Archive pour 'Algérie Politique'

Ce que vient de faire Ouyahia est une honte, un opprobre, el âar !

Ameziane pour « Algérie Politique »

Formé, gorgé, formaté par la sinistre Sécurité Militaire, Ahmed Ouyahia s’est fait «inséminé» la «langue de bois». Il avait passé son Service national au Palais présidentiel d’El Mouradia, et c’est là qu’il a été recruté comme «indicateur, informateur» par la SM, la «main de fer» et le «bras politique» du Pouvoir dictatorial.

Ouyahia est exécrable, insupportable. C’est une charge, un poids…pour le pays. Par ailleurs, il n’est que le «porte-flingue» du Clan Tewfik-Djebbar »(néo-MALG/DRS), rival du Clan Boutef’-Zerhouni(ex-MALG/SM)…

Ce qu’il vient de faire est tout simplement une honte, un opprobre, el âar! Du harkisme ! Qu’il dégage ! Il soutient la France néo-coloniale…coloniale et néo-coloniale! Il faut dire et rappeler que, comme d’habitude, à l’approche des élections présidentielles en France, le régime d’Alger, a toujours fait son choix et montré ses préférences pour la droite…raciste, xénophobe, néo-coloniale, communautariste…

Ouyahia s’en prend à la Turquie, un pays émergent, une puissance en marche qui peut constituer « un axe solide » pour l’Algérie…Alors que la France est « toujours dans la vengeance et la haine» contre l’Algérie, toujours «en retard d’une guerre» contre son ancienne colonie, l’indépendance de l’Algérie demeure encore et toujours dans la gorge, les tripes.

De plus, c’est «lié à l’imaginaire national français» qui considère l’autre comme un ennemi, mais pas un partenaire d’égal à égal, donc un ennemi à abattre: c’est une « imaginaire » construit au fil des siècles, donc de « l’histoire longue »…fondé sur la « prétendue « supériorité », d’où la fierté qui corolle la faiblesse, fierté et faiblesse vont ensemble, s’impliquent….

Celui qui est fort n’a pas besoin de fierté, il est fort et simple, voilà qu’il est fort! Sa force sied à ses faits, ses actes, ses actions, ses démonstrations…Celui qui est « fier » « méprise » l’autre, les autres, autrui, les étrangers, les immigrés, il est faible et haineux, et dénonce, moucharde, collabore avec les puissants, les hégémoniques, on l’a vu en 1939/45 !

Ce que vient de faire Ouyahia est une honte, un opprobre, el âar !  dans Algérie Politique ouyahia

FFS: Kader ZERROU est chargé de (re) prendre contact avec les militants de l’immigration

FFS: Kader ZERROU est chargé de (re) prendre contact avec les militants de l'immigration dans Opposition politique en Algerie zerrou-147x150

Kader Zerrou

En attendant la mise en place des instances du FFS à l’étranger telles que définies par les statuts, le camarade Kader ZERROU est chargé de (re) prendre contact avec les militants et les militantes, de diffuser l’information et d’organiser des rencontres.

Madjid Rouar et Samir Bouakouir,

Représentants du FFS à l’Etranger.

 

Le wali d’Alger inflige «un blâme» au P/APC de Rouiba

 

Le wali d’Alger inflige «un blâme» au P/APC de Rouiba dans Algérie Politique walialger487086481.vignette

Le wali d'Alger

Le wali d’Alger vient d’adresser un «blâme» au P/APC de Rouiba, Marzouk Lakrouz (d’obédience FFS). Raison: l’administration reproche à l’élu FFS d’avoir reçu, au début du mois d’octobre dernier, le président de l’Association de sauvegarde des cimetières français en Algérie, maître Jacques Cavana, et ce, «sans avoir avisé au préalable la tutelle». Mais l’argument avancé, estime le FFS, «ne tient pas la route».

Aussi, le premier secrétaire du parti, Ali Laskri, a dénoncé cette décision lors de son passage hier sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale. «Je n’ai pas reçu une personnalité officielle. Jacques Cavana est un personnage ordinaire. Je l’ai reçu et je lui ai fait visiter le cimetière de Rouiba. La décision de la wilaya d’Alger est disproportionnée. Ce blâme n’a aucune valeur juridique. Elle vise seulement à m’intimider», a déclaré Marzouk Lakrouz que nous avons contacté hier.

Rappelant qu’il a déjà fait l’objet de plusieurs tentatives d’intimidation, le maire de Rouiba se dit «déterminé à aller jusqu’au bout de son mandat». «Je sais que je dérange cette tutelle, mais je continuerai à gérer la commune comme je le fais actuellement : dans la transparence la plus totale», ajoute-t-il. M. M

 

FFS: Meeting de Ali Laskri à LAGRARA (Ghardaia)

FFS: Meeting de Ali Laskri à LAGRARA (Ghardaia)  dans Opposition politique en Algerie laskri.vignetteLe Premier secrétaire du FFS, Ali Laskri animera un meeting populaire, lundi 26 décembre 2011 à LAGRARA dans la wilaya de Ghardaia. La rencontre se tiendra à la Maison de la culture «Abou Ikdam» à 15H30. La presse est cordialement invitée.

Le secrétaire national à la communication
Chafaâ Bouaiche

Le FFS est l’invité de BRTV ce soir

Les camarades Madjid Rouar et Samir Bouakouir participeront ce jeudi 22 décembre à 20h30 à l’émission «Art & Société» de BRTV. L’émission qu’anime Kamel Tarwiht sera diffusée en direct.

Chafaa Bouaiche
Secrétaire national à la communication du FFS

Politique UE de voisinage: Alger prêt à une discussion « exploratoire »

Politique UE de voisinage: Alger prêt à une discussion

Mourad Medelci

L’Algérie a accepté de participer à une discussion exploratoire avec l’Union européenne surla Politique européenne de voisinage (PEV), a déclaré le ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci.  »L’Algérie a accepté d’entrer en discussion exploratoire », a-t-il déclaré tout en précisant que « la décision sera prise au terme de ces discussions ».

  »La PEVa connu une évaluation de la part des Européens eux-mêmes ces derniers mois et ils ont associé l’Algérie, qui ne fait pas partie de cette politique de voisinage, à cette évaluation », a également indiqué le ministre à l’APS. A l’heure actuelle, la PEVest en phase « rénovée » et l’UE se met « au niveau de chacun des pays pour discuter d’une feuille de route » entre les parties, a-t-il noté.

 

Ali Laskri rencontre les militants du FFS de la fédération d’Alger :« Il faut remettre tout à la base »

Ali Laskri rencontre les militants du FFS de la fédération d’Alger :« Il faut remettre tout à la base » dans Opposition politique en Algerie laskriPar Youcef Aouchiche, secrétaire national au Mouvement associatif

Dans le cadre de ses sorties de proximité, prévues dans toutes les fédérations du parti, le premier secrétaire du Front des Forces Socialistes (FFS), Ali Laskri a entamé hier samedi son programme par une rencontre au siège de la fédération d’Alger, avec les militants venus en nombre important.

Invité à prendre la parole, Ali Laskri, après avoir rendu un hommage appuyé aux martyrs de la démocratie, a retracé les grands axes de son programme et exposé la feuille de route de son secrétariat national. «Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des sorties prévues par le secrétariat national afin d’expliquer notre programme et mettre la base sur le même point d’information avec les instances dirigeantes du parti», a-t-il indiqué.

Abordantla Conventionnationale prévue fin janvier de l’année 2012, l’orateur a rassuré les militants quant à leur implication effective à la réussite de ce rendez-vous. «La convention nationale sera tenue avec la base militante», a affirmé le premier secrétaire. Selon lui, la convention nationale «est appelée à établir un état des lieux du pays et du parti et d’évaluer la stratégie électorale du parti (ses participations et ses boycott) afin d’aider à la prise d’une décision consensuelle lors des prochaines échéances électorales».

Sur ce, Ali Laskri a mis en garde les militants contre la campagne sournoise de certains journaux visant à entraîner le FFS dans des choix dictés par le régime en place et semer le doute dans l’esprits de la base militante. « Il faut faire preuve de vigilance à l’égard de ce que la presse rapporte sur notre parti. Le FFS est un parti autonome», a-t-il affirmé. Pour faire face à ces manoeuvres, l’orateur s’est engagé à partager l’information avec les militants à tous les niveaux du parti, seule option pouvant avorter les plans diaboliques du régime et de ses relais.

Abordant les grands axes de son programme, M. Laskri a annoncé la tenue d’une conférence nationale économique et sociale au début de l’année 2012, l’organisation de l’université du printemps fin mars qui regroupera les jeunes et les étudiants du parti, l’organisation de la rencontre des femmes durant la premier quinzaine de mars, la tenue d’un Forum sur les libertés syndicales le 1er mai 2012 ainsi que d’autres projets que la direction actuelle s’est engagée à réaliser. Un programme chargé, qui nécessite, selon Ali Laskri «l’implication de tous les militants à tous les niveaux du parti » (direction, Conseil national, conseillers, fédérations, sections, militants, sympathisants et amis du FFS).

Ainsi, le premier secrétaire a exhorté les militants à dépasser les querelles individuelles et faire preuve de discipline et d’engagement afin de redonner au FFS sa place dans la société.

Puisant des orientations du président du parti, Hocine Aït-Ahmed, l’orateur a réitéré sa volonté et sa détermination d’œuvrer, en concertation avec la base, au rassemblement de toutes les énergies du parti, afin de faire face aux différents défis qui s’imposent au FFS durant les mois et années à venir. «Ceux qui veulent militer au FFS les portes sont ouvertes», a-t-il clamé, avant d’ajouter: «ouvrons le parti et prenons des décisions collégiales !».

Accompagné du Dr Rachid Hallet, membre du comité d’éthique, et de Nora Mahiout, secrétaire nationale à la promotion de la femme, l’orateur a également mis l’accent sur la nécessité de la restructuration et l’organisation du parti, qui est «l’un des principaux chantier qui nous attend », a-t-il jugé.

S’agissant de la fédération d’Alger, Ali Laskri a estimé que beaucoup reste à faire dans cette structure afin qu’elle puisse retrouver son rayonnement d’antan. «C’est une fédération très importante, vu la place stratégique qu’elle occupe dans le pays. Il s’agit de la capitale du pays. Et nous allons lui accorder toute notre attention», a-t- assuré.

A la fin de cette rencontre, le Premier secrétaire a tenu une réunion avec les membres du secrétariat fédéral, où il a mis le point sur la nécessité d’engager un plan de restructuration englobant les 57 communes que compte la capitale.

Notons enfin, que les débats se sont déroulés dans un climat de convivialité. Les militants quant à eux ont salué cette louable initiative affirmant leur engagement derrière le Président du parti et sa direction afin d’instaurer un changement pacifique dans le pays et mettre en place une deuxième République et une Assemblée constituante, seule voie habilitée à faire sortir le pays du marasme auquel il est confronté depuis la confiscation du pouvoir en 1962.

Le FFS est l’invité d’une émission radio en DIRECT

ffs.jpgLe Front des Forces Socialistes est l’invité jeudi 15 décembre à 11h00 de l’émission « Tiaad Lexmis » de la chaîne 2 de la radio nationale. Le parti sera représenté par le camarade, Smail KECILI, membre du conseil national, ancien Maire de Yakouren et ancien président de l’APW de Tizi-Ouzou. Le Forum du jeudi est un  »espace de débat et de réflexion sur les questions d’actualité politiques, socio-économiques, culturelles et sportives ».

Chafaa Bouaiche, Secrétaire national à la Communication

Medelci: Les relations algéro-marocaines transcendent la conjoncture que traverse la région

medelci.jpgLe ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a réaffirmé que les relations algéro-marocaines transcendent la conjoncture que traverse la région soulignant que les deux pays se sont engagés dans une coopération plus large. 

A une question sur « l’engagement des décideurs des deux pays pour la normalisation des relations et l’ouverture des frontières entre l’Algérie et le Maroc », Medelci a précisé mardi dans une interview à la télévision russe « Roussia el-Yaoum » (Russia Today), que « nous espérons  trouver des solutions à tous les problèmes avec le Maroc par étapes et en fonction de la situation et de notre volonté d’amorcer une relance solide et transparente dans l’intérêt des deux peules et des deux pays », rapporte l’APS. 

 

Ould Abbes connaitra-t-il le même sort que celui de Cherouati ?

ouldabbes.jpg«Le premier ministre est nommé par le président de

la République et moi aussi. Il est chargé de coordonner entre les différents ministères», a déclaré hier à Laghouat le ministre de

la Santé, Djamel Ould Abbes. Au sujet de la polémique suscitée par la pénurie de certains médicaments, Ould Abbes accuse des «lobbies dont les intérêts ont été menacés par la mise en œuvre de la stratégie du ministère», rapporte El Watan. Et d’ajouter: «J’ai touché à des intérêts forts et sensibles». 

Les propos de Ould Abbes nous rappellent les propos tenus récemment par Nordine Cherouati qui a accusé des groupes d’intérêts d’être derrière les rumeurs annonçant son départ de la tête de Sonatrach. «Je dérange des intérêts», a déclaré à la presse Cherouati avant d’être débarqué 24 heures plus tard. El Mouhtarem

 

12345...85

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER