• Accueil
  • > Affaire Mecili
  • > L’envoyé spédial du DRS en France Hicham Aboud tente de ternir la mémoire de Mecili

L’envoyé spédial du DRS en France Hicham Aboud tente de ternir la mémoire de Mecili

aboud1.jpgDans un long entretien accordé au quotidien très proche des Services algériens Echourouk, Hicham Aboud, envoyé spécial du DRS en France chargé de l’infiltration de l’opposition, mission ratée, a insulté la mémoire de Ali Mecili. Le mégalomane et agent-double Aboud:  »Ils nous ont décrit André Mecili comme un opposant politique algérien assassiné par les services secrets algériens, alors qu’en réalité André Mecili est un Français de nationalité de grand-père au père (traduit de l’arabe).

  »Ali » est seulement un nom de Harki. Il était marié à une Française, ses enfants portent des prénoms français et la nationalité française (…) André Mecili est un Français et personne n’a le droit de remettre en cause sa natioalité. Il est vrai qu’il avait participé à la révolution algérienne comme beaucoup d’autres Français à l’instar de Maurice Audin, Maillot (…) Pour certains opposants, Mecili a été assassiné pour avoir rapproché Ben Bella et Aït Ahmed. Cela ne tient pas la route sachant qu’une personne qui avait joué un rôle dans ce rapprochement, Brahim Younsi, n’a pas été assassiné ». El Mouhtarem 

Commentaires

  1. Said de la goutte d'or dit :

    Brahim Younsi (ancien journaliste de la radio algérienne)… MDR… est un mythomane qui s’est autoproclamé porte parole du fis à l’étranger, donc il n’a aucune « chance » d’être menacé par quiconque.

  2. DDa OMAR d'Alger dit :

    Cher El MOUHTAREM, sachez que si l’on s’amusait à fouiner dans les identités de certains responsables algériens, nul doute que l’on se heurterait à beaucoup de surprises.Alors notre interlocuteur du quotidien Echourouk ferait mieux d’aller chercher ailleurs au lieu de salir la mémoire d’un militant des droits de l’homme et de surcroît un ancien moudjahid que l’on ne pourra jamais contester!Evidemment,il est impossible à celui qui est décédé de pouvoir répondre à des allégations qui ne sont que des éléments préétablis pour faire oublier cet assassinat odieux commis par un commis de l’état car quand bien même ce que l’on dit sur Ali MECILLI soit exact ,ce dernier ne pourrait en aucun cas subir le sort qui lui a été réserve!! !
    Aussi,nous espérons qu’un jour la vérité éclatera au grand jour, car on dit qu’elle finit toujours par triompher!Alors,attendons ,tout vient à point à celui qui sait attendre!

  3. Amar dit :

    Hicham Aboud opposant !! Laissez-moi rire…jaune.

  4. azar dit :

    Vous racontez des salades et vous faites honte aux algeriennes et algeriennes.Informez vous avant de vous mettre à vomir n’importe quoi .Je me demande plutôt si vous , vous ne serez pas un agent de dequelqu’ un qui travaille dans un bureau d’un consultat ,méme pas dans une Ambassade ;

  5. Mohand dit :

    Moines de Tibhirine, Ali Mecili: Paris remet les pendules à l’heure judiciaire
    Voir Activity log Modifier Structure
    Par VIVA LALGERIE le dim, 17/10/2010 – 11:11 Diplomatie Actualité
    La ministre française de la Justice, Michèle Alliot-Marie, en visite à Alger, a remis dans leur contexte strictement judiciaire les dossiers de la mort des moines de Tibéhirine et de l’opposant Ali Mecili. En Algérie, on a la fâcheuse tendance à imaginer que ces deux dossiers sont utilisés comme des leviers de pression politique. A justice titre, la Garde des Sceaux française a exclu cette hypothèse comme peut en attester le non-lieu rendu en faveur du diplomate Mohamed-Ziane Hasseni. C’est parce que cette décision a été rendue souverainement par un juge d’instruction, loin de toute influence du pouvoir politique que l’innocence du diplomate ne peut pas d’ailleurs souffrir de la moindre suspicion.
    Mais l’enquête sur la mort d’Ali Mecili « se poursuit sur d’autres pistes », a annoncé la ministre française à El Watan. Quelle pistes? En réalité, Mme Alliot-Marie n’a fait qu’énoncer une évidence tant elle n’est pas tenue informée de la conduite de l’enquête sous la direction du juge d’instruction Alain Philibeaux.
    Dans ce dossier, il y a des faits avérés. L’identité du meurtrier présumé, arrêté quelques jours après son forfait, et exfiltré sous la couverture de la procédure d’urgence. Abdelmalek Amellou, vit aujourd’hui à Alger, en toute liberté. Et contrairement à ce que prétend l’avocat de la partie civile, Me Antoine Conte, relayé par des médias algériens, il ne jouit d’aucune protection policière et ne dispose pas de résidence à Club des Pins. L’ancien truand fréquente les Cafés d’Alger comme n’importe quel habitant de la capitale.
    Sa seule protection est la loi algérienne qui refuse l’extradition de ressortissants nationaux réclamés à l’étranger. Seul, l’ancien ministre de l’Intérieur français, Charles Pasqua, peut témoigner sur les conditions de son exfiltration. Robert Pandreau, le Secrétaire d’Etat à la Sécurité, qui l’avait livré aux autorités algériennes, est décédé depuis peu.
    L’officier traitant Rachid Hassani, à la retraite, également recherché, ne risque pas d’être extradé pour les mêmes raisons qu’Amellou.
    Quant aux deux inspirateurs de l’assassinat, le général Majoub Lakhal Ayat et le général Larbi Belkheir, ils ne sont pas de ce monde. Me Antoine Conte a raté l’occasion de faire convoquer le général Belkheir qui se trouvait hospitalisé à Paris quand Mohamed Ziane Hasseni avait été interpellé. Belkheir quittait précipitamment la capitale française trois après par un avion spécial envoyé d’Alger …
    Faudra-t-il remonter jusqu’à l’ancien Chef de l’Etat Chadli Bendjedid? Si un des témoins dans l’affaire, l’ex-officier Hicham Aboud, soutient que Chadli avait donné son accord à la liquidation de l’opposant d’autres sources soutiennent le contraire. Il aurait même piqué une immense colère en apprenant l’implication des ses proches dans cet assassinat, selon ces sources…
    Interrogé par ailleurs sur l’enquête concernant les moines de Tibéhirine, Mme Aliot-Marie a simplement dit qu’un juge d’instruction « est saisi depuis 2004″ et qu’il « mène son enquête conformément aux règles du droit français. De nombreuses investigations ont été menées depuis cette date. Les autorités algériennes coopèrent avec les magistrats français dans le cadre de commissions rogatoires internationales. Il ne m’appartient pas de vous en dire plus, car la règle veut que le ministre de la Justice ne commente pas les affaires en cours ni les décisions de justice ».
    Il faut peut-être rappeler que cette enquête a été ouverte à la suite des accusations de l’ancien officier Mohamed Samraoui présentant Djamal Zitouni comme un élément du DRS. Ce témoignage a conduit la famille d’un des moines à déposer plainte comme la loi l’y autorise.

    VLA

  6. Ait Hamza dit :

    Brahim Younsi est un homme respectable.En revanche Hichem Aboud est quelqu’un qui a été parachuté pour tenter phagocyter l’opposition algérienne.

  7. Mohand dit :

    Je voudrai signaler que le commentaire ci dessus n’est pas de moi. Je regrette encore une fois de tels amalgames. Signé un commentaire alors que l’on sait qu’il pourrait amener une confusion est intolérable. Il m’est arrivé de signalé cela plusieurs fois, mais cela continue et c’est dommage.
    Je termine cette mise au point en disant qu’évidemment je ne partage pas du tout ce qui est rapporté dans le journal echourouk, c’est un tissu de mensonges qui sont trop visibles pour être pris au sérieux. Mecili a été clair et transparent tout comme son ami Ait Ahmed allah et dhakrou belkheir. On l’a fait assassiné par ordre venu du haut de la hierarchie et guidé par le fils d’un ancien député de la 5 eme République française un ami de la France. Il a exécuté l’ordre en tant qu’éxécutant conscient de son forfait, pour d’une part avoir été ce qu’il fut à l’indépendance,mais surtout pour avoir une vision différente des tenants du pouvoir.Sa manière la stratégie qu’il voulait développer pour sortir du marasame ambiant algérien mais aussi pour avoir des informations sur les vols à grande échelle de deniers de l’Etat après la mort de Boumédienne. Tout comme Boudiaf et l’équipe qu’il a dépéché en France pour enquêter sur les fortunes colossales et dégoutantes de beaucoup de hauts cadres, il avait des données précises qui ont inquiété ceux qui encore aujourd’hui vivent dans la peur qu’on leur demande des comptes.
    N’oublions pas que les dossiers de Kasdi Merbah ne sont pas détruits un jour viendra et alors rira bien qui rira le dernier.
    Allah houa aalem.
    Mohand.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER