• Accueil
  • > Terrorisme et violence en Algérie

Archive pour 'Terrorisme et violence en Algérie'

Rassemblement d’étudiants contre les attentats d’Alger

Des étudiants de l’université d’Alger se sont regroupés, hier, à l’intérieur de leurs instituts respectifs pour condamner le double attentat terroriste ayant fait, mardi dernier dans la capitale, des dizaines de morts et de blessés. Les étudiants de l’Institut des sciences administratives et juridiques de l’université d’Alger se sont regroupés dans la cour centrale de l’institut pour scander, tous ensemble, «non au terrorisme. Non au retour du chaos en Algérie». A cette occasion, une minute de silence a été observée par les présents.

Mes sincères condoléances

attentat.jpgC’est avec consternation que j’ai appris les attentats lâches et odieux qui ont frappé Alger ce mardi 11 décembre. En ces moments de douleur, mes pensées vont aux victimes de ce tragique événement, ainsi qu’à leurs familles. Le modérateur du blog Algérie-politique leur présente ses condoléances les plus sincères et les plus attristées.

Zerhouni a-t-il menti?

yazidzerhouni2.jpgLors d’un point de presse qu’il a animé au CIP, suite aux attentats perpetrés à Alger, le ministre de l’intérieur et des collectivités locales, Nouredinne Yazid Zerhouni, a affirmé qu’aucun mort n’est enregistré parmi les fonctionnaires de l’ONU. Pour sa part, une porte-parole de l’ONU, Maris Okabe a aafirmé qu’au moins quatre employés de l’ONU ont été tués et 14 autres sont portés disparus. Nous signalons que lors de sa conférence de presse, le minsitre de l’intérieur a utilisé le même style lorsqu’il annonçait les résultats des élections. En effet, Zerhouni a déclaré qu’« à 16 h00, les services de sécurité ont engistré 22 morts et 177 blessés ».

Bouira : incursion terroriste dans un café

Hier soir aux environs de 23h 30, un groupe de terroristes composé de quatre éléments armés a fait irruption dans le hameau de Taghzout, à 7 km au nord du chef-lieu communal d’Ouled Rached, localité située à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya. Le groupe avait dressé un faux barrage sur le CW 11, et avait braqué un automobiliste en lui subtilisant sa voiture. Arrivés dans le petit hameau, les terroristes se rendront dans un café maure de la localité pour y racketter les citoyens. A l’intérieur du café se trouvaient plusieurs personnes dont M. Gouizi, un policier en civil. Ce dernier voyant qu’il n’avait aucune chance de s’en sortir vivant, tirera le premier en abattant un des terroristes. Les terroristes, voyant un des leurs à terre, riposteront en tirant sur les consommateurs, les mitraillant sans discernement. Le policier et deux de ses cousins sont morts sur le coup tandis que les terroristes se sont enfuis à la faveur de la nuit en direction des maquis d’Ighzer Oumencher, dans la vaste forêt de Tamellaht.

Le GSPC et les explications de Zerhouni

yazidzerhouni2.jpgLe ministre algérien de l’Intérieur Yazid Zerhouni, reçu vendredi à Paris par son homologue française Michèle Alliot-Marie, a estimé que le terrorisme actuel en Algérie « n’a rien à voir avec l’Islam » et que le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) recrute au nom de questions politiques et non religieuses.

Le phénomène, en Algérie comme ailleurs, est selon lui « boosté » par la situation actuelle au Moyen-Orient , guerre en Irak, guerre du Liban l’année dernière, question palestinienne toujours pas résolue, voire la question du nucléaire iranien.

Yazid Zerhouni a expliqué la « perception chez notre opinion qu’il y a comme un retour à une politique de type colonial ». Et jugé également que par une « certaine inadvertance ou peut-être négligence dans certaines déclarations, on participe (…) à la création de l’islamophobie », ce qui « laisse des brèches qui sont exploitées par les extrémistes ».

Enfin, interrogé au sujet d’un éventuel procès de Hassan Hattab, l’ancien émir et fondateur du GSPC, qui s’est rendu fin septembre, Yazid Zerhouni a précisé qu’il était considéré « aujourd’hui comme repenti », mais qu’il « doit d’abord clarifier sa situation vis-à-vis de la justice », car « impliqué dans plusieurs procès en cours ».

Gaid Saleh : « Al Qaida n’est rien de plus qu’une invention » !!

salah.jpgDes sources responsables ont indiqué, au quotidien El Khabar, que le Chef d’Etat-Major de l’armée nationale populaire, Ahmed Gaid Saleh, aurait tenu des réunions séparées avec les commandements des forces et les différentes unités, terrestre, aérienne et maritime. Gaid Saleh a recommandé plus d’intransigeance dans la lutte anti terroriste, annonçant devant les commandements de l’armée qu’il ne croyait pas « à Al Qaida ». Des sources crédibles ont révélé que le chef d’Etat major, Gaid Saleh, a convoqué les commandements militaires à des réunions urgentes, après la réunion du conseil de sécurité tenue après l’attaque kamikaze de Batna et présidée par Abdelaziz Bouteflika.

Gaid Saleh a attiré l’attention des généraux de l’armée sur le dossier des kamikazes, précisant à ce sujet «les kamikazes sont un nouveau problème qu’il faut prendre en charge », lorsqu’il a été interrogé sur l’organisation Al Qaida, nos sources ont souligné qu’il s’était longuement arrêté sur ce sujet, il a indiqué qu’il ne croyait pas « à une chose appelée Al Qaida et elle n’est rien de plus qu’un concept ou une invention ». Il a, sur un autre plan, parlé de l’émigration clandestine dont la lutte est l’une des responsabilités des forces navales. Il est à noter que ce dernier a abordé lors de ses réunions avec les commandements de l’armée les dossiers sociaux et économiques de l’Algérie tout en exposant la situation sécuritaire sous tous ses plans.

Hattab se rend aux autorités

hassanhattab1.jpgFinalement Hassen Hattab ne succédera pas à Droukdel ! Selon la presse nationale, Hassan Hattab, ancien émir et fondateur du Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat, GSPC, s’est rendu aux services de sécurité la semaine dernière après les peines prononcées à son encontre en rapport avec son activité terroriste.

Issers / Boumerdès : un policier tué et un autre blessé

Un attentat à la bombe a ciblé, mardi soir, une patrouille de la Bmpj dans la wilaya de Boumerdès. Selon des sources locales, l’explosion s’est produite vers 22h, à la sortie sud de la ville des Issers. Un véhicule de la Bmpj qui circulait sur la route qui mène vers Chabet El-Ameur a sauté sur une bombe enfouie sous terre. La déflagration a fait un mort et un blessé parmi les policiers.

La DST enquête sur l’attentat de Lakhdaria !

Le parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance à la suite de l’attentat perpétré vendredi en Algérie dans lequel neuf personnes, dont deux Français, ont été blessées. Cette enquête a été confiée à la Direction de la surveillance du territoire (DST, contre-espionnage).

Pour rappel, deux ressortissants français, un Italien et leur chauffeur algérien qui se rendaient au barrage de Koudiat Asserdoun, où ils travaillent, ont été blessés, ainsi que les cinq gendarmes qui les escortaient, lors de cette attaque perpétrée près de Lakhdaria. Les victimes travaillaient pour l’entreprise française de BTP Razel.

 

Et si Hadjar avait raison…pour une fois?

«En se proclamant affilié à Al Qaïda, le groupe salafiste compte gagner l’intérêt de la presse», a affirmé Abdelkader Hadjar, ambassadeur d’Algérie en Egypte, dans un entretien au quotidien égyptien El Misri El Youm. Ainsi, notre ambassadeur conteste au GSPC son affiliation à l’organisation terroriste Al Qaïda. Le redresseur du FLN a ajouté que «les ravisseurs de l’ingénieur égyptien Amdjad Ouahba sont membres d’une organisation terroriste dénommée groupe salafiste activant dans la région de Kabylie mais qui n’est pas affiliée à Al Qaïda».

Pour plus d’éclairage sur le GSPC, vous pouvez lire  » Al-Qaida au Maghreb « , ou la très étrange histoire du GSPC algérien, écrit par par François Gèze et Salima Mellah: www.algeria-watch.org

1...2223242526

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER