn El Hammam et Béjaïa, hier, c’était la ville de Draâ El Mizan qui a vécu une journée mouvementée à l’appel de la section locale du parti de Hocine Aït Ahmed. Un rassemblement grandiose a été organisé, d’ailleurs, sur la place publique, en présence des cadres de la direction nationale du vieux parti de l’opposition. A l’occasion, Karim Tabbou, premier secrétaire du FFS, n’a pas mâché ses mots concernant le président candidat et ses partisans, particulièrement ceux de la Kabylie. Il a, en effet, assimilé les partisans de Bouteflika à «la milice de Ben Bella qui traquait les militants du FFS en 1963». «Je suis là pour répondre à Bouteflika qui est venu en Kabylie pour tenir un discours insultant à l’égard des habitants de cette région. Je sais bien que chaque parole à Draâ El Mizan est un séisme à El Mouradia, car le pouvoir sait que cette localité est une région des colonels qui ont libéré ce pays gouverné aujourd’hui par les gens de Oujda. Vous savez bien que quand Aït Ahmed était dans les maquis, Bouteflika était aux frontières», a martelé Tabbou devant une foule nombreuse, qui brandissait des banderoles sur lesquelles on pouvait lire les principaux mots d’ordre du FFS, comme «Non à la mascarade électorale», «Je boycotte, j’aime mon pays», et «Vérité sur l’assassinat de Ali Mecili». «Ils ont dit que si vous irez voter, Draâ El Mizan deviendra une wilaya qui bénéficiera de plusieurs projets. C’est faux, c’est du chantage politique à l’égard des populations afin de les faire voter. Ils veulent avoir un peuple qui ne réfléchit pas, un peuple qui pense seulement à se remplir les poches mais pas la tête. C’est pour cela qu’ils sont en train d’acheter les gens avec l’argent du contribuable qui est dépensé sans compter pour corrompre les lâches», a-t-il fulminé.

Un militant du FFS arrêté par la police à Alger

Un militant du Front des forces socialistes (FFS) a été arrêté, mercredi 8 avril, à la gare routière du Caroubier, dans la banlieue-est d’Alger. Le militant a été interpellé par des policiers peu avant 16 heures alors qu’il distribuait le dernier numéro de «Repères», l’organe officiel du parti. Il a été conduit au commissariat de Hussein-Dey où il a été interrogé par la police.

Bounedjma:«Pas moins de 78 % de participation»

bouned.jpgLe président de la Coordination nationale des enfants de chouhada (CNEC), Khaled Bounedjma, jure par Dieu que le taux de participation au scrutin présidentiel de demain sera supérieur à 78 %. Bounedjma qui s’exprimait hier lors d’une conférence de presse animée à la maison de la Presse Tahar-Djaout d’Alger, souligne que son optimisme n’est pas une vue de l’esprit, rapporte Le JIndep.

Voilà pourquoi, je voterai le 9 avril

brosse1.jpgC’est une fâcheuse habitude des intellectuels de se croire au-dessus de la mêlée et de refuser, sous prétexte de neutralité, l’engagement politique. Et pourtant, les intellectuels, comme les autres, sont engagés dans la société. Ils en partagent, non seulement les valeurs, mais aussi les préoccupations. Or sans organisation politique qui assure la sécurité et la justice, aucune création artistique n’est possible. L’intellectuel algérien est aujourd’hui devant le choix, non seulement d’un président, mais aussi d’un choix de société. On aura entendu, durant la campagne, des discours pompeux et des promesses fallacieuses, mais il y a aussi les faits qui parlent, les réalisations socio-économiques de ces dix dernières années, les avancées de notre société et les espoirs suscités par l’ouverture de grands chantiers. Aujourd’hui, Bouteflika est certainement le candidat qui incarne le mieux les aspirations des intellectuels algériens et de tous les Algériens. Les raisons ne manquent pas pour le choisir de nouveau à la tête de l’Algérie :

1- Il est celui qui a rendu la paix et la sécurité et réconcilié les Algériens qu’une décennie de haine séparait.

2- Il a redonné à l’Algérie une place dans le concert des nations.

3- Il s’est montré le défenseur des valeurs nationales, l’Islam, l’arabe et l’amazighité et confirmé les appartenances culturelles de l’Algérie au monde berbère, musulman, arabe, africain et méditerranéen.

4- Il a été le premier dirigeant du Maghreb à constitutionaliser la langue amazighe et à lui donner, en plus des institutions mises en place, de nouveaux moyens de son développement.

5- Il a brisé les carcans du monolithisme politique et linguistique et ouvert l’Algérie sur le monde.

6- Il a su réaliser les réformes et développé les infrastructures économiques.

7- Il a favorisé l’émancipation de la femme et renforcé ses droits, faut-il rappeler que tous les Algériens sont scolarisés, que des dizaines d’universités accueillent des milliers d’étudiants, que les hôpitaux sont gratuits, que le système de sécurité sociale couvre les frais de maladie de tous les citoyens, y compris pour les actes chirurgicaux coûteux, que le réseau routier est le plus performant du Maghreb et de l’Afrique ? 

Le 9 avril, j’irai voter et je voterai, non pour un parti, mais pour un homme : Bouteflika !

M. A  Haddadou, Docteur d’Etat en linguistique, professeur

Commentaire: Depuis l’annonce de Bouteflika de la création d’une académie berbère, M. A. Hadadou, un grand oppotuniste, fait tout pour plaire au clan présidentiel dans l’espoir de le désigner à la tête de cette académie. Cet opportuniste ne sera jamais désigné à ce poste. La présidence désignera M. Kahlouche. El Mouhtarem 

La police de Tazmalt impliquée dans la campagne électorale !

policetazmlat011.jpg

Un groupe de militants du FFS a surpris hier vers (22h10) des policiers du commissariat de Tazmalt dans la wilaya de Béjaia entrain d’afficher, sur les murs de la mosquée de la ville, un appel à un vote massif signé par un certain MOUDARIS FI EL MASDJID AL NABAOUI AL CHARIF qui s’appelle ABOU BAKER DJABIR EL DJAZAIRI. Un militant du FFS

Le PST et la schizophrénie politique

6a6chawkisalhipst.jpgDans un communiqué rendu public hier, le PST accorde son appui au RCD et considère que «la campagne de lynchage qui a exprimé sa tristesse est une dérisoire opération de diversion ». «Comme si la démocratie n’était pas aussi le droit d’étaler à sa fenêtre, sans offenser personne, des tissus rouges, noirs ou bleus, selon son choix. Il s’agit d’occulter l’agacement provoqué par une campagne envahissante, illégale, devenue contre-productive et d’imposer le passage en force, le fait accompli d’une réélection forcée.»  Pour rappel, le PST boycotte le scrutin mais participe à la commission politique de surveillance de l’élection présidentielle.

Google détourné pour une campagne présidentielle ?

Google Algérie détourné par Bouteflika

Internet joue désormais un rôle prépondérant dans toute campagne politique, comme en témoignent les récentes élections présidentielles américaines. Les algériens l’ont appris hier à leur dépend puisqu’en se rendant sur Google Algérie certains tombaient sur le site site officiel du président sortant et candidat à une ré-élection Abdelaziz Bouteflika.

De nombreux Algériens ont effectivement fait part de cette inquiétante mésaventure au travers de blogs et de forums, bien que Google n’ait pas réagit publiquement à cette information. Contacté par nos soins, Google France n’aurait pas encore eu vent de cette affaire. Les abonnés de l’un des principaux fournisseurs d’accès du pays, Eepad, auraient vraisemblablement été victime d’un empoisonnement des serveurs DNS de leur FAI, et non d’une campagne publicitaire hors norme du candidat. Le problème aurait été corrigé au bout de 3 heures et demi, sans qu’on sache s’il s’agissait d’un piratage ou d’une manoeuvre volontaire du fournisseur d’accès. L’utilisation d’autres serveurs DNS aurait en tout cas permis d’accéder au véritable moteur de recherche.

Google Algérie avait mystérieusement été lancé dans la plus grande discrétion quelques mois plus tôt, en plusieurs étapes. Les internautes algériens avaient effectivement été redirigés dans un premier temps vers le nom de domaine google.dz, avant même qu’il ne soit enregistré dans le registre des noms de domaines nationaux. Il avait finalement été mis en ligne sans aucune annonce officielle, avant d’être rapidement traduit en arabe. Ni le fournisseur d’accès Eepad ni les bureaux du registre de l’extension .dz ne sont joignables de la France à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Google Algérie est en tout cas de nouveau accessible aux abonnés d’Eepad, l’élection présidentielle ayant lieu jeudi et les sondages donnant d’ores et déjà Abdelaziz Bouteflika grand vainqueur. Source Net Eco

1...45678...28

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER