Archive pour 'Election Algérie 2009'

Présidentielle: Les médias ont favorisé Bouteflika

bouteflika.jpgLa Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) a estimé mardi que la couverture médiatique de la campagne électorale pour l’élection présidentielle de jeudi a favorisé le président sortant Abdelaziz Bouteflika, candidat à sa succession. « Il n’y avait pas d’équité entre les candidats dans les médias et « M.Bouteflika a été favorisé d’une manière flagrante », a déclaré le président de la LADDH, Me Mostefa Bouchachi, au cours d’une conférence de presse à Alger. M. Bouchachi s’exprimait à l’occasion de la présentation par la LADDH des résultats d’une opération de surveillance des médias algériens durant la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 9 avril. L’objectif de cette opération est de mesurer les performances des médias durant cette campagne et de vérifier s’ils ont été en mesure de fournir aux électeurs une information fiable et crédible, leur permettant de se faire une opinion précise, selon la Ligue. Selon cette étude préliminaire, réalisée entre le 19 mars, jour du début de la campagne électorale, et le 1er avril, M. Bouteflika s’est taillé la part du lion avec 27,63% dans la couverture médiatique. Il est suivi du gouvernement avec 14,91%, qui a fait campagne pour M. Bouteflika, selon les auteurs de l’enquête. Les adversaires de M. Bouteflika restent à la traîne avec des taux oscillant entre 8,26% et 10,50%. Les partisans du boycottage de l’élection du 9 avril ferment la marche avec à peine 1,72%, selon la même étude. Source AFP

« Ould Ali El Hadi, le meilleur des Kabyles de service »

Accusé de cumuler trois postes, celui de directeur de la culture, de la maison de la culture et de la campagne de Bouteflika à Tizi Ouzou, Ould Ali El Hadi en prendra également pour son grade. «Il faut être le meilleur des Kabyles de service pour occuper trois postes de direction à la fois sans aucun diplôme», dira Karim Tabbou à Béjaia.

Les étudiants empêchés de marcher à Tizi-Ouzou

foto13.jpgUn groupe d’étudiants affiliés au Comité estudiantin pour le droit à l’insoumission (CEDI), de l’université de Tizi Ouzou, a été empêché, hier matin, de regagner la ville d’Azazga pour exprimer leur rejet de la consultation électorale. Ils se sont retrouvés face à un dispositif sécuritaire impressionnant (CRS) qui leur a interdit de franchir Oued Aïssi et de prendre la voie menant à Azazga. Ils ont été sommés de descendre des bus universitaires par les forces de l’ordre qui leur ont défendu de prendre d’autres moyens de transport pour regagner la ville. Par ailleurs, le conseil universitaire du MAK a organisé dans la même journée un rassemblement devant l’ex-bibliothèque centrale de Hasnaoua pour dénoncer ce qu’ils nomment le «processus de normalisation politique de la Kabylie». Source El Watan. Synthèse d’El Mouhtarem

Marche des étudiants à Béjaia pour le boycott du scrutin présidentiel

picture0011.jpgPlusieurs centaines d’étudiants de l’université de Béjaïa ont marché hier pour dire leur détermination à boycotter le rendez-vous du 9 avril prochain. La marche, organisée à l’appel de la coordination des comités de cité, a pris le départ du campus de Targa Ouzzemour pour arpenter la principale rue de la ville, en hissant des banderoles reprenant des slogans hostiles à la participation à l’élection. A cette occasion, les désormais fameux cartons rouges symbolisant, pour le FFS, le boycott et des étendards noirs, reprenant l’idée de deuil adoptée par le RCD, ont été brandis et hissés par les marcheurs, offrant là une rare séquence d’union entre les deux sigles rivaux. Le siège de la direction de campagne du candidat Bouteflika, situé sur l’itinéraire, a été une nouvelle fois un point de halte pour les protestataires, avec cette symbolique réitérée de poings rageurs et de cartons rouges agités en direction du portrait géant du Président. Un duel à distance a opposé les partisans de Bouteflika, qui ont, sur le moment, diffusé à pleine baffle un discours de leur champion, et des manifestants qui ne se sont privés de leur crier tout le bien qu’ils pensaient du «pouvoir assassin». Des pierres ont même été lancées en direction des locaux, suscitant quelques remous dans la foule et un mouvement des éléments antiémeute dont le camion était stationné devant la permanence.  El Watan. Synthèse d’El Mouhtarem

Béjaia: Démissions au MDS

mds.bmpSept membres du conseil fédéral du MDS à Béjaïa ont déclaré, hier, démissionner du parti en réaction à la participation de membres de leur direction nationale aux commissions de contrôle de l’élection présidentielle. Dans une déclaration portant cachet et signature du responsable fédéral au niveau de la wilaya, les démissionnaires rappellent qu’ils se sont déjà opposés à la démarche et qu’ils ne peuvent cautionner une telle «dérive» qui est en contradiction avec les idéaux fondateurs de leur mouvement. Les sept éléments indiquent néanmoins qu’ils restent mobilisés pour participer à la construction d’un «réel mouvement de démocrates». EL Watan

Grande campagne du FFS pour le boycott du scrutin

cart.jpgA Ain El Hammam:  “Pour une Kabylie belle et rebelle”, tels étaient, dimanche, à Aïn El-Hammam (Tizi Ouzou) les premiers mots d’ordre des militants du FFS.  Le premier secrétaire du parti, Karim Tabbou, a brandi son carton rouge contre le pouvoir à Aïn El-Hammam où il a animé un meeting populaire devant une foule de près de 3 000 personnes, organisé sur la place publique de cette ville. “C’est une élection qui n’a pas de sens. Le pouvoir fait semblant que tout bouge pour que tout reste en place. Nos responsables font de leur mieux pour se donner une façade pluraliste à cette élection, mais au fond, les jeux sont déjà faits”, dira Karim Tabbou sous un tonnerre d’applaudissements des militants de son parti et des citoyens qui ont rallié, nombreux, le meeting. …À Sidi-Aïch: Karim Tabbou a développé devant une foule nombreuse un discours radical et critique à l’égard du pouvoir. “Nous avons bravé la peur et les interdits qui nous ont été imposés et votre présence aujourd’hui nous donne plus de force. Au FFS, nous n’avons confiance qu’en la population”, lance-t-il. L’orateur commence alors son réquisitoire en déclarant, notamment à l’adresse du candidat Bouteflika: “Comment un chef d’État, qui a appelé à la réconciliation nationale, a-t-il dû recourir à toute une armée pour venir à Béjaïa ?” Le premier secrétaire du FFS lancera aussi devant une foule en délire: “Arrêtez de vous moquer des Algériens, respectez le peuple, il a trop souffert !” Revenant sur le passage de Bouteflika à Tizi Ouzou, Karim Tabbou révélera à son auditoire que les responsables de la campagne du Président-candidat “ont numéroté les invitations. La moitié, c’est pour les citoyens ramenés par bus, l’autre pour les policiers”. …A Tazmalt: Passant en revue la situation politique du pays et la conjoncture particulière de l’élection présidentielle, Karim Tabbou a réservé l’essentiel de ses flèches acérées au président sortant, candidat à sa propre succession. «La Kabylie n’est pas à vendre», dira-t-il à l’adresse d’un clan présidentiel accusé d’étaler d’indécentes sommes d’argent et une débauche de moyens pour «acheter les consciences». «Les portraits sont certes géants, mais celui qu’ils représentent ainsi est loin de l’être», ironisera-t-il. Il a également dénoncé le chantage économique et politique exercé à l’endroit d’une région kabyle que le pouvoir fait semblant de découvrir et à laquelle on fait maintes promesses de développement en échange d’un vote massif en faveur du candidat du système.. Ainsi, à ceux qui accusent les tenants du boycott d’être des «traîtres de la nation», Karim Tabbou dira sans ambages qu’en matière «de nationalisme, de drapeau ou d’amour du pays, nous n’avons de leçons à recevoir de personne », estimant que le FFS et son fondateur ne souffrent aucun déficit de légitimité historique comme certains.  …A Naciria Boumerdes: «Celui qui ira voter doit assumer ses responsabilités, car il va cautionner, voire contribuer, à la mort des Algériens durant les cinq ans à venir», a déclaré le secrétaire national chargé des élus FFS, Belkacem, hier, à Naciria. L’orateur ajoutera au cours d’un meeting: «Nous avons choisi de brandir un carton rouge à ce système pour lui dire : partez, le peuple ne veut plus de vous.» Réagissant à l’interdiction des meetings de son parti, l’intervenant expliquera: «Malgré que le système ne nous ait pas autorisés à ce genre d’activités, personne ne peut nous interdire de nous adresser à nos concitoyens.» «Ceux-ci nous qualifient de traîtres, alors que ce sont eux les véritables traîtres et les ennemis de la nation. Eux, qui ont fermé des centaines d’usines et contribué à la paupérisation du peuple algérien.» «Comment se fait-il que toutes les institutions soient mises à contribution pour maintenir Bouteflika au pouvoir. Nos présidents ont tous été installés par la force. Que vous votiez ou pas, l’essentiel pour eux c’est d’atteindre leurs objectifs», a expliqué Ali Laskri sous les applaudissements appuyés de la foule venue nombreuse assister au meeting. Moussa Tamadartaza, secrétaire national chargé de la formation politique a, lui, déclaré : «L’acte de boycotter est une option démocratique aujourd’hui et un acte révolutionnaire.» Considérant le meeting d’aujourd’hui comme une preuve irréfutable que la voix des démocrates ne peut être étouffée, l’orateur soulignera que «les élections prochaines représentent une occasion de choisir entre la voie de la trahison et celle de la dignité».

Source Liberté et El Watan. Synthèse d’El Mouhtarem 

Le Bâtonnier du barreau de Sidi Bel-Abbès: «Le boycott portera atteinte à la stabilité du pays»

silini.bmp«Le recours au boycott du scrutin présidentiel est une manœuvre destinée à compromettre la sécurité et la stabilité de l’Algérie», a déclaré, hier après-midi, le Bâtonnier de l’ordre régional des avocats, Me Othmani Mohamed.  Le discours était prononcé à l’occasion d’une réception organisée par le barreau en l’honneur de quelque 615 avocats stagiaires ayant satisfait ces derniers jours à la traditionnelle prestation de serment. Le représentant du barreau n’a pas manqué de pointer un doigt accusateur vers «des pays étrangers», sans citer lesquels, «qui veulent nuire directement à notre pays». Tout en fustigeant certains milieux et leurs relais appelant au boycott de la prochaine consultation populaire, le Bâtonnier rappellera aux avocats stagiaires présents qu’une «telle alternative est à même de mettre en péril la crédibilité et la transparence des prochaines élections». Source La Voix de l’Oranie.

La délégation de l’ONU: “Notre mission est le suivi et non l’observation”

onu.jpg“Je saisis cette occasion pour remercier, au nom du secrétaire général des Nations unies, les autorités algériennes pour leur invitation et pour les dispositions prises pour faciliter notre séjour dans le pays. Je voudrais préciser que notre mission est une mission de “suivi et rapport” et non pas une mission d’observation. Nous ne disposons pas d’un mandat de l’Assemblée générale ni du Conseil de sécurité des Nations unies, condition nécessaire pour observer. Par conséquent, nous ne ferons aucune déclaration portant sur le processus électoral. Au cours de notre séjour, nous avons eu l’occasion de rencontrer un large éventail des acteurs électoraux, à savoir les partis de la majorité et ceux de l’opposition ; les partis qui participent à l’élection présidentielle et ceux qui ont appelé au boycott, ainsi que la société civile. À l’issue de la mission, nous allons élaborer un rapport objectif qui sera adressé au secrétaire général des Nations unies.”
Alger, le 5 avril 2009/ Le chef de mission Irfan Abdoo Rahman

Quel odieux chantage !

ouyahiabouteflika.jpg«Vous savez, un quotidien national avait révélé en juin dernier une liste de plus de 90 villes postulant toutes à devenir wilayas déléguées. Je peux vous assurer qu’au soir du jeudi 9 avril prochain, les villes qui auront le meilleur taux de participation seront cochées avec cinq étoiles et auront toutes les chances de le devenir. A vous de décider si vous voulez faire partie de ces heureuses villes ou non.» C’est en ces termes que le secrétaire général du RND et non moins Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a répondu aux sollicitations insistantes des centaines de personnes venues assister à son meeting de campagne en faveur de Bouteflika, tenu à Sour-El- Ghozlane, de hisser Sour-El-Ghozlane au rang de wilaya.

Par cette réponse à une revendication plus que légitime de la population de la région de Sour-El-Ghozlane, cette ville de trente-deux siècles d’histoire et théâtre de hauts faits d’armes, Ouyahia, qui avait été accueilli par des cris «wilaya, wilaya», scandés par des centaines de personnes réclamant le statut de wilaya-déléguée pour leur ville, venait de faire dans le chantage pur et dur. Le chantage a même été accentué lorsque le même orateur a, dès le début de son intervention, exigé un silence total de la salle pendant «40 minutes» pour faire son discours avant de répondre à leur principale revendication…

Boycott de l’élection: Rassemblement des étudiants à Béjaia aujourd’hui

picture0011.jpgCher el mouhtarem!! je suis retourné au carreffour prendre d’autres photos mais les étudiants se sont dispersés après 2 heures de rassemblement!! les rideaux se sont réouverts et la musique à fond!!! les serviteurs esclaves osent maintenant se montrer devant les citoyens bougiotes qui les regardent avec mépris!!! dommage!!

1...56789...28

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER