• Accueil
  • > Terrorisme et violence en Algérie

Archive pour 'Terrorisme et violence en Algérie'

Photos de l’une des villas saccagée par les militaires à Azazga le 23 juin 2011

azazga.jpg

 

azazga11.jpg

 

azazga2.jpg

 

 

Rappel de ce qui s’est passé à Azazga

azazga1.jpgEl Mouhtarem d’après les comptes rendus de la presse nationale 

Jeudi 23 juin 2011

Un attentat terroriste avait ciblé un convoi militaire vers 13h30 au lieu dit « Tazaghart » près de l’hôpital «Maghnem-Lounès» de la ville. Six militaires avaient été blessés lors de l’attaque à l’explosif, selon un bilan non officiel. Immédiatement après l’attentat, les militaires se sont déployés dans le voisinage et se sont introduits à l’intérieur de deux villas pour se livrer à des actes de saccage et de pillage. Des coups de feu ont été tirés à l’intérieur des deux maisons, et les façades extérieures portent les traces de projectiles d’arme lourde.

Les éléments de l’ANP ont tué par balles et à bout portant un ouvrier. La victime, Bial Mustapha, 41 ans, père de quatre enfants, originaire du village Oumadhene, dans la commune de Souamaa, était un ouvrier chez un ancien maquisard. Dial Mustapha a été blessé, quand il a essayé de fuir les coups de feu, il a été suivi jusqu’à la route pour être achevé. Les soldats ont également blessé par balles, une personne âgée de 62 ans, jardinier de son état.

Par la suite, les militaires, armés de kalachnikovs ont fouillé tous les services de l’hôpital. Même le service de la maternité n’a pas échappé à cette descente. Des femmes enceintes et des employées en fin de carrière ont été insultées et maltraitées. Les logements de fonction  situés dans l’enceinte de l’hôpital ont été passés au peigne fin par les soldats.

Vendredi 24 juin

Le ministère de la Défense évoque une «méprise»

Le ministère de la Défense nationale reconnaît la mort d’un citoyen mais relativise la portée du drame. «Durant la riposte du détachement (militaire) et la poursuite du groupe terroriste auteur de l’attentat, un citoyen a été atteint par méprise», note le ministère dans un communiqué. Le commandement de l’armée décide également d’ouvrir une enquête.

Le wali de Tizi-Ouzou dénonce un massacre

Une délégation des autorités civiles et militaires s’est rendue sur les lieux du drame avant de rencontrer la population au siège de l’APC. Le député du RCD, Nordine Aït Hamouda et Hadj Saïd, président de l’APW par intérim, se sont déplacés à Azazga.
Dans son intervention, le wali de Tizi-Ouzou a confirmé qu’il y a eu vol, pillage, dégradation de biens d’autrui. «C’est un véritable massacre qui ne dit pas son nom. Au niveau de l’hôpital, les gens ont  été soumis à un passage à tabac. Personne ne peut admettre cette situation. C’est indescriptible, inqualifiable et sauvage ce qui vient de se passer. Rien n’excuse pareil comportement, y compris par le prétexte du mouvement de panique. Personne ne peut admettre ces agissements et les plus hautes autorités militaires s’engagent à traduire devant les juridictions compétentes les éléments impliqués dans ces dépassements ainsi que leurs responsables.»

Dans la soirée, une délégation composée du wali, le chef du secteur militaire,  le commandant  du groupement de la gendarmerie nationale et le chef de sûreté de wilaya,  s’est déplacée à la maison du défunt.

Samedi 25 juin

Une grève générale a été observée dans la ville d’Azzazga, en signe de protestation contre les dépassements enregistrés.
A Oumadhène, petit village distant de 11 km du chef-lieu de la commune de Souamaa, une foule nombreuse a accompagné le défunt à sa dernière demeure. Ils étaient des milliers à venir assister aux funérailles.  Lors de l’enterrement,  on a remarqué la présence du chef de cabinet du wali de Tizi Ouzou et le président de l’APW.

Dimanche 25 juin

Des milliers de citoyens ont marché dans la ville d’Azazga à l’appel de la coordination des villages de Azazga pour dénoncer l’assassinat d’un citoyen par des militaires le 23 juin. En première de la marche, Dda Moh, dit capitaine Rouget, héros de la guerre d’indépendance, le président de l’APW de Tizi Ouzou, le président de l’APC de Souama et les membres de la familles de la victime.
Les manifestants qui ont scandé des slogans hostiles à l’institution militaire ont exigé la vérité dans cette affaire. Une déclaration, signée par plusieurs comités de village de la commune d’Azazga, a été rendue publique pour dénoncer le comportement des militaires après l’attentat de jeudi 23 juin.

Mustapha Dial «victime de la tragédie nationale» 

Le wali de Tizi Ouzou a signé, dimanche, la décision d’attribution du statut de «victime de la tragédie nationale» pour Mustapha Dial, assassiné par des éléments de l’ANP, jeudi 23 juin , à Azazga, rapporte El Watan. 

Notons que le décret présidentiel n°06-93 du 29 moharrem 1427 correspondant au 28 février 2006, relatif à l’indemnisation des victimes de la tragédie nationale, stipule  que «les personnes physiques, victimes de dommages corporels ou matériels subis par suite d’actes de terrorisme ou d’accident survenus dans le cadre de la lutte antiterroriste, ainsi que de leurs ayants droit bénéficieront d’une indemnisation». 

Lundi 27 juin.

Grève et sit-in à l’hôpital d’Azazga
Le personnel de l’hôpital Maghnem-Lounès d’Azazga a observé une grève de quatre heures ponctuée par un sit-in d’une durée d’une heure, pour dénoncer les brutalités commises sur des médecins et infirmiers en plein exercice de leurs fonctions.

Azazga: Des éléments de l’ANP tuent, pillent et saccagent des maisons !

arme.jpgDes éléments de l’ANP ont tué par balles et à bout portant un citoyen dans la ville de Azazga (Tizi-Ouzou). La victime, Bial Mustapha, 41 ans, père de quatre enfants, était un employé chez un ancien maquisard. Les criminels de l’ANP ont également blessé par balles un vieux qui voulait défendre son foyer. Ils lui volé, selon une source locale, 100 millions de centimes et l’or de sa femme.  Jeudi vers 12heures, après un attentat contre un convoi militaire, des éléments de l’ANP ont pillé et saccagé plusieurs domiciles familiaux et commerces et racketté des commerçants et des employés de l’hôpital.

Le wali de Tizi-Ouzou : «C’est un véritable massacre»

«Il y a eu mort d’homme, les mots ne suffisent pas pour dire mon indignation et comprendre celle de la population d’Azazga et de la famille de la victime. Il y a eu vol, pillage, dégradation de biens d’autrui. C’est un véritable massacre qui ne dit pas son nom. Au niveau de l’hôpital, les gens ont  été soumis à un passage à tabac. Personne ne peut admettre cette situation. C’est indescriptible, inqualifiable et sauvage ce qui vient de se passer. Je partage cette douleur avec la population», a affirmé le wali. Synthèse d’El Mouhtarem

Un attentat fait deux victimes à Azazga (Tizi-Ouzou)

arme.jpgUn civil et un soldat ont été tués des suites d’un attentat à la bombe perpétré contre un détachement militaire à Azazga dans la wilaya de Tizi-Ouzou, a annoncé vendredi le ministère de la Défense. Jeudi en début d’après-midi, « une bombe artisanale a explosé lors du passage d’un détachement de l’Armée nationale populaire sur la route nationale N°12 près d’Azazga, wilaya de Tizi-Ouzou, causant la mort d’un militaire et la blessure d’un autre », selon un communiqué du ministère.

Ouyahia: « Pas de libération de détenus islamistes »

ouyahia2.jpgLe Premier ministre Ahmed Ouyahia a démenti dimanche à Alger l’éventualité d’une libération prochaine de 7000 islamistes détenus pour terrorisme. «Je démens formellement cette rumeur avec tous les respects dus aux frères qui l’ont annoncée», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Il y a quelques jours, l’ancien dirigeant du FIS, Hachemi Sahnouni a indiqué que 7000 personnes emprisonnées pour des faits liés au terrorisme devraient bénéficier d’une mesure d’amnistie générale.


 

Tizi-Ouzou: 64 enlèvements enregistrés depuis 2006

kid.jpgLa wilaya de Tizi-Ouzou enregistre 64 victimes d’enlèvement depuis 2006, a affrimé le président de l’APW de Tizi-Ouzou à l’Expression.  Pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette situation, sévissant dans la région, le P/ APW a appelé les services de sécurité à faire des enquêtes et des investigations. Il a également interpellé les pouvoirs publics à assumer leurs responsabilités et agir pour mettre un terme à cette situation d’insécurité, devenue le quotidien des citoyens. El Mouhtarem

Pour dénoncer les kidnappings: Grève générale aujourd’hui à Tizi-Ouzou

kidnaping.jpgUne grève générale sera observée aujourd’hui dans la ville de Tizi Ouzou pour dénoncer les enlèvements dans la région. L’appel à la grève d’aujourd’hui a été lancé en direction de la population locale après de multiples actions au niveau de la daïra de Beni Douala et de Mechtras. Une marche et une grève ont été organisées au niveau local sans pour autant faire réagir les ravisseurs. Pour rappel, Bilek Mourad, âgé de 18 ans, a été la première victime tombée entre les mains des ravisseurs à Tala Bounane près de Beni Douala. Ce fut ensuite Hammour Ali qui sera kidnappé, alors qu’il rentrait chez lui à Mechtras. Deux citoyens qui restent en captivité malgré la mobilisation des populations locales.

Plus de 60 personnes ont été kidnappées depuis 2006. Ce sont, en général, des entrepreneurs et des opérateurs industriels qui sont visés si bien que la wilaya connaît une véritable saignée en matière d’investissements économiques. Synthèse d’El Mouhtarem/ L’Expression

Moines de Tibhirine: Baudoin exhorte Sarkozy à lever le secret-défense

moinestibhirine272711jpg159898.jpgDans une lettre adressée au président français et rendue publique hier, l’avocat des parties civiles dans l’affaire de l’assassinat en 1996 en Algérie des moines français de Tibhirine, Me Patrick Baudouin, exhorte Nicolas Sarkozy à déclassifier tous les documents pouvant être utiles à l’enquête. 

«Je m’adresse solennellement au président de la République française pour que la légitime recherche de la vérité ne soit pas entravée par la raison d’Etat sous le couvert d’une utilisation abusive de la notion de secret-défense», écrit Me Baudoin dans cette lettre publiée par le site Médiapart et rapporté par l’AFP. Le juge Marc Trévidic, chargé de l’enquête, a soumis le 4 avril une nouvelle demande de déclassification de documents de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) au ministre de la Défense, Gérard Longuet, précise l’avocat. Pierre Le Doaré, chef de poste de la DGSE à Alger à l’époque de   l’enlèvement des moines de Tibhirine, en 1996 en Algérie, a été entendu en mars par le juge.

(Lire la suite)

Tizi-Ouzou: Un militaire tué et deux autres blessés à Beni Yenni

Un militaire tué et deux autres blessés dans un accrochage hier soir dans la région de Beni Yenni à Tizi-Ouzou. Les militaires ont été surpris par des tirs d’un groupe armé alors qu’ils étaient en plein ratissage.  El Mouhtarem

 

Algérie: 07 militaires tués à Jijel

Retour de la violence en Algérie. Sept militaires ont été tués aujourd’hui dans la wilaya de Jijel par un groupe armé. El Mouhtarem

123456...26

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER