Archive pour '« Reformes » politiques'

Carnaval fi dechra: Le Faux SNAPAP reçu par la commission BTB

felfoul.jpgLa commission BTB a reçu aujourd’hui dimanche à Alger, au deuxième jour de la reprise de ses audiences, une délégation du Syndicat autonome des personnels de l’Administration publique (SNAPAP), conduite par son secrétaire général, Belkacem Felfoul. Ce dernier était député « indépendant » de la wilaya de Ain Defla. Pour garder son poste à la tête du faux Snapap, après la fin de son mandat de député, Belkacem Felfoul est désigné par le wali de Ain Defla en qualité d’attaché de cabinet du wali ! El Mouhtarem 

Ces «syndicalistes» qui parlent au nom des journalistes

ababsa.jpgLa commission «BTB» (Bensalah-Touati-Boughazi) a reçu hier les «représentants» des journalistes algériens. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a été représenté par Kamel Amarni du Soir d’Algérie, Zakaria Chabane de la télévision et une journaliste du quotidien gouvernemental Anars. Le SNJ, qui est plus présent dans la presse privée, est représenté donc par deux journalistes du secteur public: Zakaria Chabane et la journaliste d’Enasr. Zakaria a assisté au congrès du SNJ en 1998 en tant que journaliste du quotidien El Alem Assiassi qui n’existe plus aujourd’hui.

Zakaria était militant de l’UGEL (une organisation proche du MSP) avant de rejoindre le RND à l’occasion de l’élection présidentielle d’avril 1999. Il a intégré la télévision algérienne grâce à l’ancien directeur général de l’ANEP, Abdelkader Khomri. Proche de l’ancien directeur général de l’ENTV, Hamraoui Habib Chawki (militant lui aussi du RND), Zakaria est parachuté directeur de la chaîne télé «A 3». Aujourd’hui, il est à la télévision..sans poste.

Kamel Amarni, journaliste au Soir d’Algérie, est secrétaire général par intérim du SNJ depuis la démission de Rabah Abdellah, il y a 5 ans. Le SNJ n’a jamais tenu de congrès depuis sa création en 1998. Son conseil national ne s’est jamais réunit depuis 2002 !

La FNJA affiliée à l’UGTA est paradoxalement représentée par deux journalistes de la presse privée. Il s’agit de Riad Hwili, journaliste au quotidien Sawt El Ahrar (organe central du FLN) et Fouzia Ababsa, journaliste au quotidien La Tribune. Un journaliste du quotidien gouvernemental El Djoumhouria, Nouredine Hadef était dans la délégation de la FNJA. Militant du FLN, Hadef a failli conduire la liste du parti de Belkhadem lors des élections législatives de 2007 dans la wilaya d’El Bayadh. El Mouhtarem

Carnaval fi dechra: Moussa Touati et les « syndicats » des journalistes reçus aujourd’hui

touati.jpgLa commission BTB recevra aujourd’hui samedi le président du Front national Algérien (FNA), Moussa Touati et les représentants du Syndicat national des journalistes (SNJ) et de la Fédération nationale des journalistes (FNJ), appartenant à l’UGTA. Lors d’une récente sortie, Moussa Touati a conditionné sa participation aux consultations par la participation des médias. Une question reste posée: Que dira Moussa Touati à Mohamed Touati ? El Mouhtarem

La déclaration de Tabbou concernant la participation de Mehri aux consultations

A la question sur la position du FFS concernant la participation de Abdelhamid Mehri aux consultations politiques initiées par le pouvoir, le premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), Karim Tabbou a expliqué, dans une conférence de presse qu’il a animée samedi dernier, au siège du parti à Alger, que «certes, nous avons des convergences avec Mehri, mais sur la manière de procéder, chaque partie à sa propre démarche», source Le Temps.

Karim Tabbou sur RFI

http://www.rfi.fr/emission/20110614-algeriela-societe-civile-peut-elle-peser

Madjid Benchikh: «Le pouvoir ne trouve pas en son sein un consensus pour changer le fonctionnement du système»

benchikh.jpgAncien doyen de la faculté d’Alger et ancien président de la section algérienne d’Amnesty International, le professeur Madjid Benchikh maîtrise le fonctionnement du système politique algérien. En tant que spécialiste, il livre ici son analyse d’un système qui a pris et prend encore en otage l’avenir de plusieurs générations. Les responsables militaires et civils, selon lui, ne sont pas prêts à enclencher un sérieux processus démocratique.
Les consultations sur les réformes politiques déjà entreprises, dit-il, ne visent qu’à faire des aménagements au sein du système. 

 

- Le pouvoir a entamé, depuis le 21 mai dernier, des consultations avec la classe politique nationale en vue d’entreprendre «des réformes politiques». Le processus concerne
la Constitution et les textes législatifs régissant la vie politique. Cette démarche permettra-t-elle de vraies réformes politiques qui déboucheront sur le changement du système de gouvernance tant souhaité en Algérie ?

Vous avez raison d’attirer l’attention sur la démarche adoptée par le chef de l’Etat pour engager des réformes parce que la préparation des conditions dans lesquelles on organise les changements dans un système politique sont révélatrices de la volonté et du sérieux du changement. En décidant d’engager des réformes sur les textes constitutionnels et législatifs, les dirigeants politiques et militaires, conduits par le chef de l’Etat, indiquent clairement les objectifs et les limites des réformes qu’ils peuvent engager. Il s’agit de faire quelques aménagements au sein du système politique pour répondre à la nouvelle situation créée par les manifestations populaires et la chute de plusieurs dictateurs dans la région.

 

(Lire la suite)

Carnaval fi dechra: Mehri va rencontrer la commission BTB

mehri.jpgالفاضل الأخ عبد القادر بن صالح المحترم 

المكلف بالإشراف على المشاورات حول الإصلاحات السياسية 

 

 

أخي الفاضل 

تلقيت بكل اهتمام دعوتكم للمساهمة في « النقاش المتعلق بالإصلاحات السياسية المصيرية بالنسبة لمستقبل بلادنا »، بموجب التكليف الذي أعلن عنه في بيان رئاسة الجمهورية بتاريخ 15 ماي 2011 

ومع تقديري للمهمة التي كلفتم بها، وتحفظاتي على بعض جوانبها، فإني أعتقد أن لقائي معكم ومع مساعديكم سيكون مناسبة للإسهام في هذا النقاش بتفصيل مضمون الرسالة المفتوحة التي كنت وجهتها لفخامة الأخ عبد العزيز بوتفليقة، رئيس الجمهورية، والمتعلقة بموضوع الإصلاحات وبمطلب التغيير الذي ينتظره الشعب الجزائري، كما اجتهدت في قراءته وفهمه، والذي أطمح أن تلتقي حوله جميع الإرادات الحسنة في كنف السلم والاطمئنان لمستقبل البلاد والعباد. 

وفي انتظار تحديد موعد هذا اللقاء، تقبلوا أخي الفاضل،  مع خالص المودة، عبارات الاحترام والتقدير. 

عبد الحميد مهري 

Alors que la commission BTB continue de discuter, une rencontre de la la LADDH interdite

laddh.gifLes services de la Wilaya d’Alger ont refusé d’autoriser la tenue de la conférence débat autour du thème de la corruption que la LADDH voulait organiser le vendredi 10 juin 2011 au niveau de l’Hôtel Safir à Alger.

Encore une fois, le refus non justifié des autorités intervient la veille de la tenue de la conférence à laquelle devaient participer trois militants des droits de l’Homme venus du Maroc, de la Tunisie et de l’Egypte et qui avait comme titre: «corruption et dynamiques de changement dans le monde arabe ».

Cette interdiction intervient dix jours après celle de la Wilaya d’El-Taref concernant la tenue d’une conférence à l’occasion de la journée de l’enfant.

La LADDH dénonce énergiquement cette interdiction qui reflète la volonté réelle du pouvoir à vouloir maintenir la société civile sous contrôle. Ces pratiques arbitraires sont à contre courant de la marche de l’histoire et celle vers le changement de la société algérienne.

La LADDH reviendra prochainement sur l’état actuel des libertés en Algérie.

Caranaval fi dechra: Belkhadem plaide pour un système semi-présidentiel

belk.jpgDans une déclaration à la presse, à l’issue de sa rencontre avec la commission BTB, le SG du FLN Abdelaziz Belkhadem, tout en préconisant l’adoption d’un système semi-présidentiel, a proposé la désignation du Premier ministre à partir de la majorité parlementaire. Belkhadem a notamment mis l’accent sur la nécessité de définir les attributions du président de la République et du Premier ministre, en dotant, a-t-il préconisé, le président d’autres prérogatives en plus de celles que lui confère la constitution actuelle, à savoir la possibilité d’arbitrer entre le gouvernement et le parlement, ainsi que le changement du gouvernement.

Carnaval fi dechra/ Said Abadou: « Assurer l’avenir des générations montantes »

abadou.jpgLe Secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), Said Abadou a souligné, jeudi à Alger, l’impératif d’élaborer une approche stratégique exhaustive impliquant toutes les franges de la société en vue d’assurer l’avenir des générations montantes.

« Chaque étape a ses propres procédures et approches dans le cadre du changement pacifique et efficace, et pour pouvoir construire l’avenir des générations montantes, nous estimons impérative une approche stratégique exhaustive impliquant toutes les franges de la société », a déclaré à la presse Abadou au sortir de sa réunion avec les membres de la commission BTB.

12345...8

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER